Skip to main content
Internet Archive's 25th Anniversary Logo

Full text of "La Corse dans l'antiquité et dans le haut moyen age"

See other formats


Google 



This is a digital copy of a book thaï was prcscrvod for générations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project 

to make the world's bocks discoverablc online. 

It has survived long enough for the copyright to expire and the book to enter the public domain. A public domain book is one that was never subject 

to copyright or whose légal copyright term has expired. Whether a book is in the public domain may vary country to country. Public domain books 

are our gateways to the past, representing a wealth of history, culture and knowledge that's often difficult to discover. 

Marks, notations and other maiginalia présent in the original volume will appear in this file - a reminder of this book's long journcy from the 

publisher to a library and finally to you. 

Usage guidelines 

Google is proud to partner with libraries to digitize public domain materials and make them widely accessible. Public domain books belong to the 
public and we are merely their custodians. Nevertheless, this work is expensive, so in order to keep providing this resource, we hâve taken steps to 
prcvcnt abuse by commercial parties, including placing lechnical restrictions on automated querying. 
We also ask that you: 

+ Make non-commercial use of the files We designed Google Book Search for use by individuals, and we request that you use thèse files for 
Personal, non-commercial purposes. 

+ Refrain fivm automated querying Do nol send automated queries of any sort to Google's System: If you are conducting research on machine 
translation, optical character récognition or other areas where access to a laige amount of text is helpful, please contact us. We encourage the 
use of public domain materials for thèse purposes and may be able to help. 

+ Maintain attributionTht GoogX'S "watermark" you see on each file is essential for informingpcoplcabout this project and helping them find 
additional materials through Google Book Search. Please do not remove it. 

+ Keep it légal Whatever your use, remember that you are lesponsible for ensuring that what you are doing is légal. Do not assume that just 
because we believe a book is in the public domain for users in the United States, that the work is also in the public domain for users in other 
countiies. Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we can'l offer guidance on whether any spécifie use of 
any spécifie book is allowed. Please do not assume that a book's appearance in Google Book Search means it can be used in any manner 
anywhere in the world. Copyright infringement liabili^ can be quite severe. 

About Google Book Search 

Google's mission is to organize the world's information and to make it universally accessible and useful. Google Book Search helps rcaders 
discover the world's books while helping authors and publishers reach new audiences. You can search through the full icxi of ihis book on the web 

at |http: //books. google .com/l 



Google 



A propos de ce livre 

Ceci est une copie numérique d'un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d'une bibliothèque avant d'être numérisé avec 

précaution par Google dans le cadre d'un projet visant à permettre aux internautes de découvrir l'ensemble du patrimoine littéraire mondial en 

ligne. 

Ce livre étant relativement ancien, il n'est plus protégé par la loi sur les droits d'auteur et appartient à présent au domaine public. L'expression 

"appartenir au domaine public" signifie que le livre en question n'a jamais été soumis aux droits d'auteur ou que ses droits légaux sont arrivés à 

expiration. Les conditions requises pour qu'un livre tombe dans le domaine public peuvent varier d'un pays à l'autre. Les livres libres de droit sont 

autant de liens avec le passé. Ils sont les témoins de la richesse de notre histoire, de notre patrimoine culturel et de la connaissance humaine et sont 

trop souvent difficilement accessibles au public. 

Les notes de bas de page et autres annotations en maige du texte présentes dans le volume original sont reprises dans ce fichier, comme un souvenir 

du long chemin parcouru par l'ouvrage depuis la maison d'édition en passant par la bibliothèque pour finalement se retrouver entre vos mains. 

Consignes d'utilisation 

Google est fier de travailler en partenariat avec des bibliothèques à la numérisation des ouvrages apparienani au domaine public et de les rendre 
ainsi accessibles à tous. Ces livres sont en effet la propriété de tous et de toutes et nous sommes tout simplement les gardiens de ce patrimoine. 
Il s'agit toutefois d'un projet coûteux. Par conséquent et en vue de poursuivre la diffusion de ces ressources inépuisables, nous avons pris les 
dispositions nécessaires afin de prévenir les éventuels abus auxquels pourraient se livrer des sites marchands tiers, notamment en instaurant des 
contraintes techniques relatives aux requêtes automatisées. 
Nous vous demandons également de: 

+ Ne pas utiliser les fichiers à des fins commerciales Nous avons conçu le programme Google Recherche de Livres à l'usage des particuliers. 
Nous vous demandons donc d'utiliser uniquement ces fichiers à des fins personnelles. Ils ne sauraient en effet être employés dans un 
quelconque but commercial. 

+ Ne pas procéder à des requêtes automatisées N'envoyez aucune requête automatisée quelle qu'elle soit au système Google. Si vous effectuez 
des recherches concernant les logiciels de traduction, la reconnaissance optique de caractères ou tout autre domaine nécessitant de disposer 
d'importantes quantités de texte, n'hésitez pas à nous contacter Nous encourageons pour la réalisation de ce type de travaux l'utilisation des 
ouvrages et documents appartenant au domaine public et serions heureux de vous être utile. 

+ Ne pas supprimer l'attribution Le filigrane Google contenu dans chaque fichier est indispensable pour informer les internautes de notre projet 
et leur permettre d'accéder à davantage de documents par l'intermédiaire du Programme Google Recherche de Livres. Ne le supprimez en 
aucun cas. 

+ Rester dans la légalité Quelle que soit l'utilisation que vous comptez faire des fichiers, n'oubliez pas qu'il est de votre responsabilité de 
veiller à respecter la loi. Si un ouvrage appartient au domaine public américain, n'en déduisez pas pour autant qu'il en va de même dans 
les autres pays. La durée légale des droits d'auteur d'un livre varie d'un pays à l'autre. Nous ne sommes donc pas en mesure de répertorier 
les ouvrages dont l'utilisation est autorisée et ceux dont elle ne l'est pas. Ne croyez pas que le simple fait d'afficher un livre sur Google 
Recherche de Livres signifie que celui-ci peut être utilisé de quelque façon que ce soit dans le monde entier. La condamnation à laquelle vous 
vous exposeriez en cas de violation des droits d'auteur peut être sévère. 

A propos du service Google Recherche de Livres 

En favorisant la recherche et l'accès à un nombre croissant de livres disponibles dans de nombreuses langues, dont le français, Google souhaite 
contribuer à promouvoir la diversité culturelle grâce à Google Recherche de Livres. En effet, le Programme Google Recherche de Livres permet 
aux internautes de découvrir le patrimoine littéraire mondial, tout en aidant les auteurs et les éditeurs à élargir leur public. Vous pouvez effectuer 
des recherches en ligne dans le texte intégral de cet ouvrage à l'adresse fhttp: //book s .google . coïrïl 



1 


• .ir^. ^i«*ifc ■iic»*j'. 


■,mM 


1 


1 


'^j(â£sv-<'¥. / 






K^arfaarî) erDllE^r librarB 

LUCY OSGOOD F"UNE) 

"To purchflse such books as, shall be mosi 

neeiied fat the Collège Libraiy, so as 

besl to proinote the objects 

of ihe Collège." 




1 






^^^1 


M^r^A 


^^^^H ?r^^?t^^y-' • ^^^^^K 


1 



1 



là 



LA 



CORSE DANS L'ANTIQUITÉ 



ET 



DANS LE HAUT MOYEN AGE 



PAB 



XAVIER POLI 



DES ORIGINES A L'EXPULSION DES SARRASINS 






V 



PARIS 
LIBRAIRIE ALBERT FONTExMOING 

4, nUF- LE GOFF 

1907 



\ 



Sl;(o/5'^/-o^A 



< 



/ 



\ , — / 



h^S^AA^ C/A-O^reKL^ -<uac-^ 



A LA MÉMOIRE DE MON AMI 



FRANÇOIS DE GAFFORY 



A MON COUSIN JULES-FRANÇOIS LUIS! 



INTRODUCTION. 



L'histoire de la Corse des origines à Texpulsioa des Sarrasins a 
été particulièrement négligée. Le présent volume a pour but de 
combler en partie cette lacune. 

Je me suis proposé de remonter aux sources, de réunir tous 
les textes des .écrivains grecs et romains et toutes les inscriptions 
intéressant la Sardinia^ en général, et la Corska, en particulier. 
Ces textes et ces inscriptions ne sont pas fort nombreux ; bien 
que pouvant être réunis en quelques pages, ils n'en représentent 
pas moins les jalons traçant la voie que la Corse a suivie dans la 
suite des temps. 

Heureusement à ces textes viennent s'ajouter les commentaires 
des savants éminents et consciencieux qui, grâce à un travail 
opiniâtre, ont réussi à poser de nouveaux jalons, au point que 
peu à peu l'itinéraire suivi se détache assez net à nos yeux. 

Nous savions par Sénèque que les Ligures avaient peuplé la 
Corse ; mais nous ignorions quelle importance il fallait donner à 
leur immigration ; M. d'Arbois de Jubainville nous permet de nous 
en faire, aujourd'hui, une idée assez exacte par les noms de lieu, 
d'orgine ligure, que Ton peut trouver dans l'île. 

De même nous pouvons déterminer l'aire d'influence des Ibères, 
en suivant certaines règles indiquées par les beaux travaux de 
M. Luchaire, de M. Bertrand et de M. Desjardins. 

Pour la période romaine, les études de Klein, de Mommsen, de 
Raspatt, de Mùller, du commandant Espérandieu et de M. Etienne 
Michon ouvrent de nouveaux horizons à quiconque s'intéresse à 
l'histoire de notre île. 

Le haut inoyen âge reste encore obscur. Point de sources par- 
culières et les courtes indications que l'on peut trouver dans les 



X INTRODUCTION 

textes narratifs, composés en Italie, ea France et en Germanie^ 
laissent subsister dans notre histoire des lacunes si grandes que, 
pour les combler en partie, il faut recourir k des chroniqueurs 
modernes et même contemporains. C'est ainsi qu'après avoir 
compulsé les Historiens de France, les diverses séries des Monu- 
menta Germaniœ et des Monumenta historiée patriœ, j'ai eu recours 
à la belle introduction aux Statuti Corsi de Gregori, aux travaux 
de Lebeau, de Fournel et de Wenrich. Malheureusement je me suis 
même appuyé sur Delbène et, sans les sages avis de M. René 
Poupardin, j'aurais à mon tour contribué à accréditer une nou- 
velle fausse légende concernant l'expulsion des Sarrasins de 
Corse. Employer tous ses loisirs à détruire les fables qui, en trop 
grand nombre, ternissent nos annales nationales ; ressentir un 
profond dédain pour les faussaires de notre histoire et finir par 
se faire le propagateur d'un récit imaginé de toutes pièces, voilà 
qui me donne à réfléchir. J'ai là une preuve évidente que la bonne 
foi ne remplace pas l'érudition et je conviens volontiers que 
d'autres erreurs ont pu se glisser dans mon travail. Je serai très 
reconnaissant aux lecteurs qui voudront bien me les signaler. 

J'espère que bientôt le comte Colonna Cesari nous donnera une 
histoire de la Corse, telle que la désirent tous ceux qui se tien- 
nent au courant des études historiques, c'est-à-dire dégagée des 
fausses légendes, exempte de toute préoccupation généalogique, je- 
dirais volontiers familiale, une histoire à l'usage de ceux qui sacri- 
fient gaiement leur chauvinisme à la vérité, parce qu'ils ont la 
conviction que cette vérité est encore assez belle pour leur 
permettre de s'enorgueillir de leurs aïeux. 

Personnellement je saluerai un semblable travail avec joie ; il 
mettra un terme à mes recherches et me permettra de consacrer 
mes loisirs à l'histoire militaire des Corses, que j'espère terminer 
bientôt. 

Je ne comptais pas publier moi-même ce travail. En me documen- 
tant sur les régiments corses, je notais, à l'occasion, les pièces ouïes 
ouvrages intéressant l'histoire générale de mon pays. Je destinais 
ces notes à mon jeune ami François de GafTory, un esprit d'élite 
qu'il m'eût été doux de voir doter notre pays d'une histoire qui 



INTRODUCTION XI 

lui manque. Hélas ! mon brave Gheco a rendu sa belle âme à Dieu, 
sans avoir réalisé les grandes espérances qu'avaient mises en lui 
tous ceux qui l'avaient connu et aimé. Son souvenir, toujours 
vivant dans mon âme, a inspiré ces pages, comme il m'inspirera 
le jour où, je l'espère, il me sera permis de retracer les faits de 
ses aïeux célèbres dans nos annales. 

En terminant, je tiens à remercier M. René Poupardin de ses 
conseils éclairés. J'ai fait appel à son érudition, sans le connaître, 
et je n'oublierai jamais avec quelle charmante amabilité il a 
répondu à mes questions indiscrètes. Mon ami, M. Broche, archi- 
viste de l'Aisne, a mis à ma disposition toute son érudition, il 
peut compter sur ma reconnaissance ; mon cousin Luisi a, par sa 
généreuse intervention, hâté la publication de cet ouvrage. Qu'il 
permette à son ami d'enfance de joindre son nom à celui du jeune 
ami qui, dans ma pensée, était appelé à rédiger et à signer de sou 
nom historique ce livre qu'il aurait su rendre attrayant, si aride 
que soit le sujet. 

Laon, 15 Août 1907. 



ADDITIONS ET CORRECTIONS 



Pages. 








3,1. 20 au 


lieu de 


: étéd écrits lire : 


été décrits. 


5,n. 2 


— 


Mont-Rivinco — 


Mont Rivinco. 


14,1. 1 

1 


— 


lieux — 


lieu. 


23,1. 9 




Ucciani et villages — 


Ucciani etLucciana, 
villages. 


31,1. 18 




Bocagnano — 


Bocognano. 


50,1. 8 




VIII® et le XI® siècle — 


XI® et le VIII® siècle. 


56,1. 4 




vint — 


vient. 


80,1. 23 




(582-172) — 


(582=572). 


95, n. 3 




Juncta... — 


« Juncta... 


99,1. 32 




travaux — 


travaux militaires. 


101, n. 4 




Les apôtres, p. 26 — 


L'Antéchrist, p. 108. 



176,1. 19 et 20, corriger ainsi : « Je crois qu'il y a lieu, jusqu'à 
« preuve du contraire, de rejeter la version de Delbéne. » 

176, n. 4. Supprimer la note. 



CHAPITRE h'. 



PÉRIODE PRÉHISTORIQUE. 



Sommaire.— § 1. L'homme néolithique.— §2. Monuments mégalithiques. 

§ 1. L'homme néolithique. 

La Corse a été totalement négligée, dans l'antiquité, par les 
nations maîtresses de la mer. Tandis que du sol de la Sicile et 
de la Sardaigne sortent tous les jours, sous forme d'outils, de 
bijoux, d'inscriptions et de monuments, des témoins des diverses 
races qui, pendant des milliers et des milliers d'années, se sont 
disputé le bassin occidental de la Méditerranée, en Corse, l'ar- 
chéologie préhistorique est réduite à sa plus simple expression 
et aucune inscription antérieure aux Romains n'a été signalée. 

Est-ce à dire que la Corse ne fut habitée que longtemps après 
les autres îles de la Méditerranée ? Nous ne le pensons pas i. 

Pourtant dans l'état actuel de la science, la présence de 
l'homme, ne s'y révèle qu'à partir des temps néolithiques 2, 

1. Cazîoi^ Découvertes d'objets préhistoriques et protohistoriques, faites dans 
Vile de Corse, ext. du Bulletin de la Société d'anthropologie de Paris, 1897, 
fascicule 5, p. 463-476. — Ch. Ferton, Sur l'Histoire de Bonifacio à l'époque 
néolithique, ext. des Actes de la Société Linnéenne de Bordeaux, tome LUI, 
1898 ; tirage à part. — Ch. Ferton, Nouvelles preuves de l'existence du détroit 
de Bonifacio à l'époque néolithique. Les premiers habitants de Bonifacio, leur 
origine. Poterie néolithique trouvée à Bonifacio ; ext. des Comptes rendus de 
l'Association française pour l'avancement des sciences, 1901. Tirage à part. — 
E. Chantre, La Nécropole Protohistorique de Cagnano, ext. des Comptes rendus 
de l'Assoc. franc, pour Vavanc. des sciences. Année 1931 ; tirage à part. 

2. Les communications du docteur Deperet et de M. Edwards, sur le corse 
quaternaire ne nous paraissent pas concluantes. La présence du Lagomgs 
corsicanus, au milieu de débris d'ossements humains, n'est pas suffisante pour 
prouver une antiquité aussi reculée. Qui nous dit que le Lagomys n'a pas 
survécu dans l'île, après la période quaternaire ? 

1 



2 CHAPITRE I*^ § l*^ 

Les savantes recherches du capitaine Ferton, du comman- 
dant Caziot, des docteurs Deperet et Caujolle, du professeur 
Testut nous font faire connaissance avec le squelette de l'homme 
de ces temps reculés et posent des bases sûres à une question 
qui ne peut manquer de passionner les esprits que l'histoire de 
la Corse intéresse. 

La race néolithique corse aurait été d'assez grande taille. 
Par son crâne allongé et sous-dolichocéphale, par la ligne âpre 
et assez saillante de son fémur incarné, par son tibia remar- 
quablement platycnémique, le squelette retrouvé présente 
les caractères principaux de la race néolithique de l'Europe 
occidentale. 

Cet homme, ajoute M. Ferton, utilisait pour la confection de 
ses armes et de ses outils, non-seulement les roches du pays : 
le silex, le quartz et diverses roches des terrains granitiques, 
mais aussi les os d'animaux, et une roche étrangère à la Corse, 
l'obsidienne, qu'il devait recevofr du Monte-Arci, en Sardaigne. 
Il devait recevoir également du dehors du fer oligiste et divers 
minerais de fer hydraté, dont il se servait probablement pour se 
teindre le corps. Il savait fabrii^uer une couleur blanche, qu'il 
tirait peut-être de coquilles pulvérisées et mélangées à la chair 
des mollusques. 

Les morts étaient ensevelis dans des abris sous roche. Ils 
étaient munis de vivres et d'outils, et les corps étaient garantis 
de la dent des animaux par une couche de pierre. 

Cet homme n'avait probablement pas de chien, mais, plus 
tard vers la fin de l'époque néolithique, il posséda le bœuf, le 
mouton ou la chèvre. D'où venait cet homme ? 

« Les relations de commerce entretenues à Bonifacio, avec les 
« peuplades de la Sardaigne, l'emploi coûteux qu'on y faisait de 
« l'obsidienne, bien que le silex du pays, d'égale valeur, fût 
« connu et utilisé, permettent de supposer que le Bonifacien des 
« temps néolithiques était un immigré venu de la Sardaigne, 
« peut-être originaire de l'Afrique. » 

La conclusion du capitaine Ferton serait sans réplique 
s'il était prouvé, après de sérieuses recherches, que l'obsidienne 
ne se trouve pas en Corse où l'on constate des roches d'origine 
volcanique. L'examen de ces roches ne révèlerait-il pas, comme 
partout, l'existence de trachites ou d'andésites plus ou moins 



PERIODE PREHISTORIQUE. 3 

riches en silice ? Dans raffîrmative nous serions obligés de 
reconnaître que, de tout temps, le corse a pu se procurer l'obsi- 
dienne, sans sortir de Tile. L'origine du corse néolithique reste, 
croyons-nous, à démontrer. 

Nous n'insisterons pas sur les découvertes de l'industrie de 
ces âges lointains ; nous préférons renvoyer le lecteur à l'étude 
magistrale du commandant Caziot, publiée par la Société anthro- 
pologique de Paris en 1897. 

Jusqu'à ce jour c'est surtout dans le Cap Corse, le Nebbio, 
la Balagne, les environs d'Ajaccio, de Grossa et de Bonifacio 
qu'ont été trouvés les plus beaux spécimens des artisans néoli- 
thiques : haches, percuteurs, broyeurs, polissoirs, poteries et 
pointes de flèches. 

Ces pointes de flèches sont toutes en jaspe de Corse. 

Ajoutons pour terminer que les âges du bronze et du fer sont 
représentés par des haches, des phalènes, des flibules et des 
agrafes datant des époques morgienne, larnaudienne et halsta- 
tienne i. 

* 

§ 2. Les Monuments mégalithiques. 

Les monuments mégalithiques de la Corse ont étéd écrits avec 
tant de précision et de compétence par Mérimée et M. de Mor- 
tillet, que nous nous bornerons à une étude générale, sans 
entrer dans aucun détail de construction et d'orientation 2. 

1. Milne Edwards, FouzV/es faites à Toga par M. Locard, extrait des Comptes 
rendus de l'Académie des sciences, tome 76, l**" semestre 1876. — Pompelly (R), 
Sur quelques traces de glaciers dans Vile de Corse, extrait du Bulletin de la 
Société de Géologie, 2e série, tome XVII, p. 78. Paris, 1859. — D' Deperet, 
Étude de quelques gisements nouveaux de vertébrés pléistocènes de Vile de 
Corse, extrait des Annales de la Société Linnéenne de Lyon, 1897. — A. Bloch, 
Considérations anthropologiques sur la Corse actuelle, ancienne et préhisto- 
rique, extrait des Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de 
Paris. Année 1902, p. 334-359. 

2. Matliieu (Capitaine), Mémoires de V Académie celtique, tome VI, 1810. — 
Hobiquet, Recherches historiques et statistiques sur la Corse, Paris, 1835. — 
Mérimée (P.), Notes d'un voyage en Corse, Paris, 1840. — Grassi (A.)., Menhirs 
de la Corse, étude parue dans la Science pour tous. Décembre 1865. — 
Mattei (A.), Les Monuments celtiques en Corse, article paru dans V Avenir de 
la Corse du 20 février 1867. — Pigorini (L.), Notizie Palet nologiche délia 



4 CHAPITRE I**". § 2. 

Rien d'aussi frappant que la répartition de ces monuments ; 
ils se trouvent tous à l'Est de la ligne de partage des eaux qui 
sépare l'île en deux régions. Nous avons quelques raisons pour 
considérer comme imaginaires les dolmens du Niolo dont 
personne ne peut préciser l'emplacement ; enfin, nous ne 
pensons pas qu'on puisse faire remonter aux temps néolithiques 
le monolithe de Sainte-Marie de Vallerustie. 

Sur cette large bande de terre les dolmens forment trois 
groupes distincts ; l'un au Nord ou groupe du Nebbio, l'autre 
au Sud-Ouest ou groupe de Sartène, le troisième à l'Ouest est 
représenté par l'unique dolmen d'Appietto i. 

Quel que soit le groupe que l'on étudie il est facile de constater 
que tous les dolmens sont situés près du bord de la mer; le plus 
éloigné en est à peine à dix kilomètres. 

Les monuments mégalithiques de l'arrondissement de Sartène 
s'étendent entre la rive droite de l'OrtoIo et la rive gauche du 
Taravo ; ils comprennent : cinq dolmens, trente quatre menhirs 
et deux alignements répartis sur les territoires des communes 
de Sartène, de Grossa, de Belvédère Campo-Moro, de Viggianello, 
de Sollocaro et d'Olmiccia. Les dolmens sont généralement 
connus sous le nom de stazzone, les menhirs sous celui de 
stantare 2. 

Le groupe septentrional est limité par la rive droite du ruis- 
seau de Reggino et la rive gauche du ruisseau de Mezzana qui 
se jette dans le golfe de Saint-Florent ; on y trouve sept dolmens 
et six menhirs, érigés à travers les territoires des cantons de 
Saint-Pierre de Tenda, d'Oletta, de Belgodere et d'Olmi-Cappella. 

« Les monuments mégalithiques de la Corse, dit M. de Mor- 

Corsica, étude parue dans le Bulletino de Paletnologia italiana, 1877. — 
Corbetta, Sardegna e Corsica. — Mortillet (A. de). Rapport sur les Monuments 
mégalithiques de la Corse, paru dans les Nouvelles archives scientifiques, 
tome III, année 1893. — Mahoudeau, Etude, sur le Menhir de Sainte-Marie de 
Vallerustie, extrait de la Revue mensuelle de Vécole d'Anthropologie de Paris, 
année 1893. 

1. Bonaparte (prince Roland), Une excursion en Corse, p. 75, Paris, 1893. 

2. Stazzona, nom générique de tous les dolmens de la Corse, signifie forge dans 
le dialecte des paysans. Stantare, nom des menhirs ; ce mot n'est pas plus 
italien que Stazzona ; toutefois on y devine une étymologie latine. Erï Corse, 
lorsqu'un enfant s'amuse à se tenir la tête en bas, les pieds en l'air, pivotant 
sur lui-même, cela s'appelle « far la Stantara ». (Mérimée, p. 22). 



PERIODE PREHISTORIQUE. O 

« tillet, sont en tout semblables à ceux de la Bretagne et du 
« reste de la France. Les matériaux employés à leur construction 
« paraissent avoir été souvent pris sur place et ne doivent, 
« dans tous les cas, pas venir de bien loin, car il y a toujours 
« à proximité des monuments, des gisements de la roche qui a 
« servi à les construire i ». 

La tradition a conservé un caractère mytliologique au groupe 
du Nord ; il ne s'agit ici que de maisons ou de tombeaux 
de géants 2, de constructeurs redoutables, toujours en lutte 
avec leurs voisins et qui finissent par être subjugués non sans 
avoir dévoilé un secret précieux : la manière de fabriquer 
certain fromage spécial à Tîle. 

La légende qui s'altache aux monuments du Sud-Ouest est 
plutôt chrétienne ; nous nous trouvons en présence de forges 
ou d'enclumes du diable, de tables du péché, de religieux et 
de religieuses pétrifiés, parce que, parjures à leurs vœux, ils ont 
déchaîné sur eux la colère divine. Nous sommes en plein moyen 
âge, c'est tout au plus si, dans la dénomination de « stazzone », 
nous devons retenir que leurs constructeurs étaient des forge- 
rons, c'est-à-dire connaissaient l'art de travailler les métaux. 

Tous ces indices ont néanmoins leur importance parce que 
tous les dolmens de la Corse ne présentent que des chambres 
complètement vides, depuis longtemps, et que nous sommes 
sans aucune indication sur les os et objets qu'ils ont dû 
contenir. 

Maintenant que nous connaissons l'aire de développement des 

1. Mortniet (A. de), p. 82. 

2. Le dolmen du Mont-Rivinco est nommé dans le pays : la Casa deU'Orco, 
la Maison de l'Ogre, la Maison du Géant, la Maison du Cyclope ou la Maison 
du Titan. La légende appelle l'endroit où se trouve ce monument la Valle 
deU'Orco, la vallée de l'Ogre. Elle rapporte tout à ce géant redoutab qui 
remplissait le pays de terreur. Les habitants, dit -on, cherchaient, depuis 
longtemps, à s'en défaire sans . pouvoir y parvenir, lorsque à force de ruse, 
les bergers finirent par l'attraper. Ses nombreux ennemis se jetèrent alors sur 
lui et le tuèrent ainsi que la mère qui ne fit aucune résistance, après la mort 
de son fils. On raconte aussi qu'avant de mourir, VOrco, espérant obtenir sa 
grâce, enseigna aux bergers la recette du broccio, (espèce de fromage 
blanc). Mortillet (A. de), p. 76. Le souvenir deU'Orco se retrouve dans la 
Punta deirOrco, à 5 kilomètres au Sud de Pila-Canale et dans Capo-d Orco, 
2 kilomètres au Nord de Serriera. 



6 CHAPITRE 1**»'. § 2. 

dolmens de la Corse, il nous reste à chercher de quel point du 
globe ont pu venir ceux qui les ont élevés. 

Les beaux travaux publiés par les savants de tous les paj's, 
depuis trente ans, nous permettent de déterminer avec une 
rigueur suffisante l'étendue géographique des monuments 
mégalithiques. Nous en trouvons sur les rivages de la Norwège, 
de la Suède, tout le long des côtes de l'Europe occidentale, 
jusqu'aux plages de l'Afrique septentrionale. 

Nous en chercherions vainement en Italie, en Sicile et en 
Sardaigne. Insistons sur la valeur de cette constatation : « On 
« n'a jusqu'à présent signalé aucun dolmen, en Grèce et en 
« Italie 1. » 

« Les dolmens de la Corse représentent le groupe de méga- 
« lithes le plus oriental de l'Europe ; il faut ensuite aller en 
« Algérie et en Tunisie pour en retrouver 2 ». 

La Marmora, il est vrai, avance timidement que la Sardaigne 
a ses dolmens : « Ces tombeaux de géants, nous paraissent de 
« véritables dolmens, (Tune époque plus récente que ceux de la 
« Corse et probablement de celle des Nurhags qui « sans doute 
« n'ont point pénétré dans cette île 3 ». H n'y a qu'à lire la 
description de ces tombeaux pour être obligé d'avouer qu'ils ne 
peuvent être confondus avec des dolmens, — même d'époque 
récente. L'auteur semble oublier que lui même a déjà laissé 
entendre que l'on peut trouver en Sardaigne des menhirs, mais 
non des dolmens proprement dits *. Il est vrai, que l'on doit 
reconnaître l'absence totale de vestiges de Nuraghs en Corse, 
constatation d'autant plus remarquable que la Sardaigne 
septentrionale en possède quelques-uns, au bord de la mer, et 
que les deux îles ne sont séparées que par un canal de trois 
lieues. Nous sommes autorisés à penser que nous devons attri- 

1. Maury (Â), Journal des Savants, année 1877, p. 207. « On a signalé des 
dolmens, probablement à tort, dans l'Etrurie. » Mortillet (de), Le Préhisto- 
rique, p. 593, Paris, 1883. 

2. Discussion sur l'étude de M. Adrien de Mortillet : Monuments mégali- 
thiques de la Corse, étude publiée dans V Association pour l'avancement des 
Sciences, année 1883, p. 599. 

3. La Marmora (Comte Albert de la), Voyage en Sardaigne, tome II, p. 562, 
Paris, 1839. 

4. La Marmora, tome I, p. de 1 à 5. 



PERIODE PREHISTORIQUE. 7 

buer les monuments coniques de la Sardaigne et des Baléares à 
un peuple qui fréquentait la partie méridionale de la Méditer- 
ranée et qui était à peu près exclus de sa partie septentrionale, 
comme aussi de la Corse i. 

Elysée Reclus est plus affirmatif: « Les dolmens sont rares 
« en Sardaigne : on n'en cite même qu'un à l'égard duquel il 
« n'y a pas de doute possible 2. » H est fort regrettable que le 
savant géographe ne précise pas l'emplacement de cet unique 
spécimen d'une architecture aussi intéressante. 

Considérons comme admise l'existence de cet unique dol- 
men 3. Dans ce cas, il est plus logique de croire qu'il a été 
élevé par une tribu venue de la Corse ou d'Afrique que de 
le supposer comme le point de départ du peuple, qui est 
venu se fixer dans le bassin du Rizzanese ? D'une manière géné- 
rale plus un groupe de population est considérable, plus il y a 
de raisons de le regarder comme renfermant le berceau des 
groupes voisins moins importants. Comme le fait observer, avec 
tant d'autorité, M. de Quatrefages, dans le cours des âges, toute 
agglomération d'hommes, une fois constituée, ne peut manquer 
de peupler les espaces déserts ou mal occupés qui se trouvent 
dans son aire d'influence, mais elle laissera en place, à moins 
d'événements exceptionnels, un nombre plus ou moins consi- 
dérable et d'ordinaire la très grande majorité de ses repré- 
sentants 4. Il est donc raisonnable de considérer l'unique 
dolmen de Sardaigne, s'il existe, comme ayant été construit 
par une tribu qui se serait fondue avec les populations du 
pays. 

Alphonse Baux et Léon Gouin qui ont étudié spécialement les 
monuments protohistoriques de la Sardaigne ne mentionnent 
aucun dolmen et terminent par des conclusions que nous ne 
pouvons passer sous silence : « Le peuple des nuraghs a été un 
« peuple étranger qui a envahi la Sardaigne par l'Est. Sans 

1. La Marmora, tome II, p. 560 et 563. 

2. Reclus (E.), Géographie : L'Europe méridionale, p. 591. 

3. Les savants auteurs de l'Histoire de France publiée sous la direction de 
M. E. Lavisse, sont d'un avis opposé à celui d'Elysée Reclus : « Le domaine 

« des dolmens dans la Méditerranée se borne à la Corse Les dolmens 

manquent dans l'Italie, dans la Grèce. » Tome I, 2^ pailie, p. 9. 

4. Quatrefages (de), L'Espèce humaine, p. 134. 



8 CHAPITRE l«^ § 2. 

« nous prononcer d'une manière absolue sur le nom à donner à 
« ce peuple, nous pouvons affirmer qu'il appartenait à ce courant 
« d'émigration qui, partant de l'Orient, a semé sur une partie 
« de l'Europe et de l'Afrique ses monuments mégalithiques, 
« seulement il a dû arriver en Sardaigne probablement plus tard, 
« à en juger par le degré de civilisation qui a produit les nu- 
« raghs de Sardaigne. Des siècles séparent peut-être l'époque 
« mégalithique continentale de celle de Sardaigne. 

« Les tombeaux des géants de Sardaigne sont généralement 
<( considérés comme contemporains des nuraghs. Leur cons- 
« truction dénote la même origine que les tombes mégalithiques 
« d'Europe, mais avec le perfectionnement de la pierre 
« taillée i. » 

Conclusion : Les monuments mégalithiques de la Sardaigne 
ont été construits par un peuple venant de l'Est et à une date 
postérieure à l'érection des dolmens de la Corse, Enfin, et c'est 
le point essentiel, les constructeurs des dolmens de la Corse ne 
peuvent venir de Sardaigne. Ils viennent donc de l'Afrique, de 
l'Espagne ou de la France. 

Mais comment admettre qu'ils ont pu partir de l'Afrique, sans 
s'arrêter soit en Sicile, soit en Sardaigne, îles plus rapprochées 
des côtes africaines, plus fertiles que la Corse et partant plus 
attrayantes ? Nous sommes en présence, ne l'oublions pas, d'un 
peuple navigateur qui, s'il avait suivi sa route du Sud au Nord, 
n'aurait pas manqué de signaler son passage dans toutes les 
îles du bassin occidental de la Méditerranée. 

Tiendrions-nous de l'Espagne ces aïeux mystérieux ? On est 
tenté d'admettre cette hypothèse, lorsqu'on considère qu'une 
partie des dolmens de la Corse est répartie le long de la côte 
occidentale, c'est-à-dire face à l'Espagne. Mais la grande 
distance qui sépare la pointe de la Nao du cap Rosso, environ 
450 kilomètres ; l'absence totale de dolmens dans les îles 
Baléares 2 et en Sardaigne ; la présence dans ces îles de monu- 
ments de même origine et de même date 3, paraissent 



1. Baux et Gouin, Essai sur les Nuraghs et bronzes de Sardaigne, Paris, 
Reinwold, 1884. p. 190, 193 et 200. 

2. La Marmora, tome I, p. 120. 

3. Elysée Reclus, UEurope méridionale^ p. 795. 



PÉRIODE PRÉHISTORIQUE. 9 

prouver que les constructeurs dés dolmens de l'Espagne n'ont 
jamais émigré en Corse. 

Par élimination nous arrivons donc à reconnaître que les 
architectes des monuments de Tenda et du Rizzanese sont venus 
des côtes de France. 

Il y a des preuves plus positives encore : « Les pointes de 
flèches de Tâge de la pierre trouvées en Corse se divisent en deux 
grandes catégories : certaines allongées (comme dans les îles qui 
séparent Tltalie de la Corse), sont du type italien ; d'autres plus 
triangulaires, à barbelures plus prononcées et à pédoncule 
mieux proportionné sont de forme française. .On en trouve de 
semblables dans les dolmens des Causses, de la Lozère et de VHé- 
rault. Ces pointes de flèches ont été trouvées à la surface du sol 
sur le mont Patro, qui domine le canton d'Olmi-Cappella ; sur le 
pic del Santo, près de Palasca, au-dessus d'Ochiatana ; près du 
Pian delta battagtla et sur le territoire de Belgodere l. » On ne 
saurait mieux délimiter le groupe septentrional des dolmens 
corses. 

Qui a pu apporter en Corse ces armes ou ces outils de forme 
française, semblables à ceux quon trouve dans les dolmens du Sud 
de la France, sinon les constructeurs de ces dolmens ? Puisque 
les archéologues admettent que les dolmens de la Corse sont, en 
tous points, semblables à ceux de la Bretagne et de la Provence, 
il n'est point téméraire de compléter l'analogie en disant 
qu'ils datent de la même époque, c'est-à-dire de l'âge de la 
pierre polie. 

N'est-ce point en faisant la même comparaison, qui vient 
naturellement à l'esprit, que le docteur Bertholon, dans ses belles 
études sur l'anthropologie, rapporte, en adoptant l'opinion du 
docteur Collignon, la construction des monuments mégalithi- 
ques de Tunisie à la même race que ceux des monuments 
semblables d'Europe et montre que cette race a dû envahir le 
Nord de l'Afrique en même temps que l'Espagne, ou même 
après, au temps de la pierre polie ou des premiers métaux 2. 



1. Caziot (commandant), BuUetin de la Société d'anthropologie de Paris, 
page 469. Paris, 1897. 

2. Bertholon (docteur), Résumé de l'anthropologie de Tunisie ; Berger- 
Levrault, 1897. 



10 CHAPITRE l*^ § 2. 

Celle émigralioii esl-elle postérieure ou antérieure à l'arrivée 
de rhomnie néolithique de Bonifacio ? Les objets préhistoriques 
en obsidienne, découverts par le capitaine Ferton et soumis par 
le commandant Caziot, à l'examen de M. Mortillet ont été 
reportés au robenhausien ; ils seraient donc postérieurs à la 
période des dolmens. 

L'homme qui a élevé ces dolmens serail-il le premier habi- 
tant de la Corse ? On est tenté de répondre par la négative, 
puisque ces monuments ne sont pas répandus dans toute Tile ; 
ils font défaut dans tout l'en-deçà des monts et dans toutes les 
hautes vallées qu'aucun des peuples historiques envahisseurs 
n'a pu conquérir entièrement. Et pourtant à Theure actuelle 
aucun monument, aucun texte ne nous autorise à affirmer que 
la Corse a été habitée antérieurement à l'époque des dolmens. 

L'émigration du peuple des dolmens fut-elle bien considérable ? 
Les savants travaux de M. Bertrand prouvent surabondamment 
que ces monuments sont des tombeaux de chefs, ou des tom- 
beaux de famille et de tribu i. De leur nombre découle l'impor- 
tance de l'émigration ; tout porte donc à croire qu'elle n'a pas 
dû être très importante. Il est vrai qu'il y a lieu de tenir compte 
de l'opinion des archéologues qui pensent que beaucoup de 
ces tombeaux ont été certainement anéantis et ne sont pas 
parvenus jusqu'à nous; mais il ne faut pas exagérer l'impor- 
tance de ces disparitions, surtout en Corse, où la pierre abonde 
et où les moyens de destruction ont toujours été fort limités. 
Il nous semble plus raisonnable d'admettre que beaucoup de 
monuments mégalithiques sont encore dans leur état primitif, 
c'est-à-dire fermés et recouverts d'une enveloppe de terre ou 
tumulus. 

Enfin et pour nous résumer : 

1° La présence de l'homme en Corse, pendant la période 
quaternaire, n'est pas suffisamment démontrée ; pendant la 
période néolithique elle est indiscutable ; 

2** Des dolmens indiquent qu'à cette époque, des hommes 
probablement venus des côtes françaises occupaient le Nord et 
l'Est de l'île 2 ; 

1. Bertrand (A), La Gaule avant les Gaulois, p. 124. 

2. « Les dolmens de l'Algérie et du Maroc témoignent qu'avant 1500 des 



PÉRIODE PRÉHISTORIQUE. 11 

3° Des objets en obsidienne témoignenl, jusqu'à preuve du 
contraire, que, pendant la période robenhausienné, des hommes, 
venus de Sardaigne, occupaient les environs de Bonifacio ; 

4° Des objets de la période néolithique et d'origine italienne 
affirment la présence d'hommes venus d'Italie ; 

5° Dans l'état actuel de la science on est obligé de reconnaître 
qu'antérieurement à la construction des dolmens nous ne 
trouvons, en Corse, aucune trace de la présence de l'homme. 



\ 



« invasions de proclic en proche d'un peuple blond venu du Nord s'étaient 
(( déjà produites. On pourrait donc ainsi fixer la terminaison de la pierre 
« polie en Afrique, vers l'an 2000 environ. » Topinard (D^), U Anthropologie. 
Paris 1894, p. 447. — Le même raisonnement semble pouvoir s'appliquer à 
la Corse, 



CHAPITHE II 



PÉRIODE PROTO-HISTORIQUE. 

Sommaire. — § 1. Les Libyens en Corse, sous le nom de Gorsi ; les 
Shardana et les Corsi appartiennent à la même race. — § 2. Les 
Ibères en Corse. -— § 3. Les noms de lieu semblent prouver la 
parenté des Corses et des Basques. — § 4. Date approximative de 
l'arrivée des Ibères en Corse. — § 5. Les Ligures en Corse ; le nom 
Corsica n'est pas ligure.— §6. Parenté des Corses et des Ligures prou- 
vée parles noms de lieux. — §7. Les Celtes n'ont pas occupé la Corse. 
■— §8. Des Celto-Ligures et des Celtibères ont dû passer en Corse. — 
§ 9. Importance des migrations ligures en Corse. — § 10. Les Ligures 
et les Corses actuels devant l'anthropologie. — § 11, Les Phéniciens. 
— § 12. Les Etrusques ou Pélasges-Tursânes. 

§ 1. Les Libyens en Corse sous le nom de Corsi ; les. Shardana et 

les Corsi appartiennent à la même race. 

Aussi haut que nous pouvons remonter dans le lointain des 
âges, l'histoire nous apprend que la Corse a été peuplée par des 
Libyens, des Ibères et des Ligures. Plus tard les Phéniciens, 
les Etrusques, les Phocéens et les Carthaginois ont tour à tour 
occupé ses côtes, peuplé des colonies peu nombreuses et, dans 
tous les cas, exploité, dans la limite de leur propre tempéra- 
ment, les populations indigènes qui semblent s'être peu altérées 
au contact de leurs dominateurs passagers. 

L'unique texte sur lequel nous pouvons nous appuyer, pour 
avancer que les Libyens ont occupé la Corse, est tiré de la 
Phocide de Pausanias qui écrivait au ii® siècle de notre ère : 
« A peu de distance de la Sardaigne il est une île appelée par 
« les Grecs Cyrnos et par les Libyens qui l'habitent Corsica. 



PÉRIODE PROTO-HISTORIQUË. 13 

« Une partie non minime de la population, écrasée dans une 
« sédition, passa de cette ile dans celle de Sardaigne et se 
« tailla dans la montagne un territoire où elle s'établit. Les 
« Sardes nomment ces émigrés du nom qu'ils ont apporté de 
« leur pays, Corses l ». 

La légende est plus précise, Sardus fils d'Hercule et fondateur 
mythique de la Sardaigne aurait eu un frère Cyrnos. A la tête 
d'une nombreuse armée de Libyens, l'un et l'autre auraient 
quitté l'Afrique pour venir s'installer, le premier en Sardaigne, 
le second en Corse, donnant leurs noms aux deux îles 2. H faut 
reconnaître là, l'usage grec qui, pour tout pays dont la pre- 
mière histoire était perdue dans la nuit des temps, imposait un 
héros éponyme. 

Nous ne citerons que pour mémoire le passage de Cicéron 
qui, dans son discours pour Scaurus, traite les habitants de la 
Sardinia, province qui comprenait les deux îles, de vils 

1. Phocide, 1. X, c. VII, §8 ; éd. Didot-Dindorf. 
Deinceps sûnt insulte Gymnesiœ ; prope lias Busus 
ac potentissima Sardinia et amabilis in mari Cyrnus, 
quam quidem indigense homines Corsicam appellant ; 
silvis autem tantum quantum illa abundat nulla. 
Dyonisii, Orbis descriptio, v. 457-460. 

Ëustathe dans ses Commentarii du vers 458 ajoute : 

Insularum Ligustici maris, secundum Siciliam, maximae suut Sardinia et 
Cyrnus. At enim Gyrnum vocant etiam, ut est apud Dyonisium, Gorsidem, 
vel ex quorundam exemplarium fide, Gorsicam. Atque, ut alii quidem aiunt, 
Corsis appcllatur a Gorsa, serva quœ boves pascebat ; verum, ut vult 
Dyonisius, dicitur Corsis propter tuç Koptruç^ quœ ibi sunt. — M. Charles 
Toubin dans son Essai d'étgmologie historique et géographique, (Paris, 
Alphonse Picard, 1892), propose l'étymologie suivante que nous donnons, 
sous toutes réserves : Cgrnus, ancien nom grec de la Corse ; du sanscrit 
çirna, divise, partagé, çirna mince, petit. Prop.:la petite île par comparaison 
avec sa voisine la Sardaigne. Corsica : du sanscrit Kic, amincir, rendre petit, 
Kârcia, ténuité, petitesse. Prop. : la petite île. 

2. Corsica insula grœcè Gyrno Herculis fîlio. (Servius Honorius, Bue, IX, 
V. 30, éd. Thilo-Hagen). — Sardus, Hercule procreatus, cum magna multitudine 
a Libya profectus, Sardiniam occupavit et ex suo vocabulo nomen dédit. 
(Isidore, Origines, 1. XIV, c. VI, § 39). — Corsica a Cyrno ejusdem Sardi fratre 
et Herculis filio dicto qui ex Lib3'^a veniens insulam ipsam habitasse et de 
suo nomine nuncupasset. Salvator Vitalis, Apparatus ad annales Sardinia?, 
p. 22. 



14 CHAPITRE II. § 1. 

carthaginois et d'africains l. Quelques noms de lieux semblent 
prouver le passage des Libyens en Corse 2. 

Il convient d'ajouter que Pausanias, Silius Italiens, Soliii et 
Isidore de Séville font arriver en Sardaigne les Libyens avant 
tout autre peuple 3. Or, si nous en croyons un passage de 
Varron, heureusement reproduit par Servius, dans les temps 
reculés, la Corse et la Sardaigne ne formaient qu'une nation, 
soumise à un même roi, le mythologique Phorcus, fils de 
Neptune et de la nymphe Thoosa *. Les textes sur l'origine des 
Sardes paraissent ainsi pouvoir s'appliquer aux Corses 5. 

L'histoire des Libyens ne nous est guère connue, mais il est 
certain que, dès le XVI* siècle avant Jésus-Christ, ils avaient 
une marine et se trouvaient en relations fréquentes avec les 
peuples des îles et des côtes de la Méditerrannée 6. 

Une inscription trouvée à Karnak, par Mariette-Bey, nous 
apprend que Marmaiou, fils de Deid, roi des Libyens, organisa 
une alliance des peuples des îles de la grande mer, pour l'envahis- 
sement de l'Egypte gouvernée par Thothmès III. La confédéra- 
tion comprenait, indépendamment des tribus Libyennes, les 
Shardanas ou Sardiniens, les Shakalshas ou Sicules, les Âkaou- 



1. Cicéron, Pro Scauro, passim. 

2. Ptolomce place dans la Mauritanie ou dans la Libye : Ziglia, rivière ; 
Lixttj rivière ; Zilia, ville ; Zalaco, mont ; Vittaca, oppidum ; Charax, 
oppidum ; Gaulo, oppidum ; Pallas, oppidum. Or nous trouvons en Corse : 
Zigliara, village ; Liscia, (en latin Lixa), rivière ; Zalana et Zevaco, villages ; 
Villaca^ mont ; Charax, ville (Strabon), Pallas, ville (Ptolémée). Gaula 
(Golo), rivière (Ptolémée) ; Azillona, village. 

3. Pausanias, livre X, c. 17 §2 et 5; éd. Didot-Dindorf, p. 512.— Silius Italicus, 
Punica, livre XII, vers 359-360.*— Solin, 4, 1 ; éd. Mommsen, p. 50. 

4. Phorcus dicitur Thoosse nymphœ et Neptuni filius ; ut autem Varro 
dicit, rex fuit Corsicœ et Sardiniœ, qui cum ab Atlante rege navali certa- 
mine cum magna exercitus parte fuisset victus et obrutus, fînxerunt 
socii ejus eum in deum marinum esse conversum. Servius, AEn, V, vers 824, 
éd. Teubner-Thilo et Hagen. 

5. Il convient de n'attacher aucune importance aux récits fantaisistes de 
quelques écrivains insulaires qui confondent la Corse avec l'île de Théra 
primitivement appelée Calliste. 

6. Archeologia XXXVHI. — Revue arch. Vol. IV, année 1861. — Archives 
des Missions scient, t. IV, p. 309, année 1872. 



i 



PÉRIODE PRÔTO-HlSTORlQUE. 15 

sas OU Achéeiîs ; il faudrait y joindre « sans doute aussi 
toutes les populations insulaires depuis Chypre jusqu'aux 
Baléares » i. 

« Dans les S'ardana, dit M. de Rougé 2, nous y voyons les 
« ancêtres du peuple Sarde (Sardinienses,) (Sardonici,). Le cou- 
« rant qui porta plus tard les Carthaginois en Sardaigne et en 
« Sicile, avait donc commencé à se faire sentir dès le temps de 
« la domination Libyenne, et les données égyptiennes sur Taffi- 
« nité de ces divers peuples de la mer viennent éclairer et 
« confirmer les traditions classiques de la manière la plus inat- 
« tendue. Sans m'arrêter ici à discuter tous les noms géogra- 
« phiques assez nombreux qui pourraient prouver l'existence 
« de cette famille je citerai : 

« les Sordici, dans l'Adriatique, 

« Sardica, ville d'Illyrie, 

« Sardonici, au pays des Libures. » 

M. d'Arbois de Jubainville reprenant la question estime 
« qu'avant les Phéniciens et bien avant les Ligures, les Sordes 
« ou Shardana, auraient occupé tout ou partie des côtes de la 
« Méditerranée entre les Pyrénées et le Rhône. 3 ». Il s'appuie 
sur l'autorité d'Avienus, de Pline et de Pomponius Mêla qui 
placent les Sordi ou Sordones dans le pays qui fut plus tard le 
Roussillon. 

Avec les Shardana, nous nous trouvons donc en présence 
d'un peuple qui aurait occupé la Sardaigne, une partie des côtes 
de la Méditerranée, françaises et italiennes, sans qu'aucun texte 
nous autorise à supposer qu'il a aussi peuplé la Corse. Tel est 
cependant notre avis que nous allons essayer de justifier ; nous 
pensons même que Corsi et Shardana désignent des peuples de 
même origine. Nous avons vu que des savants, comme M. 
d'Arbois de Jubainville et M, de Rougé, ne craignent point 
d'affirmer la présence d'un peuple, dans une région déterminée, 
en s'appuyant sur l'origine des noms de lieux. 

1. Conestabile, Archives des missions scientifiques, Jtome VII, p. 309, année 
1872. — Chabas, Etudes sur l'Antiquité historique, 2« éd. p. Î79, 181 et 184. 

2. Revue archéologique, tome XVI, p. 37. 

3. d'Arbois de Jubainville (H.), Les premiers habitants de VEurope, 2» édlt., 
t. I, p. 189. 



16 CHAPITHE II. § 1. 

Appliquons cette méthode à la Corse. Le passage des Shardana 
y est nettement accusé par : 

Matisa-Sardo (Sartène ou Sardène) i ; 

Sardagena, localité 2 ; 

Sardaggia, mont 3 ; 

Sardo, mont 4 ; 

Casa di Sardo ^ ; 

Local usardo 6. 

Tous ces noms, à Texception de Localusardo, s'appliquent à 
des lieux situés dans le sud-ouest de File, dans la région qui 
parle le même dialecte que la Sardaigne. Serait-il téméraire 
d'avancer que les Shardana ont occupé cette partie de la Corse ? 
Nous ne le pensons pas. Pour nous, les Shardana ont laissé 
leur nom à la Sardaigne et à l'arrondissement de Sartène, les 
Corsi ont donné leur nom à la Corse et à une partie de la Sar- 
daigne ancienne, mais les uns et les autres appartenaient à la 
même race et ne formaient, à l'origine, qu'une nation soumise 
à un même maître, représenté par le mythologique roi Phorcus. 
Il est donc tout naturel de trouver, dès l'antiquité la plus reculée, 
l'oppidum Sardo, en Corse, et la tribu des Corsi, en Sardaigne 7. 

1. Ptolémée, Geographia, Didot-Mûller t. I, p. 372, n. 4. 

2. Donation à Tabbaye de Monte-Christo, de- l'an 1034, reproduite par 
Muratori et le Bul. de la Soc, des études historiques de Bastia, Vol. IV, p. 191 ; 
à rapprocher de Sordicena gleba d'Avienus, Ora maritimay v. 568. 

3. Carte de l'état-major, f. 265. 

4. Carte de Vétat-major, f. 264. 

5 Atlas de Vlsle de Corse, par Bellin, planche XXIX. 

6. Pétri Cyrnœi, De rébus Corsicis, libri quatuor, trad. Letteron, p. 17. 

7. Les Corsi de Sardaigne quoique placés par Ptolémée au sud de Tibulati 
devaient occuper une partie de la j^rovince actuelle de Gallura. (La Marmora, 
I, p. 412) m Les gens de Sassari ne se disent point Sardes ; ils laissent ce 
nom, pour eux un peu synonyme de barbare, aux habitants de l'intérieur et 
des côtes méridionales. Autrefois il y avait une grande rivalité et même de la 
haine entre les Sardes du Nord, capo di sopra, et ceux du midi, capo di sotto, 
et les uns et les autres ne parlaient de leurs voisins qu'en terme de mépris ; 
l'instinct de vendetta pailageait l'île entière en deux moitiés ennemies. » 
(E. Reclus, L'Europe méridionale, p. 601). Il est curieux de rapprocher cette 
constatation des observations de Thevet au sujet des Corses : « La Corse se 
divise en deux parties : Bande di dentro et Bande di fuori. Je ne peux jamais 
sçavoir de ce peuple qui est la cause dont ils sont ainsi divisés et pourquoi ils 
s'en veulent, comme font l'Ânglois et l'Escoçois ». Thevet (A), La Cosmogra" 



PÉRIODE PROTO-HISTORIQUE. 17 

Mais tandis que les Shardana s'installent dans le Sud-Ouest 
de la Corse, les Corsi poursuivent leur route, vers le Nord, et 
jalonnent leur marche de noms qui, comme autant de gîtes 
d'étape, marquent leurs efforts et rappellent leur souvenir i. 

Nous trouvons ainsi dans l'île : le canton de Corsa, l'île des 
Corsi 2, la rivière de Corsigliese 3, les hameaux de Corsoli et 
de Corsacci, le ruisseau Corso et la pointe Corsa *. Il ne suffit 
pas à ces hardis navigateurs d'occuper la Corse ; bientôt ils 
traversent la mer et s'installent sur les côtes d'Italie où ils fon- 
dent Populonîa 5. 

phie universelle, Paris 1572, p. 712. Il convient d'ajouter que les Corses de la Bande 
di dentro et les Sardes de Sassari parlent le même dialecte : « Corsorum idioma 
Tempium et contermina regio, ad Sassaritanam usque urbem loquitur. Unde 
non quidem vère Sardoum, sed Cyrnaeum est illis peculiare Collogium. » 
Salvator Vitalis, Apparatus ad annales Sardiniœ, p. 88« 

1. Dans sa curieuse Introduction à l'histoire ancienne, Victor Fournie laisse 
croire que les Shardana venaient du Nord. « Une branche basco-ibère, les 
Sordi ou Sordones des Romains, les Shardana des Égyptiens, se nommant 
sans doute les S. Arda, (les marcassins), est partie de la Cerdagne, Serdinya, 
a conquis la Sardaigne sous un amiral, Norax, évidemment basque. Je pense 
que Sartène est ibère comme la Sardaigne. » p. 122, 135. 

2. Insula Corsorum, Cursa civitas, Petrus Cyrnaeus, p. 13. 

3. Carte de Vétat major, f »« 263. 

4. Carte de Vétat major, fi« 265. — Bellin, Atlas, planche XIV. 

5. Quidam Populoniam, post XII populos in Etruria constitutos, populum 
ex insula Corsica in Italiam venisse et condidisse dicUnt, alii Populaniam 
Volaterranorum coloniam tradunt ; alii Volaterranos Corsis eripuisse Popu- 
laniam dicunt. Servius ad Mneid. 1. X, vers 172. L'abbé Lanzi a cru qu'il 
fallait entendre, par les Corses auxquels le commentateur de Virgile faisait 
allusion, les descendants des Phocéens qui s'étaient emparé de l'île de Corse. 
(Lanzi, Saggio di lingua Etrusca, t. II, p. 65.) M. Milingen, a supposé que la 
conjecture de Lanzi devait recevoir une confirmation de la découverte d'une 
monnaie d'argent de Populonia portant un type évidemment imité de ceux 
de rionie et appartenant précisément à l'époque où les Phocéens étaient 
établis dans la Corse. (Considérations sur la numismatique de l'ancienne 
Italie, p. 164.) Nous préférons, après mûr examen, nous en tenir à l'opinion 
de Mommsen : « Les Etrusques eurent aussi d'amicales relations avec les 
villes grecques, témoins les monnaies d'or et d'argent frappées dès l'an 200 
de Rome, (550 ans avant J.-C), sur le modèle et d'après le titre des pièces 
grecques, dans les villes de l'Etrurie et notamment à Populonia. » (Hist, 
Romaine, trad. Alexandre, I, p. 194). La monnaie de^ Populonia, du type 
ionien, nous paraît prouver que la ville avait des relations avec les colonies 
grecques et non qu'elle a été fondée par les Phocéens venus de la Corse. 

2 



18 CHAPITRE II. § 1. 

Que faut-il entendre par Libyens et par Shardana ? Hérodote 
appelle Libyens tous les peuples qui habitent l'Afrique septen- 
trionale 1. Les Libyens et les Gétules furent les premiers habi- 
tants de la Sardaigne, écrit Gustave Boissière. Ils doivent être con- 
sidérés comme autochtones, ceux dont les hiéroglyphes égyptiens 
font mention sous le nom de Lebous, ceux dont un papyrus plus 
récent désigne le pays sous le nom de Tarnahoux ; ce sont les 
indigènes bruns, les antiques fabricateurs de ces instruments 
en silex, de ces pierres taillées qui sortent du sol africain, plus 
nombreuses chaque jour ; c'est en un mot le berbère qui vit 
aujourd'hui près de nous, et dont les purs échantillons, échap- 
pant à toute conquête, se sont réfugiés dans les inaccessibles 
retraites du plateau central 2. M. d'Arbois de Jubainville pense 
que les plus anciens Libyens sont identiques aux Ibères et il 
considère les Shardana comme un peuple ibère 3. Nous admet- 
tons donc que les Libyens qui, au dire de Pausanias, habitaient 
la Corse, étaient des Ibères et nous passons à l'étude des textes 
et des arguments qui signalent l'installation des Ibères dans 
l'île. 

§ 2. Les Ibères en Corse. 

Nous savons, par les témoignages de Pausanias et de Solin, 
que, longtemps avant la guerre de Troie, les Ibères auraient 
envoyé une colonie en Sardaigne, habitée jusqu'alors par des 
hommes logés épars dans des cavernes et des cabanes 4. Au 
premier siècle de notre ère, Sénèque signale leur présence, en 
Corse : « Après les Grecs et les Ligures, les Espagnols descen- 
« dirent dans cette île, comme l'atteste la ressemblance des 
« usages. Les Corses ont du cantabre et le couvre-chef et les 
a chaussures et aussi quelques mots de sa langue ; car tout leur 
« idiome primitif s'est altéré par un long commerce avec les 
« Grecs et les Ligures, 5. » 

1. Hérodote, livre XI, 32, § 5. 

2. Boissière, L'Afrique Romaine, tome I, p. 86. 

3. D'Arbois de Jubainville, tome I, p. 37, 41, 43 et 67. 

4. Pausanias, Phocide, L. X, c. 17, § 2 et 5, édit. Didot, p. 512. 

5. Hœc ipsa insula sœpe jam cultores mutavit. Ut antiquiora quse 
vetustas obduxit, transeam. Phocide relicta, Graii, qui nunc Massiliam 
incolunt, prius in hac insula consederunt. Ex qua quid eos fugaverit 



I 



PÉRIODE PROTO-HISTORIQUE. 19 

Sénèque écrivait ces mots en Corse où il fut exilé, de l'an 41 
à l'an 49 de notre ère. Il a pu se tromper dans la détermination 
de Tordre chronologique des diverses immigrations passées en 
Corse, mais son témoignage n'en conserve pas moins une valeur 
sérieuse, nous dirions volontiers indiscutable ; cantabre, fils de 
cantabre, il était mieux placé que personne pour pouvoir recon- 
naître dans l'idiome corse la langue de ses premières années i ; 
mieux que personne aussi, il pouvait comparer les usages des 
deux pays et détailler leur habillement ; enfin il a vécu à côté 
des populations dont il parle ; c'est un témoin oculaire, parfois 
sévère, au tempérament aigri par l'exil, mais digne de foi parce 
qu'il a pour lui la science et le désintéressement. Rien ne semble 
l'obliger à reconnaître dans ces barbares qu'il malmène avec 
tant d'âpreté les descendants de ses propres concitoyens. 

Parmi les usages singuliers communs aux Corses et aux 
Ibères, il en est un particulièrement caractéristique ; nous vou- 
lons parler de la couvade. « Ce qu'il y a de plus incroyable, chez 
« les Corses, écrit Diodore de Sicile, c'est ce qui se passe à la 
« naissance des enfants ; quand une femme accouche on ne 
« prend d'elle aucune espèce de soin, son mari se met au lit, 
« comme si c'était lui qui était souffrant des suites de couches, 
« et il y passe le nombre de jours réglementaires, comme si son 
« corps avait subi quelque fâcheuse atteinte 2. » 

Or Strabon fait exactement la même remarque en parlant 
des Ibères. « Les femmes, dit-il dans la description de l'Espagne, 
ont une énergie virile égale à celle des hommes ; elles cultivent 
la terre, et quand elles viennent d'accoucher, elles servent leurs 
maris, après les avoir fait mettre au lit à leur place 3. » 

incertain est : utrum cœli gravitas, an prœpotentis Italiae couspectus, an 
natura impoiluosi mari ; nam in causa non fuisse feritatcm accolarum, eo 
apparet, quod maxime tune tnicibus et inconditis Gallise populis se 
interposuerunt. Transierunt deinde Ligures in eam, transierunt et Hispani, 
quod ex similitudine ritus adparet ; eadem enim tegumenta capitum, 
idemque genus calceamenti, quod Cantabrio est, et verba quaedam ; nam 
totus sermo, conversatione Grsecorum Ligurumque a patrio descivit. Sénèque, 
Consolatio ad Helviam, c. 7, § 8 et 9 ; éd. Teubner-Haase, t. I, p. 244. 

1. Sénèque naquit à Cordoue ; son père, d'origine romaine, était lui-même 
né à Cordoue. 

2. Diodore de Sicile, 1. V, c. 14 ; édit. Didot, tome I, p. 262, 1. 23-28. 

3. strabon, 1. III, c. IV, édit. Didot, p. 137, 1. 2-5. 



20 CHAPITRE II. § 2. 

Certes il serait téméraire d'affirmer que les Ibères ont occupé 
la Corse, ou une de ses parties, sans d'autres preuves que le 
simple rapprochement d'un usage qui, dans l'opinion des Grecs, 
du moins, était général chez les nations barbares et que de nos 
jours encore, nous trouvons chez des peuplades qui sont mani- 
festement étrangères les unes aux autres i. Mais cette observa- 
tion, comme le fait remarquer M. H. Nissen, confirme la thèse 
de Sénèque 2. 

L'origine des Ibères nous est inconnue. M. d'Arbois de 
Jubainville les considère comme les descendants des légendai- 
res atlantides 3. 

Les Ibères ont-ils encore des descendants, sinon purs de tout 
mélange, mais se rapprochant encore par leur langue et leurs 
mœurs de leurs mystérieux ancêtres ? Quelques savants croient 
avoir retrouvé des Ibères dans les basques français et espa- 
gnols 4. La question, sans être résolue, ferait un pas de plus si l'on 
pouvait prouver que les basques et une partie des corses actuels 
ont la même origine. De temps immémorial ces deux nations 
n'ont eu aucun contact et si, réellement, leurs langues présentent 
certains caractères communs on serait en droit de conclure 
qu'elles ont eu des aïeux de même race. Ces aïeux ne pourraient 
être que les Ibères, dont la langue, au dire de Sénèque, était 
parlée par les Corses. 

1. « La couvade a été constatée en Europe, en particulier, chez les Basques, il y 
a encore peu de temps ». Zaborowski, art. Couvade de la Grande Encyclopédie. 

2. Nissen (H.), Italische Landeskunde, Berlin 1883, t. I, p. 551. 

3. D'Arbois de Jubainville, tome I, p. 24 et 67-73. 

4. Reclus (E.), L'Europe méridionale, p. 258. — « Le type basque s'étendait 
« jusqu'aux Canaries, sous le nom de Guanches ; il y a de fortes présomp- 
« tions qu'il a empiété sur l'Europe méridionale et que le fond commun le 
« plus ancien de la péninsule ibérique, du bassin de la Garonne et des îles 
« de la Méditerranée est berbère. » Topinard, L'Anthropologie, 1894, p. 475. 

(( Les Ibères sont les ancêtres des Espagnols et plus particulièrement des 
a Vascons et des Basques... Qui dit Vascons dit Basques, qui dit Basque dit 
« fils des anciens U^ères. » Desjardins, t. 11, p. 40 et 382. Julien Vinson est plus 
circonspect : « Au surplus, écrit-il, il est vraisemblalîle que jamais il n'y a 
« eu, dans le sens propre du mot, de nationalité basque. L'existence dans 
« toute l'Espagne, dans le Midi de la Gaule, en Italie et jusqu'en Sardaigne 
« et en Corse, d'une seule et même race, dite Ibérienne, qui aurait parlé une 
(( langue parente du basque n'est qu'une hypothèse sans fondement sérieux. » 
Art. Basques de la Grande Encyclopédie,. 



PÉRIODE PROTO-HISTORIQUE. 21 

§ 3. Les noms de lien semblent prouver la parenté des Corses 

et des Basques. 

Dans cette étude nous examinerons successivement : 

1° Les noms géographiques de la Corse explicables par le 

basque ; 
2° Les noms géographiques communs à la Corse et aux pays 

basques ; 
3° Les noms de lieu de la Corse formés à l'aide d'un radical, 

probablement basque. 

Noms géographiques de la Corse explicables par le basque. 

L'étude des noms de lieu de la Corse a permis, au prince 
L. L. Bonaparte, un basquisant des plus autorisés, de relever, 
dans l'île, un certain nombre de noms restés inexplicables, à 
son avis, par toute autre langue que l'euskarien. 

« Cependant, écrit le savant philologue, je ferai observer, que 
« quand même les dialectes corses présenteraient plus de noms 
« locaux basques qu'ils n'en présentent, cela ne prouverait pas 
« que les Corses soient d'origine euskarienne.... La nature des 
« dialectes de l'île confirme, en effet, leur origine latine, tandis 
« que l'existence de plusieurs mots explicables par le basque est 
« favorable à l'opinion que les Euskariens ne se soient pas bor- 
« nés à un simple passage par la Corse, mais qu'ils s'y soient 
« réellement établis.... Pour pouvoir admettre que les Corses 
« soient d'origine basque, il faudrait que leurs dialectes évidem- 
« ment néo-latins, présentassent un certain nombre de mots bas- 
« ques, autres que les noms locaux, car ces derniers sont les seuls 
« qui puissent persister dans la langue du peuple qui- succède. 

« Pour ce qui se rapporte aux noms locaux de la Corse qui 
« restent encore inexplicables, je prétends en diminuer la liste 
« par le moyen du basque. Une bonne partie du vocabulaire 
« euskarien des temps anciens est d'ailleurs ignoré ; mais, si rien 
« ne prouve que les noms locaux inexplicables aient jadis 
« été basques, rien ne prouve non plus qu'ils n'aient pu appar- 
« tenir à cette langue, puisqu'elle se trouve en état d'expliquer 
« ceux qui suivent : 



22 



CHAPITRE II. § 3. 



Noms locaux 


MOTS KT ROUS lOCm 


Traduction 


Corses. 


Basques. 


et indicalion géographique. 


Aïtona (forêt d) 


Alton ; Aitona 


Gr^'-père; legr**-père. 


Arro (village) 


Arro 


Vain orgueilleux. 


Artic^ (montagne) 


Artica (village) 


(en Navarre). 


Asco (village) 


Asco 


beaucoup, plusieurs. 


Asto (montagne) 


Asto 


âne. 


Bilia (village) 


Belia 


Le corbeau. 


Creno (étang) 


Cerain (bourg) 


(en Guipuscoa). 


Ersa (village) 


Ertza 


le bord. 


Ghisonaccia (village) 


Guizonac 


les hommes. 


Ghisoni (village) 


Guizoni 


homme. 


Goria (étang) 


Gorria ; Guria 


le ronge adj; le nioa adj. 


Guitera (village) 


Guetaria (bourg) 


(en Guipuscoa). 


Lincinosa (montagne) 


Linzoain (village) 


(en Navarre). 


Lozzi (village) 


Loza (village) 


/en Navarre et enAlava/ 


Ocana (village) 


Ocarana 


la prune (en biscaîen) . 


Orbadans Vagliorba m* 


Orba (vallée) 


(en Navarre). 


Ose (rivière) 


Oso 


entier. 


Ota (village) 


Ota 


ajonc (en biscaîen). 


Ovace (montagne) 


Obanos (bourg) 


en Navarre. 


Scata (village) 


Ezcata 


écaille (de poisson). 


Sari (village) 


Sari ; Sare (village) 


prix, réccmpease (en Labourd). 


Tavaco (village) 


Tabar (village) 


(en Navarre). 


Tartagine (forêt) 


Tertanga (village) 


(en Alava). 



« Je ne considère pas tous les mots de cette liste, que je pour- 
rais enrichir de plusieurs autres, comme des pièces également 
probantes ; car, si elle présente des mots qui sont identiques en 
basque et en corse, elle en présente aussi d'autres qui n'offrent 
qu'une ressemblance plus ou moins grande entre les deux 
idiomes i ». 

Les restrictions du prince L. L. Bonaparte semblent justifiées 
au moins pour deux noms : Asco, que M. d'Arbois de Jubainville 

1. Bonaparte (Prince L. L.), Remarques sur les dialectes de la Corse. Lon- 
dres, 1877, p. 9, 10 et 11. 



PÉRIODE PROTO-HISTORIQUE. 



23 



considère comme un suffixe ligure, et Tavaco qui, d'après Fle- 
chia, serait un dérivé du gentilice Octaviacum i. 

Noms géographiques communs à la Corse et au pays basque. 

Nous commencerons par les noms indiqués par Ptolémée, en 
indiquant les régions de l'Espagne qui les ont fournis 2 : 



Régions. 


Noms de localités 
DE l'Espagne. 


Noms de lieux 
Corses. 


Bétique (Turdeiani) 


Corticala, oppidum 


Cortichîato, village. 


d° 


Ucia, oppidum 


Uciani et villages. 


Lusî- ) (Lusitani) 


Caurium, oppidum 


Cauro, village. 


tanie / (Vettones) 


Lama, oppidum 


Lama, village. 


(Callaici) 


Nebio, rivière 


Nebbio, régions et m* 




( Contestani ) 


Tavero, rivière 


Tavera, village 


u 


( Cantabri ) 


Concatia, oppidum 


Conca, village. 


o 


d° 


Vadinia, oppidum 


Vadina, plaine. 


i( rf° 


Vellica, oppidum 


Vallica, village. 


% ( Bastitani ) 


Acci, oppidum 


Acci ou Accia. 


H rfo 


Asso, oppidum 


Asso, col. 


( Vascones ) 


lacca, oppidum 


Cargiaca et Viaca. 


d« 


Calagorina, oppidum 


Calaguccia. 



1. Flechia (G.), Di alcune forme di nomi locali deWItalia superiore, Turin, 
1871, extr. des Atti deWAccademia délie Scienze di Torino, voL XXVII, 1873. 

2. Ptolémée, Didot-Mûller, t. I, c. 5 et 6, p. 1ÎÎ2, 138, 142, 143, 150, 168, 169, 
184, 190. Je pourrais augmenter considérablement cette liste. Autraca, Tarraco, 
Urci, Caracca, Bravum, situés dans VHispania Tarraconensis^ présentent une 
grande analogie avec Antraca, Tavaco, Urcinum, Faracca, Bravone, noms de 
lieu de la Corse. A Leucciana, de Vltinéraire d'Antonin, correspond Lucciana, 
commune de l'arrondissement de Bastia. Dans la GaZZi'a aQ'tizïanzca Limonum, 
Hutani, Carcaso rappellent Liamone, Hotani et Carticaso. Le lecteur a sans 
doute remarqué que je n*ai étudié que les provinces probablement peuplées 
par les Ibères. J'ai soumis ces résultats à une contre épreuve en comparant 
les noms de lieu de l'Italie, cités par Ptolémée, avec ceux de la Corse actuelle. 
C'est à peine si dans Benaco, Caracca, Lucca, Nepeta, j'ai retrouvé les noms 
corses : Venaco, Faracca, Lucca et Nepita. 



24 



CHAPITLE II. § 3. 



Le dictionnaire topographique des Basses-Pyrénées, de Paul 
Raymont, nous fournira aussi quelques rapprochements inté- 
ressants : 



Noms locaux 
DES Basses-Pyrénées. 



Ahaxe, Ahaxa, village 
Arangaixa, ruisseau 
Arriu-sec, Arrio-sec, ruisseau 
Arro, mont 
Asso, village 

Bastide, La Bastida, village 
Benac, village 
Bigurne, ruisseau 
Bizanos'ou Vissanos, village 
Bustancelhay, col 
Bustinu, village 
Elichetge, Elicoche, village 
Jaxu et Jaxou, localité 
Larrebieu et Larrebiu, 
Larribas, ruisseau 
Olette, village 
Onaso et Oneix, village 
Penne-Blanque, mont 
Restone, Restoa, ruisseau 
Sarry, village 
Urculu, mont 
Urtiague, col. 



Noms locaux 
DE LA Corse. 



Ajaccio, ville. 

Aranciasca. 

Arrio-secco, ruisseau. 

Arro, village. 

Asso, col. 

Bastia, La Bastida, ville. 

Venaco ou Benaco, village. 

Bigorno, ruisseau et village. 

Vezzani, village i. 

Bustanico, village. 

do 
Elice, port. 
Ajaccio, ville. 
La Rebbia, village. 
Le Ripe, ruisseau. 
Oletta, village. 
Ornaso, village. 
Penne-Rosse, mont. 
Restonica, rivière. 
Sari d'Urcino, village. 
Urcula, bergerie. 
Urtaca, mont et village. 



Noms de lieu corses rappelant le basque. 

Ne connaissant pas le basque, je suis mal à Taise pour 
essayer, à la suite de M. Luchaire, d'expliquer que beaucoup 

1. En Ligurie, Vettiani fundus est devenu Vezziani, (Walkenaer, L 161). 
De plus un monument découvert à Vezzani, près de Reveroto, (Italie), men- 
tionne les bourgs Vettiani, chez les Genannes. Tartarotti, Memorie antiche 
di Reveroto, p. 50 et 52. Vezzani serait donc un nom ligure. 



PÉRIODE PROTO-HISTORIQUE. 



25 



de noms de lieu de la Corse présentent une analogie frappante 
avec les noms de lieu du pays basque. Ce n'est donc qu'à 
titre d'indication que j'appelle l'attention des savants sur la 
toponomastique corse, convaincu qu'elle peut présenter un 
champ étendu aux investigations des géographes et des histo- 
riens. Je prie humblement le lecteur éclairé d'excuser les 
erreurs, peut-être grossières, qui peuvent se trouver dans ces 
indications. C'est par crainte de ces erreurs que j'ai supprimé 
la partie de ce travail consacré à l'étude des noms de lieu 
corses, formés par les radicaux : as, aran, mun, ili, élit iri, eri, 
ur, guar, que des savants comme Desjardins, de Jubainville et 
Luchaire ont utilisé, avec tant de compétence et de minutie, 
dans leurs études consacrées aux noms de lieu du Sud de la 
France et du Nord de l'Espagne. 

Je me bornerai donc à une énumération des noms corses 
formés à l'aide du suffixe arri ou harri signifiant pierre, trans- 
formé dans certaines régions basques en ar, arra et arro. Pour 
diminuer les chances d'erreurs, je comparerai ces noms à ceux 
relevés par M. Luchaire dans les provinces basques l : 



NOMS DE LIEUX BASQUES 


NOMS DE LIEUX CORSES. 


Artia, mont 


Arlica, mont. 


Argina, carrière de 


Monts : Argiomelle, Arghia, Argiusta, 


pierre 


Argazavo, Arghiavara, Argellajo. 


Harria, mont 


Ariale et Ariola, collines. 


Arraiza, village 


Arazula, col ; Arazza, colline. 


Arri, pierre 


Ario, forêt montagneuse ; Ario, pic ; 




Ario, torrent ; Lozari, rocher sur les 




bords de la mer. 


Arracoas, mont 


Monts : Arragole, Aracale, Aroga. 


Arlet, mont 


Aria, pic. 


Arra, pierre 


Monts : Ara, Aravane, Aravonc, Ara- 




gnasco, Araghiarella, Arao. 


Arro, rocher 


Arro, village. 


Arrêt, mont 


Arreccia, (prononcer Arretchia). 


Ar 


Arso-Mala, montagne. 



1. A. Luchaire, De lingua aquitanica, Paris, Hacliette, 1877, p. 53. 



26 CHAPITRE II. § 3. 

Nous arrêtons celte nomenclature qui ne peut avoir de valeur 
qu^autant qu'elle serait discutée par des savants compétents, 
rompus à la formation des noms de lieu basques et génois i. 

Cependant il nous semble acquis que les noms de lieu de la 
Corse explicables par le basque, aussi bien que les noms de 
lieu communs à l'île et aux pays euskariens, prouvent que la 
■langue basque est bien un idiome ibère. Aucun texte, en effet, 
ne permet de supposer qu'en dehors des Ibères une nation ait 
pu apporter en Corse des noms que nous retrouvons dans les 
Pyrénées françaises et espagnoles. 

Cette constatation fortifie l'hypothèse que les Basques sont, 
sinon des Ibères, au moins un peuple ibère 2. 

La répartition des noms de la Corse, que nous considérons 
comme ayant une origine ibère, présente des caractères impor- 
tants à signaler. Ils appartiennent tous à la région montagneuse 
de l'île ; près des trois quarts se trouvent dans les régions de 
Bastelica, de Zicavo et de Sartène où l'on parle l'idiome sardo- 
corse. Rien qu'en parcourant des yeux la feuille 265 de la carte 
de l'état-major, (Bastelica), on est frappé par des noms bizarres 
qui contrastent avec les noms d'origine latine du reste de l'île. 
L'on se demande d'où peuvent venir ces désinences si dures à 
l'oreille des Italiens : Quasquara, Valscherra, Bastini, Tavera, 
Ocana, Âroga, Guargalé, Zicavo, Zevaco, Guilera, Sollacaro, 
Âmpaza, Zonza, Isa, Zerubia, Moca, Urbalacone, Leca, Et pour- 
tant les officiers topographes ont passé par là s'efforçant d'ita- 
lianiser et de franciser, si l'on peut employer ces expressions, 

1. Ainsi Leca, en basque, signifie lieu, (E. Desjardins, Géographie de la 
Gaule, t. II, p. 405), nous avons en Corse le fief de Leca ; Luca se traduit 
par village, (Baret E., Revue des Sociétés savantes des dép. 1861, p. 765 y) 
nous pouvons opposer Luca, mont et vallée. Enfin Bastia ou La Bastida, 
Basterica et Bastericaccia ont un radical qui rappelle le mot basque hasOj 
(forêt). Déjà au xvi« siècle, Giustiniani trouvait que Bastia est un nom 
étranger et barbare ; (Histoire de la Corse, trad. Lctteron, t. I, p. 51). Aspa 
se traduit par « sub râpe », au pied du mont, (Luchaire, p. 13), et nous 
trouvons Aspasimata. Eccica, (pron. Etchiga), fait penser à Eiche (maison). 

2. L'étude d'un certain nombre de noms corses, autres que les noms 
locaux, inexplicables par la langue latine, aurait un grand intérêt. Elle 
devrait tenter un professeur du lycée de Bastia. Les régions de Bastelica, 
Zicavo, Ghisoni et Cruzzini seraient, à ce point de vue, très intéressantes à 
explorer. 



PÉRIODE PROTO-HISTORIQUE. 27 

ces noms déjà considérablement altérés par deux mille ans de 
domination latine. Heureusement qu'il reste encore des 
illettrés dans les arrondissements d'Ajaccio et de Sartène; grâce 
à eux l'orthographe des noms de lieu a pu résister à la persé- 
cution des maîtres d'école, clercs ou laïques, et des tabellions de 
village. 

A notre humble avis tous ces noms rappellent le souvenir 
des premiers habitants de la Corse, de ces Ibères qui sous le 
nom de Libyens, de Shardana et d'Hîspani ont peuplé l'île, 
trouvant dans la montagne un refuge contre les invasions 
postérieures i. 

§ 4. Date approximative de l'arrivée des Ibères en Corse. 

A quelle époque les Ibères sont-ils arrivés en Corse ? Il n'est 
pas invraisemblable d'admettre que le passage dans cette île a 
dû suivre de près leur établissement en Sardaigne fixé par 
Pausanias, à plusieurs siècles avant la guerre de Troie 2. Mais 
comment concilier cette hypothèse avec le texte si précis de 
Sénèque qui fait arriver les Ibères après les Grecs et les 

1. « J'admets l'identité des Ibères d'Espagne et des Ibères du Caucase et 
« voyant en ces derniers le premier témoin de la migration du peuple cons- 
« tructeur des mégalithes, je reconnais tout d'abord une bifurcation : Au 
« Nord-Est ce peuple s'est répandu sur l'Asie du Nord. Je vois son nom dans 
« Sibérie. Au Nord -Ouest, il se répand jusqu'à la Suède dont le nom Sverige 
« égale Sibérie. Puis il envahit l'Irlande, Hibernie (H pour S). Il passe en 
« Grande-Bretagne, en France, en Espagne, en Afrique. Il occupe toute l'Afrique 
tf septentrionale qu'il couvre de mégalithes 

« Une branche basco-ibère, les Sordi ou Sordones des Romains, les Shardana 
tf des Egyptiens, se nommant sans doute les S. Arda (les marcassins) est 
« partie de la Cerdagne, Serdinya, a conquis la Sardaigne sous un amiral 
a Norax, évidemment basque, qui de son nom appela Nora la ville qu'il y 
« fonda. 

« En Corse, Sénèque, au 1»^ siècle de notre ère, montre des Ibères portant 
« encore le costume des Cantabres d'Espagne et parlant leur langue. » 

« Je pense que S. aliène est Ibère comme la Sardaigne.*» 

Victor Fournie, Introduction à l'Histoire Ancienne, Paris 1901, pages 120-122 
et 134-135. Nous ne citons M. Fournie, que sous toute réserves. 

2. Pausanias, 1. X, c. 17, § 2 et 5 ; éd. Didot-Didtorf, p. 512. Mérimée : 
« Si les Ibères étaient venus en Sardaigne après Aristée, c'est-à-dire vers le 
xvi^ siècle avant notre ère, il est probable qu'ils se seraient également fixés 
en Corse. » Voyage en Corse, p. 7. 



28 CHAPITRE II. § 4. 

Ligures l ? M. d'Arbois de Jubainville croit que l'ordre inverse, 
moins flatteur pour la vanité des historiens grecs, est certaine- 
ment celui qu'il faut adopter 2. Mérimée est plus prudent : 
« On pourrait, dit-il, concilier Pausanias et Sénèque en admet- 
tant deux immigrations des Ibères. » 

Cette contradiction est, croyons-nous, plus apparente que 
réelle. M. d'Arbois de Jubainville emploie le mot Ibère, dans 
son sens le plus étendu ; pour lui les Libyens, les Shardana et 
les Sicules sont probablement des Ibères. Sénèque, au contraire, 
ne prononce pas le mot Ibère et ne fait mention que des 
« Hispani » et des « Cantabri » 3. Or rien ne s'oppose qu'après 
la première immigration des Libyens et des Shardana, — peuple 
ibère, — et même après les Phocéens et les Ligures, c'est-à-dire 
vers le v** ou iv« siècle, des Cantabres, cédant à l'invasion des 
Celtes aient cherché un refuge en Corse. 

A notre avis, M. d'Arbois de Jubainville, a raison d'écrire 
que les Ibères ont peuplé la Corse, avant les Ligures et les 
Hellènes. 

§ 5. Les Ligures en Corse, — Le nom Corsica n'est pas ligure. 

« Après les Ibères, écrit M. d'Arbois de Jubainville, les Ligures* 
« sont arrivés en Corse : suivant la doctrine reçue dans le 
« monde romain à la fin de la république et pendant toute la 
« durée de l'empire, les Ligures étaient les plus anciens habi- 
« tants de la Corse. Salluste, au deuxième livrede ses « histoires », 
« écrit entre l'an 44 et l'an 34 avant Jésus-Christ, rapporte la 
« fable que voici : à une date reculée, une femme ligure appelée 
« Corsa, faisait paître sur les rivages de la Méditerranée un 
« troupeau de vaches, dont le vigoureux taureau, traversant de 
« temps en temps la mer à la nage, allait s'engraisser dans les 
« pâturages lointains d'une île inconnue jusque là ^ ; Corsa, 

1. Consolatio ad Helviam, c. VU, § 8 et 9. 

2. d'Arbois de Jubainville t. I, p. 68. 

3. Les Basques d'aujourd'hui se vantent, avec raison, à ce qu'il semble, 
d'être les descendants des Cantabres. Reclus (E). Loc. cit. p. 861. 

4. L'île du taureau, isola del toro^ située en face du golfe de Santa-Giulia, 
carte de l'état-major, f. 267, semble conserver le souvenir de la légende. Cette 
île est située au Sud de la partie de la Corse désignée sous le nom de pieve 
de Corsa. 



PERIODE PROTO-HISTORIQUE. 29 

« piquée par la curiosité, se rendit en bateau dans cette île, 
« dont la fertilité la ravit ; à son retour, elle fit de sa découverte 
« un tableau si séduisant, que sous sa conduite une colonie 
« ligure alla s'y établir, et du nom de Corsa, Tîle, innommée 
« jusque-là, fut appelée Corsica. Ce conte dont Priscien nous a 
« conservé une phrase i, a été tout entier reproduit en abrégé, au 
« commencement du septième siècle, par Isidore de Séville, 
« dans la compilation qu'il a intitulée Origines ; la phrase de 
« Salluste citée par Priscien, se retrouve textuellement dans le 
« récit d'Isidore 2 ; Solin avait probablement, comme Isidore, 
« le passage de Salluste sous les yeux, quand, au troisième 
« siècle de notre ère, il a écrit que les Ligures passaient pour 
« les premiers habitants de la Corse 3 ; trois mots communs au 
« texte d'Isidore et à celui de Solin sont évidemment empruntés 
« à Salluste. 

« La même fable est résumée en quatre vers écrits au 
« cinquième siècle de notre ère par Rutilius Namatianus, dans 
« le poème où il raconte son retour de Rome en Gaule *. 

« Sénèque admet qu'une partie des habitants de la Corse et 
« qu'une partie de la langue parlée dans cette île au premier 
« siècle de notre ère soient d'origine ligure. Il n'y a donc pas lieu 
« de rejeter la doctrine ethnographique que Salluste nous offre. 

1. Set ipsi feruiit taurum ex grege quem prope liiiora regebat Corsa tiomine 
Ligus mulier. Salluste de Rodolphe Dietsch, Teubner, 1859, t. II, p. 33, § 8 ; 
Priscien, 1. VI, e. 80, édition donnée chez Teubner en 1855 par Hertz, t. I, 
p. 264. 

2. Corsicœ insulse exordium Ligures dederunt, appellantes eam ex nomine 
ducis. Nam quœdam Corsa nomine Ligur mulier, cum taurum ex grege, 
quem propre littora regebat, transnatare solitum atque per intervalla corpore 
aucto remeare videret, cupiens scire incoguita sibi pabula, taurum a ceteris 
digredientem usque ad insulam navigio prosecuta est. Cujus regressu insulœ 
fertilitatem cognoscentes. Ligures ratibus ibi profecti suut, eamque nomine 
mulieris et ducis appellaverunt. Isidore, Origines, 1. XIV, c. 6, § 41. 

3. Corsicam plurimi dicendo latius circumvecti i^lenissima narrandi absol- 
vcrunt diligentia... ut exordium incolis Ligures dederint. Solin, édition donnée 
par Th. Thommsen, 1864, p. 49. 

4. Hîcc ponti brevitas auxit mendacia famse 

Armentale ferunt quippe natasse pecus, 
Tempore Cyrnœas quo primum venit in oras 
Forte sccuta vagum fcmina Corsa bovem. 
Rutilius, Itinéraire, 1. I, vers 435-439. 



30 CHAPITRE II. § 5. 

« Sans croire que jamais taureau ait été à la nage de Ligurie en 
« Corse, ni que la bergère Corsa ait existé, on peut considérer 
« comme fondée la croyance antique qui nous donne pour 
« Ligure le peuple appelé Corsi, nom ethnique d'où dérive le 
« terme géographique Corsica i ». 

On ne saurait mieux résumer tous les textes latins qui prou- 
vent le passage des Ligures en Corse ; pouvons-nous considérer 
les Corsi comme une tribu ligure ? Nous avons déjà répondu 
par la négative et la grande autorité de M. d'Arbois de Jubain- 
ville nous semble en contradiction avec le texte si précis de 
Pausanias 2. 

Les Ligures ont occupé et peuplé la Corse, c'est incontestable ; 
mais nie tient des Libyens son nom de Corsica et les Corsi, 
à notre avis, étaient des Libyens et non des Ligures. 

§ 6. Parenté des Corses et des Ligures prouvée par les noms de lieu. 

M. d'Arbois de Jubainville considère les noms de lieu 
formés au moyen du suffixe - asco, - asca, comme étant d'ori- 
gine ligure. Après avoir étudié ces noms en France, en Espagne 
et en Italie, il passe à ceux de la Corse. 

<( La Corse, écrit-il, est divisée en deux parties d'inégale 
étendue par le Tavignano, l'antique Rhotanos, qui la traverse 
de l'Ouest à l'Est. Dans ces deux parties, l'une au Nord de cette 
rivière, l'autre au Sud, on trouve des noms de lieu terminés 
par le suffixe - asco, - asca. Ces noms de lieu sont au nombre 
de douze au Nord du Tavignano, de huit au Sud. 

Nous commençons par la région septentrionale : 

Arrondissement de Bastia, six : 

Commune de Venzolasca ; 

Hameau de Grillasca, dans la commune d'Olmeto di Capo Corso ; 

— Feciasco, — — de Barbaggio ; 

— Prucinasca, — — Ibid. ; 

— Martinaschc, — — de Nonza ; 

— Cipronasco, — — de Sisco. 

1. d'Arbois de Jubainville, t. II, p. 89-90. 
h At^ywv Twv «votxovvTwv xaXovtASuv? Kopaiwi, Pausanias, Phocide, L. X, c. XVII. 



PÉRIODE PROTO-HISTORIQUE. 31 

Arrondissement de Calvi, deux : 

Commune de Palasca ; 
Ruisseau de Bartasca. 

Arrondissement de Corte; quatre : 

Commune de Popolasca ; 

Hameau de Capociascà, commune de Pianello ; 

— Baransiasche, — Castello di Rostino ; 

— Velflasca, — Zalana. 
Au Sud du Tavignano, nous rencontrons : 

Arrondissement de Corte, un : 

Ecilasca, nom d'une montagne, près de Pietroso. 

Arrondissement d'Ajaccio, sept : 

Aragnasco, nom d'une montagne, près du chef-lieu ; 
Filasca, nom d'une autre montagne, près de Corrano ; 
Hameau de Salasca, commune de Péri ; 

— Fiummasca, — Rosazia ; 

— Acellasca, — Pietra-Sella ; 

— Moraschi, — Bocagnano ; 

— Bodiciasche, — Cauro i. 

A ces noms il convient d'ajouter ceux du Hameau de Venzo- 
lasca, commune de S'®-Lucie de Moriani, du ruisseau et de la 
commune d'Asco, situés au nord du Tavignano, ayant échappé 
aux recherches de M. d'Arbois de Jubainville. 

Enfin, pour être complet, il y a lieu de citer les localités sui- 
vantes, que nous trouvons dans de vieilles chartes, et qu'il nous 
a été impossible d'identifier : 

Tarasco 2 ; 
Salasco, village 3 ; 
Boniasca, mont 3 ; 

Bien plus un examen succint de la carte de la Corse, levée 

1. d'Arbois de Jubainville, tome II, p. 91 et 92. 

2. Serment de fidélité à Gènes, prêté le 17 juillet 1289, par G. Cortinco ; 
nutoriœ Patriœ Monumenta, t. II, p. 211. 

3. Histoire de la Corse, d'après les chroniques de G. délia Grossa, de 
Monteggiani, de Ceccaldi et de Filippini, trad. Letteron, tome I, p. 43 et 235. 



32 CHAPITHE II. § 6. 

à la fin du xviii* siècle, nous donne quelques noms en asco 
omis dans la carte de l'état-major i. 

Arrondissement dcBastia, quatre: 

Pulasco, commune de Campile ; 
Zarasca, — Sorio ; 

Givellasca, — Murato ; 

Caprunasco, — Sisco. 

Arrondissement de Corte, deux : 
Verlasca, commune de Pianello ; 
Aranciasca, — Pastoreccia. 

Arrondissement d'Ajaccio, quatre : 

Merendasca, commune de Péri ; 
Pucinasca, — Cuttoli ; 

Ranasca, — Suarella ; 

Tasolasca, au fond du golfe de la Liscia. 

Arrondissement de Sartène, deux : 
Lepasco, commune de San Gavino ; 
Partadalsca, — Zonza. 

En résumé la répartition des mots en asco, aaca de la Corse 
est la suivante : 

Arrondissement de Bastia : onze noms ; 
Arrondissement de Calvi : deux noms ; 
Arrondissement de Corte : huit noms ; 
Arrondissement d'Ajaccio : onze noms ; 
Arrondissement de Sartène: deux noms. 

« 

« Une autre remarque poursuit, M. d'Arbois de Jubainville, 
« à laquelle donne lieu l'étude des noms en - asco, - asca de la 
« Corse, c'est qu'ils font défaut dans l'arrondissement deSarlène, 
(( le plus méridional de cette île. Cependant on rencontre, dans 
« cet arrondissement au moins cinq noms ligures : Calanca, 
<( Valinco, Stavolinca, Cargiaca, Viaca.... Quatre noms créés à 
« l'aide du même suffixe se trouvent en Corse, hors de l'arron- 
« dissement de Sartène, savoir : arrondissement de Bastia, la 

1. Carte topogr. de l'île de Corse au cent millième, dépôt de la guerre, 
dressée, d'après les levés du cadastre exécutés de 1770 à 1791, 4 feuilles et 
4 demi-feuilles. 



PÉRIODE PROTO-HISTOUIQUE. 33 

« rivière appelée Bevînco, et le mont Revinco ; arrondissement 
« de Corte, le ruisseau de Saninco, affluent du Tavignano ; 
<c arrondissement d'Ajaccio, le hameau de Campinca, commune 
« de Carbuccia. Le suffixe - inco, - inca existait déjà en 
« Corse, au temps de l'empire romain, car Ptolémée met dans sa 
« liste des villes situées dans cette ile à distance des côtes, la 
« ville qu'il appelle "Aaiyxov. 

« On trouve aussi le suffixe - inco sur le continent français ; 
« il était ligure, il peut également avoir été gaulois. » 

« A cette liste, il convient d'ajouter Casinca, nom d'une région 
« de l'arrondissement de Bastia et Osaninco, mont de l'arron- 
« dissement d'Ajaccio i ». 

A notre avis, il n'y a pas à faire grand cas des noms qui se 
terminent en inco, inca, La plupart du temps ces désinences ne 
sont que des qualifications qui ont pour résultat de changer un 
nom en adjectif. 

Matra, village, donne Malrinco, habitant de Matra ; 

Valle, — Vallinco, habitant de la vallée ; 

Campi, — Campinco, habitant de Campi ; 

Stavola, — Stavolinca, de Stavola (bergerie) ; 

Calanca, est un mot uniformément répandu dans l'ile il se 
traduit par défilé, précipice. 

« Cargiaca, c'est toujours M. d'Arbois de Jubainville qui 
« parle, est le nom d'une commune de la Corse, arrondissement 
« de Sarlènc. Il y a dans le même arrondissement une montagne 
« dont le nom se termine par le même suffixe, c'est la pointe de 
« Viaca. Voilà deux exemples pour l'arrondissement de Sartène. 
« Le suffixe - aco, - aca se rencontre à notre connaissance 
« huit fois dans le reste de la Corse. 

a Arrondissement de Bastia : commune d'Urtaca ; mont 
« Faracca. 

<( Arrondissement d'Ajaccio : commune de Tavaco 2, com- 
« parez Tavasca, Emilie, province de Plaisance ; commune 

1. d'Arbois de Jubainville, tome II, p. 95, 96. 

2. Flechia pense que Tavaco dérive du gentilice Octaviacum. Il y a lieu 
d'ajouter Espaco, commune de Bisinclii, arrondissement de Bastia (f. 261) ; 
Pastinaca, montagne, arrondissement d'Ajaccio, (f. 264) ; Casaracca, hameau 
de Tavera, arrondissement d'Ajaccio (f. 256). 

3 



34 CHAPITRE II. § 6. 

« de Zevaco ; pointe d'Antraca, dérivé d'Antra, nom d'un 
« village de Ligurie, province de Gênes ; lac de Vitelaca. 

« Arrondissement de Corte : Commune de Venaco, dont le 
« nom dérive de la même racine que celui de Venasco, village de 
« Piémont, province de Cuneo. 

« Sur la limite des arrondissements de Corte et de Sartènc se 
« trouve la pointe de Velaco. 

« Le suffixe - aco, - aca, a donc été ligure en même temps que 
« gaulois. Comme le suffixe - aco, - aca, le suffixe gaulois 
« - auo, - aua, peut être revendiqué par les Ligures. Nous en avons 
« recueilli deux exemples en Corse. 

« Taravo est le nom d'une rivière qui sert de limite aux 
« arrondissements d'Ajaccio et de Sartène : Taravo dérive du 
« thème taro -. Nous retrouvons ce thème en Italie : Tarus, 
« aujourd'hui Taro, est le nom d'un affluent du Pô ; le Taro 
<< prend sa source en Ligurie, province de Gênes ; il a, en 
« Emilie, province de Parme, la plus grande partie de son 
« cours. 

« Le corse Taravo a un homonyme sur le continent français 
« dans le département du Gard, c'est Tharaux, commune de 
« l'arrondissement d'Alais ; son nom est écrit Taravus dans 
« une charte de l'année 1192 1. Une commune de l'arrondis- 
.« sèment d'Ajaccio s'appelle Zicavo ; Varavo en Ligurie, pro- 
« vince de Gênes offre le même suffixe. Il est donc possible que 
« les Tebauii, compris dans le royaume de Cottius et maintenus 
« dans la préfecture de son fils, fussent Ligures et les Ligures 
« peuvent disputer aux Gaulois une partie des noms de lieu 
€ de la France qui se terminent par le suffixe - avo, - ava 2. » 

M. d'Arbois de Jubainville continue sa savante étude en 
consacrant quelques lignes au Tavignano, l'ancien Rhotanos 3. 

« Non seulement, dit-il, le nom du Rhodanos de Gaule était 
« connu dans le monde grec au siècle qui a précédé l'arrivée 

1. Plus laiii) page 151, M. d'Arbois de Jubainville fait dériver Taravus du 
thème tara — . Il y a lieu de rappeler que Ptolémée désigne une des peu- 
plades corses sous le nom de Tarabeni ; la région qu'ils occupaient était 
arrosée par le Taravo ou Tarabo. 

2. D'Arbois de Jubainville, p. 97 et 98. 

3. D'Arbois de Jubainville, t. II, p. 125-126. Nous pensons que le nom du 
Rhotanos est hellène. Voir ch. III, § 2. 



PÉRIODE PROTO-HISTORIQUE. 35 

« des Gaulois dans le bassin méridional de ce fleuve, proba- 
« blement même deux siècles avant celte arrivée, mais ce nom 
« existe dans une partie de l'Europe, où jamais les Gaulois n'ont 
« pénétre. Il y a en Corse un fleuve Rhotanos, aujourd'hui le 
« Tavignano. La dentale sourde dans Rhotanos est sonore dans 
« Rhodanos. Cette différence s'explique par une étymologie 
« populaire grecque. Le peuple aurait considéré le nom du 
« grand fleuve occidental comme un dérivé du nom grec de la 
« rose, /ïoSov ; en tout cas le changement de la sourde en sonore, 
« entre deux voyelles, est un phénomène des plus fréquents. 

« Le nom du fleuve de Corse est ligure. Nous avons relevé en 
« Corse vingt noms de lieu terminés en — asco, — asca, or 
(( jamais les Gaulois ne se sont établis en Corse. » 

En insistant sur l'étude des noms de lieu de la Corse, 
M. d'Arbois de Jubainville a pour but de démontrer que les 
sufTixes - acOf - aca^ - avo, - ava, - enco, - enca, générale- 
ment considérés comme appartenant aux langues gauloises et 
germaniques, pouvaient être revendiqués par les Ligures, 
puisque ni les Gaulois, ni les Germains n'étaient jamais passés 
en Corse. Jusqu'à quel point cette assertion, en contradiction 
avec la doctrine courante des historiens locaux i, peut-elle être 
admise ? C'est ce que nous allons étudier. 



§ 7. Les Celtes n'ont pas occupé la Corse. 

Il y a cinquante ans les dolmens et les menhirs étaient géné- 
ralement connus sous le nom de monuments druidiques ou 
monuments celtiques. Il est universellement reconnu aujourd'hui 
que les hommes qui, il y a trente ou quarante siècles, ont dressé 
les monuments de pierre de la Bretagne et de la Corse, n'avaient 
rien de commun avec les Celtes. Et cependant, en se basant sur 
la présence de ces témoignages d'une civilisation encore fort 
peu connue, en comparant minutieusement les caractères 

1. « Je ne doute pas que les Celtes n'aient été les premiers habitants de 
rîle ». Gregorovius, Histoire des Corses, traduite de l'allemand, par P. Luc- 
eiana, Bastia, 1885, p. 8. Tous les historiens contemporains partagent le 
même avis. 



36 CHAPITRE II. § 7. 

ethniques des populations du centre de la France avec les 
Corses actuels, des esprits sérieux, épris de vérité, ont cru et 
fait croire que les Celtes avaient peuplé Tîle. Mérimée et le 
docteur Mattei allaient encore plus loin et trouvaient dans la 
linguistique un argument de plus en faveur de cette erreur. Le 
nombre de mots que le dialecte corse tenait des langues cel- 
tiques et germaniques augmentait sans cesse, jusqu'au jour où 
le prince L.-L. Bonaparte entrait en ligne et expliquait par le 
latin ou l'italien des termes réputés bretons, anglais ou alle- 
mands. Un seul a trouvé grâce : c'est le mot « valdo » signifiant 
« bois ». Nous verrons plus loin que valdo ne vient pas de 
l'Allemagne. 

Nous admettons donc comme démontré que ni les dolmens, 
ni les mots mis en avant par Mattei ne permettent d'affirmer 
qu'une région quelconque de la Corse a été occupée par les 
Celtes. L'argument tiré du texte de Scymnus de Chio, com- 
muniqué à Mérimée par Gregori, ne soutient pas l'examen i. 

Ces vers du Périple pris isolément peuvent, il est vrai, laisser 
croire que la Corse doit être considérée comme une dépendance 
de la Celtique. Mais trente vers plus loin Scymnus indique 
clairement que, par mer de Sardaigne, il faut entendre la partie 
de la Méditerranée comprise entre le détroit de Gibraltar, les 
côtes orientales de l'Espagne, les côtes méridionales de la 
France des Pyrénées au Rhône et les côtes occidentales de la 
Corse et de la Sardaigne. Le (( Sardoum mare » de Scymnus 
n'est autre chose que le « mare Ibcriciim » de Ptolémée. Eras- 
thotène cité par Pline'est très-explicite à ce sujet 2. En écrivant 
que la Celtique s'étend jusqu'à la mer de Sardaigne, Scymnus 
veut indiquer que cette mer s'étendait jusqu'aux côtes de la 
France actuelle et non que la Celtique s'étendait jusqu'aux 
côtes de la Sardaigne. S'il restait un doute dans l'esprit, il n'y a 
qu'à se rappeler que Polybe fait jeter le Rhône dans la mer de 
Sardaigne 3. Tous ces textes ne font que proclamer hautement 
l'extension des Shardana, au temps de leur puissance ; avant de 

1. « Puis vient la contrée appelée Celtique jusqu'à la mer qui s*étend 
auprès de Sardo, (la Sardaigne) ». Scymnus, vers 167-168 et 196-197. 

2. Pline, Hist, Nat, trad. Littré, t. II, p. 452. 

3. Polybe, III, c. XXXVII, § 8. Nous avons aussi l'opinion d'Eustathe 
qui, dans ses Commentaires du vers 82 de la Description de VUnivers de 
Dyonisius, écrit : Videtur autem post Ligusticum mare esse ctiam pelagus 



PÉRIODE PROTO-HISTORIQUE. 37 

s*appeler « mer d'Ibérie » le bassin occidental s'est appelé « mer 
de Sardaigne », ce qui prouve que les côtes en étaient occupées 
par les Shardana, aussi bien en Sardaigne, qu'en Corse, en 
Espagne et en France. 

Fara, qui prétend s'appuyer sur Ptolémée, Orose et l'Itiné- 
raire d'Antonin, raconte qu'en l'an 2620 de l'ère juive, Galatas, 
le plus jeune des enfants d'Albe, roi des Gaules, conduisit une 
colonie en Sardaigne et y fonda la ville d'Olbia, (Terra Nova). 
Ces Gaulois auraient donné leur nom à la Gallura, région 
septentrionale de l'île, ainsi qu'au détroit qui sépare la Corse 
de la Sardaigne l. 

On chercherait vainement dans Ptolémée ou dans Orose une 
phrase pouvant justifier de pareilles assertions ; en l'an 2620 les 
Gaulois n'avaient pas encore passé le Rhin et Olbia est une 
colonie grecque. Nous nous trouvons en présence d'une légende 
qu'il convient de rejeter. 

L'Itinéraire maritime d'Antonin appelle, il est vrai, fretiim 
Galliciim le détroit qui sépare la Corse de la Sardaigne 2. 

Wesseling et Mûller, justement frappés par la présence dans 
CCS parages d'un nom qu'aucun souvenir historique ne justifie, 
se demandent s'il n'y a pas lieu de croire à une corruption de 
copiste et proposent de lire « fretum Pallicum » détroit de 
Palla, (Bonifacio) 3. 

L'hypothèse est séduisante, mais les nombreuses erreurs de 
l'Itinéraire ne suffisent pas à la justifier. Nous ne pouvons pas 
l'accepter parce que, à notre avis, l'appellation fretum Gallicum 
s'explique, sans l'intervention des Gaulois et de Palla. 

Du temps de Pline, en effet, le détroit de Bonifacio était dési- 
gné sous le nom grec de « Taphros », signifiant « fossé » 4. 
L'appellation fretum Gatlicum est donc postérieure à Pline qui, 

Corsicum, quod est circa Corsicam insulam. Hoc vero mari iuterius est 
Sardonium. 

1. Fara, De rébus Sardois, p. 4. 

2. Wesseling, Ilin. marit. Amesterdam 1735, p. 494. 

3. Mûller (Ch), Claudii Ptoîemœi Geographia, éd. Didot, tome I, p. 366. 

4. Sardinia, minus octo millia passuum a Corsica extremis, etiamnum 
angustias cas arctantibus insulis parvis, qua3 Cuniculariic appellantur ; 
itemque Phintonis et Fossge ; a quibus fretum ipsum Taphros nominatur. 
Pline, L. III, 13, 1. 



38 CHAPITRE II. § 7. 

en sa qualité de commandant en chef de la flotte de Misène, 
peut être considéré comme connaissant à fond les noms géogra- 
phiques adoptés par les marins de son époque. Depuis Pline, il 
est oiseux de raflîrmer, les Gaulois n'ont jamais passé en Corse. 
Mais en face de Bonitacio se dresse le massif de Gallura dont le 
radical fait songer à Gallicum. Pour nous le « fretum Gallicum » 
doit se traduire par détroit de Gallura, « région des coqs, » et non 
« région des Gaulois ». 

En réunissant les textes qui nous ont servi de point d'appui 
nous avions la conviction profonde que les Celles avaient 
occupé la Corse. Aux preuves de Mattei et de Mérimée,- nous 
avions cru pouvoir en ajouter quelques unes tirées des noms de 
lieu et de quelques mots corses. 

D'après M. d'Arbois de Jubainville les substantifs duno-ii 
« château », « forteresse, » et son équivalent « hriga » entrent 
fréquemment dans la composition des noms de lieu, en Gaule, 
sous la forme latinisée Dùnum. 
Or nous trouvons dans des cartes de la Corse : 
1° Ambrica, montagne au N.-E. de Urtaca, commune de 
l'arrondissement de Bastia, (P« 261 de la carte de Tétat-major) ; 
nous respectons l'orthographe de la carte bien que, d'après des 
renseignements puisés sur les lieux, il convienne d'écrire et de 
prononcer Ambriga ; 

2^ Brigallinus stagnus « l'étang de Biguglia ». Des cartes du 
xviii® siècle portent BrigagKa ; 

3° Campoduno sur le territoire de Riventosa, commune de 
l'arrondissement de Corté, (plan cadastral). Ce n'est pas tout. 
Trois peuplades corses, citées dans certaines éditions de 
Ptolémée, les Macrini, les Comasini et les Symbri, rappellent la 
ville de Macri-Campi de la Gaule Cispadane i, l'oppidum 
Comacina de la Narbonnaise 2 et les fameux Cimbres vaincus 
par Marins. 
Passons à quelques expressions du dialecte corse. 
Le mot celtique « Poil », marais, ne figure ni dans la langue 
italienne, ni dans le dialecte génois ; il est cependant commu- 
nément employé en Corse. Nous ne croyons pas à une altération 

1. Strabon L. V, II, 2. 

2. Pline III, V, 6. 



r 



PÉRIODE PROTO-HISTORIQUE. 39 

du latin palus, puisque même des illettrés font la différence 
entre ses dérivés pacinle, paliide et polio. Porto-Pollo pourrait 
donc être traduit par Port du Marais, dénomination parfaitement 
justifiée par les marais voisins du Taravo. 

Dans le dialecte corse, « yé » ou « j^a » signifie « oui » 
et rappelle le yès et le ya anglais ou allemand. Enfin nous 
avons « valdo » signifiant forêt comme dans la langue alle- 
mande. 

Toutes ces preuves s'évanouissent devant une critique serrée. 
Cl u ver, seul, cite le siagmis brigallinus, et des textes antérieurs 
donnent Biguglia au lieu de Brigaglia i. Macrini n'est qu'une 
corruption de Mariani et le manuscrit de la Vaticane N° 191, 
au lieu de Symbri porte Syrbi ; les Comasini présentent une 
variante : les Covasini 2. 

Le mot « yé » ou « ya » semble n'être qu'une altération du 
« jam » latin 3. Quant au mot « valdo, » au lieu de le faire 
dériver de wald, il convient plutôt de n'y voir qu'une corruption 
de gualdo, vieux mot italien 4. Le changement du Gii en V est 
des plus fréquents : Guizavona est devenu Vizzavona. 

Donc pas un texte, pas une inscription, pas un nom de lieu, 
pas un mot ne nous autorise à penser que les Celles ou les 
Gaulois aient pénétré en Corse. 

Mais alors, dira-t-on, comment expliquer que nous trouvons 
dans cette île des noms de lieu aux désinences iaco, iaca, iago» 
iaga, suffixes celtiques qui, d'après Quicherat, ont donné 
naissance à une infinité de produits hybrides, par leur union 
avec des radicaux latins ? La même remarque s'applique aux 

1. Mollard, Ambassades pisanes, années 1371 et 1385. — Pietro Cirneo. 

2. Voir plus loin nos explications au sujet de l'identification des noms de 
lieu cités par Ptoleméc. Nous attirons l'attention des érudits sur les noms 
géographiques : mont Ambrica ou Ambriga et les Comasini ou Covasini, 
tribu corse mentionnée par Ptolemée et dont le nom s'est consei'vé dans 
le canton de Covasina. 

3. C'est l'opinion du prince L.-L. Bonaparte : « Le mot i/é, d'en-deça des 
monts, n'étant qu'une variante phonétique du ja d'au-delà des monts, et 
celui-ci à son tour, étant le sj'nonyme morphologique de ya espagnol, du 
vieux jà français et de già italien, tous dérivés de jam latin, il s'ensuit que 
rAIIcmagnc ne peut pas revendiquer ce mot ». Remarques sur les dialectes 
corses, p. 9. 

i, Grcgori, Statuli corsi, t. I. c. XXXIX. 



40 CHAPITRE II. § 7. 

désinences aco, aca produites par un radical celtique différent 
de celui qui figure dans iaco l ; à la désinence ona, celtique ou 
ligure. 

§ 8. Des Celto-Ligures et des Celtibères ont dû passer en Corse. 

L'explication la plus naturelle de ces noms hybrides c'est 
qu'ils ont été transmis par une population hybride. Les suffixes 
celto-ligures font songer aux Celto-Ligures eux-mêmes. 

Une pareille hypothèse paraîtra logique si l'on se rappelle que 
les Grecs désignaient sous le nom de Celto-Lîgures une partie 
des populations des côtes de la Méditerranée comprises entre le 
Rhône et les Alpes ; que les Ibères et les Celtes, après avoir 
longtemps lutté pour la possession de la région s'étendant des 
Pyrénées au Rhône, finissent par s'accorder et les habiter en 
commun, s'unissent même en mariage, d'où un métissa^'e 
connu, dès la plus haute antiquité, sous le nom de Celtibères ^. 

M. Randaccio partage cet avis : « Les anciens, dit-il, aj>pcllent 
« Celto-Ligures les habitants de la région comprise entre l'Isère, 
« le Var et les Alpes-Maritimes. A mon avis cette dénomination 
« convient à tous les Ligures-Génois qui, j'en suis convaincu, 
« ont parlé, ab antico, une langue celtique plus ou moins pure 
« mélangée de quelques mots ibères 3. » 

M. Maury n'est pas moins affirmatif : « Si la race ligure n'est 
« pas de source celtique, elle avait au moins reçu de très-bonne 
« heure une forte infusion de sang celte, et adopté un idiome 
« celtique au fond 4. » 

En résumé, tout en admettant que les Gaulois et les Celtes 
n'ont jamais pénétré en Corse, il semble raisonnable de suppo- 
ser que des Celto-Ligures et des Celtibères ont occupé certaines 

1. I. Quicherat, De la formation française des anciens noms de lieu, p. 34, 
41. 

2. Strabon, 1. I, II, 27 ; 1. IV, VI, 3. « Les Ligures sont mélangés de Gaulois 
et d'Ibères de la côte ». — Plutarque, Paiil-Émile, VI. — Tite-Live, emploie 
l'expression Gaulois-Ligures, L. XXXVII, 37. Diodore, L. V, § XXXIII.' 

3. Randaccio, Dell' idioma e délia litteratura genevese, p. 7. 

4. Journal des Savants, 1877. Les Ibéros-Ligures sont mentionnés dans le 
Périple de Scylla I. 17. Enfin Strabon désigne sous le nom de Ccltoligyes 
les populations de la contrée des Massaliotes. L. IV, G. I. § 3. 



PÉRIODE PROTO-HISTORIQUE. 41 

régions deTile où leur langue géographique s'est conservée dans 
un assez nombre de noms de lieu formés à l'aide des suffixes 
- aco, - aca, - avo^ - ava i. 

§ 9. - Importance des migrations ligures en Corse. 

J'ai pointé sur la carte de l'élat-major et sur celle de 1824 tous 
les noms formés à l'aide du suffixe - asco, - asca ; j'ai ensuite 
reporté ces mêmes noms sur une carte à petite échelle. Le 
résultat purement mécanique de ce relevé est des plus saisis- 
sants. Les noms ligures s'étendent sur deux régions parfailement 
déterminées : la première comprend le Nord-Est de l'île et est 
limitée à l'Ouest et au Sud-Ouest par le ruisseau de Bertasca, 
la crête des monts et la rive gauche du Tavignano. La seconde, 
moins importante, comprend le territoire compris entre la Gra- 
vona et la rivière de Prunelli. En reportant sur la même carte, 
et à une encre différente, les noms que je suppose d'origine 
ibère, il est facile de constater que ces noms, occupent toute la 
partie Ouest de l'île et sont limités au Sud par le Taravo. Ils 
surchargent notablement le bassin du Taravo, la région de 
Ghisoni et les abords du Niolo. L'arrondissement de Sartène et 
le Sud de l'arrondissement de Corte semblent avoir échappé à la 
fois aux ibères et aux ligures qui seraient venus se heurter aux 
derniers Corsi, de race libyenne. 

§ 10. — Les Ligures et les Corses actuels deuant Vanthropologie. 

La comparaison de la carte des noms en asco avec celle 
annexée au beau travail du docteur Fallot présentait des concor- 
dances frappantes. En admettant, avec plusieurs savants émi- 
nents, que les Ligures étaient brachycéphales, il ne pouvait 
échapper à un observateur attentif que sur vingt-cinq noms for- 
més à l'aide du suffixe - asco, huit se trouvent précisément dans 
la région de l'île où la brachycéphalie est nettement accusée. La 
conclusion naturelle d'une pareille constatation était que la 
linguistique et l'anthropologie étaient d'accord pour délimiter 

1. « Le type des Corses d'aujourd'hui me semble celtico-ligure ». Grego- 
rovius, p. 8. 



42 CHAPITRE II. § 10. 

la région des ligures dont Tinfluence sur le type corse actuel se 
trouvait ramenée h de très modestes proportions. 

Malheureusement les si affirmatives conclusions du docteur 
Fallot sont aujourd'hui fortement sapées en brèche par celle 
même science « qui, disait-il, n'en est plus réduile aux données 
« vagues et trop souvent contradictoires de la linguistique, aux 
« textes obscurs et tronqués des anciens géographes ». 

Ah ! la science n'en est plus réduite aux contradictions ! 
Écoutons plutôt. 

« Les travaux de Nicolucci, de Cari Vogt, de Pruner-Bey, 
« poursuit le savant docteur, ont fait pleine lumière sur ce qu'il 
« faut entendre par le terme de Ligures ; les Ligures présentaient 
« comme caractères anthropologiques particulièrement remar- 
« quables une brachycéphalie très-prononcée. Lagneau leur 
« assigne comme indice céphalique moyen 87 ». Le docteur 
Jaubert est aussi intransigeant: « On ne discute même plus à 
« cette heure, dit-il, la doctrine qui attribuait aux Corses le type 
« celtico-ligure ; il est établi maintenant que Celtes et Ligures 
« étaient brachycéphales et qu'ils différaient essentiellement des 
« Corses au point de vue craniomélrique i ». 

Une question aussi claire en apparence se trouve tout à coup 
singulièrement compliquée. Dans un savant travail consacré à 
la Ligure préhistorique. M. Ai'thur Issel, s'appuyant sur les 
travaux les plus récents des plus grands savants français, 
italiens et allemands, démontre que les Ligures doivent être 
classés parmi les dolichocéphales 2. Les crânes décrits par 
Nicolucci comme appartenant au tj'pe ligure appartenaient sans 
aucun doute à une autre race 3. Les docteurs Sergi, CoUignon, 
M.-A. Bertrand partagent la même opinioil 4. 



1. Jaubert (L.)» Étude médicale et anthropologique sur la Corse. Hastia 1896, 
p. 91. 

2. Issel (A), Liguria Geologica e Preistorica ;2 vol., Gênes 1892. 

3. « Sono indubiamentc referibili ad una altra scliiatta ». Tome II, p. 70. 

4. Sergi, Liguria e Ceiti nella valle dcl Po, piU)lié dans VArchivio per 
VAnthropologia et VEtnologia, Firenze, 1883, tome XHÏ. Collignon (D'^ F.), 
L'indice céphalique des populations françaises : « La race qui peuple la 
région ligurienne allant du Rhône à l'Italie est brune, jîetite et dolichocéphale. » 
Bertrand (A), Loc. cit. p. 323. « Les Ibères et les Ligures sont des dolichocé- 
pliales bruns », 



PÉRIODE PHOTO-HISTOHIQUE. 43 

Qui croire? Une idée se présente naturellement à Tespril. 
Puisque les hommes de science ne sont point d accord, il y a 
lieu de rechercher simplement les caractères du type ligure 
actuel, tel qu'il se présente dans la région génoise où, selon toute 
probabilité, il a conservé la plupart de ses caractères distinclifs. 
La réponse pourra départir les savants à opinions contraires. 

Or, il résulte des mensurations opérées par les professeurs 
Lombroso, Albertoni et Morselli que le type ligure actuel .est 
dolychocéphale i. 

11 semble donc que, pour le moment, les conclusions de 
M. Issel représentent Topinion des savants de TEuropc, raison 
suffisante pour les donner de manière à fixer les esprits induits 
en erreur par les études si connues des docteurs Fallot et 
Jaubert. « De mes exposés, dit en terminant M. Issel, il demeure 
« acquis que les Ligures méolithiques, néolithiques et proto- 
« historiques appartiennent à une unique race qui présente 
« tous les caractères de celles de Cro-Magnon si bien décrite 
« par Henry de Quatrefages. Ce n'est point là une race locale, 
<( mais bien une race qui a laissé des traces dans le Reggiano, 
« ristrio, le Latium, la Sardaigne, la Sicile, la France, la 
« Belgique, l'Espagne méridionale et le Caucase. La race ligure 
« est une race autochtone aux époques lointaines de l'âge 
« quaternaire. Dégénérée à l'époque néolithique, elle subit 
« à l'époque proto-historique de profondes altérations par le 
« mélange des races 2 ». 

Il est donc inexact d'avancer que par son indice céphalique 
la population corse se distingue d'une façon absolue des 
Ligures. Les textes et l'anthropologie au contraire, sontd'accord 
pour affirmer leur communauté d'origine. Les conclusions du 
Docteur Fallot, reproduites par le prince Roland Bonaparte et 
le Docteur Jaubert, peuvent satisfaire notre chauvinisme, mais 

1. Résultat des mensurations : 

Dolichocéphales 53.19/ Travaux 63.52/ Travaux 

Mésaticéphales 21.27.cle Lomhroso 27.62 de Lombroso 

Brachycéphales 25.54\ et Albertoni 18.86' et Morselli 

Ces résultats se rapprochent très sensiblement de ceux obtenus par 
M. Fallot et M. Jaubert, en Corse. 

2. Issel, tome II, p. 357 : « Les crânes ligures sont dolichocépales à forme 
ogivale. » 



44 CHAPITER II. § 10. 

ne résistent pas à un examen impartial i. On ne choisit pas 
ses aïeux. 

§ 11. Les Phéniciens. 

Thucydide rapporte qu'avant la venue des Hellènes, ou tout 
au moins avant leur émigration et rétablissement de leurs 
colonies en Italie, les Phéniciens avaient déjà fait le tour de la 
Sicile, fondé des comptoirs sur les côles et dans les îles adja- 
centes, n'occupant pas les terres et se contentant de commercer 
avec les indigènes 2. Diodore n'est pas moins explicite et nous 
entretient des colonies que les Phéniciens établirent en Sicile et 
en Sardaigne 3. 

Si nous en croj'ons M. d'Arbois de Jubainville ce serait sur 
lesShardana que les Phéniciens auraient conquis la Sardaigne 4. 
La certitude que longtemps avant Homère, dès le xvii« siècle 
avant notre ère, les Egypto-Phéniciens sillonnaient dans les 
eaux de la Méditerrannée, nous permet de supposer que ces 
hardis navigateurs n'ont pas manqué d'avoir en Corse des 
escales ou tout au moins des points de relâche. 

Une inscription signalée par Gregori nous apporte la preuve 
de la présence des Phéniciens à Propriano, précisément dans 
cette région de Sartène qui, nous croyons l'avoir démontré, fut 
colonisée par les Shardana 5. 

Enfin un vers de Callimaque et un passage de Jacobi per- 
mettent* de considérer l'établissement des Phéniciens en Corse 
comme indiscutable 6. 

1. Bonaparte (Prince Roland), Une excursion en Corse, p. 85, — Jaubert, 
p. 91. 

2. Thucydide, L. VI, ch. 2. 

3. Diodore, L. V, ch. XXXV. 

4. d'Arbois de Jubainville, I, p. 189. 

5. « 1 Fenici hanno fatto dimoro in Corsica, un'inscrizionc ultimamcnte 
« trovata a Propriano, picciol borgo nel golfo dcl Vallinco, ed inviata 
« all'instituto di Francia, non lascià piii dubbio intorno a questo punto 
« di Storia ». Gregori, Statuti di Corsica, Lj^on 1843, tome I, p. 11. J'ai recher- 
ché et fait rechercher vainement cette inscription dans les différents recueils 
d'inscriptions sémitiques. 

6. Jacobi raconte qu'il y a peu d'années, on a découvert au milieu des 
ruines d'Aleria une pierre sur laquelle on distinguait des dessins à demi effacés; 
parmi eux on remarquait une tête de taureau environné de signes qni 



i 



PÉRIODE PROTO-HISTORIQUE. 45 

Jusqu'à ces dernières années les archéologues et les savants 
avaient cru reconnaître dans la statue d'Appriciani, signalée et 
décrite par Mérimée, un sarcophage phénicien tout à fait 
semblable aux couvercles des sarcophages de Saïda conservés 
au Louvro i. 

Aujourd'hui la science se montre moins affirmative : « La 
disposition de Tensemble du monument rappelle bien le 
couvercle de sarcophage mais le style paraît différent 2. » 

En résumé les Phéniciens ont visité et probablement occupé, 
antérieurement à l'établissement des Etrusques et des Grecs, 



pouvaient être des caractères phéniciens. (Jacobi. J.-M.), Histoire générale de 
la Corse ; Paris 1833, tome I, p. 9. 

Primaque Deli 

Pone seqiiens Phœnissa premit vestigia C^tous. 
Callimaque, Hymne à Délos. 

1. Etude de M. Henri Aucapitaine publiée dans la'/îeuue africaine^ du mois 
de Décembre 1862, p. 471. E. Renan, Mission de Phénicie ; Paris, Impr. 
Impér. p. 425 et 864. « Aux personnes qui pourraient encore garder des doutes 
« sur le caractère strictement phénicien des sarcophages anthropoïdes, nous 
« soumettons une dernière considération. Oà trouve-t-on ces monuments ? 
« Quatre points jusqu'ici les ont présentés ; or ces quatre points sont juste- 
« ment ceux où la race phénicienne a certainement existé : 1» la Phénicie ; 
« 2» Malte ; S^ la Sicile ; 4» la Corse.... 

« 4« La Corse, Ce curieux résultat est dû à un jeune officier qui rendit de 
« gi'ands services à notre mission, et qui depuis a trouve en Algérie, une mort 
« prématurée, M. Henri Aucapitaine. M. Aucapitaine avait vu nos sarcophages 
« à Saïda. Peu de temps après, se trouvant en Corse, il fut frappé du caractère 
« singulier d'un monument découvert par Mérimée, prés de Sagone, et désigné 
« par celui-ci du nom de «Statue d'Apriciani ». M. Aucapitaine reconnut avec 
* « une parfaite justesse dans ce monument, jusque-là inexpliqué, un couvercle 
« de sarcophage tout à fait semblable au couvercle de Saïda. » P. 425. Mais à 
la page 825, Renan est moins affirmatif. « La statue d'Apriciani est en granit ; 
« la tête est sensiblement dégagée des épaules, disposition qui ne se voit 
« guère dans les sarcophages de Phénicie ». Quand à Mérimée il a vainement 
cherché en Corse des traces de la civilisation phénicienne si nombreuses en 
Sai^aigne : « des vases, des statues, des instruments d'une forme caractéris- 
« tique, certaines constructions remarquables se trouvent fréquemment 
« dans les pays habités ou visités par les Phéniciens. Rien de semblable 
« n'existe en Corse à ma connaissance et quelques minutieuses qu'aient été 
« mes informations, elles n'ont jamais eu le moindre résultat ». 

2. Observations de M. Héron de Villefosse sur une communication de 
M. Laurière publiées dans le BiilL soc, ant, de France ; année 1887, p. 154. 



46 CHAPITRE II. § 11. 

peut-être même des Ligures, quelques points des côtes de Tîle, 
mais leur influence a été nulle sur les premières populations t. 

§ 12. Les Etrusques on Pélasges-Tiirsànes. 

La première migration des Pélasges en Italie paraît remonter 
à plus de deux mille ans avant notre ère. Son peu d'importance 
nous permet de supposerque la Corse ne fut ni visitée ni occupée 
par eux, nous nous bornerons donc à dire quelques mots de 
leur deuxième migration placée au dixième siècle avant notre 
ère, en admettant, avec M. d'Arbois de Jubainville et K. O. 
Millier, que les Étrusques ne doivent pas être distingués des 
Pélasges-Tursàncs, Tursènes ou Tyrrhènes 2. 

La première rencontre des Étrusques et des Corsi a dû avoir 
lieu sur le continent italien. D'après Servius, Populonia aurait 
été fondée ou par une colonie venue de la Corse, ou par une 
autre colonie venue de Volalerra, une des douze villes étrusques, 
à moins que, selon une troisième opinion, émise par le même 
auteur pour faire accorder les deux autres, les habitants dé 
Volaterra n'aient conquis Populonia sur les Corses 3. 

Il y aurait mauvaise grâce à ne pas reconnaître que le texte 
de Servius est loin d'être d'une clarté éblouissante. Cependant 
il y a lieu de tenir compte, que sur trois hypothèses, deux sont 
favorables à la fondation de Populonia par les Corses. Enfin 
comme le fait remarquer, avec tant d'à-propos K.O.Mùller, ceux 
qui soutenaient que Populania n'avait été fondée qu'après la 
formation de la confédération étrusque devaient être bien sûrs 
que la ville qui, de leur temps, était si florissante par l'industrie, 
ne faisait pas partie de la ligue des douze états 4. 

Nous admettons la fondation de Populania par les Corsi et 

1. Les Phéniciens ont certainement occupé la Sardaigne et Marseille ou 
plutôt la Lacj'don avant la venue des Hellènes. Dans ces conditions ils 
devaient probablement avoir des points de relâche en Corse. Mais aucun 
texte ne permet d'avancer qu'ils y ont fondé les villes d*Asteria et d'Alonia ; 
ce sont là des inventions gratuites d'écrivains peu scrupuleux. 

2. d'Arbois de Jubainville ï, p. 129-168. — K. O. MûUer, Die Etrusker, 
Breslau 1828 et Stuttgard 1877. 2 vol. in-8. 

3. Servius ad Mneid. 1. X, V. 172, texte reproduit page 17, note 5. 

4. K. O. MûUer, t. I, p. 347. 



PÉUIODE PUOTO-HISTORIQUE. 47 

nous la faisons remonter à l'époque lointaine où les Shardana 
régnaient sur le bassin occidental de la Méditerranée, c'est-à- 
dire vers le xvi® siècle avant noire ère ; mais lorsque, cinq 
siècles plus tard, les Étrusques devinrent maîtres de la région 
comprise entre le Tibre, l'Apennin et la mer, ils furent fatale- 
ment amenés à disputer l'empire de la mer aux races 
libyennes. Volaterra s'empara de Populania qui devint bientôt 
une ville maritime de premier ordre. 

Poursuivant leur conquêle, les Étrusques s'implantent dans 
nie d'Elbe et établissent plusieurs colonies sur les rivages 
corses. Chaque ville de la confédération occupe les points à sa 
convenance. L'île d'Elbe, dit Niebuhr, aura sans doute appar- 
tenu à Populonia et c'est pour cette raison que les fourneaux 
pour la fusion de l'airain sont sur le territoire de cette ville. On 
ne pouvait le fondre dans l'île même ; il faut transporter le 
charbon ou le minerai. C'est le minerai qui est le plus aisé à 
déplacer l. L'occupation de l'île d'Elbe ne pouvait être assurée 
qu'autant que le Nord de la Corse appartenait aux mêmes pos- 
sesseurs, il est à supposer que l'oppidum de Blesinon leur 
appartenait ; Caere avait dû s'installer plus au Sud, puisque 
nous la trouverons particulièrement intéressée à ne pas 
tolérer la présence d'une colonie étrangère à l'embouchure du 
Tavignano 2. Vers le vi® siècle, c'est-à-dire à l'apogée de leur 
grandeur, les Étrusques sont donc maîtres de la Corse 3 ; ils 
occupent toute la partie Nord de l'île où leur présence est 
attestée par les fouilles sommaires de ces dernières années * et 
reçoivent des habitants, sous forme de tribut, de la cire, de la 

1. Niebuhr, Hist. Rom., trad. Gonjer3', t. I, p. 180. 

2. Le Rothani fliwiiis de Ptolémée. Le hameau de Rotaui ou Rodaiii existe 
encore et fait partie de la commune d'Aleria. Un rapprochement s'impose : 
une inscription tirée du palais de Karnac parle d'une expédition faite par 
Touthmès Hl, un des plus célèbres pharaons de la XVHI» d3Uîastie, avec ses 
vaisseaux dans le paj's de Rotan. M. Brisse, (Revue archéologique, tome XVI, 
p. 30), cix)it qu'il s'agit de la Lidye ; or les Tursanes de Lidj^e qui passèrent en 
Italie étaient les Étrusques, (Hérodote I. 94 ; Symnus de Chio, v. 217-221,) 
maîtres de la Corse. On pourrait timidement conclure que Rotani est un 
nom étrusque. 

3. Le détestable poème des Argonautes, écrit du v^ au vi« siècle, compte la 
Corse parmi les îles ausoniennes. Vers 1249. 

4. Caziot, loc. cit. p. 464, 475 et 476. 



48 CHAPITHE II. § 12. 

résine et du miel i. « Quelques fragments empruntés à l'anti- 
(C quité pourraient nous faire supposer qu'ils avaient fait de 
« rîle un lieu de refuge et de ravitaillement pour leurs pirates, 
« comme les boucaniers et les forbans des Anlilles en avaient 
« fait un de Tîle de la Tortue, au xvii« siècle » 2. Il est très 
regrettable que Noël des Vergers, par des références bien claires, 
ne nous permette pas d'apprécier la valeur de ces fragments. 
Ne s'agirait-il pas tout simplement de ces proverbes désobli- 
bligeants pour les Corses, fort goûtés, paraît-il, des populations 
italiennes du moyen-àgc,et dont Erasme nous a conservé la trace 
dans son recueil des Adages anciens ? 3 H est vraisemblable, du 
reste, que les pirates de la Méditerranée aient fréquenté les ports 
de l'île ; un vague passage de Diodore de Sicile favorise cette 
supposition. 

Nous nous trouvons en présence d'établissements militaires, 
comme dit Micali 4, d'une conquête armée, la première que 
lious puissions enregistrer. Cette conquête nous donnera peut- 
être l'explication de Vimmigration forcée des Corsi en Sardaigne, 
mentionnée par Pausanîas, dont nous avons cité le texte 
assez intéressant pour avoir attiré l'attention de Mérimée. 

« A une époque qu'on ne peut préciser, des peuplades corses 
« envahirent le Nord de la Sardaigne et s'y fixèrent, mais 
« cependant elles continuèrent à se distinguer des naturels de 
« l'île 5. Si Ton cherche à expliquer celte immigration d'un petit 
« peuple par les causes éternelles des grands mouvements qui 
« agitent les races humaines, on doit croire que les Corses 
« étaient, dans le même temps, envahis par une nation étrangère 

1. Diodore de Sicile, Livre V. c. 4. 

2. Noël des Vergers, L'Étriirie et les Étrusques, t. II, p. 75 et 77. 

3. Cyrnia tellus, dicebatur regio latrociniis infamis, cujusmodi olim fuisse 
C3Tniim. Proverhium non inepte detorquebitur in hominem alieni rapacem 
ac viabentum. Cyrnia jactura. Cyruium malum. De magnis dispendiis et 
expilationibus dicebatur. Cyrnus insula olim navigantibus erat inaccessa, 
propter prsedonuni ac piratarum circa illam frequentiam. Érasme, Adagiorum 
veterum, dans Opéra omnia, éd. de Leyde 1765, t. II, Chil. III. Cent. I et VII, 
prov. 14 et 92, p. 92, 735 et 978. 

4. Micali, L'Italie avant la conquête romaine, trad. Raoul Rochetti, t. I, 

p. 155. 

5. Ils gardaient le nom de Corses, au temps d'Auguste. Voir l'inscription 
n» 153. Orel. CoU, inscrip. (Note de Mérimée). 



PÉRIODE PROTO-HISTORIQUE. 49 

« qui les poussait vers le Sud, comme les Barbares de l'Est 
« refoulèrent ensuite les Germains sur les frontières romaines. 
« Mais quelle est la date de cet événement. C'est ce qu'il est 
« impossible de déterminer même par approximation. Tout ce 
« que Ton peut conclure du récit de Pausanias, c'est que 
« rétablissement des Corses en Sardaigne serait très antérieur 
« à l'arrivée des Phocéens ; ainsi les Grecs auraient été précé- 
« dés et de bien loin, en Corse, par d'autres nations dont 
« l'histoire n'a conservé aucun souvenir l ». 

Rapprochant les textes de Pausanias et de Servius nous 
pensons que les Corsi, lors de leur immigration dans le Nord de 
la Sardaigne, étaient envahis par les Etrusques qui, après les 
avoir chassés de Populonia, ont continué leur poursuite et les 
ont refoulés en Sardaigne. 

Quelle est la date de cet événement ? Il est antérieur à 
l'arrivée des Phocéens et postérieur, selon nous, à l'occupation 
de Populonia par Volaterra et se trouve ainsi compris entre 
le vil® et le v® siècles. 



1. Mérimée. Loc. cit. p. 5 et 6. 



CHAPITRE III. 

PÉRIODE HISTORIQUE. 

Sommaire. — § 1. Les Phocéens fondent la colonie d'Aleria. — § 2 Les 
' noms de lieu attestent encore la possession d'une partie de la 
Corse par les Hellènes. — § 3 Domination des Etrusques. Les 
Syracusains maîtres des côtes de la Corse. Les Carthaginois. 

§ 1, Les Phocéens fondent la colonie d' Alerta. 

Les Étrusques, maîtres de la mer, allaient bientôt se trouver 
en présence de nouveaux compétiteurs : les Hellènes. 

Nous ne savons rien des premières visites que les navigateurs 
grecs ont pu faire en Corse, antérieurement à leurs démêlés 
avec les Etrusques. Toutefois il est bon de retenir que c'est de 
Chalcis, principale ville de TEubée, que partit la plus ancienne 
colonie que la Grèce envoya vers l'Occident ; elle alla fonder 
Cumes entre le viii« et le xi® siècle. Nous savons qu'un des points 
du territoire de Carystos, une des plus jolies villes de TEubée, 
portait le nom de Cyrnos l. Il semblerait donc vraisemblable 
que Corsica fut baptisée Cyrnos par les colons de Cumes ; mais 
il convient aussi de dire que Cyrnos est un nom propre 
d'homme que nous trouvons dans Hérodote et dans Stoba 2. 
Ce qui est certain c'est que l'île d'Elbe (JEthalid), a été visitée 
de très bonne heure par les Hellènes. « Ses riches mines de 
cuivre et de fer y appelèrent l'affluence des étrangers, et y 
constituèrent un centre commercial entre eux et les indigènes ; 
car, sans commerce avec la terre ferme, cette île étroite et non 
boisée, n'aurait pu fournir le combustible nécessaire à la fonte 

1. Hérodote VlIIi 9. 

2. Une île de la mer Egée portait aussi le nom de Cyrnos : «c Les habitants 
nomment les îles qui sont au-devant de l'Etobé, les Echinades, Cotonis, 
Cyrnos, etc. ». Pline IV. 19, 2. 



PÉRIODE HISTORIQUE. 51 

des minerais i ». La Corse était 4out indiquée pour fournir le 
bois de chauffage et il est naturel d'admettre que son occupa- 
tion a suivi de près celle d'iEthalia. 

L'historien Syracusain Antiochus, qui vivait en 440 avant 
notre ère, raconte qu'au temps où Harpagus, général de Cyrus, 
s'empara de Phocée, les habitants s'embarquèrent avec leurs 
familles et arrivèrent d'abord en Corse sous la conduite de 
Créontiade, puis ensuite à Marseille, d'où, étant repoussés, ils 
allèrent à Hyélé (Vclià) 2. 

Strabon, qui nous fait connaître la tradition Sicilienne qu'on 
vient de lire, rapporte de son côté, d'après la tradition des 
Marseillais, que les ancêtres de ces derniers abandonnant 
Phocée pour obéir à un oracle^ se seraient rendus d'abord à 
Ephèse; ils auraient demandé des ordres à Diane, et Aristarché, 
une des matrones les plus vénérées du temple, après leur avoir 
ordonné d'emporter une des images de la déesse, se serait 
embarquée avec eux, pour venir fonder la colonie de 
Marseille et le temple de Diane M-assaliote, dont Aristarché 
serait devenue la prêtresse ; l'historien ajoute que, dans toutes 
les colonies fondées ensuite par les Marseillais, le même culte 
et des images semblables furent établis 3. 

Hérodote ne dit rien de la fondation de Marseille et son récit, 
en ce qui concerne la Corse, ne concorde pas rigoureusement 
avec celui d'Antiochus. D'après lui, les Phocéens, pour obéir à 
un oracle, abordent dans l'île et fondent la ville d'AIalia (Aleria), 
à l'embouchure du Tavignano, (557 av. J. C.)justeenfacedeCseré. 
La colonie devait être très florissante puisque, vingt ans après, 
elle sert de refuge aux Phocéens vaincus par Harpage. Pendant 
cinq ans, ces émigrés restent libres possesseurs du sol et, 
poursuivant leur œuvre de civilisation, élèvent des temples 
et fortifient la cité. Ils sont bientôt assez forts pour devenir 
redoutables à leurs voisins ; ils peuvent mettre en ligne jusqu'à 
60 vaisseaux. Les Caerites, se sentant trop faibles pour s'opposer 
à leur expansion dangereuse, font appel à la marine Cartha- 
ginoise. 

1. Mommsen, t. I, p. 190. 

2. Citations d'Antiochus par Strabon VI, L. I. c. 1. 

3. strabon IV, I, 4. 



52 CHAPITRE m. § 1«'. 

Les Phocéens prennent TofFensive et voguent vers la mer de 
Sardaigne à la rencontre de la marine alliée, forte de cent-vingt 
voiles ; la victoire semble leur être restée, mais une victoire 
onéreuse qui, dans le récit d-Hérodote, ressemble à une 
sanglante défaite ; ils avaient perdu quarante vaisseaux et les 
vingt autres étaient hors de combat. Ils purent néanmoins 
retourner à Alalia, sans être inquiétés, mais ne se sentant plus 
en sûreté, ils font monter sur leurs bâtiments les femmes, les 
enfants et tous les objets précieux et prennent la mer à la 
recherche d'une nouvelle patrie ; ils finissent par s'installer à 
Hyélé {Velià), sur la côte Lucanienne moins exposée aux coups 
de l'ennemi l. 

Les récits d'Hérodote, de Strabon et d'Antiochus apparem- 
ment contradictoires, se complètent et s'expliquent l'un par 
l'autre. Vers l'an 537, les Phocéens, pour obéir à un oracle, 
viennent en Corse et de là gagnent Marseille ; le temple de 
Diane d'Ephèse ou YEphesium de Marseille, l'étang de Diane 
près d'Aleria expliquent les textes relatifs à la construction des 
temples. Enfin dans la lutte contre les Carthaginois, il est 
infiniment probable que les Phocéens de Marseille et d'Aleria 
ont combattu de concert. Cette hypothèse peut s'appuyer sur les 
vers 245 et 246 de Scymnus, savamment rétablis par Letronne : 
« Aux Œnotriens appartient aussi Eléa ville des Phocéens et 
« des Massaliotes qu'ils fondèrent au temps de la domination 
« Persane 2 ». Les deux noms réunis indiquent que les deux événe- 
ments se sont succédé à un faible intervalle à une époque où 
Phocéens et Massaliotes agissent de concert. Or, à cette époque, 
les Phocéens qui n'étaient pas à Marseille se trouvaient en 
Corse ; ce sont donc les Massaliotes et les Phocéens de Corse 
qui ont fondé Eléa, lorsque, devant les forces Carthaginoises, 
ils se sont trouvé dans la nécessité d'évacuer l'île. 

Cette interprétation nous donne l'explication d'un passage 
d'Ammien Marcellin qui nous représente les colons de Phocée 
comme divisés en « deux corps, dont l'un aurait fondé Velia en 
« Lucanie et l'autre Marseille en Viennoise 3 » . Mais Phocéens 

1. Hérodote, L. I. c. 166 et 167. 

2. Letronne (A.-J.). Œuvres choisies assemblées par A. Fagnan, Tome H, 
p. 471 et 472. 

3. A Phocsea Asiaticus populus Harpagi inclementiam vitans, Cyri régis 



PÉRIODE HISTORIQUE. 53 

de Velia et Phocéens de Marseille venaient de Corse. Nous 
avons du reste à notre appui, le témoignage de Sénèque. « Les 
« Grecs qui maintenant habitent Marseille s'établirent 
« d'abord dans cette île, Graii qui nunc Massiliam colunt, 
« prias in hac insula considérant l ». 



§ 2. Les noms de lieu attestent la possession dune partie 

de la Corse par les Hellènes. 

Chassés de leurs établissements d'Asie, ces Phocéens, qui 
s'en vont à la recherche d'une nouvelle patrie, s'installent en 
Sardaigne, et en Corse ; repoussés vers le Nord par de nouveaux 
ennemis, ils émigrent en masse emportant les dieux tutélaires, 
et s'établissent sur les cotes de la Méditerranée française ; 
pour perpétuer le souvenir de la patrie lointaine, ils donnent à 
leurs nouvelles colonies, le nom des colonies abandonnées. 
C'est ainsi que nous retrouvons sur la côte provençale colonisée 
par les Grecs : Massilia, Rhodanusia (vers Beaucairé), Olbia 
(Almanaré), Nicaea (Mce, Nizza), Aeria 2, Rhodanos (le Rhône) 
qui rappellent à s'y méprendre Olbia (Sardaigne), Nicaea, 
Aleria, Morsiglia et le Rhotanos (Corse)* 

M. d'Arbois de Jubainville, nous l'avons vu, émet l'avis que 
le nom du Rhône est un mot ligure. Il a peut-être raison mais 
un esprit non prévenu est forcément frappé par l'analogie des 
noms, certainement d'origine grecque, qu'il rencontre sur les 
côtes de Corse et de Sardaigne et les homonymes des côtes 
provençales. 

Les relations entre la partie septentrionale de la Corse et les 
Massaliotes semblent avoir duré, pendant des siècles, puisque 
Sénéque nous apprend que l'idiome primitif des insulaires 

prœfecii, Italiam navigio petiit. Cujus pars in Lucaniam Velium ; alîa condi- 
dit in Viennensi Massiliam. Ammien Marcellin, Rerum Gestarum, L. XV, c. 9. 

1. Sénèque, Consolatio ad Heloiam, 

2. Pline III, V, 6. « II est probable qu* Aeria, connue aussi d'Artémidore 
d'Ephèse, était un autre lieu dépendant des Marseillais quoique cela ne soit 
pas dit expressément. Appolidore dans ses chroniques, auteur plus ancien 
qu'Artémidore (150 av. J.-C.) a aussi fait mention d'Aeria ». 

Walckenaer, Géog, anc, des Gaules, t. I, p. 187. 



54 CHAPITRE III. § 2. 

s*était sensiblement altéré au contact des Hellènes. De nos jours 
encore, les lieux cités plus haut, auxquels il convient d'ajouter 
le village de Minerbio, le port Favone, l'étang de Diana, les 
régions de Filosorma, de l'Agriata et de la Balania, attestent 
la longue domination des Hellènes et déterminent leur sphère 
d'influence. 

§ 3. Domination des Etrusques. 
Les Sgracnsains maîtres des côtes de la Corse. 

Les Carthaginois.. 

Associés dans leurs efforts, les Etrusques et les Carthaginois 
se partagent l'empire de la moitié occidentale de la Méditerranée ; 
vers l'an 500, toutes les côtes de la Sardaigne sont en la posses- 
sion des Africains. 

La Corse reste entre les mains des Etrusques qui, au dire de 
Diodore de Sicile, y fondent une nouvelle ville appelée Nicœa 
et s'installent à Calaris l. 

« Il faut, dit Noël de Vergers, supposer là quelques erreurs. 
Le nom complètement grec de Nicœa indique une origine hellé- 
nique et il est probable que, comme Alalia, elle appartenait aux 
Etrusques par droit de conquête 2 ». 

On ne peut s'expliquer la mention de Calaris, nom ancien de 
Cagliari ville de Sardaigne, que par une interpolation ou une 
erreur de copiste qui a altéré le nom d'Aleria. Cette hypothèse 
est d'autant plus admissible que l'historien a soin d'écrire que 
Calaris fut fondée par les Phocéens. Nous croyons inutile de 
relater les assertions fantaisistes de certains chroniqueurs de la 
Corse qui, sans aucune preuve, identifient Calaris avec Galeria 
et poussent la candeur jusqu'à confondre la ville d'Agylla ou 
Cœré avec je ne sais quelle bourgade de l'île. En réalité aucun 

1. A trois cent stades environ de l'île d'iEthalie, (Elbe), est une autre île 
que les Grecs appellent Cyrnos, les Romains et les Indigènes Corsica. L'abord 
de cette île est très facile. On y trouve un magnifique port appelé port 
Syracusain. U y a deux grandes villes : Caralis et Nicœa. Caralis fut fondée 
par les Phocéens, qui, peu de temps après, furent chassés par les Thyr- 
rhènes qui bâtirent Nicsaa au temps où, maîtres de la mer, ils s'emparèrent 
des îles situées dans la mer Thyrrhénienne. Diodore, L. V. c. 13. 

2, Noël des Vergers, L'Étrurîe et les Étrusques, t. II, p. 75 et 77, 



PÉRIODE HISTORIQUE. 55 

nom de lieu franchement étrusque ne peut être signalé en 
Corse 1. 

D'après certains savants, le type social corse serait un type 
pélasge et, langue à part, c'est avec les représentants incontes- 
tés des pélasges que le corse d'hier présentait le plus d'affini- 
tés 2. Méfions-nous de ces comparaisons en apparence conclu- 
antes. De ce que nous trouvons chez les Corses des mœurs et 
des habitudes communes aux Pélasges du midi de l'Italie et des 
régions balkaniques, nous n'avons pas le droit de conclure à 
une unité d'origine ;quede fois n'avons nous pas été profondément 
impressionné en trouvant, dans le récit des voyageurs, des 
détails sur la manière de vivre de certaines tribus du Nord du 
Tonkin, du Sud de Madagascar et du centre de l' Afriquel Volon- 
tiers nous aurions cru que l'explorateur voulait parler de la 
Corse, tant la similitude des coutumes et des mœurs était 
grande I 

Quand le roi des Perses Xerxès P** entreprit la conquête 
d'Athènes, (485-472), il paraît s'être assuré le concours des 
Carthaginois, unis aux Tyrrhéniens par une foule de traités de 
commerce et une alliance armée, une Symmachie dont la 
bataille d'AIalia avait attesté les importants résultats. 

La Grèce courut un grand danger. Menacée par les Perses dans 
l'Attique et le Péloponèse, elle dut résister en Sicile à une 
invasion formidable. Hérodote raconte que Crinippe, tyran 
d'Himèra, chassé par les Agrigentins, fit venir sous la conduite 
d'Hamilcar, fils d'Hannon, une armée de trois cent mille 
hommes, composée de Phéniciens, de Libyens, d'Ibères, de 
Ligures, de Sardes et de Corses 3. L'armée alliée n'en fut pas 

1. Parmi les villes des Etrusques, (Tusci ou Tuschi), on compte : Populonia, 
Tarquinii, Arretium, Luai et Gora qui rappelle des noms de lieu de la Corse, 
tels que : Tuschini, col au S. de Tavera, Popolasca, Talcini, Orezza, Casa- 
Luna et Corrano. Mantinum, localité de l'île, citée par Ptolomée, a le même 
radical que Mantus, (déesse étrusque). Il ne faut faire ces rapprocliements 
qu*avec beaucoup de précautions. Comme on le verra, plus loin, Mautinum 
nous parait une corruption de Blesinon. 

2. Obédénare, Corses et Albanais extr. du Bull, de la Société anthropolo- 
gique de Paris, Mars 1877 p. 168. 

3. 4oev(X&>v xat AiSOcjv xal iS^jOUV xat Atyûwv xoct Ë^eovxuv xat Za^^Soviuv 
x«t Kyjovtwv T/5tflxovT« fAiij9tà$aç xat (irpamyô^ awtwv A|A(Xxav tov Avvwvoç. 
Hérodote, I. VÎl, c. 165, § 1. 



66 CHAPITRE in. § s. 

moins défaite près d'Himéra, le même jour, dit*on, que celui 
où les Perses perdirent la bataille de Salamine, (480 av. J. C). 

Carthage battue et humiliée, l'empire maritime de ses alliés 
s'écroule. En 474, Hiéron de Syracuse, vint au secours de 
Cumes, assiégée par les Etrusques, et inflige à leur marine un 
désastre dont elle ne se releva pas i. Poursuivant leurs exploits 
les Syracusains confient une flotte à Phœli qui occupe l'île 
d'Elbe sans coup férir. Comme toutes les nations aux abois, 
rÉtrurie eut recours à la corruption pour éloigner la flotte 
grecque ; elle obtint à prix d'argent la retraite de l'amiral qui, 
de retour à Syracuse, fut condamné à l'exil et remplacé dans 
son commandement par Apelle, marin des plus expérimentés. 
Une nouvelle flotte de vingt trirèmes vint ravager les côtes de 
la Corse, occupa l'île d'Elbe et rentra à Syracuse chargée d'un 
immense butin et de nombreux prisonniers (453 av. J. C). 

Désormais les Etrusques n'auront plus la suprématie dans 
les eaux italiennes ; c'est en vain qu'ils essaient de se fortifier 
en Corse 2. Réduits à la défensive ils sont condamnés à une 
rapide déchéance ; quelques années plus tard, (384 av. J. C), 
sous le prétexte de venir chercher les pirates dans leur repaire, 
mais en réalité pour se procurer de l'argent, Denys parut sur 
la côte de Caeré, pilla le temple de Pyrgi et en emporta la valeur 
de mille talents 3. 

Pas un bâtiment ne se présenta pour lui disputer la mer et il 
put, avant de rentrer à Syracuse, ravager à son aise les côtes 
de la Corse. Longtemps cette île garda le souvenir des 
Syracusains : témoin le Syracusanus portas (Santa Amanza) men- 
tionné par Diodore de Sicile et Ptolémée. 

Les Étrusques afiTaiblis changent de politique extérieure ; 
craignant que Carthage, dont la puissance grandissait tous les 
jours, n'essayât de s'emparer de la Corse, ils rompent l'ancienne 
Symmachie Tusco - Phénicienne et s'allient aux Syracusains 
(310 av. J. C.) ; mais pressés par les Romains et les Celtes ils 
allaient bientôt perdre leur indépendance. Au iii« siècle, vers 
270 av. J. C, il n'est plus question de l'Étrurie ; la Corse était 



1 Diodore, 1. XI, ch. 51. 

2 Noël des Vergers, tome II, p. 81. 

3 Strabon, L. c. V. 1, § 8. — Diodore, L. XV, ch. VI. 



PÉRIODE HISTORIQUE. 57 

tombée, sinon tout à fait dans les mains de Carthage, au moins 
sous le coup de sdn influence. 

La domination des Carthaginois sur la Corse ne nous est 
connue que par quelques textes peu clairs des historiens 
romains, toujours sujets à caution quand ils parlent de la 
nation rivale. Il n'en est pas moins certain que, pendant de 
longues années, Tîle fut considérée comme une dépendance de 
l'empire africain i. Longtemps, écrit Tile-Live, les Carthagi- 
nois firent la guerre avec ces nations et enfin exercèrent leur 
autorité sur la Corse et la Sardaigne, à l'exception des régions 
inaccessibles. Mais voyant qu'il était plus facile de vaincfe ces 
peuplades grossières et féroces que de les dompter, entre les 
autres moyens qu'ils imaginèrent pour les contenir et les obli- 
ger à tirer de la métropole toutes les provisions nécessaires à la 
vie, ils détruisirent tout ce que les deux îles avaient de plantes 
utiles ou d'arbres fruitiers, défendant aux habitants, sous peine 
de mort, de rien semer ou planter qui pût leur fournir aucune 
sorte de nourriture, jusqu'à ce qu'étant apprivoisés peu à peu 
ils se sont enfin accoutumés à souffrir plus patiemment le joug 
pénible de la servitude 2. 

Il est inutile d'insister sur le peu de vraisemblance d'un 
pareil récit. Qu'au cours d'une campagne les Carthaginois aient 
jugé nécessaire, pour le triomphe de leurs armes, de détruire les 
moissons et les arbres fruitiers, nous en convenons volontiers ; 
nous trouvons là un procédé cher à toutes les nations civilisées 
qui, longtemps plus tard, ont voulu s'assurer la possession 
d'un pays vaillamment défendu. Mais cette nécessité n'a pu 
devenir un système de gouvernement ; s'il en eût été ainsi, com- 
ment expliquer que les Corses et les Sardes, loin d'accueillir les 
Romains comme des libérateurs, n'ont pas hésité à les combattre 
à l'instigation de Carthage, comme il est facile de le constater 
sans recourir à d'autres historiens que Tite-Live lui même. 

Il n'en reste pas moins impossible de déterminer, même 
approximativement, les limites des possessions de Carthage 

1. Raspatt, De Corsica insula a Romanis capta. L'auteur ne pense pas que 
les Carthaginois aient occupé la Corse ; ils n'avaient aucune raison, dit-il, 
d'occuper un pays qui ne produit presque rien. 

2. Tite-Live, Histoire Romaine, traduite par Guérin, Paris 1824, *édit, 
Michaud ; tome V, L. XVII, c. 16. 



S8 CHAPITRE III. § 3. 

en Corse, et de nous faire une idée de leur mode d'administration 
et d'organisation. Heureusement que bientôt Rome et Carthage 
vont en venir aux mains.' L'empire de la Méditerranée occiden- 
tale doit rester au plus fort et cet empire est subordonné à la 
possession de la Corse. 



^-w 



CHAPITRE IV. 

ÉTAT DE LA CORSE ROMAINE. 

Sommaire. — § 1. Description géographique. — § 2. Divisions poli- 
tiques. — 3. Mœurs. — § 4. Langue. 

§ 1 . Description géographique. 

L'île de Corse, nommée Cyrnos par les Grecs, était baignée 
au Nord par la mer. de Ligurie (Ligusticiim mare), à l'Est par 
la mer Tyrrhénienne, au Sud par le détroit Taphros ou Gal- 
licum qui la séparait de la Sardaigne (^Sardinia), à l'Est par la 
mer Ibérique l. 

Les îles d'Elbe (Jlva), de Caprara (Capraria), et de Pianosa 
(jPlanasia), situées entre la Corse et l'Italie, facilitaient la navi- 
gation entre les deux pays, et les barques ne mettaient pas plus 
d'un jour et d'une nuit pour faire la traversée. Le Taphros coupé 
par une série d'îlots pouvait être franchi en moins de huit 
heures 2. 

Une chaîne non interrompue de montagnes divise la Corse en 
deux versants. Sur le versant oriental le Golo (Gaula fl.), le 
Tavignano {Rothanus fluv.), le Fîumorbo {Syrbus fluv,), et la 
Solenzara (Sacer fluv.), courent, dans des directions parallèles, 
vers la mer Tyrrhénienne. Sur le versant occidental prennent 
naissance le Liamone (Cricidius fluv.), la Gravona (Locra fluv.), 
le Taravo (Ticarius /Z.) et le Rizzanese (Pitanis flav,). Ces cours 
d'eau forment des bassins séparés par des chaînes élevées qui se 

1 . Voir le chapitre : La Corse d'après PtoUmée. 

2. Navigatio a Tyrrhenia in Corsicam est diei unius ac dimidiae. In média 
liac navigatione occurrit insula habitata, cui nomen ^talia, aliœque com- 
plures desertae insulae. A Corsica insula in Sardiniam insulam tertiae diei 
partis navigatio. In medio déserta insula est. A Sardinia in Lybiam diei noctis- 
que est navigatio. Scylax, Periphis, dans Geographi grœci minores, Ch. Mûller, 
çd. Didot t. I, p. 18, § 6 et 7t 



60 CHAPITRE IV. § !•*•. 

détachent de l'arête principale. Tous, au moins dans leur partie 
supérieure, se déroulent impétueusement dans des vallées 
étroites, tortueuses et accidentées ; chaque vallée forme ainsi 
un monde à part, un labyrinte d'inextricables montagnes domi- 
nées par des pics inaccessibles, dont deux seulement paraissent 
déterminés avec exactitude : le mont d*Or (mons Aureus), et le 
mont San Petro (^mons Nigheunus). De ces sommets jusqu'aux 
rivages parsemés de coquillages, partout s'étend la forêt vierge 
où dominent des pins et des sapins d'une incomparable 
beaut,p 1. Au fond des vallées, des myrtes, des ifs et des buis 
gigantesques étalent leurs tiges fleuries où viennent se sus- 
pendre d'innombrables essaims d'abeilles qui produisent un 
miel dont l'àpreté est signalée par les poètes et les naturalistes 2. 
Le laurier, acclimaté par les Romains, y pousse avec une 
vigueur remarquable 3. 

§ 2. Divisions politiques, 

La Corse, si nous en croyons Ptolémée, était habitée par 
douze nations qui, pour la plupart autochtones, n'ont subi 
l'influence romaine que dans de faibles proportions. Les Ro- 
mains, au dire de Pline, divisèrent le pays en trentre-trois 
civitates 4. Sur le terme civitas, employé par Pline, il ne peut y 



1. Evolvuntur item vada fùsi cœrula ponti 

insula quse Cyrnus fluctu madet alludente, 
littoris ostriferi protendens latius undam. 

Rufus Festus Âvienus, Descriptio orbis terrœ, v. 120-123. 

« In primo magnas etiam in Cyrno nasci produnt. Quse enim in terra 
Latina eximie pulchrse nascuntur abietes piceseque, — ha enim majores et 
pulchriores quam reliquœ Italise, — non comparari posse cum iis quas 
Cyrnus alit ». Théopliraste, Histoire des Plantes, annotée par Fréd. Wim- 
mer, éd. Didot, L, IV, p, p. 96.— Pline, Histoire naturelle, trad. Littré, tomel» 
L. XVI, p. 76, 3. — Dionisii Orbis descriptio, v. 460 : Silvis autem tantum 
quantum illa (Corsica) abundat nulla. 

2. Buxus maxime vero et pulcherrima in Cyrno, ibi enim et longissima et 
crassior multo quam alibi ; ideo mel ibi insuave est buxum oleus. 
Théophraste, L. III, p. 53. 

3. Pline, Hist. nat., tome I, L. XV, c. 39, § 3. 

4. In Ligustico mari est Corsica. . . Civitates habet XXXIII et colonias II : 
Marianam a C. Mario deductam, Aleriam a dictatore Sylla. Pline, L. III, 12, 1. 



r 



ÉTAT DE LA CORSE ROMAINE. 61 

avoir de doute. Une civitas est une commune étrangère ; cité, 
municipe ou colonie elle se composait, en dehors de la ville, 
quand il y en avait une, d'un territoire plus ou moins étendu. 

Ce territoire renfermait des vici, bourgs, des pagi, villages, 
des castella ou oppida, réduits fortifiés, des fermes et des 
grandes propriétés, fundi, villa et praedia l. Cette dernière 
expression s'est conservée et, sous le nom de presa, les Corses 
désignent la partie cultivée du territoire par opposition à la 
portion réservée au libre parcours. 

Les Vanacini, la plus connue de ces nations, occupaient tout 
le Cap Corse ; leur nom semble déceler une origine ligure. On 
trouvait sur leur territoire les civitates de Centurinum, de Luri- 
num, de Canelata, de Mantinon ou plutôt Blesinon {La Vasinà), 
et de Clunium. Le pagus Aurelianus (Rogliano) ne doit dater 
que de l'occupation Romaine. 

Les Cilebenses, nous préférons lire les Nibolensii, occupaient 
l'ancien pays du Nebbio. Cersunum et Ostricon étaient leurs 
principales civitates. Un des cinq évèques de la Corse avait sa 
résidence à Cersunum, /Cathédrale de NebbioJ. 

Les Mariant dont le territoire répondait aux anciens pays de 
Marana et de Moriani, étaient des colons romains. Us représen- 
taient les conquérants, dans toute leur avidité. Peu à peu ils ont 
refoulé les indigènes vers les hauts plateaux ; ils se sont ainsi 
implantés dans la région de Morosaglia, (Marii salaj, où nous 
trouvons Marinaccio et Case Romane. Âsincum et Ara Tutela 
figuraient parmi les localités les plus importantes de cette 
colonie. Mariana fut le siège d'un des premiers évêques de l'ile. 

La colonie militaire de Mariana, fondée par Marins, vers 
l'an 100 avant Jésus-Christ, sur l'emplacement de Nicaea, a dû 
essaimer de bonne heure, puisque Ptolémée nous apprend que 
sur la côte occidentale se trouvait le promontorium et oppidum 
Marianum, comprenant le domaine de Campo-Moro et le ter- 
ritoire de la commune de Grossa, régions dans lesquelles nous 
trouvons le nom significatif de Mariana. 

Les Licnini (Casacconi ?) établis au Sud des Cilebenses et à 
l'Ouest des Mariani occupaient le bassin moyen du Golo. 

1. R. Gagnât, Étude sur les cités romaines de la Tunisie, dans le Journal 
des Savants t année 1896, p. 406. 



62 CHAPITRE IV. § 2. 

Maîtres des pays de Casacconi et d'Âmpugnani ils ont dû être 
refoulés vers la montagne, peuplant les cantons de Caccia et du 
Niolo. 

Les Opiniy dont le territoire embrassait l'ancien pays de Pino, 
avec un oppidum au mont Oppido près de Chiatra, se trouvaient 
resserrés entre les colons deMariana et ceux d'Aleria. Repoussés 
par les conquérants ils ont dû se réfugier sur les plateaux 
d'Alesani et d'Orezza. 

La colonie d'Aleria fondée par Sylla, au profit dje ses vété- 
rans, comprenait la vaste plaine d'Aleria ; bâtie sur l'empla- 
cement de la colonie phocéenne d'AIalia, près de Rotani, elle se 
trouvait au centre de la région la plus fertile de l'île et devint 
un évèclié de très bonne heure. 

Les Syrbi constituaient une nation établie dans les bassins 
duFiumorbo et devaient être d'ardents ennemis des Romains qui, 
pour se protéger contre leurs incursions, fondent un Prxsidium 
sur l'emplacement de Palo (Charax), 

Les Comasini s'étaient établis dans le bassin de la Solenzara, 
au Nord des Subasani qui occupaient le Sud de l'île et compre- 
naient les civitates d'Alista et de Pallas. Les ports Favonius et 
Sgracusanus se trouvaient sur leur territoire. 

Sur la côte occidentale, en allant du Sud au Nord, nous trou- 
vons les Titiani installés dans la vallée du Rezzanese. Ils 
avaient dû être expropriés en partie au profit des Mariani, 
leur territoire embrassait les civitates de Matissa-Sardi, de 
Ficaria ou Fipra et d'Albiana. 

Les Tarrabeni et les Balaconi, peuples indomptés, s'étendaient 
le long du Tarabo et de la rivière de Prunelli. L'étude des noms 
de lieu de cette région n'accuse aucune influence romaine. Le 
Vicus du canton de Sainte-Marie de Sicché et Urbalacone, seuls, 
peuvent tenir leurs noms des Romains. Et encore si dans Urba- 
lacone, au lieu de Urbs Balaconi, nous lisions Ur Balaconi, 
(fontaine des Balaconi), nous aurions une étymologie plus 
conforme à l'importance de la localité. 

Les Cervini (Cruzzîni ?) qui habitaient les vallées de la 
Gravona, du Liamone et de la rivière de Sagone comprenaient 
les civitates de Mora et d'Urcinum. Vicus, ( Wco), a dû devenir 
de fort bonne heure un centre important. Sagona, résidence d'un 
évêque, et Adiatium, {Ajaccio), cité par l'anonyme de Ravenne 



ETAT DE LA dOftàE ROMAINE. 63 

el par Saint-Grégoire, étaient les principaux débouchés de cette 
nation ; d'après les noms de lieu les Cervini appartenaient à 
la même race que les Tarrabeni. Leur type a dû se conserver 
pur de tout mélange dans le pays de Cruzzini. 

Nous n'avons aucun renseignement sur les nations qui peu- 
plaient la Balagne et le haut bassin du Tavignano. Il est 
permis de conjecturer que, du temps de Ptolémée, la Balagne 
était déjà romanisée et que les indigènes avaient cherché un 
refuge dans le Niolo. 

Quant à la vallée du Tavignano elle a dà, pour des nécessités 
stratégiques, être occupée fortement par les Romains. Nous y 
trouvons les oppida de Veniciuih, Talcinum, Sermitium et 
Cenestum. 

§ 3. Mœurs, 

Au point de vue physique les Corses nous sont présentés par 
Diodore de Sicile, comme ayant été favorisés par la nature i. 
Ils vivaient fort vieux à cause de leur remarquable frugalité 2. 
Ceux du Nord avaient conservé les coutumes cantabres ; il est 
permis de supposer que les habitants de la partie méridionale 
portaient, comme les Sardes, un manteau court de pelleterie 
pendant sur l'épaule gauche 3. Le veston a remplacé le manteau 
de peau ou de laine grossière à longs poils mais, de nos jours 
encore, on rencontre rarement un montagnard qui ne laisse ce 
veston pendu sur l'épaule. 

Dans nie l'agriculture n'existe pas 4. Le terrain âpre et rude 

1. « Les esclaves corses paraissent l'emporter sur tous les autres pour le 
« service dans toutes les choses utiles à la vie ; leur physique ' les y rend 
« singulièrement propres. » Diodore de Sicile, L. V, XIII. 

2. Cyrnii autem vita quam maxime diuturna esse feruntur. Eustathi 
Commentarii, v. 458. 

3. Winkelmann, Histoire de Vart chez les anciens, t. I. L. VII, c. 3 p. 309. 

4. Barbara praeruptis inclusa est Corsica saxis, 
Horrida, desertis undique vasta locis. 
Non poma autumnus, segetes non educat œstas ; 
Canaque Palladio munera Bruma caret. 
Umbrarum nullo Ver est Isetabile fétu, 
Nullaque in infausto nascitur herba solo ; 
Non panis, non haustus aquœ, non ultimus ignis ; 
Hic sola haec duo sunt : exsul et exsilium. 

Sénèque, Mélanges, 



64 CHAPITRE IV. § 3. 

reste en friche et les plaines sont déjà renommées pour leur 
insalubrité 1. 

L'élevage du bétail constitue la principale occupation des 
indigènes. La propriété privée était constituée chez eux puisque 
Diodore de Sicile nous apprend que les brebis iieslent à leur 
maître sans que celui-ci ait besoin de les garder 2. Chaque trou- 
peau est marqué d'un signe distinctif ; comme le berger ne 
peut le suivre dans les pâturages parce que l'île est fort boisée 
et coupée de ravins et de rochers, il se place quand il veut 
réunir ces bêtes, sur quelque hauteur et sonne d'une espèce de 
trompette. Les animaux accourent sans se tromper vers leur 
maître. Mais si quelque étranger, à la vue des chèvres et des 
bœufs abandonnés à eux mêmes, tente de s'en emparer ils fuient 
aussitôt. Le pasteur, au contraire, n'a qu'à sonner de la trom- 
pette, dans le cas où il voit quelque étranger venir, pour qu'ils 
se rassemblent et se groupent autour de lui 3. Le voyageur 
contemporain n'a rien à retrancher à la peinture de cette vie 
pastorale si bien décrite par Polybe. 

Les Corses se nourrissent principalement de lait, de viande 
et de miel 4. Nous sommes dans un pays de simple culture ^. 
Quand les Romains exigent un tribut ils se bornent à deman- 
der des quantités considérables de cire ou de résine, preuve 
que les vaincus ne peuvent payer ni en argent comme Carthage, 
l'Espagne ou la Gaule, ni en blé comme la Sicile et la Sardaigne. 
Le gibier et le bétail abondent dans ces régions que la charrue 
n'a jamais remuées. Timée peuple la Corse de chèvres, de 

1. Strabon, Liv. V, ch. 7, § 7. — Quid ad homines immansuetius ? Quid ad 
cœli naturam intemperantius ? Sénèque, Consolatio ad Helviam, c. 7. — Hic 
quoque grave ccelum est. Tite Live, L. XVIII, c. 15. Les livres compris sous 
les numéros XI et suivants, jusqu'au XX« inclus, ont été reconstitués par 
Freinshem, au xvii« siècle. 

2. Diodore, L. V, ch. XIV. 

3. Polybe, Histoire Générale, L. XII, c. III. 

4. Diodore, L. V, ch. XIV. 

5. Je suis porté à croire que les Phocéens avaient appris aux Corses à 
tailler la vigne et à planter Tolivier. Cela me paraît ressortir d'un passage de 
Justin : « Les Phocéens, dit cet écrivain, adoucirent la barbarie des Gaulois ; 
« leur apprirent à cultiver la terre, à tailler la vigne et à planter l'olivier. » 
L. XLIII, c. 4. Il est donc probable que les fondateurs d'Aleria aient ensei- 
gné aux insulaires les premiers rudiments de l'agriculture. 



ÉTAT DE LA CÛRi^E KÛMAlNË. 65 

bœufs sauvages, de brebis, de cerfs, de loups et d'autres animaux, 
de ce genre ; il prétend même que les habitants passent leur 
vie à en faire lâchasse et que c'est là toute leur occupation. 
Polybe ajoute à cette liste le renard et le lapin i : Pline mentionne 
le mouflon 2 ; il conviendrait de ne pas oublier l'ours dont la 
destruction est postérieure au xvi® siècle. Les patriciens romains 
n'hésitent pas à traverser la mer pour traquer, dans les bois 
touffus de bruyères et d'arbousiers, les fauves et les bêtes 
inoffensives qui, déjà, faisaient défaut dans la péninsule 3. 

Le poisson de la Corse était très estimé à Rome et passait pour 
un régal de grand seigneur 4. 

Aucune mine d'or, d'argent ou de cuivre ne parait avoir été 
exploitée 5. Les carrières de marbre des îles du détroit de 
Bonifacio ont été fouillées à une époque qui ne peut-être préci- 
sée. Peu ou point de commerce ; on chercherait vainement dans 
nie un nom de lieu dont l'étymologie révèle un centre commer- 
cial. Le miel corse que les matrones romaines utilisaient pour 
faire disparaître les tâches de rousseur devait être fourni, au 
lieu et place de la monnaie, pour le paiement des impôts 6. 

Toute l'industrie consiste dans l'exploitation des forêts, de la 



1. Polybe, L. XII, c. III. 

2. Est in Hispania, sed maxime Corsica, non maxime absimile pecori, genus 
musmonum, caprino villo, quam peccoris velleri, propius. Pline, Hist, nat. 
trad. Littré, t. I, L. VIII, 75, 1. 

3. Au sein de la Corse et de la Sicile, la mâle Nebrophone soumet à ses 
chaînes le cerf et d'autres animaux inoffensifs, délices et luxes de l'arène et 
le plus bel ornement des bois. Claudianus, De Laudibus Styliconis, L. III, 
V. 314-316. 

4. Mullus erit domino quem misit Corsica. 
Ju vénal. Satire V. 

5. Sénèque, Consolation à Helvie, IX. 

6. Pline, Histoire naturelle, t. I, 1. XXX, c. 10, §1. 

Sic tua Cyrneas fugiant examina tassos. 
Virgile, Eglogue IX, v. 30. 
Quam, puto, de longœ collectam flore cicutse, 
Melle sub infami Corsicse misit apis. 

Ovide, Amours, Elégie XII. 
Mella jubés, Hyblsea a tibi vel Himettia nasci. 
Et thyma Gecropise Corsica ponis apis. 
Martial, L. XI, ep. 43. 



66 CHAPITRE IV. § 3. 

cire et de la résine l. II parait néanmoins que, déjà au i®*" siècle 
de notre ère, il existait, au pays des Vanacini des fourneaux 
pour l'exploitation du minerai de l'île d'Elbe 2. 

Avant l'établissement de la voie qui reliait Mariana à Palla, 
en longeant la côte orientale, aucune route ne sillonnait le pays 
presque impraticable 3. 

La population, d'après Diodore, s'élevait à plus de trente 
mille âmes 4. On peut présumer que ce cliiflre est beaucoup au- 
dessous de la réalité. Au dire de Tite Live, dans un combat 
livré aux Romains, les Corses auraient perdu 7000 hommes et 
laissé 1700 prisonniers entre les mains du vainqueur 5. En éva- 
luant à 12000 le nombre des combattants mis en ligne, on ne 
saurait être taxé d'exagération ; la population totale devait être 
au moins de 50000 âmes. 

Strabon nous représente les insulaires comme des brigands 
plus sauvages que les bêtes fauves, farouches ou abrutis comme 
des bestiaux ; il leur reproche de ne pouvoir vivre dans la 
servitude, ou ils s'arrachent eux-mêmes la vie, ou bien ils 
fatiguent tellement leur maître par leur orgueil et leur stupi- 
dité, qu'on se repent toujours la somme dépensée, quelque mi- 
nime qu'elle soit d'ailleurs 6. 

Diodore au contraire fait remarquer qu'ils vivent ensemble 
selon les règles de la justice et de l'humanité, contrairement 
aux mœurs de presque tous les autres barbares ; il ajoute que 
comme esclaves ils sont préférables à tous les autres pour les 
divers usages de la vie, tant ils ont une excellente nature 7. Les 
écrivains romains, nous le constatons, justifient déjà le pro- 
verbe français : « le Corse est tout bon ou tout mauvais. » 

Les insulaires passaient pour turbulents 8, vindicatifs et 

1. Pline, 1. 1, 1. XVI, c. 28, 2 et c. 76, § 3. 

2. Strabo vidit qui elaborarunt ferrum quod ex iEtaiia portatur insula 
Cyrno vicina. Id cum in ejus insulse fornacibus coquitur, in massam compingi 
nequit, quare e fodinis illico in continentem perfertur. Chrestomatiœ ex 
Strabonis. 

3. Strabon, L. V, c. II, § 7. 

4. Diodore, L. V. c. XIV. 

5. Tite Live, L. XL, c. 34 ; L. XLI, c. 7. 

6. Strabon, L. V. c. II, § 7. 

7. Diodore, L. V, c. XIII. 

8. Tite Live, passim. 



ÉTAT DE LA CORSE ROMAINE. 67 

menteurs l. Toujours prêts à la révolte, ils combattaient en 
partisans, harcelant les colonies et pillant les convois 2. 

Davety, en s'appuyant sur Stoba, prétend qu'ils avaient les 
femmes et les enfants en commun. J'ai vainement cherché dans 
Stoba la confirmation de cette étrange coutume qui semble 
particulière aux Limgrnii qui n'ont jamais pénétré dans l'île. 
Il est certain que les maris ne prenaient aucun soin des femmes 
en couches ; mais, se mettant au Ht à leur place, ils gardaient 
la chambre pendant quelques jours, comme un homme souffrant 
et malade 3. 

En leur qualité d'insulaires, les Corses ont dû être des navi- 
gateurs ; il paraît prouvé, comme nous l'avons vu, qu'ils ont 
fondé Populonia ; mais ne l'auraient-ils qu'occupée ce serait 
suffisant pour démontrer l'existence d'une marine antérieure de 
plusieurs siècles à l'occupation romaine. Enfin si , comme l'insinue 
Diodore de Sicile, les pirates de la Méditerranée'n'avaient pas de 
plus sûr asile que les côtes de l'île, nous pouvons conjecturer 
que les indigènes étaient de hardis marins. Il ne faut pas, du 
reste, attacher une grande importance à ces épithètes de pirates, 
de voleurs et de brigands que les historiens grecs et latins acco- 
lent, avec une facilité intéressée, à toutes les nations qui leur 
résistaient. Il est tout naturel de qualifier de brigandage les 
actes d'hostilité par lesquels un peuple, soucieux de son indé- 
pendance, répondà des attaques injustifiées ou à une concurrence 
déloyale. 

Il ne reste aucune trace de leur religion. Une de leurs princi- 
pales lois consiste à nier les dieux, dit le distique attribué à 
Sénèque. Plus tard ils ont dû adopter les divinités romaines 
puisque plusieurs pics de l'intérieur de l'île rappellent le sou- 
venir de Jupiter 1 Dans tous les cas jusqu'à ce jour on n'a 
signalé la trace d'aucun sanctuaire. Nous n'avons aucun rensei- 
gnement sur leurs institutions. 

§ 4. Langue. 
Les Corses, d'après Diodore de Sicile, parlaient une langue 

1. Prima est ulcisci lex, altéra vivere raptu 
Tertia mentiri, quarta negare Deos. 

2. Tite Live, passim. 

3. Diodore, L. V, c, XIV, 



68 CHAPITRE IV. § 4. 

particulière, et difficile à comprendre i, traitée par Sénèque de 
grossier jargon choquant même pour des barbares plus civili- 
sés 2. Il est certain que les Vanacini s'exprimaient en un idiome 
formé par le mélange de la langue cantabre avec le grec et le 
ligure. Mais, au temps de Sénèque; la plupart des autochtones 
avaient dû quitter le Cap Corse pour se réfugier sur les hauts 
plateaux du Nebbio ; dans son exil, le célèbre philosophe a, de 
son aveu, rencontré plus d'étrangers que d'insulaires. Il est donc 
permis de conjecturer que la langue primitive, rapidement 
altérée sur les côtes par le contact permanent du vainqueur, a 
dû se conserver, pure de tout mélange, chez les montagnards. 
Pausanias a conservé un mot de cette langue inconnue : Balari^ 
signifiant exilés 3. 

Peu à peu cette langue primitive a disparu devant le latin 
militaire introduit par les alliés des latins organisés en légions. 

Aujourd'hui encore il existe dans le patois parlé par tes 
Corses un assez grand nombre de mots inexplicables par le 
latin ou le grec et remontant probablement aux temps où 
aucune nation civilisée n'avait pénétré dans l'île. 



1. Diodore de Sicile, L. V. c. XIV. 

2. Cogita quam non possit, is aliénée vacare consolationi, quem sua mala 
occupatum tenent ; quam non facile latina ei verba liomini succurrant, quem 
Barbarum inconditus et Barbaris quoque humanioribus gravis, fremitus 
circumsouat. Sénèque, Consolation à Poïybe,lXKX V. 

3. Pausanias, L. X, c. 17. 



CHAPITRE V. 



LA CONQUÊTE. 
Sommaire : § 1. Expéditions en Corse. §2. Organisation de la conquête. 

§ 1. Expéditions en Corse. 

Vers l'an 448 avant J.-C, Rome, sous l'impulsion de l'invasion 
gauloise, signe un traité avec Carthage ; elle s'engageait à res- 
pecter l'intégrité des possessions de ses nouveaux alliés. Par 
réciprocité ceux-ci s'interdisaient toute descente sur son terri- 
toire, la Corse demeurant pays neutre entre les deux i. 

Le Sénat ne pouvait manquer de tirer de cette convention 
tous les avantages capables de favoriser sa politique d'expan- 
sion ; trente ans après, en pleine guerre des Samnites, il pres- 
crivait l'envoi d'une flotte de vingt-cinq voiles, avec mission de 
reconnaître les côtes de la Corse et d'y fonder une colonie. 
L'expédition avorta. Effrayés par la forêt vierge qui s'étendait 
de la cime des monts aux bords de la mer, les colons regrettent 
bientôt le ciel de la patrie et songent au retour. Montés sur des 
radeaux ils se confient au caprice des flots et la plupart péris- 
sent victimes de leur audace 2. 

1. Ut neque Romani ad littora Carthaginensium accédèrent, neque Cartlia- 
giuienses ad littora Romanorum : Corsica esset média inter Romanos et Car- 
thaginienses. Servius, Ad^JEneideim, IV v. 628. 

2. Cum enim Romani in Corsica urbem condituri viginti quinque navibus 
eo navigassent, tantam arborum magnitudinem ibi invenisse, ut intrantes 
cum navibus in sinus portusque quosdam diffractis malis periclitarentur. 
Omnino totam insulam fronde arborum tectam et quasi efferatam silvis 
spectari : quamobrem destitisse etiam a condendo ibi oppido. Quosdam 
tamen ingressos brevi ex loco tam Jargam cœcidisse materiam, ut ratem 
contexerent quinquaginta velis ducendam, quam in alto mari périsse addunt. 
Cyrnus igitur seu ratione vastitatis sive etiam telluris cœlique virtute ceteris 
multum antecellit terris.... Théophraste, Histoire des Plantes, L. IV, p. 96, 
éd. Didot. ' 



70 CHAPITRE V. § 1®'. 

Cette tentative semble avoir éveillé l'attention des Carthaginois 
qui, en 306, demandent et obtiennent la révision du traité conclu 
42 ans auparavant. « Le commerce avec les sujets de Carthage, 
« en Sardaigne et en Afrique fut fermé aux Romains qui, vrai- 
« semblablement aussi, eurent à évacuer leur colonie nouvelle- 
« ment fondée de Tîle de Corse i . » 

Les rapports entre les deux nations ne pouvaient manquer de 
se refroidir au fur et à mesure du développement de la puis- 
sance navale des Romains. Enfin la guerre inévitable éclate à 
propos de l'occupation de la Sicile. Il ne nous appartient point 
d'entrer dans les détails de cette lutte gigantesque ; nous devons 
nous borner à rappeler les faits qui expliquent l'occupation de 
la Corse. 

Après la victoire navale de Mylae (261 av. J.-C.) le consul 
Lucius Cornélius Scipion prit le commandement de la flotte ; 
il avait pour mission d'occuper la Sardaigne et la Corse, s'il le 
jugeait à propos pour le bien de la République. Il mit à la voile 
dès que l'escadre fut prête ; une rapide reconnaissance des côtes 
de l'île, lui permit de constater qu'un coup de main hardi 
pouvait le mettre en possession d'Aleria. Il n'hésita donc pas 
un instant et le plus éclatant des succès couronna bientôt son 
audace. Nous devons admettre que les Romains disposaient d'un 
corps de débarquement imposant ou bien que la garnison car- 
thaginoise était insuffisante. Dans tous les cas il nous parait 
démontré qu'à cette époque Aleria se trouvait sur les bords de 
la mer, comme l'indique Ptolemée, et que la bande de dunes, 
d'environ 2 kilomètres, qui, aujourd'hui, la sépare du rivage, est 
due à un continuel surexhaussement du sol. 

Cet événement avait une portée considérable. Fondée depuis 
près de trois cents ans, Aleria était, sans contredit, la ville la 
plus importante de l'île ; enfin par sa situation à l'embouchure 
du Tavignano elle devenait la base d'opération idéale d'un corps 
expéditionnaire qui, en deux jours de marche, pouvait atteindre 
l'emplacement actuel de Corte, véritable pivot de la défense inté- 
rieure. D'Aleria, Scipion put se porter rapidement et sans éprou- 
ver de résistance sur toutes les autres villes maritimes : Nicaea, 
Port-Syracusain et peut-être Charax [Palo] et Palla [Bonifacio]. 

1. Mommsen, Histoire Romaine, t. II, p. 234. 



LA CONQUÊTE. 71 

Après cette démonstration sur la côte orientale le consul vogue à 
la recherche de la flotte carthaginoise qui prend la fuite, sans oser 
engager le combat. Il tente alors une descente sur la. côte nord 
de la Sardaigne « mais il échoue devant Olbia (Terra Nuova) 
« faute de troupes de débarquement. L'année suivante, les 
« Romains sont plus heureux : ils pillent les bourgs et les cités 
« ouvertes sur les rivages, mais ils ne peuvent encore prendre 
« pied ». Ils n'en avaient pas moins atteint un résultat décisif 
en obligeant l'armée carthaginoises à évacuer les deux îles, où 
elle ne pouvait plus subsister. Parvenu au terme de son com- 
mandement, Scipion reprend la route d'Italie. Ballotté par une 
mer furieuse il dédia un sanctuaire à la Tempèie (^Tempestas), et 
voulut que sur son tombeau on consacra le souvenir de sa 
conquête et de la protection dont l'avait couvert cette singulière 
divinité : 

Hic cepit Corsicam Aleriamque urbeni 
Dédit Tempestatibus sedem merito i. 

Il fut reçu à Rome avec des transports d'allégresse. Le Sénat 
reconnaissant lui décerna les honneurs du triomphe. Le 21 
mars 258, il monta au Capitole faisant conduire devant 
lui, avec beaucoup de pompe et de magnificence, le butin qu'il 
avait rapporté des deux îles et la multitude des prisonniers 
sardes, corses et carthaginois tombés en son pouvoir 2. 

Contrairement aux assertions d'Aurelius Victor, d'Eutrope et 
d'Orose, le traité, qui mit fin à la première guerre punique, 
(241 av. J.-C), n'impliquait en aucune façon la remise de la 
Sardaigne et de la Corse aux Romains 3. Au contraire, comme 
l'écrivent Polybe et Appian, les deux îles étaient restées au pou- 
voir des Carthaginois 4. Ce n'est que trois ans plus tard que le 
Sénat, mettant à profit une insurrection des mercenaires afri- 
cains, occupe la Sardaigne et refuse d'évacuer la Corse. En vain 
Cartilage réclame et fait des préparatifs ; le Sénat feint de croire 



1. Corpus Inscriptionum Latinarum, tome I, p. 18, no 32. 

2. Tite Live, T. VI, L. XVII, C. 12, 13, 15, 16 et 21. - Zonaras, VIII, 11. - 
Flonis, 1. 18. — Mommsen, t. III, p. 54.— Duniy, Histoire Romaine, t. I, p. 453. 

3. Aurelius Victor, De viris ill. 41. — Eutrope, III, 2. — Orose, IV. II. 

4. Polybe, I. 63. — Appian Sic, 2, 2. 



72 CHAPITRE V. § !•'. 

ritalie menacée et déclare la guerre. Celte colère tomba devant 
l'offre de 1200 talents et de l'abandon des deux îles i. 

« La grande et victorieuse République, dit Mommsen, ne 
« dédaignait pas de faire cause commune avec une soldatesque 
« vénale, de partager avec elle le fruit du crime, faisant passer 
« le gain du moment avant la règle du droit et de l'honneur 2 ». 
Tite-Live lui-même est obligé de reconnaître la déloyauté de ses 
compatriotes 3. 

Le consul Tib. Sempronius Gracchus fut chargé d'assurer la 
nouvelle conquête. De Ligurie, il passa en Sardaigne et s'y livra à 
une dévastation méthodique et à un pillage resté proverbial 
(238 av. J.-C.) 4. Les Corses ne supportèrent qu'avec peine le 
joug de leurs nouveaux maîtres. Deux ans après une nouvelle 
expédition est devenue nécessaire : le consul C. Licinius Varus, 
n'ayant pas assez de vaisseaux pour transporter en même temps 
toutes ses troupes dans l'île, se fait précéder par un détachement 
sous les ordres de son lieutenant Marcus Claudius Lycia. 

Cet officier, dit Tile-Live, voyant les Corses effrayés de son 
arrivée, ne put résister à la vanité arrogante d'agir en maître 1 
sans songer ni à l'autorité du consul à laquelle il était soumis, 
ni à sa qualité de subalterne qui devait l'empêcher de prendre 
toute espèce d'initiative, il conclut un traité avec les Corses aux 
conditions qu'il lui plut et leur donna la paix. Tel n'était pas 
l'avis du consul. A peine arrivé, il traita les insulaires, en véri- 
tables ennemis et, malgré leurs protestations, il ne cessa les 
hostilités que lorsqu'ils eurent absolument reconnu l'autorité 
des Romains. Le Sénat, pour mettre la République à l'abri de 
tout reproche de mauvaise foi, décida que l'auteur de celte paix 
honteuse serait livré aux Corses. Notre esprit se révolte devant 
un pareil acte qui, seul, sufQrait à ternir la réputation d'une 
nation civilisée. Au consul cruel et avide de sang, n'est-il pas 
juste d'opposer les chefs corses qjui refusent de se faire les com- 
plices d'une pareille iniquité et renvoient Claudius au camp 

1. Duruy, Hist, Rom., T. I, p. 478. 

2. Mommsen, T. III, p. 85. 

3. Tite-Live, Tome VI, L. X, 4, 5 et 6. 

4. Tite-Live, T. VI, L. XX, C. 3. Il y a lieu de ne pas confondre Tiberius 
Sempronius Tib. f. C. n. Gracchus (238 av. J.-C.) avec Tiberius Sempronius 
P. f. L. n. Gracchus (177 av. J.-C). 



LA CONQUÊTE. 73 

romain, rendant un éclatant témoignage à son courage et à sa 
loyauté ? Ramené à Rome ce malheureux fut étranglé dans sa 
prison l. 

Une si grande injustice ne pouvait manquer d'exciter le res- 
sentiment des Corses. Pourquoi reconnaîtraient-ils Tautorité 
d'un peuple qui leur déclare la guerre sans d'autre motif que le 
droit du plus fort ? De concert avec les Sardes, ils se révoltent 
une fois encore, obéissant peut-être aux excitations secrètes des 
Carthaginois. Le consul T. Manlius Torquatus (236 av^ J.-C.) 
débarque en Sardaigne et la soumet de nouveau à l'autorité 
romaine 2. Le 25 mars de la même année, il obtenait les honneurs 
du triomphe. Quelques jours après le courrier de Sardaigne 
annonçait une insurrection générale à laquelle les Corses et 
les Ligures prenaient part 3. 

Nous trouvons dans Tite-Live la preuve que les relations les 
plus étroiles existaient toujours entre les Ligures d'Italie et les 
habitants, — en grande parlie ligures, — de la Corse. Les nou- 
veaux consuls, L. Posthumius Albinus et Sp. Carvilius Maximus, 
chargés de la levée des troupes (234 av. J.-C.) organisent trois 
corps d'armée pour empêcher les ennemis de se donner mu- 
tuellement du secours, « ut hostes ab ope mutuo ferendà distrin- 
gerentur 4. » 

L. Posthumius marcha contre les Ligures ; Carvilius passa en 
Cçrse et le préteur Pub. Cornélius en Sardaigne, dont le mau- 
vais air causa des maladies contagieuses qui emportèrent la 
plupart des soldats et le préteur lui-même. Heureusement pour 
les Romains, les Corses n'opposèrent pas une grande résistance 
et Carvilius put passer en Sardaigne avec le gros de l'armée. 
Victorieux dans un combat décisif, il imposa des promesses de 
soumission et retourna à Rome où, le 30 mars 234, il obtint les 
honneurs du triomphe 5. 

L'année suivante est marquée par une nouvelle insurrection 
des Sardes. Les Corses épuisés paraissent ne pas avoir remué, 
mais le Sénat ne se fait aucune illusion sur leurs sentiments ; 

1. Tite Livre, T. VI, L. XX, c. 11. — Valère Maxime, L. VI, c. 3, § 3. 

2. Velleius Paterculus, II. 38. 

• 3. Tite Live, T. VI. L. XX, c. 12, 14. 

4. Tite-Live, T. VI. L. XX, c. 15. 

5. Fasti triumph, CapitoUni, dans Corp. Inscr, Latin, I, f> 458. 



74 CHAPITRE V. S^l*'. 

il menace Carthage d'une nouvelle guerre, l'accusant de fomenter 
des troubles dans les îles. Aussi les deux nations se préparent 
à la guerre. En attendant une reprise générale des hostilités, 
les consuls, M. Emile Lepidus et M. Publicius Malleolus, débar- 
quent tous les deux en Sardaigne qu'ils livrent à une dévasta- 
tion méthodique. Ils passent (232 av. J.-C.) ensuite en Corse 
emmenant avec eux un immense butin. Le convoi fut soudai- 
nement attaqué parles Corses qui en restèrent maîtres. Cet échec 
ne pouvait rester impuni l. Le consul Papirius Mason, à la tête 
de nouvelles légions est chargé de venger l'honneur des armées 
romaines. Il ne s'agit plus maintenant de s'opposer aux incur- 
sions des Corses, il est de toute nécessité de les poursuivre 
dans leurs repaires et de pénétrer au cœur du pays. 

L'entreprise présentait de très grandes difficultés. Les insu- 
laires, instruits par l'expérience, abandonnent la plaine sans 
combat et se retirent, à petites journées, sur les hauteurs. Le 
consul se met à leur poursuite et s'engage dans la partie monta- 
gneuse de l'île. On était au cœur de l'été ; harcelées par les indi- 
gènes, ne trouvant sur leur route que des ruisseaux desséchés, 
des sources taries, les légions se déciment promptement. Quel- 
ques jours encore et c'en est fait de l'armée consulaire ; heureu- 
sement qu'elle réussit à atteindre un cours d'eau qui permit au 
général de reconstituer ses troupes. Mais tel est le danger qu'il 
vient de courir qu'il n'hésite pas à faire aux Corses des proposi- 
tions raisonnables qui sont acceptées. Il n'est pas facile de 
déterminer la région parcourue par les soldats de Papirius. 
Les indications que nous avons manquent de précision ; les 
Romains ont d'abord parcouru le plat pays planté de myrtes, 
in campis myrteis ; ils se sont ensuite engagés dans une région 
montagneuse où ils ont failli être exterminés. Nous savons aussi 
que Papirius était chargé de venger l'échec infligé l'année précé- 
dente à l'armée, retour de Sardaigne, échec qui a dû avoir pour 
théâtre un des points de la côte orientale, comprise entre Aleria 
et Palla [Bonifacio]. Il y a donc lieu de supposer que Papirius a 
eu affaire aux Syrbi et aux Covasini et que le combat s'est livré 
dans le bassin du Fiumorbo, région très accidentée, couverte de 
myrtes et propre à la guerre de partisans. 

1. Zonaras, VIII, 18.— Valère Maxime, III, 6, 5. 



Ul OOIK)i2éT£. 75 

La conduite et Torganisation de cette expédition furent diffé- 
remment appréciées à Rome. Le Sénat jugeait l'habileté de ses 
généraux d'après les résultats obtenus. Il refusa donc les hon- 
neurs du triomphe à Papirius Mason qui, il faut le reconnaître, 
n'avait qu'imparfaitement effacé l'affront sanglant infligé à la 
majesté du peuple romain. Les partisans du consul, tenant 
compte des difficultés de l'entreprise, du danger couru, des 
misères supportées, des obstacles surmontés avec des moyens 
peut-être insuffisants, refusèrent de s'incliner devant la décision 
sénatoriale et, le deux des nones de Mars 230, Papirius triom- 
pha sur le Mont Albin. Depuis ce jour il assista aux jeux publics, 
couronné de myrthe, préférant cette espèce de couronne à toute 
autre en souvenir de la bataille qu'il avait gagnée sur les Cor- 
ses 1. 

Au commencement de l'année 227, sous le consultât de Pub. 
Valérius Flaccus et d'Attilius Régiilus, le Sénat doubla le nom- 
bre des préteurs ; il jugea opportun d'en créer quatre, afin d'en 
envoyer deux commander dans les îles. Le sort donna à l'un 
d'entre eux, M. Valérius, le gouvernement de la Sardaîgne à 
laquelle on avait réuni l'île de Corse 2. Ce changement d'admi- 
nistration provoqua une nouvelle insurrection qui exigea le 
déploiement de grandes forces confiées au consul C. Attilius 
Régulus (225 av. J. C). Après avoir fait rentrer dans le devoir les 
Corses et les Sardes, le consul retourna en Italie pour combattre 
les Gaulois 3. 

L'indomptable fierté d'Hamilcar ne pouvait se consoler de la 
perle de la Sicile et de la Sardaigne et Carthage continuait ses 
armements. Bientôt l'entrée en scène d'Annibal va bouleverser 
les projets du Sénat et compromettre un instant ses iniques 
usurpations. Les historiens romains sont muets sur les événe- 
ments qui se déroulèrent dans la province de Sardaigne, de 225 à 
216. Il est certain toutefois qu'ils n'ont pas évacué les deux îles, 
puisque après la bataille de Cannes, A. Cornélius Mammula, 
propréteur de la province, se plaint au Sénat de l'impossibilité 
où il se trouve de pourvoir à l'entretien de la flottô^et de l'armée. 
Mais Annibal est aux portes de Rome et le Sénat répond aux 

1. TiteLive, T. VI. L. XX, c. 20 et 22. - Pline, Hist. nat. 1. XV, 38, 1. 

2. Tite Live, XX, 33. - Solin, V, I. - Zonaras, XIII, 19. 

3. Tite Live, XX, 36. - Polybe, II, 27, 1. - Zonaras, VIII, 19. 



76 CHAPITRE V. § l*^ 

envoyés de Mammula que le trésor ne peut suffire aux dépenses 
lointaines et qu'il faut vivre sur les pays conquis. « N'était-ce 
« pas en peu de mots se priver de la possession de la Sicile et de la 
« Sardaigne, ces fertiles provinces, nourrices de la patrie, ces 
« pays qui lui servaient comme d'échelons et de points d'appui 
« et dont la conquête avait coûté tant de sueur et de sang. » 

Heureusement pour Rome les villes alliées fournirent 
libéralement à Cornélius Mammula les secours dont il avait 
besoin i. 

Parvenu au terme de son commandement le propréteur rentre 
en Italie et expose la situation critique de la province. Une 
insurrection générale est à craindre, et pour comble de contra- 
riété, Âsdrubal le Chauve va partir de Carthage avec une flotte 
puissante pour occuper la Sardaigne. En outre le nouveau 
préteur Q. Mucius Scaevola, terrassé par la maladie, est dans 
l'impossibilité de rien tenter 2. Le Sénat décrète alors que Titus 
Manlius Torquatus qui, au cours d'un de ses consulats, avait 
déjà soumis les Sardes, retournerait dans les îles, à la tète de 
5000 fantassins et de 400 cavaliers. La fortune de Rome triom- 
pha une fois de plus ; la tempête jetta la flotte carthaginoise sur 
les Baléares, et les Corses, réduits à leurs propres ressources, 
subirent la volonté du vainqueur 3. 

Les préteurs L. Cornélius Lentulus, P. Manlius Vulso, 
C. Aurunculeius, A. Hostilius Cato, Ti. Claudius Asellus, 
Cn. Octavius, Ti. Claudius Nero, P. Cornélius Lentulus, Fabius 
Buteo, se succèdent à la tête des légions chargées de pacifier 
la province de Sardaigne. Pendant 12 ans on lutte avec achar- 
nement, sans résultat appréciable, au point qu'en l'an 554 = 2001e 
préteur Valerius Falto quitte l'Italie à la tête de cinq mille 
hommes, pour venir renforcer le corps d'occupation qui se 
trouve dans l'impossibilité de maintenir l'ordre dans les deux 
îles. Le préteur Villius Tappulus à son tour prend le comman- 
dement de la province *. H y a lieu de supposer que, comme 

1. Tite Live, L. XXIII, 21, 4. - Valère Maxime, VII, 6, 1. 

2. Tite Live, XXIII, 34, 10-15. 

3. Tite Live, XXIII, 34. 

4. Tite Live, L. XXV, 41, 11-13 ; XXVI, 1, 11 ; 23, 1 ; 28, 11 ; XXVH, 6, 11, 
22 ; 35, 1 ; 36, 10-11 ; XXVIII, 10, 9 ; 46, 14 ; XXIX, 13, 2 ; XXX, 26, 1 ; 40, 
5 ; XXXI, 8, 9 ; 49, 12. 



r 



LA CONQUÊTE. 77 

tous ses prédécesseurs, il continua à opprimer et à spolier ses 
administrés puisque son successeur Caton le Censeur s'efforce 
de réagir contre les procédés barbares des généraux romains 
qui, non coulent du tribut imposé par le Sénat, prélevaient pour 
leur compte personnel un impôt intolérable. Une pareille 
conduite ne pouvait manquer d'attirer l'attention des historiens 
de l'antiquité : « Caton, dit Plutarque, ne suivit pas l'exemple 
des préteurs qui l'avaient précédé et qui tous avaient ruiné la 
province en se faisant fournir des maisons, des lits et des 
vêtements, en traînant à leur suite une foule d'amis et de domes- 
tiques, en exigeant des sommes considérables pour des festins 
et d'autres dépenses de même nature. Lui, au contraire, se 
distinguait par une simplicité incroyable ; jamais il n'eut 
recours au trésor public pour l'acquittement de ses dépenses 
personnelles. Quand il visitait les villes de son gouvernement 
il marchait à pied, sans aucune voiture à sa suite, n'ayant avec 
lui qu'un officier public, chargé de porter sa robe et son vase 
pour les libations dans les sacrifices. Simple et aimable dans 
ses fonctions sacerdotales, il se montrait dans le reste de ses 
fonctions grave et sévère, inexorable dans l'administration de 
la justice ; d'une exactitude et d'une rigueur inflexibles pour 
l'exécution des ordres qu'il donnait. Aussi jamais la puissance 
Romaine n'avait paru à ses peuples ni si terrible ni si estima- 
ble 1 ». 

Les successeurs de Caton, L. Attilius, Tiberius Sempronius 
Longus, Cornélius Merenda, L. Porcins Licinus, Salonius Sarra 
ne se signalent par aucun événement digne d'être rapporté 2. 
L. Oppius Salinator passa deux ans dans la province de Sardai- 
gne (563-564) ; il préleva sur ses sujets des quantités considéra- 
bles de blé pour approvisionner Rome et l'Etolie 3. 

Les prétures de Fabius Pictor, Stertinius, Fulvius Flaccus, 
Aurelius Scaurus, Nsevius Matho, Sicinius, Terentius Istra, 
(565-571), ne présentent rien de saillant. 

Leur administration avait dû profondément mécontenter les 

1. Plutarque, La Vie des hommes illustres, traduction Ricard, Paris 1802, 
tome VI, p. 129. — Tite Live, XXXII. 8, 5. — Cornélius Nepos, Cato, I. 4. 

2. Tite Live, XXXII, 28, 2 ; XXXIII, 26, 1 ; 43, 9. XXXIV, 43, 6 ; 56, 6. 
XXXV, 20, 8 ; XXXVI, 2, 6. 

3. Tite Live, XXXVII, 3, 11. 



78 CHAPITRE V. § 1*'. 

insulaires puisque, en 573, les deux îles sont en pleine révolte. 
Le Sénat, contrarié par une épidémie qui décime Rome, décrète 
la levée de huit mille fantassins et de trois cents cavaliers parmi 
les alliés du nom latin. Le préteur Pinarius Rusca est mis à 
leur tête. Dans Timpossibilité de trouver les hommes nécessai- 
res le général fut autorisé à compléter ses troupes en prélevant 
des hommes sur la division du proconsul Baebius, alors en 
quartier d'hiver à Pise. 

En Corse Pinarius livra bataille aux indigènes et leur tua 
deux mille hommes ; il obligea les vaincus à livrer des otages 
et à payer un tribut de deux cent mille livres de cire ; il passa 
ensuite en Sardaigne où il soumit la tribu des Iliens i. 

Le préteur Mœnius à qui le sort avait attribué la province de 
Sardaigne, en 574, paraît ne pas avoir quitté Rome. Il fut rem- 
placé. Tannée suivante, par Valerius Laevinus qui semble ne 
pas avoir laissé la province dans une brillante situation puisque 
sous son successeur, iEbutius Carus, les ambassadeurs Sardes 
viennent conjurer le Sénat de mettre au moins les villes de la 
province à Tabri des incursions continuelles des farouches 
montagnards 2. 

Bientôt Tinsurrrection est générale au point que le Sénat est 
obligé de faire de la Sardaigne un département consulaire sous 
la direction du consul Sempronius P. Ti. N. Gracchus. 

Bien que le texte de Tite Live semble viser particulièrement 
une campagne entreprise contre Tîle de Sardaigne, il n'en est 
pas moins vrai qu'il est souvent amené à laisser entendre qu'il 
s'agit de la province tout entière. Il semble naturel du reste 
que les Corses aient voulu profiter des embarras de leurs enne- 

1. anno 573 : Pestilentiae taiita vis erat, ut, cum propter defectioiiem 
Gorsorum bellumque ab Uiensibus concitatum in Sardinia octo milia peditum 
ex sociis Latini nominis placuissct scribi et trecentos équités, quos M. 
Pinarius prœtor secum in Sardiniam traiceret, tantum hominum demortuum 
esse, tantum ubique aegrorum consules renuntiaverint, ut is numerus eflSci 
militum non potuerit. Quod deerat militum, sumere a Bsebio proconsule, qui 
Pisis liibernabat, jussus praetor inde in Sardiniam traicere. T. Live, XL, 19, 6. 
-^ In Corsica pugnatum cum Gorsis ; ad duo milia eorum Pinarius praetor in 
acie occidit. Qua clade compuisi obsides dederunt et cerœ centum milia 
pondo. Inde in Sardiniam exercitus ductus et cum Uiensibus, gente ne nunc 
quldem omni parte pacata, secunda prœlia facta. T. Live, XL, 34, 12. 
2. Tite Live, XL, 43, 2 ; 44, 2 et 7 ; XLI, 6, 5. 



LA CONQUÊTE. 79 

mis pour essayer de recouvrer leur indépendance, c'est pourquoi 
nous croyons devoir insister sur cette nouvelle campagne de 
Sempronius Gracchus. 

Rome paraît particulièrement impressionnée par cette terri- 
ble insurrection ; l'alarme est des plus chaude. Elle se traduit 
par l'annonce de prodiges invraisemblables. Le peuple sent que 
les dieux sont irrités et que les plus grands malheurs menacent 
la patrie. Pour les conjurer les consuls font immoler les gran- 
des victimes et ordonnent un jour de prières publiques dans 
tous les temples. On procède ensuite à un nouveau tirage au 
sort des provinces ; la province de Sardaigne échoit encore à 
Sempronius Gracchus avec Tibérius Abatius comme premier 
lieutenant. 

Le corps expéditionnaire comprenait deux légions, environ 
12000 fantassins et 600 cavaliers pris parmi les alliés du nom 
latin ; le général avait en outre dix quinquerèmes à prendre 
dans les chantiers désignés parle Sénat. 

Sempronius, à peine débarqué en Sardaigne, entra à la tête 
de son armée sur les terres des Iliens, renforcés par les 
Balares, livra bataille et défit les ennemis qui laissèrent douze 
mille hommes sur le terrain. Le lendemain il fit rassembler 
les armes des vaincus et les brûla en l'honneur de Vulcain ; 
ensuite il ramena ses troupes dans ses quartiers d'hiver. Au 
printemps suivant (578= 176) il reprit les hostilités et, après 
une série de combats acharnés, il obtint la soumission de tous 
les révoltés qui furent soumis à payer le double des impôts 
ordinaires. 

Après avoir pacifié la province, —paca/a provincia, — et s'être 
fait livrer 230 otages par les diverses peuplades, le consul 
députa des officiers à Rome, pour y porter la nouvelle de ses 
brillants succès et demander qu'en reconnaissance des avanta- 
ges remportés par son armée, il fut rendu aux dieux de solen- 
nelles actions de grâces et qu'il lui tût permis de ramener ses 
légions en Italie. Le Sénat reçut la délégation dans le temple 
d'Apollon ; il décréta deux jours de prières publiques et 
ordonna d'immoler les grandes victimes ; mais il jugea nécessaire 
de faire rester encore cette année Sempronius en Sardaigne. 

A la suite des assemblées de 579= 175 Cornélius Sulla obtint 
la préture de Sardaigne et vint relever Sempronius qui rentra à 



80 CHAPITRE V. § 1«'. 

Rome où il obtint les honneurs du triomphe. Il ramena de 
cette île un si grand nombre de captifs que leur vente prit un 
temps considérable. 

Pour perpétuer le souvenir de ces succès, Sempronius fit 
placer dans le temple de Mater Matuta un tableau avec celte 
inscription : « Sous le commandement et sous les auspices du 
consul Ti, Sempronius Gracchus les légions du peuple Romain 
ont soumis la Sardaigne et tué ou pris dans cette province plus 
de 80.000 hommes. Après de si glorieux avantages, dont 
riieureux effet a été de rendre à la République les tributs que la 
révolte lui avait fait pbrdre, ce général a ramené son armée 
entière et chargée de riches dépouilles. Ces succès éclatants lui 
ont valu pour la seconde fois les honneurs du triomphe et, pour 
en conserver la mémoire, sa pieuse reconnaissance a consacré 
ce tableau à Jupiter. » Ce tableau représentait la Sardaigne per- 
sonnifiée 1. Cornélius Sulla, successeur de Sempronius Gracchus, 
débarqua en Corse Tannée suivante (580 = 174) à la tête de 5000 
fantassins et de 300 cavaliers. Au cours de la campagne il reçut 
Tordre de passer en Sardaigne. 11 était remplacé par M. Atlilius 
chargé de continuer les hostilités contre les Corses avec une 
armée de 1500 fantassins et 300 cavaliers 2. 

Ce préteur semble avoir échoué dans son entreprise puisque 
nous trouvons bientôt le préteur C. Cicereius, (582-172), à la 
tête du corps d'armée chargé de soumettre les Corses. Nous 
manquons de détails sur le combat sanglant qui coûtait aux 
insurgés sept mille morts et mille sept cents prisonniers. De ce 
que durant Taction Cicereius se trouva dans Tobligation de 
vouer un temple à Junon Moneta, nous pouvons supposer que 
les Romains ont trouvé devant eux des adversaires acharnés et 
qu'il n a fallu pas moins que l'intervention de la Divinité pour 
en triompher. Le Sénat, du reste, paraîtn'avoir été que médiocre- 
ment satisfait des succès du préteur, puisqu'il lui refuse les 

1. Tite Live, L. XLI, 8, 1-2 ; XLI, 9, 1-10 ; XLI, 12, 5 ; XLI, 14, 4-5 ; XLI, 
15, 6 ; XLI, 17, 1-4, 1. — C. I. L. t. I, p. 436. 

2. Anno 580. M. Atilio prœtori provincia Sardinia obvenerat ; sed cum 
legione nova, quam consules conscripserant, quinque milibus peditum, 
trecenUs cquitibus, in Gorsicam jussus est trausire. Dum is ibi bellum 
gereret, Goraelio proro^jatum impsrium, uti obUneret Sardiniam. Tite Live, 
L. XLI, 21, 1. 



• 



LA CONQUÊTE. 81 

honneurs du triomphe et le met dans l'obUgation de se 
contenter de la traditionnelle ascension du Mont-Albain l. 

La paix avait été accordée aux Corses moyennant un tribut 
de deux mille livres de cire. Cinq ans après Cicerius accomplis- 
sait son vœu en inaugurant le temple de Junon Moneta. Les 
résultats de ces luttes incessantes ne semblent pas avoir beau- 
coup avancé Toccupation de Tîle : « Dans cette rude terre de la 
Corse, les Romains imitant les Phéniciens se contentèrent de 
Toccupation des côtes. Avec les indigènes de l'intérieur il y eut 
des combats quotidiens, ou plutôt de vraies chasses humaines. 
On les poursuivait avec des chiens : une fois pris ils étaient 
conduits aussitôt sur le marché aux esclaves 2 ». 

Nous pouvons encore trouver la trace de ces interminables 
combats dans quelques historiens. M. Juventius Thalna se 
trouvait dans l'île de Corse qu'il venait de subjuguer lorsqu'il 
reçoit un message qui lui annonce que le Sénat a décrété, en 
son honneur, des actions de grâces aux dieux. Dans un trans- 
port de joie il tombe et expire au pied des autels, sans avoir pu 
achever le sacrifice qu'il était en train d'offrir 3. II semble avoir 

}, Aono 581. L. Postumius Albinus, M. Popillius Lsenas cum omnium 
primum de provinciis et exercitibus ad senatum retulissent,.... mille et 
quingenti pedites Romani cum centum equitibus scribi jussi, cum quibus 
prœtor, cul Sardinia obtlgîsset, in Corsicam transgressus bellum gereret : 
intérim M. Atilius vêtus prsetor provinciam obtineret Sardiniam. Tite Live, 
XLH, 1, 1-5. Ç. Cicereius praetor in Corsica signis conlatis pugnavit ; septem 
milia Corsorum cassa, capti amplius mille et septingenti. Voverat in ea pugna 
prsetor sedem Junoni Monetae. Pax deinde data petentibus Corsis et cxacta 
cerœ ducenta milia pondo. Ex Corsica subacta, Cicerius in Sardiniam trans- 
misit. T. Live, XLH, 7, 1-2. — Anno 582. Priusquam proficiscerentur consules 
G. Cicereio praetori priorls anni ad aedem Bellonse senatus datus est. Is expositis 
quas in Corsica res gessisset, postulatoque frustra triumpho in monte Albano. 
quod jam in morem venerat, ut sine publica auctoritate fieret, triumphavit. 
Tite Live, XLII, 21, 6-7. — Acta triumph. Capitolina, (C. L L. t. I, p. 459) : 

anno 582 : c. ci CER eius — f . — n T. PRO. AN. Dxxci 

PR. EX. CORSICA. IN. MONTE. ALBANO. K. OCT. 

2. Tite Live, XLV, 15, 9. — Mommsen, III, p. 87. 

3. M. Juventius Tbalna, consul, collega Ti. Graccbi consulis iterum cum in 
Corsica, quam nuper subegerat, sacrificaret, receptis litteris décrétas ci a senatu 
supplicationcs nuntiantibus, intento illas animo legcns, caligine oborta ante 
foculum collapsustnortuus humi jacuit. Valère Maxime, IX, 12.— Entre Cicerius et 
Thalna, il y a lieu de placer les préteurs Cluvius Furius Philus, Fonteius Capito, 
Papirius Carbo, Manlius Torquatus, dont nous ignorons les faits et gestes. 

6 



82 CHAPITRE V. § 1*^ 

eu pour successeur Ti. Sempronius P. Ti. N. Gracchus l. Huit 
ans après (155 av. J. G.) le consul P. Gornelius Scipion Nasica 
Corculum passait en Gorse et certes ce n'était point pour y 
proclamer les bienfaits de la paix. Festus fait une gloire au 
consul M. Gaecilius Metellus d'avoir dompté les Sardes et les 
Gorses (115 av. J. G.) 2. Enfin il suffit à T. Albucius de rempor- 
ter un léger avantage sur les brigands revêtus de peaux de la 
province de Sardaigne pour qu'il s'adjuge une espèce de triom- 
phe dans sa province 3. H est vrai qu'à Rome il fut condamné 
pour crime de concussion, ce qui n'empêcha pas son successeur 
le préteur G. Megabocchus de suivre son mauvais exemple. Les 
gouverneurs romains n'étaient pas des modèles de vertu et de 
probité 4. 

Lorsque vinrent les sombres jours des guerres civiles les 
Corses semblent s'être désintéressés d'une lutte qui ne pouvait 
améliorer leur sort. Décimés et résignés, ils s'accommodent du 
régime de terreur qui règne à Rome. Après s'être inclinés devant 
Marins et devant Sylla, ils prennent parti pour Ginna ce qui ne 
les empêche pas de rester impassibles devant la défaite et la 
mort de son lieutenant Quintus Antonius, vaincu par Lucius 
Philippus, un partisan de Sylla 5. Qu'importe aux insulaires 
que le préteur s'appelle Valerius Triarius, L. Lucceius, Atius 
Balbus, Glaudius Pulcher ou iEmilius Scaurus, le modèle des 
gouverneurs prévaricateurs ? Pour trouver leurs noms il faut 
aller les chercher dans les plaidoyers des avocats chargés de les 
soustraire à la rigueur des lois 6. 

Pompée, un instant maître des destinées de la République, 
s'intéresse particulièrement aux provinces de Sicile et de Sar- 
daigne. Il leur rend un service signalé en purgeant la mer 
Tyrrhénienne des pirates qui avaient rendu la navigation 
presque impossible 7. Domitius, son lieutenant, semble avoir 

1. Cicéron, ad Quint, fr. II, 2, 1. 

2. S. R. Festus, De Vict. et prov. populi Romani IV. — Act. Trump, Capit. 
(C. I. L. I. p. 460). — Eutrope IV, 25. 

3. Cicéron, Oratio de Prov, cons, VII, 15. 

4. Cicéron, In Pisonem, 38, 92. Pro Scauro, 2, 40 

5. Mommsen, p. 321, 340. — Tite-Live, Epit, LXXXVI. 

6. Asconius, In Cic. Scaurîanam, p. 16. — Cicéron, Philipp, III, 6, 16 ; 
Ad Atticum, II, 12, 1. — In Pisonem, 15, 35. — Pro Scaiiro, passim. 

7. Appien, L. XCV. 



LA CONQUÊTE. 83 

fenrôlé quelques Corses ; nous lisons, en effet, dans Moinmsen 
qu'à la défense de Marseille, contre les partisans de César, 
Doinilius avait embarqué sur ses vaisseaux les mercenaires 
massaliotes et ses propres esclaves-porteurs, ramassés dans les 
îles et sur les côtes de Toscane l. 

Mais c'est surtout comme point d'appui que les Pompéiens 
utilisent les ports des deux îles. Un instant ils conçoivent le 
projet d'affamer l'Italie. Ils possédaient toutes les provinces 
d'où la capitale pouvait tirer ses subsistances. Ils avaient 
Marcus Cotta en Sardaigiie et en Corse, Marcus Caton en Sicile. 
Il était d'absolue nécessité pour César de prévenir l'ennemi et 
de lui enlever les provinces à blé. Quintus Valérius passa en 
Sardaigne avec une légion et força le commandant pompéien à 
quitter les îles (49 av. J.-C.) 2. 

Au second triumvirat la Corse et la Sardaigne sont attribuées 
à Octave ; mais bientôt Menos, à la tête de la flotte de Sextus 
Pompée, fils du grand Pompée, réussissait à s'emparer de la pro- 
vince et à faire passer sous ses enseignes les deux légions 
d'Octave (40 av. J.-C). Pompée Menodore devenait gouverneur 
des deux îles. 

Octave voulut reprendre la Sardaigne et envoya son affranchi 
Hélénus pour la reconquérir. Celui-ci ayant été vaincu par 
Menodore, le triumvir prit la direction des opérations. 

Cependant Sextus Pompée, maître de la mer, bloquait les 
ports italiens et affamait Rome. Au lieu de lui en faire un 
reproche le peuple fut de plus en plus exaspéré contre Octave 
qui, cédantàla pression populaire, consent à la paix de Misène, 
reconnaissant ainsi comme appartenant à Sextus Pompée les 
provinces de Sicile et de Sardaigne. 

Pompée établit dans les trois îles un gouvernement despotique 
à la mode asiatique ; il était devenu un vrai monarque, ayant 
comme ministres d'intelligents affranchis orientaux de son 
père, Menodore, Ménecrate Apollophane, transformés en ami- 
raux et en gouverneurs. Beaucoup de nobles qui s'étaient réfu- 
giés auprès de lui, et parmi eux le fils de Cicéron, se trouvaient 
mal à l'aise dans ce gouvernement despotique ; il en résultait 

1. Mommsen, t. VU, p. 271. 

2. César, BelL ciu. I, 30, 31. — Appian.II, 41. 



84 CHAPITRE V. § 1 



er 



même des mécontentements, des discordes des soupçons, qui 
poussaient parfois Sextus à la cruauté et à la violence et qui 
récemment lui avaient fait mettre à mort Staïus Murcus i. 

Menodore ne tarda pas à se brouiller avec Sextus Pompée et 
cédant aux sollicitations de son ami Philadelphe, affranchi 
d'Octave, il passa à l'ennemi avec une flotte de soixante vais- 
seaux et trois légions. Dès qu'il eut connaissance de la trahison, 
Sextus envoya une flotte ravager les côtes d'Italie. Mais, réduit à 
la possession de la Sicile, il ne tarda pas à succomber ; la 
Corse et la Sardaigne restaient définitivement à Octave et for- 
maient la troisième préture i. 

§ 2. Organisation de la conquête. 

Les Romains, dont l'esprit pratique allait jusqu'à la brutalité, 
traitaient les pays soumis à leur domination en ne tenant 
compte que de l'intérêt de la métropole. L'annexion de la Corse 
s'imposait au point de vue militaire, mais que pouvait-elle 
donner en compensation des sacrifices d'hommes et d'argent 
qu'elle avait entraînés ? Rien, ou fort peu de chose. 

Les Barbares et les Ligures qui forment le fond de la popula- 
tion ont conservé tous les caractères des races primitives. 
Retirés dans leurs repaires, cachés par la forêt immense, 
protégés par des cordons de rochers d'un accès difficile, sans 
aucune route praticable, ils ont évité le contact de la civilisa- 
tion phénicienne, étrusque et grecque, et la stérilité du sol les a 
préservés à la fois de l'humiliation de l'occupation étrangère et 
des bienfaits du progrès. Ils se heurtent plutôt qu'ils ne se 
mêlent aux colons d'Aleria et de Nicaea ; maîtres de la. mon- 
tagne ils dédaignent l'étranger confiné dans la plaine qui, déjà, 
comme en témoignent Tite-Live et Sénèque, est réputée pour 
son insalubrité 2. 

Les historiens sont muets sur l'organisation et l'administra- 
tion de la Corse et de la Sardaigne, pendant les premières 
années qui suivirent la conquête. « Toutefois, dit Klein, on peut 

1. Dion, X. 4, VIII, 45, 5-7. — Appian, Bell. ciu. V, 78, 80. — Orose, VI, 
18. — Suétone, Aiig, 74. 

2. Tite-Live, chap. XV. — Sénèque, Ad Helviam, 



LA CONQUÊTE. 85 

présumer que ces deux îles ont été provisoirement administrées 
comme la Sicile, par un fonctionnaire extraordinaire. Ce qui 
est à peu près certain c'est que, même sous ce gouvernement 
provisoire, elles faisaient partie de la même administration, 
comme l'indique clairement Sextus Rufus : « luncta adminis- 
tralio harum insularum fuerat : post suos praetores habuit. » 

Plus tard, lorsque en 521 zn 233 Faministration de la province 
fut organisée en même temps que celle de la Sicile et qu'elle fut 
confiée à un préleur, nommé pour un an, on maintint la réu- 
nion des deux îles, sous un seul ressort administratif. 

Il demeure entendu, comme l'indique Mommsen, que l'ap- 
pellation Sardinia désigne toujours la province formée de la 
réunion de la Corse et de la Sardaigne l. 

La province était commandée par un préteur ou un procon- 
sul, à la fois général, administrateur civil et politique, et juge 
souverain dans toute l'étendue de son gouvernement. Le préteur 
ou le proconsul résidait à Calaris (Cagliari) en Sardaigne 2, il 
était assisté de trois lieutenants (J.egati) au moins, dont un rési- 
dait en Corse, à Aleria, selon toute probabilité. 

Au point de vue des droits politiques reconnus à ses habi- 
tants, la Sardinia était une des provinces les moins favorisées ; 
son territoire était ager piiblicas, c'est-à-dire la propriété, le pa- 
trimoine du peuple romain 3; les impôts qui la frappaient étaient 
excessifs. Le vainqueur impitoyable prélevait la dîme sur tous 
les produits de la terre. Blé, vin, huile, menus grains, résine, 
cire, miel, tout est redevable et tout est bon. A la dîme venait 
s'ajouter le stipendium, le tribut. Ce n'est pas encore tout. En 
cas de besoins impérieux le préteur recevait l'ordre de lever une 
seconde dîme. Pendant la guerre de Macédoine les Corses et les 
Sardes sont mis dans l'obligation, non seulement de payer cette 
deuxième dîme, mais encore d'en transporter les produits sur 
la base d'opérations de l'armée. Le transport de Cagliari ou 
d'Aleria jusque dans les ports macédoniens est à la charge des 
insulaires 4. 

A ces taxes ordinaires et permanentes, les généraux, les pro- 

1. Klein. — Mommsen. 

2. Marmora (de la,) La Sardaigne, passim. 

3. Cicéron, Pro Balbo, XVIII, 41. - Tite-Live, XXIII, 32, 9. 

4. Tite-Live, XXXVI, 2, 13. - XXXVIl, 2, 10, 12, 50. - XLI, 8, 31. 



86 CHAPITRE V. § 2. 

consuls, les préteurs et les propréteurs ajoutent la faculté de 
prélever sur le pays, les bêtes de somme, les bestiaux, les four- 
rages, les vaisseaux, les esclaves, tout en un mot. Mais ce droit 
de réquisition, légal après tout, ne suffît pas aux vertueux 
gouverneurs de la République ; ils ont, dans ce cas, des comptes 
à rendre au Sénat et tout en réduisant les insulaires à la misère, 
ils ne s'enrichissent pas. Aussi n'hésitent-ils pas de dépasser 
ces règles draconiennes pour spolier, à leur profit, leurs mal- 
heureux administrés. 

Parmi ces nréteurs concussionnaires, l'histoire nous a 
conservé le nom de Scaurus ; accusé par P. Valerius Triarius, 
il est traduit devant un tribunal présidé par Caton et com- 
posé de 22 sénateurs, 23 chevaliers et deux tribuns l. Ou 
poursuivit une enquête sur place et il fut démontré jusqu'à 
l'évidence que le préteur avait insolemment pillé la province ; 
mais l'accusé était défendu par Cicéron lui-même : 

« Poposcit, imperavit, eripuit, cœgit », Scaurus a exigé, 
ordonné, enlevé, arraché, s'écrie le grand avocat, mais où est la 
preuve ? Il n'y en a pas. Les Corses et les Sardes ne sont pas 
dignes de foi ; la vanité de ce « ramassis d'Africains » est si 
grande qu'entre la liberté et l'esclavage, elle ne connaît d'autre 
différence que la licence de mentir » 2. 

Heureusement qu'un Romain s'est chargé de répondre à 
Cicéron : « M. Emilius Scaurus, écrit Valère Maxime, présenta 
aux juges des moyens si faibles, une défense si pitoyable que 
l'accusateur osa dire : « La loi me permet d'appeler en témoi- 
gnage cent-vingt personnes ; je consens que Scaurus soit 
acquitté s'il peut en citer un égal nombre à qui il n'est rien 
enlevé dans son gouvernement. Tout avantageuse qu'était une 
pareille condition, l'accusé ne put répondre. Néanmoins en 
considération de l'ancienneté de sa noblesse et de la mémoire 
encore récente de son père, il fut acquitté. » 3. 

T. Albucius et G. Megaboccus furent moins heureux ; ils 

1. Subscripserunt Triario in Scaurum L. Marius, L. filius, M. et Q. Pacuvii 
fratres, cognomine Claudi, qui ad inquisiUonem in Sardiniam, itemque in 
Corsicaminsulasdiestricenosacceperunt, nequeprofecti sunt ad inquirendum. 
Asconius, In. Scaurianam, 

2. Cicéron, Plaidoyer pour Scaurus, passim. 

3. Valère Maxime, L. VIII, ch. 1, 



LA CONQUÊTE. 87 

furent condamnés à leur retour de la pro\'ince de Sardinia, bien 
que plusieurs témoins à décharge se fussent présentés l. 

A côté de ces gouverneurs prévaricateurs d'autres font sentir 
aux provinces une administration correcte et bienfaisante. 
Caton, en Sardaigne et en Corse, voyageait à pied suivi d'un 
seul esclave qui portait son manteau et sa coupe à libations 2. 

L'histoire pourrait encore pardonner à la République toutes 
les rigueurs de son administration si, en échange d'impôts 
excessifs, elle avait contribué, par de sages mesures et d'utiles 
travaux, à développer la prospérité de la Corse. L'unique tronçon 
de voie romaine ne date que de l'époque impériale et nous en 
parlerons plus loin. 

Non seulement la République Romaine a négligé la Corse, 
mais sa tyrannie a étouffé tout germe de liberté et d'initiative. 
Dans l'île nous ne trouvons aucune trace de cité libre ou de 
cité fédérée, qu'il s'agisse de civitates sines fœdere immunes et 
liberœ ou de civitates fœderatse ayant les unes et les autres 
conservé leurs lois propres et la faculté de vivre suivant les 
règles de leur ancienne constitution. Ici rien que des cités 
sujettes, civitates stipendiant, considérées comme taillables et 
corvéables à merci. 

Elles étaient la grande source de revenus et constituaient 
véritablement la provincia, le prœdium au sens romain du 
mot 3. 

Le droit y est pérégrin, les magistrats y sont, non des duum- 
virs ou des édiles, images des magistrats romains, mais des 
sufFètes, des iindecimprimi, des magistratus anniiales. Les civi- 
tates restent en dehors de la cité romaine pressurées par les 
gouverneurs de la province et pillées impunément par les 
colons. 

En effet il y avait en Corse deux colonies romaines : 
Mariana fondée par Marins et Alerta par Sylla. Si nous en 
croyons Sénèque, il s'agirait de colonies de citoyens romains 
(Romanx colonise) 4. S'agit-il de colonies civiles, plebeiœ, 

1. Cicéron, In Pisonem 38, 92. — Pro Scauro 2, 40. 

2. Person, Adm. des prov. romaines sous la république, p. 322. 

3. C. Halgan, p. 51, 58, 80, 82. — Cicéron, Pro Scauro II, 4, 44. 

4. Deductœ deinde sunt duse civium Romanorum colonise, altéra a Mario, 
altéra a Sylla. Consolatio ad Helviam, 



88 CHAPITRE V. § 2. 

de légionnaires, togatœ, ou bien nous trouvons-nous en pré- 
sence de colonies militaires, militares, composées de citoyens et 
de vétérans ? Gregori, avec son inconteslable compétence, pense 
que Mariana était une colonie civile et Aleria une colonie mili- 
taire 1. D'après lui, Mariana ne peut être classée parmi les 
colonies militaires puisque, à sa connaissance, leur création ne 
daterait que de Sylla. M. Halgan, au contraire, s'appuyant sur le 
témoignage formel de Velleius Paterculus, classe Mariana parmi 
les colonies militaires. Il est universellement admis aujourd'hui . 
que, depuis l'an 100, on se préoccupa surtout, dans la colonisa- 
tion nouvelle, de récompenser les soldats libérés en leur accor- 
dant la propriété d'un champ 2. 

Créées pour débarrasser l'Italie de bandes d'aventuriers, de 
fauteurs de désordes, de soldats de l'émeute, ces colonies étaient 
loin d'apporter dans l'île un élément de civilisation et de pro- 
grès. Les Vanacini, les Syrbi et les Opini, spoliés de leurs ter- 
ritoires, au mépris des droits les plus sacrés,^ ne durent jamais 
considérer d'un bon œil, la vile soldatesque installée sur le sol 
de la patrie. 

Deux colonies de brigands, tels sont les avantages que la 
Corse a retirés de la domination républicaine. 

On peut se consoler en songeant que les autres provinces 

r 

n'étaient pas mieux partagées ; « Ecrasées, sous la République, 
par tous les partis qui ne s'entendaient que sur ce point, la 
situation devint supportable du jour où l'empire romain appar- 
tint à un seul maître reconnu et sûr du lendemain. A celui qui 
les délivra de l'insupportable tyrannie du soldat et du peuple, 
les populations- reconnaissantes érigèrent des temples et des 
autels. Elles l'adorèrent comme un Dieu : Divus Aiigustus ! » 



1. Gregori, Loc. cit. I, p. XXV. 

2. Halgan, Essai sur l'administration des provinces sénatoriales dans 
l'empire romain, Paris, Fontemoing 1898. P. 95. — Neque facile mémorise 
mandaverim, quae, nisi militaris, post hoc tempus (VI« consulat de Marius) 
deducta sit. Velleius Paterculus, Hist. Romaine, 1. I, § XV. 






CHAPITRE VI. 

LA CORSE SOUS LES EMPEREURS ROMAINS. 

Sommaire. — § 1. Evénements survenus en Corse sous le gouverne- 
ment impérial. — § 2. Cliangements successifs dans le gouverne- 
ment de la Sardinia. — § 3. Administration et organisation de la 
Corse avant Dioclétien. — § 4. Le christianisme en Corse. — § 5. 
Administration de la Corse après Dioclétien. — § 6. Situation de la 
Corse au IVo siècle. 

§ 1. Evénements survenus en Corse sous le gouvernement impérial. 

A ravènement d'Auguste, l'empire romain comprenait vingt- 
deux provinces. En l'an 27, avant notre ère, l'empereur fit deux 
parts de ces immenses territoires ; il se réserva l'une tandis 
qu'il attribua l'autre au Sénat : d'où la division en provinces 
impériales et provinces sénatoriales. 

Parmi les provinces sénatoriales nous trouvons la Corse et la 
Sardaignc réunies sous le même commandement l. Elles reçu- 
rent comme gouverneur un proprœtor, investi du titre de 
proconsul et assisté d'un legatas et d'un quxstor 2. 

L'Empereur, lorsqu'il avait fait le partage, avait attribué au 
Sénat les provinces où la tranquillité semblait établie. Il voulait, 
disait-il, lui laisser tous les agréments du pouvoir, et prendre 
pour lui les soucis et les dangers de la situation ; en fait, il 
n'entendait laisser au Sénat que les pays où ne se trouvaient 
point de troupes, afin d'avoir toujours toute l'armée dans sa 
main. 

La Corse et la Sardaigne à ce point de vue rentraient difficile- 
ment dans le cadre tracé. L'une et l'autre, depuis longtemps 
conquises, n'étaient pas aux frontières ; le Sénat, à ce titre, 

1. Strabon, XVIL 

2. Dion Cassius, LUI, 12. 



90 ^ CHAPITRE VI. § l**. 

pouvait les revendiquer. Mais le caractère mobile et turbulent 
des habitants, la nature de leur sol accidenté, allaient bientôt 
faire sentir la nécessité d'une occupation armée. Quelques 
années avant l'ère chrétienne, ces hardis montagnards orga- 
nisent une résistance sérieuse contre les vainqueurs. La situation 
devint assez critique ; le proconsul sénatorial n'avait pas à sa 
disposition les éléments indispensables pour le rétablissement 
de l'ordre, aussi Auguste n'hésita-t-il pas à intervenir. 

En l'an 6 de notre ère, un procurator vint prendre la direction 
des affaires de la province qui fut considérée comme impé- 
riale. Dion Cassius fait allusion à ces divers événements : « Dans 
« certains pays le brigandage était tel qu'en Sardaigne, par 
« exemple, pendant des années, on y envoyait non pas des 
« sénateurs, mais des commandants de cavalerie avec des 
a soldats l. » 

La Sardaigne passa donc à l'Empereur, la Corse parait avoir 
suivi son sort. 

Dès lors, si les généraux ne renoncent pas entièrement à leurs 
opérations de police intéressées ; si la chasse aux esclaves se 
pratique sur une échelle encore trop vaste, il n'en est pas moins 
vrai que les provinces commencent à respirer. La démagogie de 
la république agonisante a fait place à des fonctionnaires impé- 
riaux dont la responsabilité n'est plus un vain mot. Les cités 
maritimes, attirées par le commerce, s'attachent à la métropole 
et gagnent, sinon leur indépendance, tout au moins une certaine 
autonomie. 

L'Empereur divinisé eut ses autels dont une inscription 
d'Aleria nous a conservé le souvenir 2. Mais ce n'est pas seule- 
ment les colonies qui se montrent reconnaissantes envers l'au- 
torité impériale ; la civitas indigène des Vanacini entretient 

1. Dion Cassius, LXV, 28. 

2. Imp(eratori) Caesari Di[vi f(ilio)], Augusto, pontifici 
maxim [»], co(n)s(uli) XI, imp(eratori) XII (ou XIII) ; 

G(aio) Cœsari, Augusti f(iIio) ; 
[ L(ucio) Csesari, Augusti f(ilio) ; 

Dec(uriones) et c(oloni) c(oloniœ) V(eneriaB) P(acataB ?) 
R(estitutae) [Aleriae] patronis. 
C. I. L. t. X, no 8035. Nous suivons la reproduction donnée par M. Espé- 
randieu, Inscriptions antiques de la Corse, p. 18, 



LA CORSE SOUS LES EMPEREURS ROMAINS. 

aussi ses prêtres d'Auguste et Ton peut, sans être taxé de témé^ 
rite, conjecturer que cet exemple fut généralement suivi. En 
retour, l'Empereur accorde des privilèges appréciables et fait 
sentir sur les nations vaincues une bienveillance qui se traduit, 
chez les fonctionnaires, par une diminution de tracasseries et 
d'exigences. 

Ni Tibère, ni Caligula ne semblent s'être intéressés à la Corse. 
Sous l'empereur Claude, Sénèque, soupçonné d'être l'amant de 
Lavilla, sœur de Caligula, est envoyé en exil dans le Nord de 
l'île. Nous savons par ce philosophe que la civilisation romaine 
n'avait fait que des progrès insignifiants; les indigènes parlaient 
encore un idiome barbare, mélange confus de latin, de canta- 
bre, de ligure et de grec i. « La terre où je suis, dit-il avec 
amertume, ne produit pas des arbres utiles ou de pur agré- 
ment ; elle n'est pas arrosée par des fleuves profonds et navi- 
gables et suffit à peine à nourrir ses habitants ; on n'y taille 
point de pierres précieuses, on n'en tire point de minerai d'or 
ou d'argent. Le sort m'a jeté dans un p^s où la demeure la 
plus spacieuse est une cabane » 2. 

Il est vrai que plus tard, au contact de la vie bruyante de la 
Ville Eternelle, il se prendra à regretter le beau ciel du Cap 
Corse :« J'étais plus heureux, à l'abri de l'envie, dans ma retraite 
« solitaire où la mer de Corse m'entourait de ses flots ; j'étais 
« le maître de tous mes instants, et mon esprit, librement et 
« sans trouble, se livrait à ses études chéries. Avec quel ravis- 
« sèment je contemplais le ciel, chef d'œuvre de la nature, et 
« la gloire de son éternel auteur, et le cours harmonieux des 
<( astres, et le lever et le coucher du soleil, et le disque de la 
« lune avec son cortège d'étoiles filantes, et le brillant éclat de 
« la voûte céleste 3 .» 

Sous Néron, Vipsanius Lena, procurateur de la province, 
exploita ses administrés au point que l'Empereur n'hésita pas 
à le traduire devant les tribunaux pour crime de concussion et 
de pillage *. Et pourtant les populations subissent le joug du 



1. Sénéque, Consolation à Polybe, XXXVII. 

2. Sénéque, Consolation à Helvie, IX. 

3. Sénéque, Tragédies : Octavia, acte II, vers 377. 
4t Tacite, Annales XIII, 30. 



92 CHAPITRE VI. § V. 

vainqueur sans murmurer. La pacification paraît complète et, 
en Tan 67, l'empereur rendait la Sardinia au Sénat en dédomma- 
gement de TAchaie, dont l'indépendance avait été publiquement 
proclamée aux jeux isthmiques de Corinthe, en l'honneur de 
Neptune i. 

A la mort de Galba, Othon et Vitellius se disputent l'empire. 
Les prétoriens, les légions d'Afrique, d'Asie et d'Esfpagne pren- 
nent parti pour Othon ; les légions de Germanie se rangent du 
côté de Vitellius. La Corse, gouvernée par le procurateur Deci- 
mus Pacarius, ennemi personnel d'Othon, reste un instant 
indécise. Intimidés par la victoire navale qu'Othon venait de 
gagner, les insulaires ne paraissaient pas décidés à épouser les 
rancunes de leur chef. Pacarius n'en restait pas moins résolu à 
aider Vitellius de toutes les forces de son île. « Il convoque les 
« principaux personnages, et leur fait part de ses projets ; 
« comme Ciaudius Phirricus, triérarque des galères station- 
« nées dans l'île, et Q. Certus chevalier romain, osent le 
« contredire, il les fait tuer. Le reste de l'assemblée qu'intimide 
« leur mort, et, avec eux, cette foule imbécile qui partage 
« aveuglement les frayeurs d'autrui, jurent obéissance à 
« Vitellius. Mais, aussitôt que Pacarius eut commencé à faire 
« des levées, et à fatiguer d'exercices militaires des hommes 
« étrangers à la discipline, dans leur aversion pour ces travaux 
« inaccoutumés, ils se mettent à réfléchir sur leur propre impuis- 
« sance, sur la position de leur pays, qui était une île, sur 
« l'éloignement de la Germanie et de ses légions, sur les ravages 
« de la flotte dans les contrées même, que protégeait une 
« armée. Tout à coup leurs dispositions changent. Ils n'em- 
« ploient pas cependant la force ouverte, choisissent un moment 
« où Pacarius avait renvoyé sa suite, et, le surprenant dans le 
« bain, ils le tuent. Ses amis furent massacrés. Toutes ces têtes 
« furent portées à Othon par les meurtriers eux-mêmes, 
« comme les têtes d'autant d'ennemis ; et ni Othon ne récom- 
« pensa, ni Vittellius ne punit une action qui, dans ce long 
« amas d'atrocités, se perdit parmi de plus grands forfaits 2. » 

La conséquence de ces troubles, ne pouvait manquer d'avoir 

1. Pausanias, VII, 17. 

2. Tacite, HistoireSy L. II, 16. 



LA CORSE SOUS LES EMPEREURS ROMAINS. 93 

son contre-coup en Corse ; il était tout naturel de rendre les 
insulaires responsables de la politique des généraux romains. 
Les privilèges accordés par Auguste sont retirés ; des discus- 
sions s'élèvent entre les civitates et il est probable que le 
désordre s'était généralisé puisque Vespasien crut prudent de 
retirer la province au Sénat pour en confier le commandernent 
à un procurator impérial. Son choix se fixa surOctalius Sagitta, 
administrateur probe et intègre, digne du respect et de la recon- 
naissance de ses administrés. Grâce à sa bienveillante interven- 
tion les insulaires rentrent dans leurs privilèges, l'apaisement 
se fait entre les populations qui trouvent enfin des gouverneurs 
et des magistrats animés de l'esprit de justice et d'équitté l. 

Nous arrivons maintenant à une période où les textes font 
défaut au point qu'il est impossible de rien avancer avec préci- 
sion. Il ne faut pas nous en plaindre. Si l'histoire est muette, 
c'est que l'île jouit enfin d'une paix complète qui lui permet de 
se développer normalement, sous la protection des institutions 
impériales. En étudiant l'organisation administrative de la pro- 
vince nous aurons l'occasion de passer en revue les rares 
documents qui peuvent nous intéresser. 



§ 2. — Changements successifs dans le gouvernement 

de la Sardinia. 

La Corse et la Sardaigne, nous l'avons vu, ne formaient qu'une 
province : la Sardinia qui, tour à tour, sénatoriale et impériale, 

1. Imp. Csesar Vespasianus Augustus magistratibus et senatoribus Vanaci- 
norum salutem dicit. 

Octacilium Sagittam amicum et procuratorem meum, ita vobis prœfuisse, 
ut testimonium vestrum mereretur, delector. 

De controversia finium, quam habetis cum Marianis, pendent! ex is agris, 
quos a procuratore meo Publilio Memoriale emistis, ut finiret Claudius 
Glemens, procurator meus, scripsi ei et mensorem misi. 

Bénéficia tributa vobis ab divo Augusto post septimum consulatum quœ in 
tempore Galbse retinuistis, confirmo. Egerunt legati Lasemo, Leucani 
f (ilius), sacerd (os) Aug (usti), Eunus, Tomasi f (ilius), sacerd (os) Aug (usti). 
C. Arruntio Catellio Celere, M. Arruntio Aquila co(n)s(ulibus), IHI idus 
Octobr (es). 

C. L L. t. X, no 8038. 



94 CHAPITRE VI. § 2. 

SOUS Auguste, fut rendue au Sénat par Néron comme dédomma- 
gement de l'Achaie i, dans le cours de Tannée 67. 

Le Sénat conserva très probablement la province jusqu'au 
règne de Vespasien ; ce dernier la reprit et en confia la direc- 
tion à un procurator impérial. L'inscription de Sestlniim 2 ne 
laisse aucun doute sur le caractère sénatorial de l'administra- 
tion de la Sardinia, dans la période comprise entre Néron et 
Vespasien 3. 

Sous Marc-Aurèle, vers l'an 172 apr. J.-C, la Sardinia est 
encore restituée au Sénat, en échange de la Baetica 4 ; elle 
retombe sous l'autorité directe de l'empereur à la fin du règne 
de Commode, aux environs de l'année 190, et aucun changement 
ne paraît devoir être signalé jusque à la fin du iv® siècle. Dans 
ces diverses fluctuations, la Corse a-t-elie suivi la destinée de 
la Sardaigne ? Mommsen, Marquardt et Klein partagent cette 
opinion 5, contestée par Zumpt, Michon et Espérandieu. 

Les deux îles étaient trop importantes pour ne constituer 
qu'une province et, selon Zumpt, déjà, sous Auguste, elles ont dû 
former deux procuratèles distinctes 6. Dans les premiers temps 
de l'Empire, la Corse apparaît aux yeux de M. Espérandieu, 
comme ayant été comprise parmi les petites provinces dont 
l'administration était confiée, non pas à des légats de rang 
sénatorial, mais à des préfets qui appartenaient à l'ordre 
équestre 7, Cela, ajoute-t-il, résulte d'une inscription de Savoie 
où il est fait mention d'un personnage appelé L. Vibrius Puni- 



1. Pausanias, VII, 17, 2. 

2. Ballet, dell. Inst., 1856, p. 140, n» 3. — Mommsen, Hermès, II, p. 173. 

3. Halgan (C), Essai sur V administration des provinces sénatoriales sous 
l'empire romain, p. 17. 

4. Spartianus, Sever., Il, 3. 

5. Klein (I), Die Verwaltungsbeamten von Sicilien und Sardinien ; Bonn, 
£mil Strauss, 1878. p. 259, 270 et 271. —Mommsen et Marquardt, Manuel des 
Antiquités romaines, IX, 59. — Marquardt, Organisation de l'Empire romain, 
t. II, p. 59, 60 et 61. Trad. franc., Paris 1892. — Michon (Etienne), Admi- 
nistration de la Corse sous la domination romaine, extrait des Mélanges 
d*archéologie et d'histoire. Ecole française d'Athènes, viii« année, Paris-Rome, 
1888, p. 411-425. 

6. Zumpt, Comment, épigr. II, p. 268. 

7. Espérandieu, Inscriptions antiques de la Corse, p. 30-38. 



LA CORSE SOUS LES EMPEREURS ROMAINS. 95 

eus, qui joignait à ses différents titres, celui de prxfectus 
Corsicœ 1. 

Ces conclusions viennent à rencontre d'un passage de Stra- 
bon, attestant qu'en Tan 727 de Rome, Auguste fit de la Corse et 
de la Sardaigne une seule province prétoriale 2 ; elles sont en 
contradiction avec le texte de Rufus qui proclame l'union des 
deux îles, au moins jusqu'à la fin du i®^ siècle 3. C'est pourquoi 
Mommsen et Macquardt croient à l'union des deux îles jusqu'au 
règne de Dioclétien ; depuis, disent-ils, elles ont formé des pro- 
vinces distinctes, ayant chacune un prœses, 

Michon, reprenant la question, est d'avis qu'à partir du règne 
de Néron la Corse cessa de dépendre du préteur de Sardaigne. 
Il croit que le texte de Rufus, peu clair et n'entrant pas dans les 
détails du changement de gouvernement, a été altéré; au lieu de : 
« Les deux îles avaient d'abord une administration commune ; 
chacune d'elles eut ensuite ses préteurs ; l'une et l'autre, aujour- 
d'hui, a son praeses particulier », il propose de lire : « Les deux 
îles avaient d'abord une administration commune, confiée à des 
préteurs ; elles sont aujourd'hui, l'une et l'autre, administrées 
par des praeses. » 

L'argumentation de M. Michon s'étend à tous les textes avec 
une habileté des plus remarquables. Tout en reconnaissant que 
la question reste indécise, il se prononce pour la séparation des 
deux îles après Néron. S'appuyant sur Pausanias il explique que 
cet empereur donna aux Romains, en échange de la Grèce, la 

1. L. Vibrîo A. (f.) VoL Punico praef. equitum, primopilo, trib. miL, praef. 
Corsicœ, Vibrîus Punicus Octavianas patri merentissimo. C. /. L. t. XII, 
no 2,455. Inscription de Monfalcon, près d'Aix-les-Bains, publiée, pour la 
première fois, par Allmer, Inscriptions de Vienne, t. I. p. 254. Reproduite 
par Espérandieu. 

2. Strabon, Géographie, XVII, 3, 25. 

3. Sextus Rufus Festus, Breviarium de Victoriis et Provinciis populi 
Romani, c. IV : « Sardiniam et Corsicam Metellus vicit : qui et triumpliavit 
« de Sardis qui rebellevare ssepe. Juncta administratio harum insularum 
« fuerat ; post quœlibet suos prsetores habuit : nu ne singulœ a suis prsesidi- 
« bus reguntur. » Michon propose de lire : « Juncta administratio harum 
insularum fuerat, quœ suos prœtores habuit, nunc singulœ prsesidibus regun- 
tur. » ou : Juncta administratio harum insularum fuerat post suos prœtores 
habuit, nunc singulse praesidibus reguntur. » La correction adoptée dans 
toutes les anciennes éditions « post suos prœtores habuit » est, dit Michon, 
en contradiction formelle avec ce que nous savons des deux îles. 



96 CHAPITRE VI. § 2. 

très fertile île de la Sardaigne et non la province deSardaîgne. i » 
Pour lui le procuraior de Corse mentionné par Tacite 2 ne peut 
être, comme Tinsinue Mommsen, un simple agent financier, un 
fonctionnaire impérial, comme on en trouve aussi dans les 
provinces sénatoriales, mais bien un procuraior de l'Empereur. 
Il fait ressortir la valeur des inscriptions relatives aux gouver- 
neurs impériaux de l'île de Corse 3, enfin à Mommsen et Mar- 
quardt, partisans de la séparation des deux îles après Diocté- 
tien 4, il oppose Mommsen lui-même qui, dans le Corpus, se 
prononce pour cette séparation, après Néron 5. 

Klein, nous l'avons dit, croit qu'après Néron les deux îles 
restèrent unies, et soutient que les procurateurs cités par le 
rescrit aux Vanacini gouvernaient aussi la Sardaigne. 

Dans une pareille question la circonspection est de rigueur. 
Lorsqu'on n'a pas de textes nouveaux à opposer, il y a lieu de 
s'en tenir aux opinions des érudits éminents que nous venons 
de citer. Un instant j'avais cru que l'histoire ecclésiastique de 
l'île pourrait éclairer le sujet. L'église, en effet, a adopté, d'une 
manière générale, les divisions administratives de l'empire 
romain. Le titre de primat de Corse et de Sardaigne donné à 
Lucifer, évêque de Cagliari (360), pourrait faire croire que les 
deux îles étaient restées unies longtemps après l'introduction 
du christianisme, mais l'épitaphe actuelle est, paraît-il, du 
xv« siècle, elle est donc sans valeur. 

Peut-on en dire autant du texte des Bollandistes qui fait 
mention du praeses Barbarus gouverneur de la Corse au 
temps de Dioctétien 6 ? L'erreur de date est manifeste mais elle 
n'est pas suffisante pour enlever toute autorité au texte qui se 

1. Pausanias, VII, 17, 3. 

2. Histoires, II, 6. (Voir page 92). 

3. Inscription de Vibrius Punicus, reproduite à la page 95, note 1. — 
Inscription de Julius Longinus trouvée à Aleria : « Diis manibus sacr(um). 
Tettiae Maternae, optimœ uxori, L(ucius) Julius Longinus, proc(urator) 
Aug(usti). Espérandieu, p. 76. — Rescrit aux Vanacini, voir page 93, note 1. 

4. Marquardt, Organisation de l'Empire romain, p. 59-61. 

5. C. I. L. t. X, pars II, p. 835. 

6. Temporibus Diocletiani et Maximiani Imperatorum, puella qusedam, 
nomine Deivotae, fuit in insula quse vocatur Corsica. Audiens autem quod 
Barbarus prseses ibidem esset venturus... 

Hic jacet B. M. Lucifer arcepis. Calaritanus primarius Sardinise et Ck)rsicse, 
etc. Ad. Sanct. t. V, p. 210 et 217. 



LA CORSE SOUS LES EMPEREURS ROMAINS. 97 

trouve corroboré par d'autres textes assez explicites pour fixer 
l'attention. En effet, un Barbarus est mentionné par une ins- 
cription de Cagliari avec la qualité deprsefectas provinciœ Sardi- 
niœ, et de procurator de trois empereurs. Ces trois empereurs, 
d'après Klein, seraient représentés parSeptime Sévère, Cara- 
calla et Géta l. Or, si nous en croyons Semidei dans la deuxième 
leçon de l'ancien office de saint Prote et de saint Gavin, de 
nationalité sarde, Barbarus aurait gouverné la Sardaigne et la 
Corse 2. Il s'agit là d'une légende des plus anciennes, remontant 
aux premiers siècles du christianisme, assez ancrée dans la 
mémoire des fidèles pour avoir trouvé place dans les offices 
divins. Elle est reproduite par tous les chroniqueurs corses et 
sardes du moyen-âge ; elle nous paraît digne de foi. Dans ce 
cas, il y aurait lieu d'admettre que, du temps de Caracalla, la 
Sardaigne et la Corse ne formaient qu'une province et qu'elles 
ne furent séparées qu'à partir de Dioctétien. 

§ 3. Administration et organisation de la Corse avant Dioctétien. 

Sous l'empire, la totalité des villes devaient rentrer dans la 
catégorie des civitates stipendiant ; l'on n'y trouve la trace 
d'aucun municipe romain, et l'on n'y relève toujours que deux 
colonies : Aleria et Mariana. 

L'empereur ou le Sénat était représenté dans l'île par un 
procurateur ou un proconsul, véritable gouverneur jouissant des 
pouvoirs les plus étendus. Klein s'est plu à dresser la liste de 
tous ces fonctionnaires, en admettant, bien entendu, que la 
Sardaigne et la Corse ne formaient qu'un seul gouvernement 3. 

1. Q. Gabiano Barbaro, v(iro) e(gregio), a comment(ariis) praefec(ti) prset 
(orio),... proc(uratori Aug(ustorum) trium n(ostrorum) praef(ecto) prov(inciae) 
Sardiniae. Inscription de Cagliari, dans Klein, p. 272. 

2. Factum est ut, dum quidam vir nomine Barbarus potestatem acciperet 
super Corsicam et Sardiniam, pagani in ipsam Corsicam ante ipsum Barbarum 
venientes dixerunt... Semidei, Descrizione del regno dl Corsica, p. 539. — Sicut 
tamen sub Romani utraque insula, tanquam una provincia, uni paruisse 
Prsesidi Barbare cognoscitur ex actis S. Saturnini, ita verisimiliter eidem 
subfuit Métropolites saltem usque ad lustinianum imperatorem qui, post anno 
quinquegentesimo, Sardiniam attribuens provinciœ Africœ, Corsicam Italise 
videtur reliquisse. Acta Sanctorum, Vigesima secunda Maii, t. V, p. 217. 

3. Nous donnons cette liste en appendice. 

7 



Ô8 CHAPITRE VI. § 3. 

Le gouverneur était entouré de légats qui le remplaçaient 
pendant son absence, et gouvernaient en son nom certains 
districts provinciaux ; enfin dans chaque province un questeur 
était préposé à la gestion des finances des deux îles. 

Lorsque le gouverneur ou son légat rendait la justice, il 
siégeait au forum, entouré d'un conseil. Un document 
épigraphique, dit M. Halgan, nous donne la composition 
du consilium dans une circonstance spéciale. Il s'agit du juge- 
ment rendu par le procureur de Sardaigne, en l'an 68 de notre 
ère. Etaient présents à cette audience : le legatus, le qusestor et 
six personnes, sans titre, qui siégèrent en qualité d'assesseurs i. 

Les gouverneurs, tant que durait leur office, n'étaient respon- 
sables que devant l'Eknpereur. Aussi ne se gênaient-ils pas pour 
commettre des abus de pouvoir, des déprédations et des oppres- 
sions sans nombre. Heureusement, nous avons pu le constater, 
quelques-uns d'entre eux, furent appelés par l'Empereur à rendre 
compte de leurs actes de brigandage 2. 

Administration de la Ciuitas. 

Le fonctionnement delà ciuitas était assuré par trois éléments : 

V* Le peuple ; 

2® Le Sénat ou Curie ; 

3° Les magistrats. 

(al. Le peuple. 

Les empereurs laissèrent-ils aux insulaires une ombre de 
liberté ? Le peuple exerça-t-il une influence sur ses destinées ? 

Nous avons peu de textes à notre disposition et les inscriptions 
sont d'un laconisme décourageant. Nous savons par un passage 
de Tacite que le procurator, au moment de prendre une décision 
importante, convoque les principaux insulaires et les appelle à 
son conseil : « vocatis principibus insulae, consilium aperit 3 ». 
Nous trouvons là des indices probants de comices ou assemblées 
locales puisque, à côté des chefs de clan, nous trouvons le peuple 
lui-même, la multitude imbécile, turha ignara, pour employer 

1. Halgan, p. 239. — Corp, Insc. Lat, t. II, 2129. 

2. Damnatus isdem consulibus (Q. Volusio, P. Scipione) Vipsanius Lsenas 
ob Sardiniam provinciam avare habitam. Tacite, Annales XIII, 30, (an 56). 

3. Tacite, Histoires, L. II, 16. Voir page92. 



LA CORSE SOUS LES EMPEREURS ROMAINS. Ôd 

l'énergique expression de l'historien. Une inscription d'Aleria 
distingue entre les cives et les socii i. Il semble donc que la 
Corse a eu, comme d'autres provinces, ses assemblées popu- 
laires. 

Le siège de ces assemblées devait êlre Aleria ou Mariana; 
nous inclinons pour Aleria à cause de son ancienneté et de sa 
situation. 

fbj. Le Sénat municipal (curie). 

Une inscriptions d'Aleria prouve que la colonie avait une 
curie 2; enfin le rescrit de Vespasien, dont l'authenticité semble 
admise par les érudits les pluséminents, mentionne le Sénat des 
Vanacini. Il paraît logique d'admettre que les autres ciuitates 
avait aussi leur curie, bien qu'aucun texte n'en fasse mention. 
Toutefois, il y a lieu de se rappeler que le territoire des Vanacini 
comprenait plusieurs ciuitates ; nous nous trouverions donc en 
présence d'une curie de district et non d'une curie municipale. 

L'île eut-elle, enfin, son concilium universœ Corsicœ ? nous 
n'en savons rien. 

/c/Les magistrats. 

Les Vanacini avaient leurs magistrats ; il est probable que 
les autres tribus étaient administrées de la même façon. Il 
serait extraordinaire que des vainqueurs, sans scrupule et sans 
conscience comme les Romains, se fussent privés d'un organe 
aussi essentiel, pour assurer leur régime d'oppression et de 
spoliation. 

Organisation militaire. 

Nous n'avons aucun renseignement sur les légions employées 
à la conquête de la Corse. Il est certain cependant que les insu- 
laires ne tardèrent pas à entrer dans la composition des armées 
romaines. Tacite mentionne les levées faites par Pacarius, 
(70 ap. J.-C.) ; la prétendue aversion de ces rudes montagnards 
pour les travaux est contredite par l'inscription trouvée à 
Sorgone, près Astis. Il est établi que, sous les régnes de 

1. BulL épigr, t. VI, 1886, p. 182. 

2. Ëspérandieu, p. 41. 



100 CHAPITRE VI. § 3. 

Nerva et de Domitien, les Corses entraient en grand nombre 
dans la composition des cohortes I gemina Sardorum et Corsorum, 
et II gemina Ligurum et Corsorum. Aujourd'hui il ne peut venir 
à l'idée de personne de traduire, avec Baille et La Marmora, 
Corsorum par Coureur. L'inscription de Sorgone jette une 
lumière éclatante sur le congé militaire de Nerva i. 

C'est par les services rendus dans l'armée romaine, que les 
Corses gagnent, peu à peu et individuellement, le droit de cité ; 
il est écrit que, même au prix de son sang, ce peuple ne pourra 
jamais attirer sur son pays le regard bienveillant de ses conqué- 
rants. 

Bons cavaliers et bons fantassins,, les Corses étaient aussi 
d'excellents marins. La flotte de Misène avait deux stations dans 
l'île, l'une à Aleria et l'autre à Mariana. Le commandement de la 
flottille était exercé par un triéraque des galères 2. Les inscrip- 
tions nous signalent quelques matelots corses dans la flotte de 
Ravenne. 

Les marins corses, au service de Rome, devaient être nom- 
breux. Ils sont signalés dans douze inscriptions différentes ; 
l'un d'eux commandait une trirème, un autre étaient centurion. 

1. Inscription de Sorgone : [Imp. Caesar, divi Vespa]siani f., Domitia[iius 
Augustus Germa] nicus pontifex ma[ximus] tribuiiic[ia pot]estat[e] VII, imp. 
XÏIII [censor perpetuus] cos. XIIII p[ater] p[atriœ].... [equitibus et petidibu]s 
qui militant [in cohortîbus duab]us quœ appel]lantur I gemina Sardoru]m et 
Corsorum [et II gemina Ligurum et] Corsorum et sunt in S[ardinia sub] 
Herio Prisco, it[em dimissis hon]esta missione ex iis[dem cohortijbus 
quinis et vicenis pluri[busve st]ipendiis emeritis, quorum [nomina subscr] 
ipta sunt, ipsis liber[is posterisque eorum civitatem dedit]cet. 

Corp. Inscr. Lat. X, p. 812. N» 7883. 

Congé militaire délivré par Vempereur Nerva aux fantassins et aux cava- 
liers des deux cohortes qui étaient en Sardaigne sous Tiberius Claudius Servi- 
lius Geminus, Imp. Nerva Cœsar Augustus, pontifex maximus, consul II, p. p. 
peditibus et equitibus, qui militant in cohortibus duabus, I gemina Sardorum 

et Cursorum et II gemina Ligurum et Cursorum, quse sunt in Sardinia 

qui quina et vicena plurave stipendia meruerunt, item dimisso honesta 
missione emeritis stipendiis, quorum nomina subscripta sunt, ipsis liberis 
posterisque corum civitatem dédit et conubium cum uxoribus, quas tuuc 
habuissent, cum est civitas iis data, aut si qui cselibes essent, cum iis quas 
postea duxissent, dum taxât singuli singulas. 

Corp. Insc. Lat. t. X, p. 820, N» 7890. Diplôme publié pour la première fois par 
Baille, (Memor. délia R. ac. délie scienze di Torino, 1821, t. XXXV. p. 201), 

2. Tacite, Histoires, L. II. c. 16. 



LA CORSE SOUS LES EMPEREURS ROMAINS. 101 

Ils se recrutaient spécialement dans les régions de la Balagne, du 
Cap-Corse, de Mariana et d'Alerîa i. 

Les textes ne font aucune allusion aux milices locales que 
Rome devait entretenir dans Tîle. 

§ 4. Le Christianisme en Corse, 

Le christianisme est venu d'Italie en Corse probablement à la 
fin du i®*" siècle ou au début du ii«. Bien que les textes fassent 
défaut, il est vraissemblable d'admettre, avec quelques écrivains 
du moyen âge, que des chrétiens ont été envoyés dans les îles de 
la Méditerranée par les premiers successeurs des apôtres, pour 
y faire triompher leur doctrine et y annoncer la bonne nouvelle 2. 
Mais il ne s'agit là que de conjectures respectables. Il y a donc 
lieu de rejeter dans le domaine de la fantaisie les assertions des 
Fara, des Pintus dont l'ardente piété s'appuie sur des textes 
imaginaires de Suétone, d'Orose et de Josèphe pour démontrer 
que, dès l'an 48, les chrétiens, expulsés de Rome, ont cherché 
un refuge en Corse. Suétone ne dit pas en quelle année eut lieu ce 
bannissement et le nom de la Corse n'est pas même prononcé. 
Orose, il est vrai, en appelle à l'autorité de Josèphe, dans les 
ouvrages duquel on ne retrouve rien sur ce fait 3. La prédication 
de S^ Paul, en Corse, est aussi à rejeter dans le domaine des 
légendes ; son voyage en Espagne n'est que problématique et, à 
une époque où la navigation était surtout côtîère, il est permis de 
supposer que, si ce voyage a réellement eu lieu, la route suivie a 
été celle indiquée par la tradition : de Rome en Gaule et de là 
en Espagne *. 

La vérité, il y a lieu de le supposer, doit être plus simple. 
Comme partout, le premier noyau de la population chrétienne 
de la Corse a dû être formé d'affranchis, de portefaix, de soldats 
et de marins, des classes méprisées en un mot. C'est dans la 

1. Esperandieu, p. 1-16. 

2. Manifestum sit ia omnem Italiam,Gallias, Hispanias, Africain et Siciliam, 
nullum hominum instituisse Ecclesias, nisi eos quos venerabilis Petrus aut 
ejus successores constituerunt sacerdotes. Baronius, Annales. — Hadc (Mariana) 
fidem catholicam ab ipsis apostolorum temporibus suscepit, et proprios habuit 
pastores. Ughelli, Italia sacra. 

3. Suétone, Claude, 25. — Orose, Hist. VII, 6. 

4. Renan, Les Apôtres, p. 26. 



102 CHAPITRE VI. § 4. 

foule abjecte des ports que les missionnaires de l'époque, 
pauvres artisans sans sou ni maille, ont dû trouver les premiers 
adhérents à une religion qui prêche l'égalité des hommes, le 
mépris des richesses, et fait un devoir impérieux à chaque fidèle 
de venir en aide à son prochain. 

Il est donc naturel d'admettre avec les Bollandistes qu'au 
début du III® siècle, deux prêtres, jetés par la tempête sur les 
côtes de Corse, furent agréablement surpris de se trouver en 
présence d'une population manifestement chrétienne l. La reli- 
gion nouvelle a dû faire des adeptes par une infiltration allant 
de la périphérie au centre de l'île. Nous chercherions vaine- 
ment, comme dans la plupart des provinces, un apôtre du pays. 
Il n'y avait pas d'effort à déployer pour convaincre ces éternels 
opprimés de la nécessité d'espérer dans une vie meilleure, après 
avoir trouvé sur terre un peu de pitié et de commisération. 
Nous pouvons nous expliquer ainsi la pauvreté de l'hagyogra- 
phie insulaire. En admettant comme authentiques les légendes 
sacrées, que les Bollandistes, et derrière eux les prêtres de toutes 
les époques, ont cherché à accréditer, la liste des martyrs et des 
confesseurs de l'île est bien vite dressée. La vie de Sainte 
Dévote, patronne de l'île, et de Sainte Julie, pourraient tenir en 
quelques lignes ; Sainte Laurine, Saint Parthée, Saint Vindé- 
mial. Saint Florent, Sainte Amanza et Sainte Restitute ne 
semblent, s'ils ont tous existé, n'avoir laissé qu'un souvenir bien 
effacé de leurs éclatantes vertus. L'histoire de leur vie est 
inconnue et il ne nous appartient pas de faire ressortir le peu 
de foi que l'on doit attacher à des textes récents, torturés et 
amplifiés, pour faire sortir des ténèbres du temps ces symboles 
vénérables des vertus de nos aïeux. 

Il est néanmoins admissible que les premiers chrétiens corses 
aient pu connaître les horreurs de la persécution. Il y a, croyons- 
nous, au fond de la légende de Sainte Dévote, telle qu'elle est 
rapportée par les Bollandistes, un fond de vérité dont il y a 
lieu de tenir compte 2. Les empereurs, Dioctétien en particulier, 

1. Tune sancta inter eos erat ista collucutio : Forsitan in his locis nos 
vult divina clementia prsedicare ; sed quantum cognoscimus, omnes qui in 
his locis versantur cliristiani manifestissimi sunt. Acta sanctoruirit éd. de 
Vietor Palmé ; mois de mai, t. I, p. 36 et 37. 

2. Temporibus Diocletiani'' et Maximiani Imperatorum, puella quœdam, 




LA CORSE SOUS LES EMPEREURS ROMAINS. 103 

ont persécuté les chrétiens de Rome et de l'Italie, pourquoi 
âuraient-ilsépargné les chrétiens de la Corse? Que Sainte Dévote, 
baptisée dès son enfance, ait cherché un refuge dans la maison 
d'un notable nommé Eutychius qui a refusé de la livrer ; que la 
malheureuse vierge ait préféré endurer le dernier supplice 
plutôt que d'immoler des victimes aux idoles et d'offrir l'encens 
à l'image impériale ; quoi de plus naturel I Ce prêtre qui vit 
caché dans les grottes et les cavernes, à cause de la persécution 
des païens ; ce pêcheur chrétien qui expose sa vie pour donner 
à la martyre une sépulture honorable, reflètent bien les mœurs 
et l'état d'âme des premiers adorateurs du Christ i. Il y a tout lieu 
de croire que la grande persécution dirigée contre les chrétiens 
corses eut lieu pendant l'administration du préfet Barbarus, 
c'est à dire sous les règnes de Septime Sévère et de Caracalla. 
Exécuteur des ordres cruels de l'Empereur, ce magistrat sema 
l'épouvante au sein des populations adoucies delà Corse et delà 
Sardaigne, et pendant que ses nobles victimes. Sainte Julie et 
San Gavino, sont parvenus aux honneurs de l'autel, il est resté, 
lui, le type de la barbarie et de la cruauté. 

Il est certain que le premier évêque de la Corse remonte aux 
premiers chrétiens installés sur les côtes. Mais l'évêque n'était 
pas à cette époque ce qu'il est devenu plus tard, un personnage 
officiel, investi de hautes fonctions sacerdotales, un pontife ; 
c'était le père de la communauté chrétienne, souvent composée 
de quelques individus, un homme juste et miséricordieux, père 
des pauvres et soutien des orphelins, à la fois juge, conseiller, 

nomine Deivota, ab infantia christiana fuit in insula quse vocatur Corsica. 
Audiens autem quod Barbarus prœses ibidem esset venturus ad persequendos 
christianos, surgens occulte venit ad domum cujusdam Senatoris, nomine 
Euticii, propter metum et sacrilegia paganorum, ut ejus defensione, eam 
liceret lege vivere cliristiana... Audiens Barbarus, indigne ferens injurias 
illius, eam sic ligatis manipus equuleo suspendi jussit... Ipso tempore propter 
persecutionem paganorum latitabat in speluncis et cavernis Benenatus Près- 
byter Sabaudus et Apollinaris diaconus qui moniti sunt per visum, ut deberent 
inde corpus beatîe Virginis deponere. Tune accepto consilio una cum Grati- 
ano nauclero, cum multitudine virgînum nocte abstulerunt corpus ejus et 
posucrunt in navi... 

Acta ex chronoL Lerinen. Vin. Barralis, 

1. n y a lieu de remarquer que Dévote (Deivota) et le prêtre Bienné 
(Benenatus) sont des surnoms. Cette particularité nous paraît démon- 
trer l'antiquité de la légende. 



104 CHAPITRE VI. § 4. 

• 

infirmier et fossoyeur de ses coreligionnaires ; c'était Thonime de 
bonne volonté, dévoué, héroïque, ennemi des grands et par eux 
abhorré, aimé et vénéré des humbles dont il était le consolateur 
et Tami. Rien de plus naturel que le souvenir de ces saints 
confesseurs ait disparu avec les petits enfants de leurs ouailles i ; 
c'est ainsi qu'avant le vi* siècle nous ne pouvons enregistrer 
que le nom d'évêques problématiques. Ughelli cite bien un 
Catonus, évêque de Mariana, comme ayant assisté au synode 
d'Arles (314) ; M^*" de Guernes, dans sa liste des évêques 
d'Aleria, met en avant l'évêque Eubolus, disciple de S*-Paul, 
et l'évêque Crispinien, sacré vers l'an 92. Mais Ughelli four- 
^nille d'erreurs et M^- Foata lui-même n'hésite pas à rayer 
Catonus des évêques de l'île 2. 

Pendant les six premiers siècles, l'histoire ecclésiastique de la 
Corse se résume donc en des légendes dignes de respect. 

Dans la lutte à mort qui eut lieu entre l'Empire et le Christia- 
nisme, il est probable que les fidèles corses eurent leurs persé- 
cuteurs. Plus tard, après la conversion des Empereurs, les 
insulaires ont dû, par politique, suivre l'exemple de leurs 
administrateurs. Au commencement du vi® siècle, le paganisme 
se trouve refoulé sur les hauts plateaux, ainsi qu'en témoigne 
la correspondance de Saint Grégoire-le-Grand que nous exami- 
nerons plus loin. 

Pendant que le Christianisme introduisait dans les provinces 
des idées larges de solidarité et de fraternité, les Empereurs, 
acculés par les événements, étaient obligés de faire une place 
toujours plus grande aux Barbares. L'assimilation se faisait jour- 
nellement d'elle-même, au point qu'au commencement du 
m® siècle, Caracalla jugea opportun d'accorder le droit de cité à 
l'empire romain tout entier 3. Dès lors, une ère nouvelle s'ouvre 

1. Pendant les quatre premiers siècles de l'ère chrétienne l'abondance des 
sièges épiscopaux était considérable. En 315, soixante dix évêques figurent au 
concile provincial de Cartilage. Soixante dix évêques pour une province ! En 
Orient, il y avait presque autant d'évêques que nous comptons aujourd'hui 
de curés dans nos diocèses, (de Broglie L'Eglise et l'Empire au Vh siècle, t. Il, 
c. IV, p. 15). Il est donc tout naturel que la plupart de ces évêques n'aient 
laissé aucune trace. 

2. Ma»" Foata, Recherches et notes diverses sur l'histoire de VEglise en 
Corse, p. 184. 

3. Digesta, 1. V, De statu hominum, 17. 



LA CORSE SOUS LES EMPEREURS ROMAINS. 105 

pour les pays conquis. Il est à présumer que la Corse profita, 
comme les autres pays, de ces transformations politiques. 

§ 5. — Administration de la Corse après Dioctétien, 

Dioclétien et Constantin morcelèrent les provinces pour que 
les gouverneurs fussent moins redoutables. La Sardaigne et la 
Corse se trouvèrent dès lors séparées l. 

La Corse fit partie de la préfecture d'Italie et dépendit du 
vicaire de Rome, urhis Romœ, Elle était administrée par un 
gouverneur qui portait le simple titre de prœsides 2. Félix, l'un 
de ces fonctionnaires, est mentionné par deux constitutions du 
code Théodosien (319). 

Le gouverneur n'eut plus aucun pouvoir mililaire, mais il 
resta chargé de l'administration et de la justice. Il devait veiller 
à l'entretien des routes et des édifices publics, aux approvision- 
nements et au recouvrement de l'impôt. 

Un siècle plus tard, la Corse est encore mentionnée comme 
une province distincte dans la liste de Polémius Silvius 3, la 
Notitia Dignitatum et une constitution des empereurs Hono- 
rius et Théodose II, de l'an 410. A l'époque où fut rédigée la 
Notitia, la province était toujours sous les ordres d'un praeses 
relevant directement du vicartus urhis Romœ, L'administration 
financière était dirigée par un intendant général, rationalis 
summarum, commun à la Sicile, à la Sardaigne et à la Corse 4. 

§ 6. - Situation de la Corse an /v® siècle. 

A la fin du iv* siècle, la Corse romaine a atteint son apogée. 
Trois siècles de paix, sous un régime autoritaire, le développe- 
ment du christianisme, l'expansion du commerce, n'ont pu 
manquer d'avoir une influence heureuse sur les mœurs des 

1. Laterculus Veroneiisis, X, 8. 

2. Code Théodosierit I, 16, 3 ; II, 6, 2. Imp. Constantinum Aug. ad Felicem 
prœsidein Corsicae. Le texte des constitutions n'intéresse pas l'histoire de la 
Corse. 

3. Laterculus Polemii Silviit I, 19. 

4. Notitia Dignitatum Occid. I, 97 ; II, 27 ; XI, 11 ; XIX, 13. - Code Théodo- 
sien, VII, 13 et 20. 



106 CHAPITRE VI. § 

indigènes. Au centre des civitates^de petites villes se sont élevées; 
les ruines de Propriano i, deMutola 2, de Venaco 3 et de Corte 4; 
le tombeau en marbre blanc de l'église Sainte-Marie de Bonifa- 
cio ; le sarcophage d'enfant que Louis Campi a légué à la ville 
d'Ajaccîo 5 sont comme autant de témoins des progrès accom- 
plis. Avec le temps les colonies de Mariana et d'Aleria sont 
devenues des écoles d'agriculture pour les peuplades voisines. 
Les descendants des prétoriens de Marins et de Sylla, en deve- 
nant des propriétaires, n'ont pu manquer de répandre le respect 
de la propriété et le goût du travail. Ce qui frappe c'est surtout 
le choix admirable des villes et villages romains. Sur la côte 
orientale, nous trouvons Aleria, Mariana, deux villes assez 
importantes et une série de gros bourgs situés au fond de petits 
ports et par conséquent composés de pêcheurs et de commer- 
çants. Fipra, Ajaccio, Urcino et Sagona jalonnent la côte occi- 
dentale et, déjà, le Cap-Corse est bien peuplé. A l'intérieur, c'est 
dans les vallées et non sur les sommets abruptes que l'on 
découvre les ruines romaines. 

Évidemment il serait puéril de croire que la Corse, sous les 
Romains, a atteint une splendeur comparable à celle des riches 
provinces de l'Italie, de la Gaule et de la Sicile ; mais il est 
permis de croire qu'au contact de leurs dominateurs, les Corses 
se sont trouvés dans des conditions de prospérité qu'ils n'ont 
pas connues depuis. Les Corses-Romains habitaient les plaines et 
les vallées, c'est-à-dire les régions fertiles et faciles à exploiter, 
reléguant sur les hauts plateaux les montagnards farouches et 
indomptés, bergers pour la plupart. Sous la protection des lois 
de l'empire ils pouvaient travailler en toute sécurité. Plus de mille 
ans après, nous trouvons trace de ces fundi romains dans les 
noms deMigliacciajo,Campo di Loro,Moriani,Tavagna, Marana, 
Calviani, Tavaria et tant d'autres qui nous échappent 6. 

1. Costa (D""), La Corse et son recrutement, p. 162. 

2. Caziot, Découvertes d'objets préhistoriques faites dans Vile de Corse, 
p. 467. 

3. Près de Castel de Tosani il a été découvert, dans ces dernières années, 
quelques objets et des restes de bains, d'origine certainement romaine. 

4. Lafaye (M.-G.), Notes d'un Voyage en Corse, p. 6. 

5. Revue archéologique, N"« Série, t. XXll. — Bull, delà Société des antiquaires 
de France. 1887, p. 214. 

6. Voir la carte de l'état-major. 



LA CORSE SOUS LES EMPEREURS ROMAINS. 107 

Nous avons vu que, sous la République, la Corse manquait 
de routes. La voie romaine de Mariana à Palla, décrite par 
ritinéraire d'Antonin, ne figure pas sur les tables de Peuttinger ; 
sa construction est donc postérieure au règne d'Auguste. Des 
chemins bien établis reliaient les oppida entre eux. De nos 
jours encore, il est possible de suivre la route qui faisait com- 
muniquer un oppidum de la civitas Venicium à Aleria. Le tracé 
et l'empierrement ne laissent aucun doute sur l'origine de ces 
chiappate l. 

En résumé, la Corse a atteint, vers la fin du iv« siècle, le 
comble de la prospérité relative que Rome a pu lui donner. Le 
moment est opportun pour nous étendre sur la géographie an- 
cienne de la province en prenant Ptolémée pour guide. 



1. Chiappata, route empierrée. L'étymologie du mot m'échappe. Je consi- 
dère chiappa comme la traduction de pierre, et j'y vois un mot corse. 



CHAPITRE VIL 

LA CORSE D'APRÈS PTOLÉMÉE 

Sommaire. — § 1. L'île de Corse ; Europe, table VL — § 2. Méthode 
d'identification. — § 3. Noms de lieu mentionnés par Ptolémée, dont 
remplacement est indiqué par les cartes topographiques. — § 4. Noms 
de Ptolémée dont Tidentification est possible par les indications 
données par le texte du géographe. — § 5. Noms de lieu dont Tiden- 
tification n'est pas discutée. — § 6. Localités indiquées par Ptolémée 
dont l'identification est possible par comparaison avec les textes 
d'autres géographes. — § 7. Noms défigurés qu'il est possible de 
retrouver sur les cartes. — § 8. Noms de lieu identifiés par recou- 
pement. — § 9. Identifications discutables. — § 10. Divisions de la 
Corse en civitates. — § IL Constitution de l'état territorial de la 
Corse ancienne. 

§ 1. Ulle de Corse ; Europe^ table VL 

a. L'île de Cyrnos, qui est aussi appelée Corsica i, est bornée 
au Nord et à l'Ouest par la mer de Ligurie, à TEst par la mer 
Tyrrhénienne, au Sud par la mer qui la sépare de l'île de 
Sardaigne. 

b. Nous décrirons les côtes de la Corse, dans l'ordre suivant, 
en commençant par le milieu de la partie qui regarde le Nord 2 : 

L'embouchure du fleuve Volerius . 30° 40' long. 41° lat. 

Le cap Tilox 30° 30' 41° 10 

La plage de Caesia 30° * 41° 30' 

1. Variantes: Corsa, Corsi, Corsia. Nous donnerons les variantes concer- 
nant les noms de lieu lorsque nous nous occuperons de leur identification. 
Nous n'avons pas cru opportun de donner les nombreuses variantes des 
degrés de longitude et de latitude. 

2. Mûller a adopté l'ordre ci-après : 
Volerii fluvii ostia, 

Csesiœ littus, 

Tilox promontorium, 

Il fait remarquer que dans plusieurs manuscrits Tilox est à la place de 



LA CORSE d'après PTOLÉMÉE. 109 

c. Description de la Côte Occidentale : 

Le cap Attium 30° long. 41° 10 lat. 

Le golfe Casalus 30M5' 40° 25 

Le cap Viriballum 30° 10* 40° 30' 

L'embouchure du Cricidius ... 30° 10* 40° 25* 

Lemont Rotius 30° 40° 30' 

Le cap Rhio 30° 40° 15' 

L'oppidum d'Orcino 30° 10' 40° 10' 

La plage de Sable (Les Sables). . 30° 15' 40° 

L'embouchure du Locra .... 30° 10' 39° 55' 

L'oppidum de Pauca 30° 15 39° 45' 

L'embouchure du Ticarius ... 30° 15 39° 40' 

Le port de Tizzani 30° 10' 39° 35 

L'oppidum de Ficaria ou Fipra . . 30° 30 39« 30' 

L'embouchure du Pitanus ... 30° 45' 39*» 20 

Le cap et l'oppidum Marianum. . 31' 39° 10 

d. Description de la côte méridionale : 

L'Oppidum de Palla i 31°20' 39°20' 

c. Description de la côte orientale : 

Le port Syracusain 31° 20' long. 39° 25' lat. 

L'oppidum de Rubra 31° 20' 39° 30' 

Le cap Granianum 31° 30' 39° 40' 

L'oppidum d'Alista 31° 20 39° 45 

Le port de Philonius (Favone ?) . 31° 30' 39° 55 

L'embouchure du Sagro . . . . 31° 30' 40° 

La colonie d'Aleria 31° 30' 40° 5 

L'embouchure du fleuve de Rhotani. 31° 30' 40° 10' 

Le port de Diane 31° 20' 40° 20' 

Ara Tutelae 31° 30' 40° 30' 

Csesia et inversement. Nous avons cru devoir adopter l'ordre marqué par les 
Ms. de Paris 1404-1403, 337 Coislin ; de la Vaticane Palatin, 314 ; de la Vatl- 
cane, 191 ; de Florence XXVHI, 9 ; XXVHI, 38 et XXVIII, 42. 

1. Dans tous les manuscrits le sous-titre « Description de la côte méri^ 
dionale » se trouve placé entre le cap Marianum et l'oppidum Palla. MûUer 
prétend que l'erreur des manuscrits est évidente et commence la description 
de la côte méridionale par Ficaria Oppidum, Nous pensons que la côte 
occidentale est parfaitement déterminée et que la côte méridionale ne doit 
comprendre que Palla Oppidum, Nous sommes d'accord avec Mûller en 
plaçant sur la côte orientale tous les lieux cités eu commençant par Syracusanus 
portns. 



110 CHAPITRE VII. § 1*'. 



L'embouchure du Golo 



31« 30' long. 40* 35' lat. 



31° 20' 40° 40' 

31° 30' 40° 45' 

31 o 20' 41° 

31° 20' 41° 10' 



L'oppidum Mariana . 
Le cap Vago. . . . 
L'oppidum de Mantinum 
L'oppidum de Clunium 

f. Description de la côte septentrionale : 

Le cap Sacro 30° 30' 41° 35' 

L'oppidum de Centuri 31° 15' 41° 30' 

L'oppidum de Canelata .... 31° 41° 20' 

g. L'île est habitée par des peuplades groupées par tribus ; ce 
sont : les Cervini qui occupent la partie occidentale, au-dessous 
du mont d'Or, dont la situation est ainsi déterminée i : 30°45' de 
longitude et 40°45' de latitude ; au Sud des Cervini, viennent les 
Tarabeni, puis les Titiani et les Balaconi. La partie la plus 
septentrionale est habitée par les Vanacini ; viennent ensuite 
les Ciiebcnses, puis les Lignini et les Mariani ; au Sud de ceux-ci 
les Opini, puis les Syrbi et les Comaseni ; enfin, tout à fait au 
Sud, les Subasani. 

h. A l'intérieur des terres se trouvent les oppida suivants : 

Ropiconi 30° 15'long. 41° lat. 

Cerso 30° 30' 41° 

Palania 30° 20 40° 45' 

Luri 31° 40° 45' 

Aluca 30° 20' 40° 30' 

Asinco 30° 30' 40° 30' 

Sermitio 30° 20' 40° 20 

Talcini 30° 45' 40° 30' 

Venico 30° 50' 40° 20' 

Cenesto 31° 40° 15' 

Opino 31° 20' 40° 15' 

Mora 30° 30 40° 

Matisa-Sardi 30° 45' 40° 35 

Albiana 2 31° 39° 30 

1. Dans les manuscrits, la situation du mont d'Or est portée en marge. 

2. Dans les manuscrits de Florence Laurentianus XXVIII, 9, et XXVIII, 42, 
ainsi que dans les manuscrits de Gonstantinople, les oppida, situés à l'inté- 
rieur des terres, sont classés par degrés de longitude dans l'ordre suivant : 
Ropiconi, Palania, Aluca, Sermitio, Gersuno, Mora, Âsinco, Talcini, Matisa, 
Venico, Luri, Cenesto, Albiana, Opino. 



LA CORSE D*APRÊS PTOLÉMEE. 111 

% 2. Méthode d'identification. 

Tout travail d'identification devient impossible sans une 
interprétation rigoureuse des textes qui nous servent de base. 
Les passages de Tite-Live et de Pline relatifs à la Corse ont été 
diversement traduits. Il convient de les rappeler : Oppida nec 
magna nec frequentia popula, sed tamen super triginta nume- 
rantur (T, Livias). Civitates Corsica habet XXXIII. (Plinius) l. 

Devons-nous avancer que, sous la domination romaine, la 
Corse a compté jusqu'à trente trois villes ? Ecoutons : « Sur le 
terme civitas employé par Pline, écrit M. Cagnat, il ne peut y 
avoir de doute. Une cioilas est une commune étrangère. Cité, 
municipe, ou colonie, elle se composait, en dehors de la ville, 
d'un territoire plus ou moins étendu. » En parlant de la civitas 
gauloise, Valentin Smith}'^ conclut en disant : « L'expression de 
civitas désigne toujours un corps de citoyens, un peuple, une 
nation. Eût-elle ou non une capitale, chaque société avait du 
moins un gouverneur personnel. » M. Salomon Rheinach est 
encore plus explicite : « Les Romains divisaient les provinces 
en un certain nombre de cercles ou civitates ». 

L'expression oppidum s'applique, comme l'indique Festus, à 
des postes retranchés, en rapport comme défense avec la 
configuration du terrain et les moyens d'attaque dont pouvaient 
disposer les indigènes. Ces postes défensifs tout spéciaux étaient 
aussi désignés sons le nom de Castellio et de Castellum. L'oppi- 
dum et le castellum évoquent généralement l'idée d'une hauteur ; 
le castellio est presque toujours sur un cours d'eau. La plupart 
du temps Toppidum porte le nom de la civitas. 

Maintenant que nous connaissons la valeur du mot civitas, 
employé par Pline, il ne nous est plus permis de donner la 
même signification à l'expression nolî; de Ptolémée. Il est 
inadmissible de traduire no'Xiç par civitas. Ptolémée, dans sa 
nomenclature, vise des localités, petites ou grandes, et non des 
régions. A défaut d'explications, le texte nous donne la latitude 
et la longitude de chaque localité et cette précision ne supporte 
aucune discussion : l'intersection de deux lignes est un point et 
non une surface. C'est tellement vrai que, lorsque le géographe 

1. Plinius, Hist, nat, III, 12. 



112 CHAPITRE VII. § 2. 

cite les tribus corses qui occupaient chacune une région, il se 
garde bien dlndiquer la latitude et la longitude. Mûller ne s'y 
est pas trompé et a traduit Kokiç par oppidum. Il convient donc 
dans notre identification de rechercher les localités qui corres- 
pondent aux noXiç de Plolémée, en tenant compte que, comme 
tous les géographes, Ptolémée a certainement défiguré l'ortho- 
graphe de plusieurs noms. Les noms corses, étrangers à la 
langue latine, ont dû particulièremeut être altérés. Pour avoir 
une idée de ces changements, nous n'avons qu'à réfléchir sur la 
défiguration des noms de lieu par les géographes contempo- 
rs^ns 1. 

Enfin, avant d'aborder l'identification des localités il y a lieu 
d'examiner le degré d'exactitude des divisions générales de 
Ptolémée. 

Ces divisions sont les suivantes : 

Côte septentrionale : du cap Sacrum à liltus Csesise ; 

Côte occidentale : du cap Attium au cap Marianum ; 

Côte méridionale : de Palla oppidum à Portus Favonii ; 

Côte orientale : de l'embouchure du fleuve Sacré à Clunium. 

L'examen de la carte fait ressortir que dans la réalité les côtes 
sont ainsi délimitées : 

Côte septentrionale : du cap Corse au cap de Rivellata ; 

Côte occidentale : du cap de Rivellata au cap Senetosa ; 

Côte méridionale : du cap Senetosa à la pointe de Semolari ; 

Côte orientale : de la pointe Semolari au cap Corse. 

Si les renseignements donnés par Ptolémée n'étaient pas enta- 
chés d'erreurs considérables, nous pourrions, en comparant un à 
un chacun des points qu'il cite avec le point correspondant delà 
carie, obtenir une identification approximative. Malheureuse- 
ment il faut prendre les textes tels qu'ils sont, les lire, les 

1. Pour ce travail d'identification nous avons utilisé les indications de 
Cluver, Sardinia et Corsica antiquasy Lugdunum Batavorum, 1619, ouvrage 
reproduit dans Grsevius, Thés, ant. et Hist. Siciliœ, t. XV ; de Mûller, Géo- 
graphie de Ptolémée, éd. Didot, p. 365-372 ; Mûller a réuni et reproduit tous 
les textes des anciens géographes, son ouvrage est indispensable pour bien 
comprendre la géographie de la Corse ancienne. Baudrand, Geographia 
ordine litterarum disposita, Paris, 1671. Molezio {G.), Discorso universale, 
1560. Tous les historiens corses, Pietro Cirneo, Giustiniani, Filippini, 
Limperani, Gregori etc, ont été soigneusement compulsés. 



LA CORSE D*APRÊS PTOLÉMEE. 113 

relire, s'en pénétrer et, à l'aide de tous les éléments que la 
science met à notre disposition, nous efforcer d'arriver à la 
vérité relative. 

Le cap Sacrum est universellement reconnu comme corres- 
pondant au cap Corse nous pouvons dire, sans risque de nous 
tromper, que Cœsix littus se trouve compris entre le cap Corse 
et la pointe de Revellata. 

La côte occidentale est limitée par le cap Attiiim et le cap 
Marianum, Nous sommes convaincu qu'elle est parfaitement 
déterminée. Les géographes qui ont voulu voir, dans Attii 
promontorium, la pointe de l'Alciolo n'ont pas réfléchi que ce 
dernier point se trouve sur la côte septentrionale. Ils ont fait de 
la géographie sans s'aider de la carte, de plusieurs cartes, car 
ils auraient pu constater que le promontoire de Ptolémée a 
conservé son nom et figure sur la carte de l'état-major, (P® 260), 
à 800 mètres au Sud du cap al Cavallo, sous le nom de Cap 
d'Azzo.Ce n'est pas une erreur sérieuse que de faire commencer la 
côte occidentale par ce dernier point, puisque la partie du rivage, 
comprise entre le cap al Cavallo et la Pointe de Rivellata, est sensi- 
blement exposée au N.-E. Une des exlrémitées de la côte occi- 
dentale est donc bien déterminée par Ptolémée ; pouvons-nous 
en dire autant de l'autre ? 

Le Marianum promontorium et oppidum devrait se trou- 
ver au cap Moro, d'après Limperani, au cap de Gatto, selon 
Gregori ; Millier le recule plus au Sud, nous verrons pour- 
quoi tout à l'heure, et l'identifie avec le cap Feno. Recou- 
rons à nos cartes. La Corse, il ne faut pas l'oublier, a malheu- 
reusement subi peu de transformations. Elle n'a pas été 
bouleversée par des travaux gigantesques qui, d'un siècle à 
l'autre, changent complètement la toponymie d'une région. 
J'ai la profonde conviction qu'à l'aide du plan cadastral, des 
esprits, tant soit peu rompus à la formation des noms de lieu 
dérivés du latin, pourraient très exactement marquer l'empla- 
cement de chaque point indiqué par les écrivains de l'antiquité. 

Puisque la côte occidentale se termine au cap Senetosa 
examinons si, dans les environs, nous ne trouvons pas un point 
qui nous rappelle l'oppidum Marianum. 

La carte de l'état-major nous donne, au fond de la baie deConca, 
Ana et la ferme d'Ana. Nous avons bien la désinence deMariana 

8 



114 CHAPITRE VII. § 2. 

mais ce n'est pas suffisant pour prouver que Ptolémée ne s'est 
pas trompé. La carte levée de 1770 à 1791 et publiée en 1824 
est heureusement, pour la région qui nous occupe, d'une incom- 
parable clarté ; nous y trouvons successivement Arana, sur les 
bords du golfe de Conca, et Mariana à environ 4 kilomètres 
à l'intérieur des terres (P* 8). A moins de nier l'évidence, on 
est obligé de convenir que l'oppidum Marianum se trouvait non 
loin du golfe de Conca et que le territoire de la civitas em- 
brassait la région comprise entre le golfe de Valinco et le port 
de Tizzani, ainsi que l'attestent les noms de Campo-Moro, 
d'Arana et de Mariana i. 

En un mot, Ptolémée a parfaitement déterminé, à notre avis, 
la côte occidentale de la Corse et tous les points qu'il indique 
comme situés sur cette côte, doivent être cherchés entre le 
cap Attium (Azzo) et l'oppidum Marianum (vers Arana), à 
moins que l'on ne puisse démontrer que les manuscrits con- 
tiennent des erreurs matérielles. 

La côte méridionale est comprise, avons-nous dit, entre le cap 
Senotosa et la pointe Semolari. Nous sommes en présence d'une 
erreur capitale de Ptolémée ou des copistes, car il est impossi- 
ble de placer, entre ces deux points, toutes les localités indiquées. 
Mûller a cru devoir circonscrire la côte méridionale entre 
Ficaria oppidum et Marianum promontorium, en identifiant 
Ficaria avec Figari et Marianum prom. avec le cap de Feno. Il 
admet timidement que Marianum n'est que la corruption du 
mot grec Maraton, signifiant Feniculum (fenouil), d'où Feno 2. H 
est obligé de convenir que tous les manuscrits, sans exception, 
font commencer la côte méridionale à Palla opp.,pour la termi- 
ner à Philonii portus. Je ne m'explique point pourquoi il 
n'a pas compris Palla, (Bonifacio d'après lui), parmi les loca- 

1. Le nom de Marius est largement représenté en Corse par Mariana, Marana, 
Moriani, Morosaglia, Campo Moro. En Italie, il est représenté par Mariano, 
Marano, Mairano, Majano. (Flechia, Di alcune forme di nomi locaU deU'Italia 
superiore), 

2. Nous trouvons en Corse deux caps Feno : l'un au N.-O, de Bonifacio, l'autre 
au N.-O. d'Ajaccio. Si nous en croyons Fournie, Introduction à Vhistoire 
ancienne p. 109 et 111, Feno dériverait de Phœnus (phénicien^ ou de yôvof, 
rouge couleur de sang ; les raisons qu'il donne nous paraissent assez sérieu- 
ses. Dans tous les cas, il me semble difficile que ces deux rochers dénudés 
aient jamais pu éveiller l'idée de Feno, loin. 



LA CORSE D*APRÊS PTOLÊMÉE. 115 

lités situées sur la côte méridionale puisque, dans la réalité, 
cette ville est bien exposée au Sud. Enfin, nous croyons avoir 
démontré que Mariamim oppidum se trouvait dans les environs 
de CampoMoro; la correction de Mùller ne nous parait pas suffi- 
samment justifiée. 

L'oppidum Palla seul appartient à la côte méridionale. Les 
emplacements de Ficaria et de Tembouchure du Pitanus prêtent 
à de sérieuses discussions et toutes les localités comprises entre 
le Syracusamis portas et Chinium appartiennent à la côte orien- 
tale. 



§ 3. Noms de lieu mentionnés par Ptolémée dont remplacement 
est indiqué par les cartes topographiques. 

/aj. Côte orientale. 

Sacrum promontorium. Le nom s'est conservé dans le cap 
Sagro i; il est possible que les anciens ait désigné sous le même 
nom la région du Cap Corse actuel. 

Mariana oppidum. Son emplacement est indiqué sur le 
Golo 2. L'expression d'oppidum est impropre lorsqu'elle s'ap- 
plique à Mariana, colonie romaine, signalée par Pline et les 
tables de Peutinger. 

GuoLiE fluvii ostia. Variantes : Tuola, Tavola, Le Golo. Nous 
avons adopté l'orthographe du manuscrit de la Vaticane, n° 191 ; 
dans les autres, il y a une altération facile à expliquer par la 
transformation du r en t. 

DiANiE portas. L'étang de Diana 2. 

Rhotani fluvii ostia. L'embouchure du Tavignano, située à 
6 kilomètres du hameau de Botani, commune d'Aleria 2. 

Aleria colonia. Le village et fort d'Aleria 2. 

Sacri fluvii ostia. L'embouchure de la Solenzara, qui arrose 
l'ancienne piève de Sagri ou Sacri. Le nom s'est conservé, avec 
syncope du gr, dans Sari de Portovechio 3. 

1. Carte topogr. de Tîle de Corse dressée par ordre du Roi, en 1824, P« 2. 

2. Carte de TÉtat-major, fie 261, fe 263 et P» 265. 

3. Hist. de la Corse, trad, Letteron, t. I, p. 32. 



116 CHAPITRE VII. § 3. 

(b). Côte occidentale, 

ViRiBALLUM prom. Var. Veriballam, Viribalum. La pointe de 
Revellata. 

ÀTTii promontoriam, Var. Kattii, Actiam. Le nom s'est 
conservé dans cap dell'Azzo l, au sud du cap al Cavallo. La 
désinence iium a généralement fléchi en zio: Botium, Bozio; 
Murtium, Murzio ; souvent Vi a subi la syncope : Palatium, 
palazzo ; Antium, Azzo. 

Rhium promontoriam. A identifier avec la Pointe de Trio 
(carte de 1824), ou le Puntiglione (carte de TÉtat-major) 2. 

RoTius mons. Var. Rœtius, Rgtias, Ritius, Le mont Rosso 2, 
limite méridionale du golfe de Porto. 

Urcinium oppidum. Var. Urcinia. Le nom s'est conservé dans 
canton d'Orcino, Sari d'Orcino, tour d'Orcino et peut-être cap 
d'Orchino. L'emplacement de l'oppidum principal de la civitas 
se trouvait à Castello Capraja, autrefois Castello de Cinarca 2. 

Marianum promontoriam et oppidam. La pointe d'Eccica entre 
les pointes de Campo Moro et Senetosa ; l'oppidum devait se 
trouver au fond du golfe de Conca. 

(c). Côte septentrionale. 

Centurium oppiduim. Var. Centarias, Centuria, Centarinum. 
Le nom s'est conservé dans Centuri, sans d'autre altération que 
la perte de la désinence grammaticale 2. 

Canellata oppidum. Var. Canelata, Cenelata. Aujourd'hui 
« Le Canelle », écart de la commune de Canari. Nous retrou- 
vons aussi ce nom dans la pointe de Canelle. 

fd). Localités situées à V intérieur des terres. 
Palania. Var. Palanta. Aujourd'hui La Balagne 3. L'oppi- 

1. Carte de r État-major, f " 260, 262, 264, 266, 267. 

2. Carte de TÉtat-major, fie 259. 

3. « Du sanscrit bal, vivre, balij aliment, et nî, porter, amener, donner. 
« Prop. qui produit des aliments, de la nourriture. » — Cf. gr. Ba^œvo;, qui 
par la forme se rapproche tant de Balagne et sert à désigner gland, noix, 
châtaignes et autres fruits comestibles, mot formé également de bail et ni ». 
Toubin, Essai sur Vétymologie historique et géogr. p. 51. Paris, 1892.— Carte 
de l'Etat-major, P* 260. 



LA CORSE d'après PTOLÉMÉE. 117 

dum principal à Ville de Paraso, où l'on a découvert des 
thermes d'une certaine importance i. 

LuRiNUM. Aujourd'hui Luri. Oppidum au hameau de Casti- 
glione 1. 

Alucca. Var. Alauca. Nous l'identifions avec Lacca, écart de 
la commune de Galeria, canton de Calenzana, sur le ruisseau 
de Lucca, au pied du col de Lucca 2. « L'aphérèse de l'a, 
syllabe initiale, s'explique par l'idée qu'on a pu concevoir que 
cette syllabe représentait la proposition à et par conséquent une 
construction grammaticale inutile pour le nom employé comme 
sujet ou comme régime direct » 3. Nous trouvons dans cet 
ordre d'idées : Rimini dérivé d'Ariminum, Jarnacum de Ajar- 
nacum et Leria pour Aleria. 

AsiNCUM oppidum. Var. Osincum, La. piève de Casinca, avec 
un oppidum à Castellare-di-Casinca 4. Dans la formation des 
noms de lieu, dérivés du latin, on rencontre souvent la pros- 
thèse de la première lettre : 

Ericis portas, devient Lerici (Ligurie), 
Anxanus, devient Lanciano (Italie), 
Aletium, devient Balezio (Italie) ; 
on pourrait multiplier ces exemples. 

Talcinum oppidum. Il n'y a rien à changer à ce nom qui a 
conservé sa forme. La pièue de Talcini comprenait les paroisses 
d'Omessa, de Corte, de Tralonca, de Fogata-de-Marcorio et de 
Castellare. Le nom de S*® Lucie s'est accouplé au nom antique 
de Marcorio qui, après le xii® siècle, est devenu Mercurio, par 
corruption. Oppida probables : Castellaccie, (Corte) ; Castellare 
de Mercurio et Castirla 5. 

Venicium. Var. Venitium. Aujourd'hui Venaco, nom d'un 
canton de l'île. D'après trois chartes citées par Muratori, le 
pagus de Venaco était compris entre le Tavignano et le Vecchio. 

1. Caziot, Découverte d'objets historiques en Corse dans But. Soc, Anthr. 
1897, tome VHI, 4« Série ; de Villefosse Acad, des sciences, séance du l»*" avril 
1894. 

2. Carte de l'état-major, f « 262. 

3. Quicherat, De la formation des noms de lieu. 

4. Simple conjecture : Casinca dérive de Casa-Asinca par raison d'euphonie. 

5. Fogata de Sancto Kirico de la Marcorio dans Donations à Vile de Monte 
Christo. 



118 CHAPITRE VII. § 3. 

Oppida probables : Castellaccie (Riventosa) ; Castello del 
Palazzo (Poggio de Venaco), et Castello de Tosanî, qui, lorsqu'il 
fut brûlé par André Doria, en 1289, passait pour une des tours 
les plus fortes de la Corse. « Tunis pulcherrima adeo quod in 
totâ Corsicâ non invenitur tam pulchra ^ ». 

Opinum. Var. Openum. Opino nom d'un canton de l'île ; 
l'oppidum doit être placé au mont Oppido, près de Chiatra. 

MoRA.' Var. Moursa, Ferrari l'identifie avec Ville di Mori, à 
12 milles de Bastia, vers Centuri 2 ; Mùller opine timidement 
pour Capo di Muro ou Campo Moro. Nos cartes ne nous per- 
mettent pas de contrôler Ferrari. Millier oublie que Capo di 
Muro et Campo Moro sont sur les bords de la mer ; or Mora, 
d'après Ptolémée, doit se trouver à l'intérieur des terres. D'après 
sa situation géographique, cette localité devrait être placée dans 
le bassin de la Gravona. Si nous consultons la carte de l'état- 
major nous trouvons dans cette région : 

1° le pic Mora, entre Afà et Alata 3 ; 

2° le pic Muraffia, au S. de Tavera 3 ; 

3° Moraschi, près de Bocognano 3. 

Pour nous la civitas Mora comprenait le bassin de la Gravona 
et était relié au cercle de Venicium, par les postes secondaires 
de Moraschi et de Moracciole, près de Vivario. L'oppidum princi- 
pal doit être recherché au pied de la pointe Mora. 

Matisa-Sardi. Var. Matissa, Matisa. La leçon donnée par le 
manuscrit de Paris, N° 1401, jette une éclatante lumière sur un 
nom dont l'identification prêtait à diverses conjectures. Matisa- 
Sardi correspond à Sartène, Sardè, Serté ou Serdè autant de 
variantes pour désigner un chef-lieu d'arrondissement de la 
Corse. 

MoNS AUREUS. Le Mont d'Or, près du col de Vizzavona. 

(e/ Peuplades ou Tribus, 

TiTiANi. Les Titiani occupaient approximativement la région 
comprise entre la rive gauche du Taravo et la rive droite de 
l'Ortolo. Il y aurait peut être lieu de rechercher l'étymologie de 
la rivière Rizzanese dans Titianese ou Tizzanese. 

1. de Morati, Les Milanais en Corse, p. 81. 

2. M. A. Baudrand, Geographia, 1671. « 

3. Carte de l'état-major, P" 263 et 264. 



LA CORSE D*APRÈS PTOLÉM££. 119 

Tahabeni. Var. Tarrabenii, Taracenii, Taraceni, EtarabinL 
Au Nord des Titiani. Quelle que soit la leçon adoptée, tous les 
manuscrits, celui de Paris Coislin 337 excepté, donnent le radi- 
cal Tara ou Tarra ; dans sept manuscrits ce radical est Tarab 
ou Tarrab ; or, dans la région située au Nord des Titiani, ce 
radical se trouve dans Taravo ou Tarabo, cours d'eau ; 
Tarraghione, pic au N.-E. de Vero ; Tarabeto et Tarabettaccio, 
cités dans Monumenta historiœ patriœ. La tribu des Tarabeni 
s'étendait donc de la Gravona au Taravo. 

Balaconi. Var. Balatini, Balatoni, Le nom s'est conservé 
dans Urbalacone, village. La tribu devait occuper approxima- 
tivement les cantons de Zicavo et de St*-Marie de Sicché. 

Opini. Var. Openi, Peni, La piève d'Opino. 

Syrbi. Var. Symbri, Timbri. Le nom s'est conservé dans le 
canton de Sorba ; col et forêt de Sorba et pointe de Zorbi et 
probablement dans Fiumorbo qui semble la corruption de 
Fiume Sorbo. Occupaient le bassin du Fiumorbo. 

CoMASiNi. Var. Cumasini, Cogmaseni, Commaseni, Cobasani 
et Coymanni. Aujourd'hui pièoe de Covasina, avec les variantes 
Ck)masina et Cobasina. 

§ 4. Noms de Ptolémée dont l'identification est possible par les 
indications données par le texte du géographe. 

Le texte de Ptolémée, nomenclature aride, ne prête pas à de 
longues discussions. Cependant une lecture attentive peut jeter, 
sur quelques localités, une lumière suffisante, pour nous per- 
mettre de hasarder une identification logique ; ainsi lorsque 
nous lisons Cœsiœ littus et Arenosum littus nous savons que 
nous nous trouvons en présence de deux plages sablonneuses, 
situées, la première sur la côte septentrionale, la seconde sur 
la côte occidentale. Il s'agit de plage et non de golfe (sinus), ou 
de port (portas). Or, l'examen d'une carte détaillée démontre 
que ce qualificatif ne peut s'appliquer qu'au rivage du golfe 
de Calvi, bas, sablonneux parsemé d'étangs et à la plaine de 
Campoloro, présentant tous les caractères d'une véritable plage. 

Cœsise littus correspond donc à la plaine du golfe de Calvi et 
Arenosum littus à Campoloro, près d'Ajaccio. 

Les Cervini, dit Ptolémée, habitent la partie occidentale de 



120 CHAPITRE VII. § 4. 

l*ile âU pied du mont d*Or : Ks/jouevoî y^h rviv ^uo-pt/viv nlvjpih vttô to 

Xpffovv opoç. Au lieu de Ke/>ouevot, iious proposons de lire Kpo-tuot, 
Cruzzini. En effet Cruzzini dérive de K/sudoç et rien de plus natu- 
rel que les habitants qui se trouvent non loin du mont Cnizos 
se soient appelés les Cruzzini, Quoiqu'il en soit, en plaçant la 
tribu dans les bassins duLiamone,du Cruzzini et de laGravona, 
nous remplissons les conditions exigées parPtolémée. Ajoutons 
qu'un canton de l'île est désigné sous le nom de Cruzzini. 

Parmi les noms corrompus nous trouvons le « Circidius flu- 
vius » avec les variantes Cricidiiis, Circiidius, Circisius, Circi- 
sium, qui, par leur combinaison, nous donnent Cricisius, mot 
se rapprochant de Cruzzini, ce qui nous permet d'identifier ce 
cours d'eau avec le Liamone, dont le Cruzzini est le principal 
affluent. Liamone semble dériver des deux mots basques ou 
ibères, « Elia muna, » fleuve de la montagne. Limperani 
retrouve le Liamone dans le Circidius, que Cluver croit être 
la rivière délie Ripe. 

Ptolémée nous apprend aussi que, limitrophes des Comasini, 
les SuBASANi, (Var. Tehusani, Subani, Subsani, Susani,) occu- 
paient la région qui se trouve tout à fait au Sud de l'île, c'est-à- 
dire le canton de Bonifacio. 

Enfin la tribu des Cilebensii, limitée au Nord par les Vana- 
cini, à l'Est par les Mariani, se trouvait cantonnée dans le 
bassin de l'Aliso. Nous nous demandons s'il n'y a pas lieu de 
lire « Nebolensii » habitants du Nebbio. L'hj^pothèse est appe- 
lée par les nombreuses variantes accusées par les manuscrits : 
CilebenseSy Cilebienses, Schilebensii, Cilebini, 

§ 5. Noms de lieu dont V identification n'est pas discutée. 

VoLERii fluvius. Var. Voilerius, Valerius, Le ruisseau d'Aliso; 
du temps dePietro Cyrneo ce ruisseau portait le nom deGobino; 
d'après Giustiniani, il était désigné sous le nom vague de Fiu- 
minale. 

Vagum promontorium, Var. Anagum. Est généralement iden- 
tifié avec la Pointe d'Arco ; il y a lieu de se rappeler que la 
bande de sable qui sépare la mer de l'étang de Biguglia est d'une 
formation postérieure à Ptolémée, puisque de son temps 
Mariana était un port. Dans ces conditions, il convient 



LA CORSE d'APJRÈS PTOLÉMÉE. 121 

de placer le Vagum promontorium dans Tintérieur des terres, 
vers la station de Furiani. 

RopicuM oppidum. Au lieu de PÔTrtxôvCluver croit qu'il y a lieu 
de lire a<TT/3£xwv et identifie la civitas avec Ostriconi, piève de 
Tîle. Tous les géographes se sont ralliés à cet avis. L'oppidum 
devait se trouver dans le voisinage de l'église ruinée d'Ostri- 
coni. 

Cersum oppidum. Var. Cersunum, Cersi. « Fuit ubi postea 
Nebbium, » dit Baudrant. La cathédrale des anciens évêques du 
Nebbio existe encore, à 2 kilomètres de St-Florent. 

Toutes ces identifications sont conformes aux indications 
astronomiques de Ptolémée. Elles sont communément admises 
sans doute parce que toute discussion est impossible. Quand 
on ne peut plus s'appuyer sur l'étymologie d'un nom, il faut 
bien avoir recours à l'unique indication qui nous reste : la lati- 
tude et la longitude telles qu'elles nous sont indiquées, avec 
des variations notables, par les différents manuscrits. 

§ 6. Localités indiquées par Ptolémée dont V identification est 
possible par comparaison avec les textes d'autres géographes. 

Ptolémée est, sans contredit, le géographe qui, dans l'anti- 
quité, a dressé la liste la plus complète des localités de la 
Corse ; il n'en est pas moins vrai que l'identification de cer- 
taines d'entre elles, n'est possible que par comparaison avec les 
indications précieuses, données par d'autres auteurs. Strabon, 
par exemple, place en Corse, quatre villes : Blesinon, Charax, Eni- 
conia et Vapanes i. Mûller, en s'appuyant sur Grashofius, croit 
que l'oppidum Mantinon de Ptolémée n'est autre chose que le 
Blesinon de Strabon. Nous partageons cette opinion. Strabon, 
en effet, est antérieur à Ptolémée et puisque, sur nos cartes, nous 
retrouvons encore la localité, citée par le premier, il nous semble 
logique d'admettre que le texte du second a été altéré par les 
copistes. Mantinum, généralement identifié avec Bastia, doit, 

1. Ettc 8 o^wç otxYîTtjtxdc TÎua ^lipYi xat Tro^tVpiâTtâ Trou, B^wtvwv re xai Xa^af 
xat Evexoveai xat OùaTraveç. Strabon, Géographie, annotée par Dûbner et 
Ch. Mûller, p. 187, 5, 2, 7. 



122 CHAPITIIË VII. § 6. 

croyons-nous, disparaître devant Blesinon (La Vasina) l. Ce 
hameau, du reste, n*est qu*à 5 kilomètres environ, au N. de 
Bastia. 

Il arrive couramment que les géographes traduisent dans leur 
langue les noms de lieu des pays étrangers, sans se soucier d'une 
transformation qui les rend méconnaissables. C'est ainsi que 
nous chercherions vainement en Corse le lieu désigné par 
Strabon sous le nom de Charax ; mais, si nous tenons compte 
que Charax est la traduction littérale du latin Palus, en italien 
Palo, nous sommes immédiatement amenés à identifier Charax, 
avec une localité qui se trouvait dans les environs de l'étang 
de Palo. 

L'Itinéraire d'Ântonin, probablement dressé au iv* siècle de 
notre ère 2, mentionne la voie romaine qui de Mariana abou- 
tissait à Palla et place, sur cette route, les gites d'étape suivants, 
échelonnés le long du littoral : 

A Mariana Palla m. p . . . . CXXV 3 

Aleria XL 

Praesidio XXX 

Portu Favonii XXX 

Palla* XXV 

Pallas ou Palla, point terminus de la voie, est identifié, à 
juste titre, par la plupart des géographes avec Bonifacio 5. 

Comment expliquer que Ptolémée n'ait point mentionné le 
Praesidium et le portus Favonii de l'Itinéraire ? Le Praesidium, 
bien que bâti sur l'emplacement de Charax (Palo), doit être proba- 
blement postérieur à Ptolémée ; il s'agit vraisemblablement d'un 
refuge fortifié, construit pour mettre les convois à l'abri d'une 

1. Blesinon a pu devenir Biesinon, comme Bleda (Italie) est devenu 
Bieda et Planasia, Pianosa. L'emploi du V à la place du B est consacré par 
mille exemples fournis par le dialecte corse. Enfin Viesinum devient Vasina 
par un changement que nous trouvons dans Venicium, aujourd'hui Venaco. 

2. Itinerarium Antonii Augusti et Hiersolymitaniim ex libris mamu scriptis, 
ediderunt Parthey et Pinder, Berlin 1848, p. 85. 

3. Quelques manuscrits accusent CXXVI. 

4. Var. Pallas, Palas, Palmas, Plenas. 

5. Nous pensons que Vapanes et Eniconia cités par Strabon ne sont que 
des corruptions de Favone et Nicsea (Mariana). Nicœa est indiqué par Diodore 
de Sicile, V, 13, 3. 



r. 



LA COUSE d'après ptolémée. 123 

incursion des Syrbi. Le portas FavoniU (port Favoiie^de la 
carte de rétat-major), est un abri naturel qui a existé de tout 
temps, il ne devait donc pas échapper à Ptolémée. Au lieu de 
*Awvtou Xtpifly, (Portus Filonii), n'y a-t-il pas lieu de lire *auwvtoy, 
(portus Favonii). Avec Cluver, nous répondons par l'affirma- 
tive. 

Nous trouvons encore une leçon corrompue dans MacrinL En 
effet, la tribu des Vanacini, située tout à fait au Nord de l'île, 
avait avec les Mariani de fréquentes discussions de bornage, 
dont le souvenir nous a été conservé par un rescrit de Ves- 
pasien, que nous avons déjà reproduit. Les possessions des 
Mariani, indiquées par la table de Peutinger, s'étendaient 
des Vanacini aux Opini, englobant les plaines, connues de 
nos jours sous le nom, à peine altéré, de Marana et de 
Moriani. Or au lieu et place des Mariani (M«/Dt«vot), les copistes 
des manuscrits de Ptolémée font figurer les Macrini {M«3cx/ïtuot). 
La corruption de cette leçon ne laisse aucun doute. 

§ 7. Noms défigurés qu'il est possible de retrouver sur les cartes. 

Ara TuTELiE. Var. Tutilœ, Suivant Cluver et Canari ce lieu 
devait se trouver vers la tour San Pellegrino. Nous pensons que 
cette identification est inexacte. Avec le prince Roland Bona- 
parte, nous sommes convaincu que, par suite du surhausse- 
ment du sol, la côte orientale de la Corse a subi, dans les 
temps modernes, un changement considérable i, prouvé par 
la lecture attentive des textes dés écrivains de l'antiquité. 

Ptolémée, nous le savons, place Aleria et Mariana, sur les 
bords de la mer ; or les emplacements certains de ces deux 
villes se trouvent, de nos jours, à 3 kilomètres environ à l'inté- 
rieur des terres. Pietro Cyrneo, qui vivait au xv® siècle, a pu 
constater que l'étaiig de Biguglia renfermait trois îles qui ne 
figurent plus sur les cartes contemporaines 2. 

Nous trouvons une deuxième preuve à l'appui de notre asser- 
tion dans les noms de lieu de la côte orientale. Sur la carte de 
Testevuide, (1791-1824), l'étang d'Urbino est coupée en deux 

1. Roland Bonaparte, p. 13. 

2. Carte de l'état-major, fJe 261. 



124 CHAPITRE VII. § 7. 

parties par une presqu'île qui est encore désignée sous le 
nom d'Isola Longa (l'Ile longue). La même carte dénomme 
Isoletta (la petite île) la bande de terre, comprise entre Tem- 
bouchure du Golo et les dunes de Pinarelli. 

Il semble donc qu'il y a lieu d'admettre qu'au ii* siècle de 
notre ère Mariana et Aleria étaient encore des ports de mer et 
que la partie de la côte orientale corse, comprise entre les 
embouchures du Fium'alto et du ruisseau San Regino, se 
déroulait du Sud au Nord, suivant la ligne San Pellegrino, 
Cardice, Mariana, Campo d'Agnello et l'embouchure du Bevinco. 

Nous trouvons l'oppidum maritime d'Ara Tutelae, à peine 
déflguré, dans Ordetella, à 2 kilomètres au Sud de l'embouchure 
du Golo ; ce point n'est séparé de la mer que par une bande de 
dunes de formation récente. La transformation d'Ara Tutelae en 
Ordetella s'explique aisément. La syncope de l'a en mettant en 
présence deux consonnes a changé l'une d'elles, le / est devenu 
d, par raison d'euphonie. Nous constatons le même phénomène 
dans Agata qui devient Agta puis Agda (Ada). 

Molezio Giuseppi, dans son Discours universel , annexé à la 
Géographie de Ptolémée, traduite par Ruscelli, place Ara Tutelae 
dans le pagus Canonica. Ordetella est à 3 kilomètres de la Cano- 
nica et figure sur la carte de Tétat-major avec l'explication 
« ruines ». Ce point remplit donc toutes les conditions topogra- 
phiques et historiques pour être identifié avec Ara Tutelae i. 

Sermitium. Var. Sermigium. Nous écartons Serraggio, proposé 
par Mùller. Serragio dérive de Serra in gin par opposition à 
une autre partie du canton de Venaco, désignée sous le nom de 
Serra in su. Nous adoptons Sermano, convaincu que Sermitium 
est une leçon corrompue de Serminium. Le changement du 
second i en a se trouve dans Venicium,qui est devenu Venaco. 

Albiana oppidum. Aujourd'hui Rocca Piana d'après Casteldo. 
Roccapiana figure sur quelques cartes, au lieu et place de 
Roccapina. Nous savons que l'expression « Rocca » est employé 

1. Quelques écrivains, Grashofius entre autres, ont cru trouver dans Ara 
Tutelae le souvenir de Totila, roi des Goths. L'erreur est manifeste ; à deux 
siècles de distance, Ptolémée ne pouvait prévoir Totila. H est raisonnable de 
voir dans Ara Tutelae un édifice consacré au culte, en commémoration de la 
protection dont les Romains avaient été l'objet. Il ne s*agit là que d'une 
simple conjecture. 



LA CORSE D*APRÉS PTOLEMÉE. 125 

comme synonyme de château, fortin, traduction littérale d'oppi- 
dum. De Rocca Albiana la simple raison d*euphonie a pu faire 
Rocca Diana ou Rocca Piana par changement du B en P ; la 
syncope de Va, que nous constatons dans Marana, dérivé de 
Mariana, Pianosa de Pianosia, donne Rocca Pina que nous 
retrouvons dans le golfe de Roccapina, pointe de Roccapina et 
Lion de Roccapina i. D'après ces indications, Toppidum d* Albia- 
na devait se trouver sur la rive droite de TOrtolo, à7 kilomètres 
de son embouchure, à l'endroit désigné sous le nom significatif 
de « Castello », au pied de la « Pointe de Castello ». 

LocRA fliwias, La Gravona, selon Gregori, la rivière de Pru- 
nelli, si nous en croyons Cluver et Briet. Nous opinons pour La 
Gravona. Nous trouvons, en France, une rivière du même nom, 
Graona ou Gravona, la Grosne, affluent de la Saône. Gravona ou 
Gravona parait dériver du thème Gravus, nom de la plaine de 
la Grau et du suffixe -ona que nous trouvons accolé à un certain 
nombre de rivière Bravona, Axona, (rAisne), Matrona, (/a 
Marné), Bledona, Vesona (/a Vesubié) 2. Si nous ajoutons ce 
suffixe à Locra nous obtenons Locra-ona. 

LiCNiNi. Var. Licueni, Licmini, Licneri, Lignini, Licraini. 
Encore une leçon corrompue. Nous savons que les Licnini (?) se 
trouvaient au sud des Cilebenses, à l'ouest des Mariani et au 
nord des Opini. Ils occupaient donc la région de Casacconi et 
d'Ampugnani. Il est possible qu'il faille lire Ataxovot, (Liaconi), 
au lieu de Atxvtvot, (Licnini). Dans ce cas, le changement de 
Liaconi en Casaconi s'expliquerait facilement par la formation 
d'un nom composé de Casa et Liaconi. 

§ 8. Noms de lieu identifiés par recoupement. 

TiLOX promontorium. La pointe de Gurza d'après Mûller, le 
cap delà Mortella, d'après Cluver, la pointe de Cannella, le cap 
de l'Ile Rousse, ou la pointe de la Revellata, selon d'autres 
géographes. 

Quand on examine les cartes de l'île, dressées au xvi®, xvii« et 
xviii® siècles, l'attention est attirée par l'idée que Tiloxprom, 
représente la pointe la plus septentrionale de la partie de la côte, 
comprise entre le golfe de St-Florent et la pointe de Revellata. 

1. Carte de TEtat-Major, f» 267. 

2. d'Arbois de JubalnviHe, t. 2, p. 170. 



126 r.MAPlTBE VII. § 8. 

Sur*la plupart d'entre elles ce point est le cap de la Mortella. De 
nos jours, les cartes ont gagné en précision et la pointe de Curza 
peut être regardée comme le point le plus septentrional de 
celte région. Nous nous rallions donc à l'opinion de Mùller. 

Cjesim littus. Le port de TAlgajola, d'après Cluver et Canari ; 
le golfe de St-Florent, d'après Mùller. Quels que soient les 
degrés de latitude qu'on adopte, il résulte que le point qui 
correspond à Caesia doit se trouver : 

1° Au nord du cap dell' Azzo, {Attium prom. ) 

2? Au sud du cap de Curza, (Tilox prom,) 

3** Au sud de Palania, {Ville di Paraso ?) 

Donc le golfe de St-Florent, qui ne remplit pas ces conditions, 
ne peut être identifié avec Caesia. Le port de l'Algajola se trouve, 
il est vrai, au nord du cap dell'Azzo et au sud de la pointe de 
Curza, mais il est au nord de Palania. 

En outre, comme nous l'avons déjà dit, l'expression liftas ne 
peut s'appliquer au port de l'Algajola. Caesia est donc à identifier 
avec la plage du golfe de Calvi. 

Casalus sinus. Le golfe de Calvi, d'après Gregori et Mùllfer, la 
plage de Losari, d'après Cluver. L'erreur de ces identifications 
provient de ce que l'un et l'autre, ont subordonné la situation 
de Casalus à celle d' Ait ium. Or, comme tous deux ont cru trouver 
Attium, dans la pointe de l'Alciolo, tous deux aussi devaient être 
tentés de placer Casalus sur la côte septentrionale, au sud de 
l'Alciolo, c'est-à-dire à Losari ou à Calvi. Mais la situation de 
Casalus doit être au sud d'Attium (cap de l'Azzo), à l'ouest et 
sur le degré de latitude d'Alucca, (Lucca), il doit donc être 
identifié avec le golfe de Galeria, situé sur la côte occiden- 
tale, ainsi que l'indique Ptolémée. 

§ 9. Identifications discutables. 

Sur la partie de la côte occidentale, comprise entre Pauca et 
Marianum promontorium, nous trouvons : 

Pauca oppidum, 
Ticarii fluvii ostia, 
Titianus portus, 
Ficaria oppidum, 



LA CORSE D*APRÊS PTOLÈMEE. 127 

Pitani fluvii ostia, 
Marianuni prom. et oppidum. 

Il paraît naturel d'identifier Titianus portas avec le port 
de Tizzani, Ficaria avec Figari et Marianiim promontoriiim et 
oppidum avec le cap et le village de Campo-Moro. Sur la carte 
de rétat-major et sur celle de 1824, nous retrouvons ces noms, 
à peine défigurés par le passage du latin à l'italien. Mais 
Campo-Moro est au Nord du port de Tizzani ; donc Tordre 
indiqué par les manuscrits doit être modifié. 

En outre nous savons que, dans la région qui nous occupe, 
« des fouilles pratiquées à diverses époques et la charrue du 
« laboureur ont révélé, dans les environs de Propriano, Texis- 
« tence de toute une vallée de sépulcres. Plusieurs monnaies 
« trouvées dans des urnes funéraires, dont les débris jonchent 
« le sol, établissent que la cité romaine datait du temps de la 
« république i ». Un oppidum s'élevait sans doute sur l'empla- 
cement de Propriano. Quel pouvait être cet oppidum ? Nous 
n'avons pas l'embarras du choix, puisqu'il ne nous reste à 
identifier que l'unique emplacement de Pauca. 

Millier et d'autres géographes ont identifié Pauca avec Porto- 
Pollo,en supposant qu'il y a lieu de lire Paula au lieu de Pauca; 
mais, si nous admettons une leçoa corrompue, pourquoi ne pas 
lire Pora, que nous retrouvons dans Poraja, îlot situé dans le 
port de Propriano 2? Par rapport à Titianus portuSy Marianum 
promontorium et Matisa-Sardi, points bien repérés, Propriano 
représente l'emplacement de Pauca avec beaucoup plus de 
précision que Porto-PoUo. Il nous resterait à identifier les deux 
cours d'eau désignés sous le nom de Ticarius et de Pitanus. 

Le cours d'eau placé entre Campo-Moro et Propriano est le 
Rizzanese, ou rivière de Valinco, ou rivière de Tavaria. Cette 
dernière appellation a suggéré à MùUer l'idée qu'au lieu de 
Ticarius il y aurait lieu de lire Tiuarius ou Tibarius. 

Enfin le Pitanus, se trouvant au Sud de Figari et au Nord de 
Bonifacio (Palla), ne peut être que le ruisseau de Ventilegne. 

1. D' Costa, La Corse et son recrutement, p. 162. Une étude sur ces fouilles 
a été publiée dans le Patriote, journal d'Ajaccio, 1871. (Note du D"" Costa). 

2. Il convient de faire remarquer que Polio est synonyme de paula, mot 
corse, signifiant marais. 



m 

128 CHAPITRE VII. § 9. 

Cette solution, basée sur l*analogie frappante qui existe entre 
Titianus portas et port de Tizzani, Ficaria oppidum et le village de 
Figari, prête à de sérieuses objections, que nous allons discuter. 
Il nous a fallu d'abord intervertir Tordre d'énumération indi- 
qué par Ptolémée et il est toujours grave de toucher à un texte. 
Enfin ridentification de Titianus portus avec le port de 
Tizzani peut être combattue ; nous sommes dans une région 
occupée par les Titiani, dont les possessions s'étendaient 
depuis le golfe de Valinco jusqu'à celui de Ventilegne. Leur nom, 
il est vrai, ne s'est conservé que dans le port de Tizzani, mais 
on peut admettre qu'il s'étendait vraisemblablement au golfe de 
Valinco qui était certainement leur port principal. 

Enfin la situation géographique de Titianus portus indique 
qu'il s'agit bien du golfe de Valinco. 

Identifiez, dira-t-on, Titianus portus avec le golfe de Valinco, 
vous n'en restez pas moins embarrassé par l'identification de 
Ficaria avec Figari. 

Ficaria oppidum. Var : Fesura, Fesira, Fusera, Fisera, 
Fixera, Fipra oppidum ou bien Ficaria. Cette dernière leçon 
donnée par un manuscrit de Paris indique que l'oppidum avait 
deux noms. Ne pourrait-on pas identifier Fipra avec Proprià 
ou Propriano? Comme nous l'avons déjà dit,enfacedePropriano 
se trouve l'ilôt de Poraja actuellement relié au continent par 
une digue. Proprià ou Propriano pourrait être un nom composé, 
dérivant de Pora Fipra; mais Figari, répétera-t-on,se rapproche 
de Ficaria plus que Fipra de Proprià ; c'est vrai, pouvons-nous 
répliquer, mais le village actuel de Figari, situé à environ quatre 
kilomètres de la mer, ne peut occuper l'emplacement de Ficaria 
qui était un port de mer. 

De pareilles hypothèses permettraient de conclure que le texte 
de Ptolémée ne doit pas être modifié et nous amèneraient aux 
identifications suivantes : 

Pauca oppidum Porto-Pollo 

Ticarius fluvius le Taravo 

Titianus portus . legolfe de Valinco 

Fipra ou Ficaria oppidum . . . Propriano 
Pitanus fluvius le Rizzanese 

Marianumprom. et oppidum. . . Camjjo-Moro ou la 

[pointe d'Eccica] 



La cohse d'après ptolémée. 120 

Si Ton admettait, au contraire, que les noms géographiques 
ont été intervertis nous arriverions à une troisième solution : • 

Ticarius fl Le Tarayo 

Pauca oppidum Propriano 

Pitanus fl Le Rizzanese 

Marianum op. et pr Campo Moro ou la 

[pointe d'Eccica.] 

Titianus portus Le port de Tizzani. 

Fipra ou Ficaria Le fond du golfe de 

jFigari]. 

Il me semble difficile d'arriver à des conclusions définitives ; 
à mon avis, la troisième hypothèse me parait la plus vraisem- 
blable. Je l'adopte parce que trois noms : Marianum, Titianus 
portus et Ficaria se retrouvent sur les cartes actuelles ; parce 
que Pilanus me parait très proche de Ritianus {le Rizzanese) ; 
parce que Pauca se rapproche plus de Paura ou Pora que de 
Polio, traduction de Palus, marais ; parce qu'enfin un oppidum 
se trouvait certainement à Propriano et à Figari l. Je l'adopte, 
mais je ne me fais aucune illusion sur les critiques auxquelles 
elle prête. 

Sur la côte orientale, il me reste à identifier : 

Syracusanus portus 
Rubra oppidum 
Granianum promontorium 
Alista oppidum. 

De sérieux arguments militent en faveur de l'identification 
d'Alista avec Balistra, étang au fond du golfe de Porto-Vecchio. 
La prosthèse est très fréquente au commencement d'un nom 
italien dérivé du latin : Issa devient Lissa et EUorum s'est chan- 

1. « Je ne sais à quelle époque rapporter quelques tombeaux dont l'origine 
« est inconnue, qui se trouvent épars sur la colline de Gervariccio, commune 
« de Figari. Ce sont, à proprement parler, des espèces de caisses formées de 
« dalles de granit longues de 2'n50, larges de O^^SO, assemblées à angle droit 
« comme des bières. Les couvercles se trouvent souvent auprès de ces tom- 
« beaux, car on ne peut, que je sache, leur assigner une autre destination.... 
« D'ailleurs nulle inscription, nul ornement n'aide à deviner l'époque à 
« laquelle ces cercueils ont pu être fabriqués. Aucune tradition ne s'y ratta- 
« che.... Us peuvent appartenir à l'époque romaine aussi bien qu'aux premiers 
« siècles du christianisme. » Mérimée, Voyage en Corse, p. 89. 

9 



130 CHAPITRE VII. § 9. 

gée en Tellorum. On peut donc admettre qa*Alista a pu devenir 
Salista. L*épenthèse de IV se trouve dans Balestra, montagne de 
la Ligurie, dérivée de Balista, citée par Pline et par Strabon. 
Donc rien de plus naturel que Balistra représente l'oppidum 
Alista. Mais, si nous plaçons Alista au fond du golfe de Porto- 
Vecchio, nous sommes amenés logiquement à chercher l'empla- 
cement de Syracusanus portus, de Rubra et du cap Granianum 
entre Porto Vecchio et Bonifacio.ce qui serait absurde. Pouvons- 
nous conclure qu'un fois de plus l'énumération de Ptolémée 
peut et doit être modifiée ? Avant de nous prononcer essayons 
d'identifier Rubra ; l'oppidum est placé par les uns au fond du 
golfe de Porto-Vecchio et par les autres au fond du golfe de 
Santa-Julia.Or,à la sortie du golfe de Porto-Vecchio, Giustiniani 
place rile Rossa l. Comme Rossa est la traduction de Rubra je 
suis timidement amené à utiliser cet indice. Mais Rubra ne 
peut être placé à Porto-Vecchio qu'en admettant que l'énuméra- 
tion de Ptolémée a été intervertie. Je me range à cet avis et 
j'admets la solution suivante : 

Syracusanus portus. . . . Golfe de Santa Manza 

Alista oppidum Prés de l'étang de Balistra 

Granianum promontorium . Pointe de Chiappe 

Rubra oppidum Sur le golfe de Porto-Vecchio. 

Il ne me reste plus qu'à chercher l'emplacement de Cenestum 
et de Clunium. 

Cenestum oppidum. « Aujourd'hui le village de Sainte Lucie 
« près duTavignano; on y voit encore des ruines considérables. 
« D'après Castaldo et d'autres géographes, Cenestum serait repré- 
« sente par Corte même. » Telles sont les indications données 
par Baudrand. 

Corte et S'®-Lucie de Mercurio faisaient partie de la « civitas de 
Talcini » et nous ne pensons pas que l'appellation de Cenestum 
puisse leur être appliquée. En recourant à la latitude et à la 
longitude de l'oppidum, je suis amené à le chercher dans le 
bassin du Tavignano. 

A mon avis cet oppidum devait se trouver sur la rive gauche 
du Tavignano, au confluent de cette rivière et du ruisseau de 
Casalorio. Je suis arrivé à cette conviction par un simple calcul 

1. Hist. de la Corse, trad. LeUeron, I, p. 66. 



LA CORSE d'après PTOLÉMÉË. 131 

qui, je le reconnais volontiers, prête à la critique. Connaissant 
la latitude et la longitude d'Aleria, d'Opinum, de Venicium et 
de Talcinum, j'ai déterminé l'emplacement de Cenestum en 
posant le problème de la carte, comme disent les topographes, 
problème qui consiste à déterminer l'emplacement d'un point 
à l'aide de deux points connus. Je me suis livré à ce travail 
sans enthousiasme, mais grande a été ma satisfaction en cons- 
tatant que le point indiqué se trouvait dans les environs d'un 
mamelon désigné par la carte de l'état-major, sous le nom de 
Castellare. Pour moi il ne subsiste plus aucun doute : ce mame- 
lon marque l'emplacement de Cenestum. 

Clunium oppidum. Var. Cunium. Suivant Cluver et Canari 
l'oppidum devait se trouver à Sainte-Catherine de Sisco et .sui- 
vant MûUer à Pietra Corbara. Nous opinons pour Pietra-Cor- 
bara (marine), parce que Pietra, signifiant roche ou château, 
évoque l'idée d'un oppidum. 

§ 10. Division de la Corse en civitates. 

La Corse, avons-nous dit, était divisée en trente-trois civi- 
tates ou cercles. 

En admettant, ce qui est rationnel, que les oppida mentionnés 
parPtolémée étaient des chefs-lieux, nous pouvons déjà indiquer 
la plupart de ces cercles que nous énumérerons ainsi : Centu- 
rium, Lurinum, Canelata, Clunium, Blesinum, Cersunum, 
Ostricon, Palania, Aluca, Urcinum, Pauca, Marianum, Ficaria, 
Albiana, Palla, Alista, Rubra, Opinum, tous limités parla mer. 
A l'intérieur des terres : Asincum, Cenestum, Venicium, Talci- 
num, Serminium, Mora et Matisa-Sardi. 

Nous n'avons plus qu'à chercher les sept cercles dont le chef- 
lieu n'a pas été indiqué par les géographes de l'antiquité. Repor- 
tons sur la carte les oppida que nous connaissons ; de leur 
situation, nous pouvons déterminer les limites très approxima- 
tives des cercles auxquels ils correspondent. Les vallées sont 
une base d'appréciation sûre et logique. 

Notre travail terminé, nous remarquons que les cercles, 
limités à l'Est par la côte orientale, ne présentent qu'une inter- 
ruption, comprise entre le port Favone et l'embouchure du 



132 CHAPITRE VII. § 10. 

Fiumorbo. Étant donnée la configuration du terrain je suis porté 
à croire que cette région était divisée en deux cercles : Cova- 
sina et Palo. 

Sur la côte occidentale il nous faut, pour que notre carte soit 
complète, trouver des cercles correspondant aux vallées infé- 
rieures du Tarabo, de la Gravona, des rivières de Porto et du 
golfe de Calvi. Nous croyons donc à l'existence des cercles de : 
Tarabo, Adiatium, Casalus et Caesia. Nous ne savons quel 
nom donner au cercle correspondant au territoire de Galeria. 

Il est facile de constater que la division de la Corse en civi- 
taies a subsisté jusqu'à nos jours, sous le nom de pièves ou 
cantons. Les cantons qui ne correspondent pas à une civitas 
représentent les régions qui n'ont jamais été organisées ou qui 
ne l'ont été que fort tard, car il ne faut pas oublier qu'à partir 
du II® siècle nous manquons totalement de renseignements. 
C'est à peine si l'Anonyme de Ravenne nous a transmis quelques 
noms estropiés i. 

§ 11. Constitution de Vétat territorial de la Corse ancienne. 

L'état territorial de la Corse ancienne a été constitué par 
quatre groupes ethniques : les hommes des monuments méga- 
lithiques, les Libyens ou Ibères, les Ligures et les Colons. 

1° Hommes des dolmens. — La place que les monuments 
mégalithiques occupent, dans la Corse actuelle» semble indiquer 
que ces conquérants sont venus du Midi de la France. Il est à 
croire qu'ils sont entrés dans l'île par le Nord et que la poussée 
des invasions postérieures les poussa vers le Sud d'abord, vers 
les plateaux ensuite. 

2° Libyens ou Ibères. — Parmi les Libyens on distinguait 
les Corsi et les Shardana. Ils venaient du Sud ; les Shardana se 
sont heurtés aux hommes des dolmens et se sont cantonnés 

1 . Iterum est insula quœ dicitur Gorsica, in qua plurimas fuisse civitates 
legimus, ex quibus aliquantas designare volumus, id est Marianis, Colonia 
Julii, Turrinum, Cœnicum, Agiation. Ravenatis Geographia, L. V, c. XXVII. 
Mûller, p. 369, croit qu*il y a lieu de lire, colonia Alerise, Lurinum, Genes- 
tum et Adiatium. Je suis de cet avis. L'anonyme de Ravenne écrivait au vn^^ 
siècle. 



LA CORSE d'après PTOLÉMÉE. 133 

dans les arrondissements de Sartène et d'Ajaccio ; les Corsi ont 
occupé toute la côte orientale. 

Ligures. — Les Ligures se sont introduits en Corse par le 
Nord. Il est à présumer qu'ils ont conquis l'arrondissement de 
Calvi sur les hommes des dolmens et la partie de la côte orien- 
tale, au N. du Fiumorbo, sur les Corsi. 

Colons. — Les Phéniciens ont eu un comptoir à Propriano, 
les Hellènes ont créé des établissements à Aleria, à l'embou- 
chure du Golo et entretenu de longues relations avec le Cap 
Corse et la Balagne. Les Étrusques et les Carthaginois ont 
occupé militairement une partie de l'île ; les Romains, par la 
création de deux colonies sur la côte orientale et une domina- 
tion de cinq siècles, ont certainement introduit dans le pays un 
élément nouveau : l'Italien, qui, par des mesures administra- 
tives, a flni par absorber les races primitives et leur imposer sa 
langue. Au moyen âge, nous ferons connaissance avec d'autres 
groupes dans la personne des Barbares. 



CHAPITRE VIU. 

LES BARBARES. 

Sommaire. — § 1. Les Vandales. — § 2. Les Grecs et les Goths. — 
§ 3. Les Lombards. — § 4. Influence des Barbares sur la Corse. 

§ 1. Les Vandales. 

Théodose, en mourant, partagea l'empire entre ses deux fils : 
l'aîné, Arcadius, eut l'Orient et le plus jeune, Honorius, reçut 
rOccident ou les préfectures des Gaules et de l'Italie (395). Ce 
démembrement inaugure la période historique dite du moyen 
âge, qui forme la transition entre l'âge ancien et l'âge moderne. 

La préfecture du prétoire d'Italie comprenait les diocèses 
A'Italie, de Rome et d'Afrique. 

La Corse formait, avec la Sardaigne et la Sicile, les trois 
dernières provinces du diocèse de Rome ; elle était administrée 
par un président. 

Avec cette période commencent les invasions des Barbares. 
Sur les faibles frontières de l'Empire, des peuples, longtemps 
contenus, se précipitent, avec toute l'énergie et toute la ténacité 
des nations jeunes, destinées à précipiter l'écroulement des 
civilisations usées. 

La Corse, épargnée par les invasions d'Alaric et de Radagaise, 
servit d'asile aux fuyards italiens, heureux de trouver, au-delà 
des mers, un refuge contre les hordes qui, pendant cinquante 
ans, allaient livrer la péninsule à feu et à sang i. 

Bientôt, à son tour, l'île devait subir tous les fléaux des inva- 
sions périodiques. Après avoir conquis l'Afrique, Genséric, roi 

1 Jamjam conscendere puppes 

Sardoosque habitare sinus, et inhospita Cyrni 

Saxa parant, vitamque freto spumante tueri. 

Glaudien, De bello Getico, v. 217-219. 



LES BARBARES. 135 

des Vandales, avait occupé la Sicile et, poursuivant sa route à 
travers Tltalie épouvantée, était entré dans Rome (455). 

Le sac de la capitale de Tempire est comme le signal d'inces- 
santes attaques contre les possessions romaines. La Sicile, la 
Sardaigne et la Corse n'ont plus un instant de repos. Leurs 
côtes sont tour à tour visitées par de nouvelles hordes vandales 
qui viennent, avec l'aide des Berbères, piller et incendier les 
villes. Après la mort de Valentinien III, Genséric était devenu 
maître de l'Afrique entière et de toutes les îles de la Méditerra- 
née occidentale l. 

L'Empire d'Occident était en pleine décadence. Le Suéve 
Ricimer, maître de la milice, disposait du pouvoir à son gré. 
Après avoir reconnu comme empereur le rhéteur Avitus, que 
son disciple Théodoric II, roi des Visigoths, avait fait proclamer 
à Arles, il marcha contre les Vandales à la tète d'une puissante 
escadre, détruisit leur flotte sur les rivages de la Corse, et 
battit leur armée à Agrigente 2. Ces succès l'enivrent. Bientôt il 
s'insurge contre l'autorité impériale et fait déposer Avitus qui 
eut pour successeur Majorien (457). Le nouvel empereur fit de 
vains efforts pour réorganiser l'armée romaine, et combattre les 
barbares. Ricimer, trop orgueilleux pour supporter un maître 
qui voulait régner par lui-même, s'entendit avec Genséric qui 
put occuper la Corse (460) ; peu de temps après, Majorien suc- 
combait sous le poignard de son déloyal serviteur (461). 

Pendant que l'Italie se débattait dans cette sanglante anarchie, 
l'Empereur d'Orient s'efforçait d'affirmer son autorité sur les 
îles de la Méditerranée. Le comte Marcelin, après avoir soumis 
la Sicile, expulsa les Vandales de la Corse et de la Sardaigne 
(462) et, avec les trois îles, forma un gouvernement séparé qui 
brava les attaques des barbares jusqu'à la mort du gouverneur 

1. Post cujus (Valentiniani) mortem, totius Africœ ambiium obtinuit 
(Geisericus), nec non et insulas maximas, Sardiniam, Siciliam, Corsicam, 
Ebusum, Majoiicam, Minoricam, vel alias multas superbia sibi consueta dé- 
fendit. Victoris Vitensis, Historia persecutionis africaine prouinciœ tempori- 
bus Geiserici et Hunirici, regum Vandalorum L. I, c. IV, p. 7. 

2é Hesychius tribunus legatus ad Theodoricum cum sacris muneribus 
missus ad Gallœciam venit, nuncians ei id quod supra, in Corsicam csesam 
multitudinem Wandalorum et Avitum de Italia ad Gallias Arelate successisse. 
Idatii Chronicon, dans Thés, temp, t. I. 



136 CHAPITRE VIII. § 1«'. 

survenue en 469. La situation se modifia aussitôt : une flotte 
partie de Carthage débarqua un corps d*armée vandale en 
Corse et en Sardaigne (470). 

En Italie, l'aventurier Ricinier continuait sa politique de ruse 
et de trahison. La cour orientale lui ayant envoyé Anthemius, 
il l'accepta et lui fit épouser sa fille. Mais la discorde ne tarda 
pas à éclater entre le beau-père et le gendre. S'appuyant sur la 
Ligurie, la Toscane et la Corse, Ricimer, soutenu par Genséric, 
se révolta contre l'Empereur, marcha sur Rome et la livra au 
pillage (472). 

Les ravages des Vandales durent ainsi jusqu'en 475, époque à 
laquelle Genséric fit avec Zenon un traité de paix qui fut sévè- 
rement respecté de part et d'autre jusqu'au règne de Justinîen i. 
La Corse était abandonnée aux maîtres de Carthage, l'année 
' même où le dernier empereur romain, Romulus Auguslule, 
était confiné dans une villa 2. 

Huneric, fils et successeur de Genséric, eut le malheur de se 
préoccuper plus des progrès de l'arianisme que des grands inté- 
rêts politiques de sa dynastie naissante. Le 20 mai 483, il 
adressa un édit à tous les évêques de la province d'Afrique pour 
qu'ils eussent à se trouver réunis à Carthage le l®*" février 484. 
Le synode se termina par l'emprisonnement et l'exil de la plu- 
plart des prélats, catholiques ou donatistes. Quarante-six 
évêques furent relégués en Corse, pour y être employés au 
transport du bois nécessaire aux constructions navales 3. Il est 



1. Marcus pense que ce traité fut fait en 476, après la restauration de 
Zenon. Histoire des Vandales^ liv. III* ch. 7, p. 282 et 283, et note 49, p. 53 
des notes. 

2. L'histoire de Toccupation de la Corse par les Vandales est obscure et à 
embrouillée. Pour rendre le récit clair j'ai fait des emprunts à divers liisto- i 
riens : Lavisse et Rambaud, Histoire Générale, t. I, passim ; Fournel, 

Etude sur la conquête de l'Afrique par les Arabes, t. I. ch. II et III ; La 
Grande Encyclopédie, articles divers. Marcus, Histoire des Vandales, liv. 111, 
p. 219, 269, 282 et 283. Parmi les écrivains anciens il y a lieu de citer : Pro- 
cope. De bello vandalico, liv. I, c. 7. 

3. Jurantibus dictum est : quare contra prseceptum evangeli jurare voluistis, 
jussit rex ut civitates atque ecclesias vestras nunquam videatis, sed rclegati 
colonatus jure ad excolendum agros accipiatis, ita tamen ut non psallatis 
neque oretis aut ad legendum codicem in manibus gestetis : non baptizetis, 
neque ordinetis aut aliquem reconciliare prœsumatis. Similiter non juranti- 



LES BARBARES. 137 

à présumer que ces vénérables victimes furent d'excellents 
propagateurs de la religion chrétienne. Il n'y a pas lieu de faire 
cas des assertions des historiens modernes qui veulent rendre 
les Vandales responsables du martyr de Sainte Julie, patronne 
de la Corse. Les Bollandistes sont, à ce sujet, si confus, qu'il 5' 
aurait mauvaise grâce à s'appuyer sur leur texte pour en dégager 
un peu de lumière. 

La Corse, sous la domination vandale, dépendait directement 
de Cartilage. Il est à présumer que, comme la Sardaigne, elle 
était gouvernée par un officier jouissant d'un pouvoir absolu l. 
Néanmoins, comme le tait remarquer Gregori, la conduite des 
Vandales ne fut ni aussi rigoureuse, ni aussi cruelle qu'on le 
croit généralement. L'île fut occupée militairement, il est vrai, 
mais elle ne cessa pas d'être administrée d'après les règles du droit 
romain; cette occupation, limitée à quelques points stratégiques, 
n'a pu, étant donné le faible effectif des troupes, avoir des 
résultats considérables. La Corse payait la tribut, mais ce tribut 
n'était ni plus exagéré, ni exigé avec plus de rapacité que par 
le passé 2. Elle ne gagna rien à voir les Grecs supplanter les 
Africains dans les îles de la Méditerranée. • 

§2. Les Grecs et les Goihs. 

Tandis que l'Empire d'Occident s'écroulait sous l'énergique 
poussée des barbares, l'Empire d'Orient réussissait à se main- 
tenir. L'avènement de Justinien (527) lui donne même un 
regain de propérité qui fit croire, un instant, au rétablissement 
de l'Empire romain. 

Pour réaliser ses projets, Justinien résolut d'envoyer contre 
les Vandales une armée commandée par Bélisaire. Le 22 juin 
533, la flotte impériale, portant de nombreuses troupes, sortait 
du port de Constantinople et venait mouiller, quelques jours 

bus ait : quia regnum filii domini nosiri non optatis, idcirco Jurare nolulstis. 
Ob quam causam jussi estis in Corsicanam insulam relegari, ut ligna profu- 

tura navibus dominicis incidatis ac sic fiunt episcopi divcrsarum 

provintiarum Corsica relegati, numéro XLVI. Victoris Viteasis, Historia 
perseciitionis Africanœ, dans Mon, Germ. hist. liv. III, c. V. 

1, Lebcau, Histoire du Bas-Empire, t. IX, p. 340. 

2. Gregori, Statuti di Corsica, t. I, p. XLIV. 



138 CHAPITRE VIII. § 2. 

après, sur la côte orientale de la Sicile qui ne tarda pas à être 
soumise. 

Bélisaire profita de sa victoire pour envoyer son lieutenant 
Cyrille occuper la Corse et la Sardaigne. Les populations catho- 
liques reçurent avec joie leurs nouveaux maîtres, qui se présen- 
taient en libérateurs 1 . 

Maître du Nord de l'Afrique, les généraux impériaux tournent 
leurs armes contre Tltalie occupée par les Gotlis commandés 
par Totila. Dans cette lutte acharnée la Corse suit les vicis- 
situdes de l'année grecque. 

En 549, Totila, victorieux, traversait la mer à la tête d'un 
corps de débarquement et envahissait la Corse et la Sardaigne 
qui, sans défense aucune, furent occupées par les Goths 2. Deux 
ans après Jean Troglita faisait, en Sardaigne, une expédition 
qui ne fut pas heureuse et qu'il se promettait de reprendre au 
printemps suivant. Il ne paraît pas que ce projet ait été mis à 
exécution. 

L'arrivée de Narsès, en 552, comme général en chef, change 
la situation de l'Italie. Totila, vaincu et tué, est remplacé par 
Teïas qui succombe, lui aussi, les armes à la main. Ces revers 
forçaient les Goths à évacuer les îles et les Grecs retournaient 
en Corse, sans rencontrer de résistance. 

Sous les empereurs byzantins la Corse dépendait de l'exarque 
d'Afrique. Elle ne formait qu'une province avec la Sardaigne, 
sous l'autorité d'un président ou duc, assisté de 50 min w/rî ; 
les pouvoirs militaires étaient confiés à un général, magister 
militum 3. 

1. « Pour poursuivre ces conquêtes, Bélisaire envoya Cyrille en Sardaigne 
« avec des forces considérahles et lui fît porter avec lui la tête de Tzazon 
« pour la montrer aux habitants, qui, appréhendant les Vandales, n'auraient 
« pas voulu croire les Romains, ni ajouter foi à ce qu'ils leur auraient dit de 
« la bataille de Tricamare. Après cela il lui commanda d'envoyer une partie 
« de ses troupes dans l'île de Corse pour la conquérir sur les Vandales. » Pro- 
cope. De la guerre contre les Vandales, trad. par Léonore de Mauge, 1670, 
t. UMiy- H, p. 253. 

2. Interea Totilas objacentes Africse insulas flagrans invadere ; classe 
parata, impositoque satis valido exercitu, Corsicam et Sardiniam peti jus- 
serat ; qui Corsicam adverti fuere indifensam insulam statim tenuerunt, mox 
et Sardiniam. Utramque, insulam Totilas tributaria lege imperio suo addidit. 
Procopii Gothicœ historiée, liv. IV, c. XXIV. 

3. Gregori, Statuti, p. XLVIII. ~ Cambiaggi, Istoria di Corsica, t. I, liv. I, 



LES BARBARES. 139 

Le gouverneur résidait à Cagliarî et était représenté en Corse 
par un de ses délégués. Les Digesta et les Pandectes, appliquées 
aux îles, comme au reste de l'Empire, ne pouvaient manquer 
de produire d'heureux résultats sur les mœurs des populations. 
Malheureusement les meilleures lois n'ont d'influence qu'autant 
qu'elles sont appliquées par des magistrats intègres, respectueux 
des principes de justice et d'équité. Tels n'étaient poinî les 
fonctionnaires de l'empereur. Si nous écartons le tribun 
Ânastase et le comte Ruserius, dont la sage conduite est vantée 
par S' Grégoire-le-Grand, nous nous trouvons en présence de 
véritables satrapes, dont les odieuses exactions désespéraient 
les peuples au moins autant que les ravages des Barbares ; 
« ceux-ci, disaient le Pape, ne font que tuer nos corps, tandis 
« que les juges impériaux dévorent nos âmes, par leurs rapines 
« et leurs fraudes ». 

En Sardaigne, les offîciers vendaient aux païens le droit de 
sacrifier aux idoles ; en Corse, les charges étaient si accablan- 
tes que, pour satisfaire aux exigences du fisc, les pauvres étaient 
réduits à vendre leurs enfants. 

En vain le Pape s'efforçait-il de modérerce régime d'injustice 
et de partialité, sa voix n'était pas écoutée. En 597, Gennadius, 
exarque d'Afrique, appelle à sa barre le comte Ruserius, 
gouverneur de la Corse, sans doute parce que le rendement des 
impôts n'était pas suffisant. Le Souverain Pontife intervenait, 
en suppliant le puissant patricien de se montrer indulgent 
envers les envoyés insulaires et surtout de veiller à la protec- 
tion de l'île qui se trouvait à la merci des Barbares. Il l'engageait 
à restituer son commandement au tribun Anasthase qui s'était 
toujours montré à la hauteur de sa tâche : une armée sans un 
chef habile, disait-il, ne sert à rien i. 

Ces honteux trafics, joints à la corruption qui mettait à nu la 
décrépitude de l'empire, ne pouvaient manquer de susciter des 
troubles et il est tout naturel qu'à la fin du vi« siècle, la Corse 

p. 29, cite, d'après Ammien Marcelliii, le nom d'un gouverneur, (Massimino), 
qui aurait gouverné à la fois la Corse, la Sardaigne et la Sicile ; il y a lieu de 
voir en ce personnage un simple rationalis summarum, les trois iles, ne 
formant, en effet qu'une circonscription financière. 

1. Saint-Grégoire, Opéra omnia, t. II, Epist, liv. I, ép. 79; liv. V, Ep, 4, 6 et 
36 ; liv. VII. Ep, 3. 



140 CHAPITRE VIII. § 2. 

ait vu, sans trop de regrets, la première flotte lombarde se 
montrer sur ses côtes (591). Pendant tout le vu® siècle, elle 
continua néanmoins à faire nominalement partie de Tempire 
d'Orient. Vers 725, elle fut définitivement annexée au royaume 
lombard d'Italie l. . 

§ 3. Les Lombards. 

Nous n*avons aucun renseignement sur les agissements des 
Lombards en Corse. Leur domination même n'est attestée que 
par un texte assez vague de Paul Diacre 2. S'il paraît démontré 
qu'au VIII* siècle Luitprand ait annexé au royaume d'Italie la 
Sardaigne et la Corse il n'en reste pas moins acquis qu'en 
dehors de la translation des reliques de St-Augustin et de Sainte 
Julie à Pavie et à Brescia, l'histoire ne trouve, pendant cette 
époque, aucune trace de l'autorité du pouvoir central. 

Tombée entre les mains des Lombards à une époque où ces 
barbares, dépouillés de leurs instincts féroces, prouvaient par 
leurs belles qualités qu'ils étaient dignes de succéder aux 
Romains, la Corse, dit Gregori, n'eut pas à passer par les 
terribles vicissitudes que signalèrent les premières invasions de 
la péninsule ; elle profita, au contraire, de l'heureuse transfor- 
mation du conquérant et il est probable que les statuts et les 
coutumes corses ont, pour la plupart, une origine lombarde. 

Je suis, quant à moi, porté à croire que les Lombards n'ont 
exercé aucune influence sur les mœurs et la civilisation de 
l'île ; leur domination a été trop courte, cinquante au plus, de 
725 à 775, pour avoir produit des résultats appréciables. Si, 
comme c'est incontestable, nous trouvons dans ce que j'appelle- 
rai le vieux code corse, des prescriptions d'origine lombarde, 
c'est que ces lois ou ces coutumes nous viennent de Pise ou de 
Gènes. Personne n'ignore en eff'et que, jusqu'au xv® siècle, 
elles restèrent en vigueur dans toute l'Italie 3. Le champ des 

1. Gregori, Statuti, p. LUI. 

2. Corsica septima décima provincia Italise. Pauli Historia Longobardorum, 
liv. II. 

3. « Les lois lombardes restèrent en 'vigueur plus que toutes les autres 
« législations barbares; cela est si vrai, qu'on les trouve citées jusqu'en 1451.» 
César Cantu, Hist. Univ. t. VII, p. 376. 



LES BAHBARËS. ' 141 

conjectures est vaste mais nous ne savons qu'une chose, c'est 
que nie formait la dix septième province du royaume d'Italie. 
Nous croyons donc inutile de nous étendre sur l'organisation 
lombarde, renvoyant une fois de plus à Gregori le lecteur dési- 
reux de connaître cette partie de l'histoire des barbares, dont le 
rôle s'efface avec l'arrivée des Francs en Italie. 

§ 4. Influence des barbares sur la Corse. 

Pendant toute la période de la lutte entre l'Empire et les 
Barbares, la Corse ne fut qu'un théâtre d'opérations secondaires. 
C'est en Italie et en Afrique que se décidait le sort des nations. 
Aussi l'île n'eut pas beaucoup à souffrir des fléaux, conséquence 
fatale d'une campagne difficile. Elle changeait de maîtres sans 
avoir à supporter les dévastations et les pillages de soldats 
furieux. Il y a donc lieu de croire que ni les Vandales, ni les 
Goths, ni les Grecs, ni les Lombards n'ont signalé leur passage 
par un déchaînement de toutes ces calamités qui ne laissent 
derrière elles qu'un amas de ruines. Mais ces changements 
répétés ont eu une grande et néfaste influence sur les mœurs et 
l'avenir de la race. Les Vandales et les Grecs, en rattachant la 
Corse à la province d'Afrique, en faisant peser sur ses habitants 
le poids lourd d'impôts exagérés, ont préparé les esprits à la 
révolte ; naturellement les insulaires devaient être portés à 
secouer leur joug pour faire retour à l'Italie et hâter la diminu- 
tion des charges qui les accablaient. Enfin, la faiblesse du pou- 
voir central favorisait les idées d'émancipation des populations 
de la montagne, fort peu civilisées ; les progrès imposés par les 
romains se trouvaient ainsi paralysés et tout porte à croire que 
la civilisation de la Corse eût sombré, dans cette triste période, 
sans l'intervention bienfaisante de l'Eglise romaine. 



CHAPITRE IX. 

LA CORSE ET LE SAINT SIÈGE. 

Sommaire. — § 1. Organisation de TÉglise corse au vie siècle. — 
§ 2. Monuments consacrés au culte. — § 3. Influence temporelle du 
Pape. -— § 4. Donation de la Corse au Saint Siège. 

§ 1. Organisation de V Église corse au V/* siècle. 

Au fur et à mesure du développement du christianisme, 
rÉglise s'organise, adoptant les cadres administratifs de TEm- 
pire. Le prêtre dans la paroisse, Tévèque dans son diocèse, se 
substituent peu à peu aux fonctionnaires civils. 

La Corse, à la fin du vi® siècle, dépendait, au point de vue 
ecclésiastique, du métropolitain de Rome : le Pape. Il est donc 
tout naturel que le Pape se soit spécialement occupé dé ses 
possessions spirituelles. La correspondance de Saint Grégoire 
le Grand nous permet d'étudier dans ses détails l'histoire ecclé- 
siastique de l'île. 

La majeure partie de la population est chrétienne. Des côtes 
la religion nouvelle a gagné les plateaux, refoulant le paganisme 
toujours plus haut vers la montagne. Les évêques s'emploient 
ardemment aux conversions ; mais si beaucoup d'indigènes se 
font baptiser, d'autres, déjà chrétiens, retournent au culte des 
idoles, tant il est difficile de changer les mœurs d'une nation. 
Il ne s'agit point là d'apostasies raisonnées, mais de simples 
défaillances d'esprits, poussés par la nécessité ou une ignorance 
complète de leurs devoirs. Une juste pénitence de quelques jours» 
suffisait pour autoriser leur réintégration dans la communauté 
des fidèles. Il n'en ressort pas moins de pareilles constatations 

1. Sancii Gregorii Papse I, Opéra omnia. Ad manuscriptos codices Romanos, 
Gallicanos, Anglicanos emendata et illustrata notis, studio et labore Mona- 
chorum ordinis Sancti Benedicti, Parisiis, MDCCV. 



LA CORSE ET LE SAINT SIÈGE. 143 

que rinfluence des païens est, dans certaines régions, assez 
grande pour disputer le terrain aux catholiques, puissamment 
soutenus par le prestige du nom romain et maîtres de tous 
les rouages de l'administration l. 

L'Église avait donc besoin de toutes ses forces pour mener à 
bien sa noble tâche; aussi la trouvons-nous fortement organisée 
à tous les échelons de la hiérarchie. 

La correspondance mentionne les évêques de Sagona, d'Aleria 
et d'Ajaccio ; si elle passe sous silence ceux du Nebbio et 
de Mariana, c'est sans doute parce que la situation intérieure de 
leurs diocèses ne nécessitait en aucune façon l'intervention du 
Souverain Pontife. 

Un évêque fut aussi attribué à la basilique de Saint-Pierre, 
située sur le mont Nigheuno 2; il faut voir dans cette désignation 
le premier évêque d'Accia, depuis longtemps vacant, quand, 
au XII* siècle, il fut relevé par le pape Innocent IL 

Les évêques étaient élus par l'Assemblée des fidèles ; lorsque 
deux candidats obtenaient l'un et l'autre un nombre respectable 
de voix, ils étaient tenus de se rendre à Rome où, après examen 
de leur passé et de leurs aptifudes, le Pape prononçait son 

1. Susceptis epistolis Fraternitatis vestrse, magnas omnipotent! Deogratias 
retulimus : quia de congregatione multarum animarum nos dignatus es 
relevare. Et ideo Fraternitas vcstra sollicite studeat opus quod cœpit,auxiliante 
Domino, ad perfectionem deducere. Et sive eos qui aliquando fidèles fuerunt, 
sed ad cultum idolorum negligentia aut necessitate reversi sunt, festinet cum 
indicta pœnitentia aliquantorum dienim ad fîdem reduccre, ut reatum suum 
plangere debeant.et tanto firmius tencant hoc ad quod Deo adjuvante revcr- 
tuntur, quanto illud pcrfecte defleverint unde discedunt; sive eos qui necdum 
baptizati sunt admonendo, rogando, de venturo judicio terrendo, quia ligna 
et lapides colère non debent, festinet Fraternitas tua omnpotenti Domino 
congregare ;... T. II, L. VIII, Epist. 1, Gregorius Petro episcopo Corsicœ^ 
année 598. 

2. Le texte de saint Grégoire n'est pas très clair : Vcstra autcm Fraternitas 
petiit ut sibi Episcopum in Ecclesia, quse non longe ab eodem monte 
(Negeugno) est, facere debeat : quod omnino libenter accepi ; quia quantum 
vicina fuerit, tantum prodesse animabus illic consistentibus amplius poterît. 
L. VIII, Ep. 1. Année 598. Le sens général de la phrase semble indiquer qu'au 
lieu de Episcopum il convient de lire Episcopium. Il ne s'agirait, dans ce cas, 
que de la construction d'une simple résidence épiscopale au lieu de l'institu- 
tion d'un évêché. Mais la résidence appelle l'évêque ; étant données les diffi- 
cultés des communications, nous pensons que Saint-Pierre d'Accia fut érigé 
de très bonne heure en évêché. 



144 CHAPITRE IX. § l*^ 

choix. Mais le suffrage universel est capricieux et souvent les 
électeurs sont têtus ; chaque parti voulait avoir son évêque et, 
un instant, les diocèses d'Ajaccio et d'Aleria se trouvent privés 
de leurs pasteurs. Saint Grégoire s'élève, avec beaucoup de 
véhémence, contre son représentant dans l'île, parce que le 
désaccord règne dans les paroisses, au moment des périodes 
électorales l. Il tourne la difficulté en envoyant des évoques 
d'Italie visiter les églises corses ; un de ces prélats, Martin, 
évêque de Tainatis, est appelé à l'évêché d'Aleria 2 et Léon est 
nommé chorévêque deSagona, avec ordre de visiter sa circonscrip- 
tion et d'y remplir tous les offices d'un titulaire : instruction des 
ecclésiastiques, maintien de la discipline et autres devoirs ana- 
logues. Ces atteintes au droit électif des communautés chré- 
tiennes,droit jalousement confirmé partons les synodes, prouvent 
combien devait être grand le désarroi des églises insulaires et 
expliquent les instantes recommandations du Pontife aux fidèles, 
pour les engager à obéir à leurs nouveaux pasteurs 3. 



1. Gregorius Bonifacio Corsicœ defensori. Experientia tua non sine cul pa est 
quod Aleriam atque Adjacium civitates Corsicœ diu sine Episcopis esse 
cognoscens, clerum et populum earum ad eligendum sibi saccrdotem distule- 
rit commonere. Quœ quoniam sine proprio amplius non debent esse Rectore, 
prsesenti auctoritate suscepta, clerum et populum singularum civitatum 
hortari festina ut inter se dissentire non debeant, sed uno sibi consensu una- 
quseque civitas consecrandum eligat sacerdotem. Et facto decreto, ad nos is 
qui fuerit electus, adveniat. Si autem in uno consentire noluerint, sed in 
duorum se elcctione diviserint, similiter decretis ex more faotis ad nos 
adveniant, ut requirentes de vita, actu et moribus eorum, is qui visus fuerit, 
ordinetur. L. XI, Epist, LXXVII, année 601. 

2. Gregorius I, papa, Martinum, episcopum quondam Tainatis ecclesias, in 
Corsica Aleriensem episcopum constitua. Et quoniam Ecclesia Tainatis, in 
qua dudum fuerat honore sacerdotali tua fraternitas decorata, ita est delictis 
facientibus hostili feritate occupata atque diruta, ut illuc ulterius spes 
remeandi nuUa remanserit, in ecclesiam te Alirensem, quœ jam diu Pontificis 
auxilio destituta est Cardinalem te secundum petitionis tuae modum, hac 
auctoritate constituimus sine dubio sacerdotem. L. l,Epist. LXXIX, année 591. 
Tainatis est, d'après M. Letteron, à identifier avec Tadinum, évêché de 
rOmbrie. Le texte de cette lettre n'est pas le même dans toutes les éditions ; 
les Bénédictins au lieu de ... remanserit, in Ecclesiam te Alirensem, donnent 
... remanserit in Ecclesia Saonensi. Nous avons suivi la leçon des Monumenta 
Germaniœ historica, 

(3) Gregorius I papa in duabis epistolis clero et nobilibus CorsicK nuntiat,se 



LA CORSE ET LE SAINT SIÈGE. 145 

A la tête des paroisses étaient placés les prêtres {prœsbyteri), 
ordonnés et nommés par les évêques ; on exigeait certaines 
qualités du personnel qui demandait à recevoir les ordres. 
Avant tout il fallait qu'il fut libre. Cependant l'interdiction 
absolue du mariage aux.clercs des ordres majeurs, prononcée par 
le concile d'Elvire (324), n'était pas scrupuleusement observée. 

La plupart des prêtres corses étaient mariés ; quelques-uns 
même, il est permis de le supposer, cherchaient dans le concu- 
binage les plaisirs permis aux païens. Le Pape s'élevait sévère- 
ment contre la cohabitation des prêtres avec des femmes qui 
n'étaient ni leurs mères, ni leurs sœurs, ni leurs épouses légi- 
times 1. Ces mœurs n'étaient pas spéciales au clergé corse. Il 
est naturel, du reste, que, dans une île rattachée à l'empire 
d'Orient, les coutumes de l'église grecque aient longtemps pré- 

Martinum episcopum Aleriensem et Leonem visitatorem ecclesiœ Saonensis 
constituisse. Augustus 591. 

Gregorio clero nobilibus Corsicse a pari duas 

Ea de re quoniam ecclesia 

Alarensis sacerdotis Saonensis sacerdotis diu est auxilio desti- 

diu est auxilio destituta, tuta necessario duximus, Leoni fratri et 

necessario duximus, coepiscopo nostro ejus operam visitationis 

Martinum fratrem et iniungere. Cui etiam in ea parochiisque 

coepiscopum nostrum ipsius prsesbyteros atque diacones conces- 

ibidem cardinalem simus ordinandi ficentiam, eumque rébus 

consistere sacerdotem. ejus quousque illic fuerit,ut proprium Pon- 

tificem uti permisimus. 

Ideoque scriptis prsesentibus admonemus, uti-prœfatum visitatorem caritas 
vestra cum omni devotione suscipiat eique obedientiam in bis quœ ration! 
conveniunt, sicut ecclesise decet filios, exbibite ; quatenus omnia, quœ ad utili- 
tatem subscriptse pertinere cognoscistis ecclesise, vestra valeat devotione suful- 
tus implere. L. I, Epist, LXXX. 

Cette lettre est extraite des Monumenta Germanise historica ; les éditeurs 
font remarquer que, sur les manuscrits, le document n'est point partagé en 
deux parties mais, d'après eux, l'expression a pari duas implique deux 
lettres. Au lieu de alarensis ecclesia, plusieurs manuscrits donnent : Sona- 
nensis, Alirensis, Ararensis, Sonasausis, Soanansis, Saonensis, Aleri. 

1. Praeterea volumus, ut Sacerdotes qui in Corsica commorantur, prohiberi 
debeant, ne cum mulieribus conversentur, excepta dum taxât matre, sorore, 
vel uxore, quœ caste regenda est. Tribus vero, de quibus prsedicto filio meo 
Bonifacio Diacono tua experientia scripsit, quia vebementer egent, quidquid eis 
sufficere œstimas, impende ; quod nos in tuis postmodum rationibus imputa - 
bimus. Data mense Julio. L. I, Ep, LU, Gregorius Symmacho defensori, 
JuUIet 591. 

10 



146 CHAPITRE IX. § !•'. 

values. Or, à cette époque, il était permis aux prêtres de cette 
église de vivre dans le mariage qu'ils avaient contracté avant 
Tordination. 

Au troisième rang de Tordre ecclésiastique étaient les diacres, 
dont les fonctions consistaient à distribuer Teucharistie, à 
baptiser même, avec la permission de Tévêque. Ces clercs, véri- 
tables vicaires et suppléants des évêques, acquirent peu à peu 
une grande importance. 

Toutes ces fonctions étaient très recherchées. Pour faciliter 
aux clercs leurs devoirs, Constantin le Grand les affranchit de 
Tobligation de remplir les charges municipales gratuites. 
L'Empereur Constance les exempta, eux, leurs familles et leurs 
gens, des impôts extraordinaires. Dès lors beaucoup de citoyens 
devaient être tentés d'entrer dans les ordres pour échapper aux 
impôts qui pesaient lourdement sur les contribuables. Il est 
vrai que plusieurs édits défendaient aux riches la carrière ecclé- 
siastique, à moins d'avoir préalablement fait abandon • de leur 
fortune, soit à la curie elle-même, soit à un de ses membres. 

Au privilège de llmmunilé dont les clercs jouissaient dans 
l'Empire, s'ajouta bientôt le privilège du for, privilegium fori. 
Les prêtres, désormais, ne furent justiciables que des tribunaux 
ecclésiastiques ; même dans les causes criminelles, ils devaient 
être jugés par leurs supérieurs ; ils n'étaient livrés au bras sécu- 
lier qu'après dégradation de leurs ordres. 

En Corse, l'autorité civile ne tenait pas toujours compte de 
ces prescriptions, confirmées cependant par l'approbation des 
Empereurs. Aussi Saint Grégoire ne cessait de s'élever contre ces 
empiétements du pouvoir civil sur l'autorité ecclésiastique : « Si 
tu étais un homme, écrit-il au defensor Boniface, tu ne tolérerais 
pas de pareils abus. » ^ 

1. Prseterea pervenit ad nos quod quidam Clericorum, te illic posito, a 
laïcis teneantur. Quod si ita est, tuae hoc culpse noveris reputari : quia hoc 
fieri si homo esses non habuit. Et ideo de cetero sollicitudinem te habere 
necesse est, ut hoc fieri non permittas : sed si quis contra Clericum causam 
hahuerit, Episcopum ipsius adeat. Qui si forte suspectus fuerit, executor vel 
ab ipso, aut si et hoc actor refugerit, a tua est Expericutia deputandus, qui 
partes sibi mutuo consensu judices compellat eligere. A quibus quidquid 
fuerit definitum, ita vel tua vel Episcopi soUicitudine, servata lege, modis 
omnibus compleatur, ut non sit unde se possint litigiis fatigare. L. XI, Epist, 
LXXVII, Gregorius Bonifacii Defetisori Corsicœ, année 601. 



LA CORSE ET LE SAINT SIÈGE. 147 

Le defensor Corsicx dont nous avons eu l'occasion de parler, 
était le représentant du Pape dans la province. Ses fonctions 
consistaient à faire respecter les droits de TElglise, à accepter et 
à recueillir les legs faits aux pauvres, à protéger les incapa- 
bles et à administrer les biens relevant du Saint-Siège. Il veil- 
lait à la nomination des évêques, statuait sur les cas litigieux 
entre clercs, rappelait au respect de la discipline, et maintenait 
l'unité de doctrine, base fondamentale de la foi. 

Au defensor était adjoint un notaire chargé de la rédaction et 
de la conservation des actes. 

La correspondance de Saint Grégoire mentionne deux défen- 
seurs : Symmaque (591) et Boniface (601) et un notaire : Boni- 
face (603). 

§ 2. — Monuments consacrés au culte. 

La paroisse, à l'origine, correspondait à la civitas. Elle com- 
prenait un territoire plus ou moins étendu, répondant approxi- 
mativement à la superficie d'un canton actuel. De même que 
l'oppidum marquait l'emplacement du centre de la cité, ainsi la 
croix d'abord, l'église ensuite, s'élevèrent au centre delà nou- 
velle communauté. Autour de ces points de ralliement, les jours 
de fête, le prêtre célébrait les mystères sacrés, revêtus des habits 
que portaient alors, dans la vie ordinaire, les personnes honora- 
bles chargées d'une fonction publique. 

Plusieurs oratoires furent construits, plus tard, dans les limi- 
tes d'une même paroisse, soit afin de faciliter aux populations 
éloignées de l'église l'accomplissement de leurs devoirs reli- 
gieux, soit dans un but de piété, comme d'honorer spécialement 
quelque saint. 

En Corse, ces églises primitives se trouvaient pour la plupart 
en rase campagne ; presque toutes ont disparu ou fait place h 
des édifices nouveaux, mais leur nom est resté attaché au site 
qu'elles ont occupé. 

Saint Grégoire était un trop profond politique et un trop 
habile tacticien pour ne pas pousser à fond la conquête spiri- 
tuelle de la Corse. Sous son habile impulsion, le clergé plante 
sa croix, comme un drapeau, sur les sommets des hauts pla- 
teaux et, pour assurer sa conquête, élève des églises, éternels 



148 CHAPITRE IX. § 2. 

remparts de la foi, destinés à repousser les continuels assauts 
de l'impiété et d^ la barbarie. Dès la première année de son pon- 
tificat (591), il prescrivit de bâtir un couvent dans l'île, qui n'en 
possédait aucun. Les monastères, pépinières de clercs, sources 
permanentes d'instruction et d'édiflcation, étaient un élément 
essentiel pour assurer le triomphe de l'église. Le pape presse les 
travaux, fournit l'argent nécessaire, intervient même dans le 
choix de l'emplacement. Il veut que le couvent s'élève sur le 
bord de la mer, dans un endroit fortifié ou facile à fortifier. Les 
barbares menaçaient l'empire et il importait que les moines 
fussent à l'abri d'un coup de main. 1 

Ce que nous ne pouvons pas nous expliquer c'est la raison 
qui a décidé le Souverain Pontife à ne pas peupler de suite 
un couvent déjà construit et offert à l'Église par une vénérable 
femme nommée Labina 2. Il accepte le bâtiment et compte 
donner satisfaction aux intentions de la donatrice, mais, pour le 
moment, il tient à son idée r avoir un monastère sur les bords 
de la mer. Il est permis de conjecturer que dans son esprit ce 
monastère devait être le trait d'union entre Rome et les églises 
de l'intérieur de l'île. 

Cinq ans après, Pierre, évêque d'Aleria, recevait la mission de 
construire une basilique et un baptistère sur les flancs du 



1. Filius meus Bonifacius Diaco nus dixit mihi.quod experîenta tua scripsis- 
set, monasterium quondam ab Labina religiosa femina constnictum paratnm 
existere, ut in eo debeant monachi ordinari. Et quidem laudavi sollicitudinem 
tuam; sed volo ut excepto eo loco,qui jam in eamdem rem dimissus est,locus 
alter debeat provideri : ita tamen, ut pro incertitudine temporis locus super 
mare requiri debeat qui aut loci dispositione munitus existât, aut certe 
non magno labore muniri valeat, ut illuc monachos transmittamus : 
quatenus insula ipsa, quœ monasterium nunc usque non habuit, 
etiam in hujus conversationis via meliorari debeat. Ad quam rem implendam 
atque providendam Horosium abbatem, praesentis praecepti portitorem, direxi- 
mus, cum quo tua experientia littora Corsicse circumeat ; et si cujuslibet 
personsee privatœ locus talis inveniri dignus potuerit, dignum parati sumus 
pretium dare, ut possimus aliquid firme constituere... Ita igitur experientia 
tua façiat, ut ex utraque re, id ex vel providendo in Corsica monasterio, vcl 
corrigendis Monachis in Gorgonia, non nostrse, sed voluntati omnipotentis 
Del parère festines. L. I, Epist. LU, Gregorius Sgmmacho defensori ; 
année 591. 

2. Variantes : Labinia et Albina. 



LA CORSE ET LE SAINT SIÈGE. 149 

mont Nigeuno l, au centre des domaines pontificaux de Cella 
Cupia. 

Il ne faut pas se laisser éblouir par les mots. Au vi* siècle, une 
basilique n'implique pas l'idée d'un monument remarquable par 
ses dimensions et la richesse de son ornementation, c'est un 
simple bâtiment rectangulaire plus long que large, à l'extrémité 
duquel se trouve souvent une niche ou abside ; généralement la 
nef n'avait d'autre fermeture que le toit lui-même, et l'on pouvait 
voir d'en bas le comble de l'édifice dans toute sa longueur, 

A côté de ces constructions rectangulaires il y avait des édifices 
ronds, servant surtout de baptistères ou de chapelles funéraires. 
Ces bâtiments spéciaux étaient généralement construits dans le 
voisinage des églises. 

Je demande pardon au lecteur d'entrer dans des détails 
d'histoire générale ; je juge ces explications nécessaires pour 
jeter un peu de lumière sur les textes de saint Grégoire, que 
quelques écrivains locaux ont faussement interprétés, par suite 
d'une complète ignorance de la valeur des mots. 

L'évêque d'Aleria poussa les travaux avec une infatigable 
activité ; en 598, la basilique était ouverte au culte, sous le 
vocable de Saint Pierre, et pourvue d'un desservant ; quelque 
temps après un presbytère était annexé au bâtiment principal. 

Le baptistère, placé sous la protection de saint Laurent, lut 
construit à la même époque. Les fêtes baptismales revêtaient en 
ces temps héroïques un éclat tout particulier ; elles duraient 
huit jours, pendant lesquels les néophites, habillés de vêtements 
blancs (dominica in albisl, recevaient successivement tous les 
sacrements. Ces vêtements étaient achetés par les prêtres corses 
au moyen de fonds mis à leur disposition par le Pape 2. 



1. Quoniam in insula Corsica in loco Nigeuno, in possessione, quse Cellas 
Cupias appellatur, juris Sanctse Romanse, cui Deo auctore deservimus Eccle- 
sise, basilicam cum baptisterio in honorem beati apostolorum Principis 
Fetri, atque Laurcntii Martyris prolucrandis animabus fundari prsccipimus : 
idcirco Fraternitatem tuam his bortamur assatibus, quatenus ad prœdictum 
locum debeat incunctanter accedere, et venerandie solemnia Dedicationis 
impendens, prsedictam Ecclesiani et baptisterium solemniter consecrare te 
volumus. Sanctuaria vero suscepta summa cum reverentia collocabis. L. VI, 
Epist. XXII, Gregorius Petro Episc, Aleriensi de Corsica. Année 596. 

2. Transmisimus autem Fraternitati tuœ quinquaginta solidos ad vesti- 



150 CHAPITRE IX. § 2. 

Il ne nous reste maintenant qu'à chercher les emplacements 
de ces divers monuments. 

La comparaison du texte de saint Grégoire avec les donations 
faites à Tabbaye de Monte-Christo nous permet d'identifier 
le mont Nighcuno avec le mont Saint-Pierre qui s'élève entre 
les vallées d'Orezza et celles de Rostino. Peu importe que ces 
donations soient des reconstitutions plus ou moins adroites de 
documents disparus; peu nous importe qu'elles aient été forgées 
de toutes pièces ; leur valeur historique peut et doit être contes- 
tée mais, au point de vue topographique et linguistique, elles 
représentent le plus riche trésor du bas moyen-âge. Tous les 
noms des parcelles de terre qu'elles mentionnent se retrouvent 
sur le cadastre, quelquefois détournées de leur signification par 
des topographes ignorant la langue du pays. 

Le mont Nigheuno, en effet, se trouvait sur une possession du 
Pape, désignée sous le nom de Cella Cupia ; or, le mont Saint- 
Pierre surplombe à l'Est le village de Cella-Petricajo i et au Sud- 
Ouest le canton de San Lorenzo qui est limité à l'Ouest par la crête 
de Sant'Angelo-di-Czippa. Sans crainte de nous tromper, nous 
pouvons dire que le fief de Cella Cupia comprenait au moins une 
portion des cantons actuels de Morosaglia (JMarii Sala) et de San 
Lorenzo et que le mont St-Pierre correspond au mont Nigheuno. 
L'église bâtie sur les flancs de cette montagne doit être identifiée 
avec l'église d'Accia et non avec l'église voisine de Rescamone, 
comme ou l'a écrit dans ces dernières années. En effet, exami- 
nons les particularités que présentent les ruines d'Accia ; nous 
constatons d'abord qu'elles comprennent deux corps de bâti- 
ment : l'église proprement dite et le presbytère. « Les murs de 
« l'église, dit Mgr Foata et ceux de la maison semblent avoir été 
« bâtis tout d'un trait et à la même époque: attendu que,construits 
« avec mêmes matériaux et même mortier de chaux et terre mê- 
« lée,ils sont liés ensemble et non juxtaposés. Cependant, la croix 
« percée à jour sur la façade de l'église aurait-elle était faite, si 
« elle devait être immédiatement masquée par la maison ? Cela 

menta eDrum,qui baptizaiidi sunt, comparanda ; Presbytère quoque Ecclesise, 
quae in Negheugao monte sita est, possessionem quam tua Fraternitas petiit, 
dari feciinus, itaut quantum prœstat, tantum de solidis quos accipere consue- 
verat, minus accipiat. L. VIII, Epist. I, année 598. 
1. Carte de rétat-major, P» 263. 



LÀ CORSE ET LE SAINT SIÈGE. 151 

ne parait guère probable ^ ». L'observation est judicieuse, la 
maison a été bâtie trois ans après Téglise. 

L'église d'Accia remplit donc toutes les conditions indiquées 
par la correspondance de saint Grégoire ; elle est sous le vocable 
de saint Pierre ; elle est située non loin du mont Nigheuno ; elle 
se trouve dans la région de Cella Cupia et elle est pourvue d'un 
presbytère. 

Elle ne peut donc être confondue avec l'église de Rescamone 
qui ne présente aucune de ces particularités. 

Le baptistère, bâti par ordre de Saint Grégoire sous le vocable 
de Saint-Laurent, doit marquer l'emplacement du village de San 
Lorenzo, situé à environ 8 kilomètres de Saint-Pierre d'Accia. 

Nous n'avons aucun renseignement sur le premier couvent de 
la Corse, fondé à cette époque. Nous savons qu'il était situé sur 
les bords de la mer, dans un endroit facile à défendre. Le cou- 
vent de Sainte-Marie, qui s'élevait sur l'emplacement actuel de 
la chapelle de Sainte-Catherine-de-Sisco, remplit ces conditions ; 
évidemment il y a lieu de rejeter les assertions de Semidei et de 
Vitalis qui font remonter sa construction à l'an 400 de notre 
ère, mais il est possible que nous soyons en présence du cou- 
vent mentionné par la correspondance de Saint Grégoire^ 

Au VI* siècle, il existait en Corse un second couvent dû aux 
libéralités de la pieuse Labina. Il serait vraiment extraordinaire 
qu'au cours de son pontificat Saint Grégoire n'y ait pas envoyé 
de moines. Nous pensons que nous sommes en présence de 
l'abbaye de San Stefano-de-Venaco, dont l'antiquité se perd 
dans les ténèbres des donations au monastère de Monte Christo 2. 
Ce qui est certain c'est que, jusqu'à preuve du contraire, les 
couvents de Sainte-Marie-de-Sisco et de San-Stefano-de-Venaco 
sont les plus anciens de la Corse et tout porte à croire qu'ils 
remontent au pontificat de Saint Grégoire. 

§ 3. — Influence temporelle du Pape. 

L'action bienfaisante de Saint Grégoire se manifestait non 
seulement dans l'organisation du culte et la propagation de 

1. Foata (Mgr), p. 52. 

2. Ces chartes ont été publiées par Muratori, Cambiaggi et la Société des 
sciences historiques de Bastia etc., nous les supposons connues par le lecteur. 



152 CHAPITRE IX. § 3. 

la foi, mais aussi dans une application constante à réparer les 
maux que causait la négligence ou la cupidité des fonction- 
naires impériaux. En 595, avec une éloquence d*apôtre,il s'adres- 
sait à l'Impératrice Constance et dans un tableau saisissant 
traçait l'état lamentable du pays. Comme des oiseaux de proie, 
les agents du fisc s'abattaient sur les campagnes, pressurant 
avec une férocité inexorable les malheureuses populations 
réduites à vendre leurs enfants sur le marché aux esclaves pour 
payer l'impôt l. Il réclamait des administrateurs intègres et 
habiles ; il priait l'exarque d'Afrique de veiller à la défense du 
pays qui était à la merci des barbares, il s'efforçait par tous les 
moyens de parer aux terribles événements qui se préparaient et 
il ne refusait jamais une lettre de recommandation à ceux qui 
imploraient son assistance 2, Ce détail, infime en apparence, 
peint l'homme politique mieux que de longues phrases ; il 



1. Corsica vero insula tanta nimietate exigentium, et gravamine premitur 
exactionnam, ut ipsi qui in illa sunt, eadem quœ exiguntur complere vix 
filios suos vendendos sufficiant. Unde sit ut derelicta pia Republica, posses- 
sores ejusdem insulœ ad nefandissimam Langobardorum gentem cogantur 
efifugere. Quid enim gravius, quid credelius a Barbaris pati possunt, quam 
ut contricti atque compressi suos vendere filios compellantur ? L. V, Epist, 
XLI ; Gregorius Constantinœ Augustes, année 595. 

2. His,qui se apud Excellentiam vestram nostris desiderant Epistolis corn- 
mendari, securi de vestra benignitate, facimus quod petimur. Ruserius siqui- 
dem Cornes cum aliis concivibus suis a vobis, ut cognovimus, ad Âfricanam 
evocati Provinciam, petierunt scriptorum nostrorum sibi apud vos prodesse 
suffragia. Quapropter Excellentiam vestram paterno salutantes affectu, peti- 
mus ut eos in nullo a quoquam patiamini apud vestros animos contra justi- 
tiam ingravari ; sed sicut circa commisses vobis pia discretaque vos novimus 
invigilare cautela, ita et de his tranquille disponere, inspirante vobis Domino 
de beatis, atque de insulœ ipsius sollicitius tractare cautela : ne si illuc 
exercitus sine persona utili, quae hune gubernare valeat, incauta dispositione 
transmittitur, adjumentum hostibus prœbeatur. Quia autem Ânastasium tri- 
bunum, quem illic Excellentia vestra ordinaverat, bene secum egisse, atque 
in nulla laesione eum afferunt misculsse se provincise, quem etiam nunc et 
remotum graviter ferunt, praecipiat Excellentia vestra illuc eum iterum des- 
tinari, suisque adhortationibus firmari : ut qui de bona actione jam placuit, 
nullius ad maie agendum suasionibus incitetur ; ne tantorum judicium.quod 
ex bona administratione habere meruit, deterius perdat, quod non optamus 
agendo contraria. Ita ergo petimus, ut vestra Excellentia faciat quatenus 
bonum vestrum quod testatur Africam, etiam Corsica cognoscat. L. VII, 
Epiêt. III, Gregorius Gennadio Patricio Afric«, année 597. 



Là corse et le saint siège. 153 

prouve la popularité dont il jouissait et l'habitude qu'avaient 
contractée les insulaires de recourir à sa bonté. 

Enfin, le Souverain Pontife, conformément au droit romain, 
exerçait, dans ses domaines de Tile, sa juridiction sur les colons, 
ce qui nécessitait des magistrats, des prétoires et des prisons. 
Il faisait aussi acte de souveraineté, en faisant fortifier les cou- 
vents, en ouvrant des chemins, en prenant sous sa protection 
les pauvres, les veuves et les orphelins, en intervenant directe- 
ment auprès des gouverneurs. 

Mais c'est surtout dans la reddition de la justice que se faisait 
sentir l'autorité de l'Église. Il était d'usage parmi les premiers 
chrétiens de ne pas porter leurs différends devant les tribunaux 
.païens, mais de les terminer entre eux ; les fidèles prirent ainsi 
rhabitude de s'en rapporter à l'arbitrage de l'évêque. Cette juri- 
diction, consacrée par Constantin, entra en concurrence avec la 
juridiction impériale et finit, dans certaines provinces, par 
l'absorber. 

L'administration de la justice fut une des principales préoccu- 
pations de Saint Grégoire ; il intervenait à chaque instant en 
faveur des pauvres et des incapables, trop souvent victimes de 
la partialité des tribunaux, faisait étudier leurs réclamations et 
leurs doléances et rappelait au defensor de la province qu'il 
était le protecteur légal de tous les malheureux i. 

Il est permis de croire que la politique habile de Saint Gré- 
goire fut suivie par ses successeurs. Malheureusement les 
documents que j'ai consultés ne me permettent pas de suivre 
chronologiquement le développement de l'Église insulaire. C'est 
à peine si je peux noter qu'en 708 le pape Sisinnius nomma un 
évêque en Corse 2. 

Au milieu du viii« siècle, le Saint Siège, grâce à la création des 
évêchés et à l'institution des paroisses, possède tous les moyens 
pour être entendu du plus humble des fîdèles.Tandis que l'auto- 

1. Quia vero multi illic paupcres opprimi ac pati prsejudicium perhibentur, 
Ëxperientia tua sollicitudinem gerat, et gravari eos contra justitiam non per- 
mittat : sed ita studeat, ut uec agentes contra rationem impcdiri, nec hi 
contra quos agitur injuste valeant dispendium sustinere. L. XI, Epist, 
LXXVII, Gregorius Bonifacio defensori Corsicœ, année 601. 

2. Sisinnius papa fecit autem episcopum in insula Corsica unun). Gestarum 
Pontificum Romanorunif dans Mon. Germantes hist, t. I, p. 221. 



164 CHAPITRE IX. § 3. 

rite impériale s'affaiblit et ne se manifeste que par des vexations 
et toutes sortes, le Pape crée de nouveaux clercs, multiplie les 
couvents d'où jaillissent l'instruction et la civilisation, et n'in- 
tervienl que pour apporter un peu d'adoucissement aux misères 
du peuple. Aussi un courant puissant d'amour et de respect 
monte-t-il du peuple vers le Pape et ses représentants : les 
évèques, les prêtres et les moines. En moins de deux siècles, 
la Corse, lasse du joug des Barbares qui l'écrasent, est de tout 
cœur acquise au Saint Siège. 

§ 4. Donation de la Corse au Saint Siège. 

Au commencement du vin* siècle, l'autorité de l'Empereur 
d'Orient sur l'Italie était purement nominale. Il y avait bien, à 
Ravenne, un exarque gouvernant et surtout rançonnant, au 
nom de la cour Byzantine, les provinces non envahies par les 
Lombards, mais les ducs qu'il nommait et les magistrats muni- 
cipaux, toujours électifs, de la Corse^ de la Sicile et de la 
Sardaigne, échappaient à ses ordres. De leur côté les Lombards 
purent, un instant, comprendre l'île parmi leurs possessions 
mais leur action ne s'y fit jamais sentir. Un seul pouvoir 
restait organisé : celui du Pape. 

L'intervention de Pépin le Bref dans la lutte qui s'était 
engagée entre Aslolf, roi des Lombards, et le Saint-Siège, allait 
légitimer une situation créée par les événements et l'habile 
politique de Rome. 

Pépin, victorieux dans deux campagnes (754-756), fit à Quierzy 
une promesse de donation au pape Etienne III de toutes les 
provinces d'Italie qui ne dépendaient pas légalement de la 
couronne de Pavie ; la Corse tout entière était acquise au Saint- 
Siège. 

En 774, Charlemagne était, à son tour, appelé en Italie, pour 
combattre les Lombards qui furent écrasés et définitivement 
réduits à l'impuissance. Ce prince ratifia la donation promise 
vingt ans auparavant et y fit ajouter une partie de l'exarchat 
de Ravenne 1. 

1. (Ciim Carolus rex Pippiiii régis) promissionnem quœ in Francia in loco 
qui vocatur Carisiaco facta est, sibi relegi fecisset, aliam donationis promission- 
nem ad instar anterioris ascribi jussit per iEtherium capellanum et notarium 
suum, ubi concessit easdem civitates et territoria beato Petro, easque 



LÀ CORSE ET LE SAINT SIÈGE. 155 

L'original de ces denatâons ii*existe plus, et celui qui fut 
produit plus tard a été l'objet d'ardentes <itseiissiâii& Les uns 
croient fausse l'information si précise de la Vita Hadrianl 
donnée par le Liber Pontificalis, d'autres en diminuent Timpor- 
tance et considèrent le passage id est a Liinis, , . jusqu'au mot 
Beneoentanum comme une inlerpolation. 

Ces critiques, si elles étaient admises, prouveraient que 
Charlemagne n'a pas donné la Corse au Saint-Siège. Nous 
n'avons pas ici à discuter sur des opinions contradictoires, nous 
devons nous borner à n'interroger que les textes et les faits. En 
ce qui concerne la Corse, une lettre du pape Léon III reproduite 
par dom Bouquet tranche définitivement la question. En 806, 
la Corse, nous le verrons plus loin, était menacée par les 
Sarrasins. Que fait le Pape ? Immédiatement il invoque l'inter- 
vention de Charlemagne sans oublier de lui rappeler la donation 
faite quelques années auparavant i. A moins d'admettre que 
cette lettre a été forgée pour contrarier les critiques, la donation 
de la Corse au Saint-Siège par les rois des Francs ne peut être 
mise en doute. 

Malheureusement pour l'île la Papauté va bientôt se heurter 
à un ennemi terrible, le Sarrasin. 

(Âdriano) pontifîci contradi spopondit per designatum confinium, sicut in 
eadem donatione contineri monstratur, id est : a Lunis cum insula Corsica, 
deinde in Suriano, deinde in monte Burdone, inde in Berceto, deinde in 
Parma, deinde in Regio et exinde in Mantua atque in monte Silicis, simulque 
universum exarchatum Ravennatum, sicut antiquitus erat, atque provincias 
Venetiarum et Istriam, nec non et cunctum Spoletinum seu Beneventanum. 
Liber Pontificalis, c. 43. * 

1. De vero Ecclesiis Dei, ut suas liabeant justitias, atque littoraria nostra 
et vestra ab infestationc paganorum et inimicorum nostrorum tuta reddantur 
atque defensa, nos, quantum Dominus virtutem donaverit, cum ipso praedicto 
filio nostro studium ponimus : sel vestrum consillum et vestrum solatium et 
nobis et illi necesse est. De autem insula Gorsica unde et in scriptis et per 
Missos vestros nobis emisistis, in vestrum arbitrium et dispositum 
committimus, atque in ore posuimus Helmengaudi Gomitis, ut vestra donatio 
semper firma et stabilis permaneat et ab insidiis inimicorum tuta persistât. 
Lettre du pape Léon III à Charlemagne, 806, dans dom Bouquet, t. V, p. 599. — 
Déjà sous le pape Léon III les Gorses avaient leur quartier particulier à Rome, 
c ainsi que des écoles, autrement dit des confréries, dont les noms sont restés 
c à des églises, à des hôpitaux, à des collèges, à des académies ». Gésar 
Gantu. Hist, Univ. trad. Aroux et Leopardi, t. IX, p. 71. — Anastasele 
Bibliothécaire, dans la Vie de Léon III, mentionne, à Rome, le uicus Corsorum, 



CHAPITRE X. 

INVASIONS DES SARRASINS. 

Sommaire. — § 1. Premières incursions des Sarrasins en Corse. — 
§ 2. Expéditions des généraux de Charlemagne. — § 3. Expédition 
du Comte Boniface. — § 4. Emigration des Corses en Italie. — 
§ 5. La Corse au pouvoir des Sarrasins. — § 6. Expulsion des 
Sarrasins. — § 7. Influence des invasions Sarrasines sur la Corse. — 
§ 8. Conclusion. 

§ 1. Premières incursions des Sarrasins en Corse. 

Pendant que l'empire romain succombait sous les coups des 
barbares, un événement considérable s'accomplissait en Asie, 
par l'entrée en scène de Mahomet (622). Cinquante ans après, 
les musulmans occupaient tout le Nord de l'Afrique et avaient 
une marine à leur disposition. Les grandes expéditions mari- 
times allaient commencer Dès l'année 648, Moavia, gouver- 
neur de Syrie, faisait une descente dans l'île de Chypre ; vingt 
ans après, un chef arabe, Abd-Allah-ibn-K'aïs-ibn-Makhlad-el- 
Fazâri, pillait Syracuse, en Sicile. Depuis cette époque, les 
provinces méditerranéennes n'eurent plus un instant de repos. 

Il ne m'a pas été possible de déterminer la date précise de la 
première incursion des Sarrasins en Corse. Pielro Cirneo, dans 
sa chronique, place cet événement à une date correspondant à 
la bataille de Poitiers, gagnée par Charles Martel sur Abd-er- 
Rhaman, en ayant soin de préciser qu'il ne parle que d'après la 
tradition. Il est donc inutile d'insister sur ses anachronismes 
évidents et nous rejetons toute la partie de son récit concernant 
les exploits de Charles Martel dans l'île i. 

En vérité, les écrivains chrétiens ne font aucune mention des 
premières visites des musulmans dans la Méditerranée. Si nous 
en croyons Novayry, historien arabe, dès l'an 712, une escadre 

1. Ptetro Cirneo^ De rébus corsicis libri quatuor, trad. Letteron, p. 72. 



INVASIONS DES SARRASINS. 157 

de l'émir Mouçà-ibn-Nos'aïr, serait venue piller une partie de 
la Sardaigne, dévastant les églises et les maisons des riches î. 
Ce récit nous paraît digne de croyance et se trouve en quelque 
sorte confirmé par Tempressement de Liutprand à faire trans- 
porter, de Cagliari à Pavie, les reliques de Saint Augustin, qu'il 
importait de soustraire à la fureur des ennemis du christia- 
nisme. Cette translation a eu lieu selon les uns en 721, selon les 
autres en 722 et même en 725 2. La date exacte n'a pas grand 
intérêt, ce fait n'ayant d'importance que parce qu'il confirme la 
présence des Sarrasins en Sardaigne dès le commencement du 
VIII® siècle. Leur apparition en Corse, vers la même époque, 
découle de leur marche, et peut-être circonscrite entre 712 et 739, 
date de leur première descente sur les côtes de France, dans 
l'île de Lérins, aux environs d'Antibes 3. H est probable que ces 
premières invasions se bornèrent à quelques légères incursions. 
Mais, vers 759, il est certain que l'île était sérieusement mena- 
cée ; 4es moines du couvent de la Gorgona dont dépendaient les 
couvents insulaires, ne se sentant plus en sûreté, faisaient trans- 
porter, de Corse à Brescia, les reliques de Sainte Julie *. Ce fait 
simple en lui-même est, pour quiconque connaît l'histoire des 
invasions musulmanes, une preuve indiscutable de l'appari- 
tion des Sarrazins. Tout déplacement de reliques marque leur 
approche redoutée. 

Sans aucun doute, dès le viii« siècle, la Corse eut a souffrir 
des dévastations musulmanes, ce qui explique qu'à propos de 
la campagne de 807, Eginhard ait pu écrire : « Burchard défendit 



1. Novayry, Histoire de la Sicile, 1. I, cité par Wenrich, Rerum ah 
Arabibus in Italia insulisque adjacentibus, Sicilia maxime Sardinia atque 
Corsica gestarnm commentarii, Leipzig, 1845, p. 53, et par Reinaud, Inva- 
sions des Sarrazins en France, Paris 1836, p. 69. — Manuscrit arabe de la 
Bibliothèque Nationale, ancien fonds, no 702, fol. 10 verso. 

2. Pauli Diaconi, De gestis Longobardorum, 1. VI, c. 48. — Muratori, Scrip- 
tores rerum Italicarum, t. 1, P. 1, p. 506 ; t. Vil, p. 137 ; t. XII, p. 133, 134. 

3. Reinaud, p. 70. 

4. Ejus (SanctsB Julise) corpus, occupata Corsica a Saracenis, translatum 
fuit in insulam Marmaricam, quae et Gorgona dicitur, cum multis reliquiis 
sanctorum ; deinde in Brixiam ubi cum multa veneratione habetur. Passage 
de Marangone, cité par Mgr Foata, p. 19. 



158 CHAPITRE X. § !•'. 

« la Corse contre les Maures qui, depuis plusieurs années, avaient 
« pris rhabitude d'y venir piller l ». 

Avec le ix* siècle, nous entrons dans une période historique 
où les guides font moins défaut 2. 



§ 2. Expéditions des généraux de Charlemagne. 

En 806, une lettre du pape Léon III, signale l'apparition des 
Maures sur les côtes d'Italie et prie l'Empereur Charlemagne de 
défendre contre eux la Corse rattachée au patrimoine de Saint- 
Pierre, « afin, dit le Souverain Pontife, que la donation que vous 
avez faite à l'église demeure ferme et stable et soit mise à l'abri 
des entreprises de l'ennemi commun. » Le comte Helmengald, 
ambassadeur de l'Empereur près du Saint-Siège, paraît avoir 
joint ses supplications à celles du Pape 3 et, peu de temps après. 
Pépin, roi d'Italie, recevait l'ordre d'appareiller vers l'île avec 
quelques vaisseaux. 

Les Sarrasins ne soutinrent pas le choc et disparurent devant 
la flotte impériale. Il y eut à peine une légère escarmouche, 
dans laquelle périt le Frank Hadamar, comte de Gênes, qui 
s'était imprudemment lancé à la poursuite d'une des embarca- 
tions ennemies 4. 

Pietro Cirneo raconte qu'Adhémar débarqua ses troupes dans 
l'île, et en vint aux mains avec l'infidèle 5. Eginhard et les diffé- 
rents chroniqueurs de l'époque carolingienne, cités par dom 

1. Vita Caroli imperatoris scripta ab Einhardo, traducUon française de 
A. Teulet, Paris 1840, t. I. p. 273. 

2. Pour la rédaction de ce chapitre j'ai pris pour guides les ouvrages déjà 
cités de Wenrich, de Fournel et de Reinaud. J'ai consulté et fait des 
emprunts à l'intéressant travail d'Alphonse Vétault, Charlemagne, J'ai 
compulsé, en outre, les importantes compilations de dom Bouquet et de du 
Chesne. Je n'ai eu à ma disposition les œuvres de Muratori que pendant 
deux jours et, à mon grand regret, je n'ai pas eu le temps d'en faire un 
dépouillement complet. 

3. Leonis III papœ Epistolœ, ap. dom Bouquet, t. V, p. 599. 

4. Eginhard, t. I, p. 267 ; — dom Bouquet, Annales Francorum, t. V, p. 
25 D ; Annales Rerum Francicarum, t. V, p. 55 d ; Annales Franconim Met- 
tenses, t. V, p. 353 c. — Reinaud, p. 121. — Wenrich, p. 56. 

5. Pietro Cirneo, p. 80. 



INVASIONS DES SARRASINS. 159 

Bouquet, se bornent à dire que Pépin expulsa les Sarrasins 1. 
Il est néanmoins probable que quelques troupes furent laissées 
à la garde de l'île, comme le Pape en exprimait le désir dan§ sa 
lettre à l'Empereur 2. 

Il est certain, du reste, que Charlemagne s'occupa activement 
de la défense de la Corse ; une flotte, sous les ordres du conné- 
table Burchart, fut chargée de la protection du littoral 3. La 
précaution n'était pas inutile. L'échec de leurs tentatives n'avait 
pas, en effet, découragé les pirates maures. Partis d'Espagne, 
suivant leur coutume, ils vinrent, en 807, attaquer la Sardaigne. 
Repoussés après avoir subi des pertes qu'on évalue à 3.000 
hommes, ils cinglèrent à toutes voiles vers le littoral corse. Là 
encore leur déroute fut complète * ; Burchart leur coula treize 
vaisseaux et les bâtiments échappés au désastre « ne rame- 
« nèrent dans leurs repaires de la côte espagnole, au lieu des 
« cargaisons habituelles, que des équipages décimés 5 ». 

Il est permis de supposer que l'intervention de Burchart ne se 
borna pas seulement à livrer bataille aux Sarrasins, mais qu'il 
s'occupa activement de l'organisation défensive de la Corse. 
Peut-être même eut-il à lutter contre les postes sarrasins installés 
sur le littoral. 

On aurait ainsi l'explication naturelle de l'importance que 
ses contemporains attachaient à son expédition. Trente huit ans 
plus tard, en 845,1e Roi Charles le Chauve faisait allusion à ses 
exploits dans la Charte accordée au monastère d'Aaron, sur la 
demande de la vicomtesse Gerberge, fille de Burchart 6. 

1. Pipinus rex fîlius Caroli Mauros deCorsica pepulit. ExHermanniChronico, 
ap. dom Bouquet, t. V, p. 366 a. 

2. Lettredu Pape Léon III, à Charlemagne (806). Ap. dom Bouquet, t. V, p. 599. 

5. Eginhard, t. I, p. 273. « Burchardus cornes stabuU » ; sa signature figure 
au bas du testament de Charlemagne comme unus e duodecim Francorum 
primoribus. 

4. Annales Francorum Fuldenses ; Annales Francorum ; Ex Adonis 
Chronico ; Annales Francorum Mettenses ; dans dom Bouquet, tome V, p. 
66 D, 322 c, 333 c, 354 b. — Reinaud, p. 122. — Wenrich, p. 66. 

6. A. Vétault, Charlemagne, p. 436. 

6. 845... et propter bona servitia quse nobis fecit contra Mauros de Corsica 
et alios adversarios Francorum nobilis consanguineus noster Burchardus 
Dux, prodictse vicecomitissse Gerbergae pater... Diplomata Caroli Calvi, 
ap. dom Bouquet, t. VIII, p. 472, e. 

A notre avis Burchart livra aux Sarrasins la bataille navale de Marana, dont 



160 CHAPITRE X. § l«^ 

Malheureusement l'escadre impériale abondonna bientôt la 
surveillance des îles italiennes et les Maures d'Espagne revenant 
à la charge, dès Tannée suivante, prirent cruellement leur 
revanche. Le samedi saint 809, ils abordèrent en Corse et enle- 
vèrent toute la population d'une ville, à l'exception de l'évèque 
et de quelques vieillards trop débiles pour trouver des acheteurs 
sur les marchés d'esclaves i. 

Cette ville, dit dom Bouquet, ne pouvait être que Mariana ou 
Nebbio qui, seules, à cette époque, étaient le siège d'un évêché 2. 
L'erreur est manifeste puisque Sagona et Aleria étaient depuis 
longtemps des villes épiscopales. Au dire de Pietro Cirneo c'est 
cette dernière qui aurait été saccagée et pillée. Le chroni- 
queur ajoute même que les habitants d'Aleria, pour se mettre 
à l'abri de ces invasions incessantes, jugèrent à propos de 
chercher un refuge les uns à Serra, d'autres à Alesani, d'autres 
à Campoloro, dans les domaines qu'ils tenaient de leurs aïeux. 
Ce récit est très vraisemblable 3. 

Le butin considérable emporté par les Sarrasins ne pouvait 
qu'exciter leur convoitise. Attaquée de nouveau, en 810, la 
Corse, sans défense, connut toutes les horreurs de l'occupation 
musulmane ; presque toute entière elle fut courbée sous le joug 
d'un vainqueur impitoyable 4. 

En s'installant dans les ports de l'île, les Sarrasins devenaient 
une menace constante pour l'Italie elle-même. 

En vain, en 812, Louis, roi d'Aquitaine, signe une trêve de 
trois ans avec l'émir Hakem. Bientôt le bruit se répand à Rome 

parle Pietro Cirneo, p. 76, il y a lieu de tenir compte de la tradition rapportée 
par le chroniqueur au moins quant au lieu de la bataille. Si plus loin, p. 82, 
le chroniqueur, s'appuyant sur un des nombreux récits de la période carolin- 
gienne, raconte, en dénaturant le nom, les exploits de Burchart (Bucarède), 
c'est que, dans son esprit, l'expédition de Charles Martel en Corse ne faisait 
aucun doute. 

1. Eginhard, t. I, p. 281 ; divers annalistes dans dom Bouquet, t. V, p. 58 b, 
355 c. -- Wenrich, p. 57. 

2. Tome V, p. 355 note n : Hœc civitas alia esse non potest quam Mariana 
vel Nebium, quse hoc tempore solae erant Episcopales in Corsica. 

3. Pietro Cirneo, p. 84. 

4... nulloque in ea (Corsica) invento prœsidio, insulam penè totam 
subegerunt. Annales Francorum Mettenses, ap. dom Bouquet, t. V, p. 356 b. 
Eginhard, t. I, p. 287. Voir aussi Annales Francorum, t. V, p. 59 a, 60 a ; 
Ex Adonis Chronico, t. V, p. 323 c. 



Invasions des sarra&îns. 161 

qu*une flotte partie des côtes d'Afrique et d'Espagne devait 
venir ravager l'Italie i. Charlemagne envoya, à leur rencontre, 
une flotte commandée par le moine Wala et le jeune roi Bernard, 
Les côtes du royaume furent épargnées, mais une partie de la 
flotte maure put encore se livrer à la dévastation de la Corse 2, 
C'est à cette époque, croyons-nous, qu'il faut reporler le lamen- 
table récit de PietroCirneo. « Les Sarrasins abattaient et foulaient 
aux pieds tout ce qu'ils rencontraient, écrasaient les enfants 
contre les pierres, livraient aux flammes tous les édifices privés 
ou religieux... Combien se livra-t-il de bataille rangées, combien 
des nôtres succombèrent dans cette guerre, la rareté des docu- 
ments concernant cette époque ne nous permet pas de le 
rapporter d'une manière exacte. La tradition raconte que les 
barbares firent un tel massacre des habitants de notre île, qu'il 
resta à peine le dixième de la population. Parmi ceux qui 
avaient échappé, les uns se réfugièrent dans les montagnes, 
d'autres se cachèrent au fond des forêts, d'autres se retranchè- 
rent sur des rochers 3 ». 

A la suite d'une de ces expéditions, celle de 813, les Maures 
revenaient de Corse en Espagne, avec un riche butin ; à la 
hauteur de Majorque, une escadre franque, commandée par 
Ermanger, comte d'Ampurias, tomba sur eux à l'improviste et 
leur captura huit vaisseaux, sur lesquels on trouva plus de 
cinq cents insulaires captifs. Pour se venger de cet échec, les 
Maures ravagèrent Civita-Vecchia, en Toscane, et Nice, dans la 
province Narbonnaise 4. 

L'Italie expiait la faute énorme qu'elle avait commise en 

1. Abulaz, rex Sarracinorum,anno 812,pacem in très annos cum Carolo M. 
pepigerat ; sed ea non triennium servata ; siquidem anno postero, id est 
anno 813, Abulaz, fracta fide, Corsicam, Sardiniam, Provinciam, atque Ita- 
liam agressus est. Dom Bouquet, t. VI, p. 175, note 2. Dom Bouquet commet 
une légère erreur, c'est avec Hakem, émir d'Espagne, et non avec Abulaz, que 
la trêve de 812 fut signée. Il convient d'ajouter que l'émir s'appelait peut-être 
Hakem ÂbuIaz. 

2. Eginhard, t. I, p. 299.— Annales diverses dans dom Bouquet, t.V,p.61 c, 
357 E. 

3. Pietro Cirneo, p. 74. 

4. Eginhard, t. I, p. 305. — Ex vita Caroli magni per monacum EngoUsi^ 
mensem, dans dom Bouquet, t. V, p. 186 b. — Reinaud, p. 122, 123. — 
Wenrich, p. 58. 



162 CHAPITRE X. § 2. 

laissant les Maures occuper la Corse. Désormais les humi- 
liations nationales ne lui seront plus épargnées et, à son 
tour, elle devra compter sur cet ennemi redoutable, auquel elle 
a livré les clefs de la Méditerranée. 



§ 3. Expédition du Comte Boniface. 

La mort de Charlemagne, en 814, laissa rilalie à la merci de 
la piraterie sarrasine. Son fils, Louis le Débonnaire, qui lui 
succéda dans la dignité d'empereur, essaya vainement d'arrêter 
le flot de l'invasion. 

L'audace des musulmans augmentait tous les jours, le com- 
merce était arrêlé, les communications entre les îles et le conti- 
nent interceptées, et les côtes ravagées. Bientôt même des Sar- 
rasins d'Espagne se rendaient maîtres des îles Baléares, et 
ceux d'Afrique de l'île de Sicile, de manière que la Méditerranée 
ne fut plus qu'un vaste théâtre de brigandages. En vain, les Sardes 
imploraient la protection impériale, aucun secours ne leur était 
envoyé (815). 

En 820, Abderahman, fils d'Alhakem, roi de Cordoue, arma 
tous les vaisseaux qui se trouvaient dans le port de Tarragone 
et les envoya faire une descente sur les côtes de la Sardaigne ; 
la flotte des chrétiens fut défaite et huit vaisseaux furent pris et 
emmenés par les vainqueurs i. 

La nécessité de s'opposer à ces ennemis toujours menaçants 
décida l'empereur Lothaire à un suprême effort. Par un édit du 
20 février 825, il fit un appel aux armes en faveur de la Corse en 
danger. 

Les comtes de l'île devaient se tenir prêts à entrer en campa- 
gne, suivis de tous leurs vassaux ; l'empereur mettait à leur 
disposition les possesseurs de bénéfices relevant de la cou- 
ronne, et tous les vassaux des évêques et des abbés, à l'excep- 
tion de deux. Les hommes libres fortunés devaient le service 



1. Recueil de dom Bouquet, t. VI, p. 180. — Conde, Historia de la Domina- 
cion de los Arabes en Espana, t. I, 2« partie, c. 37, p. 255. — Reinaud, p. 129. 
— Wenrich, p. 59. — Mariés, Histoire de la Domination des Arabes en 
Espagne et en Portugal, t. I, p. 299. 



INVASIONS i)ËS SARRAâlNâ. 163 

personnel ; les autres s'unissaient à deux, trois ou quatre, pour 
fournir un homme l. 

Il est à présumer que cet ordre de mobilisation fut suivi d'une 
réorganisation générale du gouvernement de l'île. Boniface 11, 
comte de Lucques, désigné comme prévôt de la province, fut 
investi des pouvoirs militaires les plus étendus ; il s'adjoignit 
en qualité de lieutenants, son frère Berchaire, et quelques comtes 
de la Toscane. 

Le comte appartenait à une famille seigneuriale bavaroise qui, 
à la suite de Charlemagne, était venue s'installer en Italie ; son 
père Boniface P", duc de Toscane, avait présidé les plaids de 
Lucques et de Toscane, en 812 et 813, et joué un rôle des plus 
actifs dans l'administration de la province. 

Le comte de Lucques réunit bientôt une petite armée com- 
posée de Corses et de Toscans, chargée de la protection des 
côtes ; en même temps il organisa une flottille capable de dis- 

1. Edictum de Expeditione Corsicana. — « In nomine Domini. Incipit capi- 
« tula quod domnus Lotharius imperator sexto anno imperii sui, indictione 
« tertia, instituit in curte Maringo. 

€c 1» Volumus ut singulis comitibus hac districtionem teneantur inter eos 
« qui cum eis introeant in Corsica, vel remanere debeant. 

« 2° Ut dominici vassalli qui austaldi sunt et in nostro placito fréquenter 
« serviunt, volumus ut remaneant eorum homines quos antea habuerunt, 
« qui propter hanc occasionem eis se commendaverunt cum eo. Qui autem 
« in eorum proprietate manent, volumus scire qui sint, et adhuc considerare 
« volumus, quis eant aut quis remaneant. Illi vero qui bénéficia nostra habent 
« et forîs manent, volumus ut eant. 

« 3o Homines vero episcoporum seu abbatum, et qui foris manent, volumus 
« ut cum comitibus eorum vadant, exceptis duobus quos ipse elegerit et 
c eorum austaldi liberos, exceptis quattuor, volumus et pleniter dirigantur. 

« 4o Ceteris vero liberis hominibus quos vocant bharigildi, volumus ut 
c singuli comités hune modum teneant : videlicet ut qui tantum substantiœ 
« facultatem habent qui per se ire possit, et ad hoc sanitas et viris utiles 
« adprobaverit, vadant ; illi vero qui substantiam habent et tamen ipsi ire 
« non valent, adiuvet valentem et minus habentem. 

« Secundum vero ordinis liberis, quis pro paupertate sua per se ire non 
« possunt et tamen ex parte possunt, coniungantur duo vel très, aut quattuor. 
« Alii vero si necesse fuerit quod iusta consideratione committit, eunti 
« adiutorium faciant quomodo ire possit ; et in hune modum ordo iste 
c servetur, usque ad alios qui pro nimia paupertate neque ipsi ire valent 
« neque adiutorium cuncti prestare, a comitibus eorum habeatur excusatus 
« post antiqua consuetudo eis, fidelium comitibus observanda. » Anno 825, 
febb. 20. Maringo. Gregori, Statuti, p. cv. 






164 CkAPtTRE X. § â. 

puter la mer aux musulmans. Ces habiles préparatifs valurent 
à la Corse trois années de tranquillité. 

Au cours d'une croisière effectuée en 828, le comte Boniface 
put constater que la mer était libre ; convaincu que le meilleur 
moyen de se défendre contre ses ennemis, c'est de les attaquer 
sur leur propre territoire, il embarqua une partie de ses 
troupes et fit voile pour l'Afrique. 

L'occasion était propice. Toutes les forces navales et militaires 
de la Tunisie actuelle étaient occupées à faire la conquête de la 
Sicile, sous le commandement de Açad-ibn-el-Forât, cadi de 
Kairouan. Il ne restait dans le Nord de l'Afrique que les 
milices d'Abd-es-Salâm-ibn-el-Moffaradj, chargées de la pacifi- 
cation de quelques tribus révoltées i. 

Le 16 août 828, le comte Boniface débarqua à Sort, selon les 
uns, à K'as'r-Tour, selon les autres, sans éprouver aucune résis- 
tance ; l'armée chrétienne livra les environs d'Utique et de 
Carthage au pillage et fit beaucoup de prisonniers. Malheureu- 
sement Mohammed-ibn-Sahnoun, capitaine arabe, qui faisait 
en ce moment l'inspection des différents points du littoral, 
accourut avec des miliciens et donna au général Abd-es-Salâm 
le temps de concentrer l'armée régulière 2. 

Boniface fut obligé de se rembarquer sur ses vaisseaux. 11 
avait livré plus de cinq combats dans lesquels la victoire semble 
lui être restée 3. Cette expédition, dit Eginhard, répandit parmi 
les Africains une grande terreur 4. H est vrai que, de leur côté, 
les historiens arabes, prétendent qu'Abd-es-Salàm culbuta les 

1. Eginhard, Vie de Louis le Débonnaire, traduit par Teulet, année 828. Si 
l'on en croit les Gestes de Louis le Débonnaire, reproduits dans dom Bou- 
quet, t. VI, p. 151, la flotte de Boniface, à son départ d'Italie, se serait composée 
d'un seul bâtiment. « Li cuens Bonifaces, qui estoit prevoz et garde de l'isle 
de Corse de par l'empereor, monta sur mer entre li et Berart son frère en une 
petite nef coursière aussi comme galie et genz assez bien appareilliez pour la 
mer cerchier et pour encontrer, se aventure fost, les galioz et les robeors, qui 
en ceste isle de Corse faisaient souvent granz dommage, mais il n'aventura 
pas il en trovast nul à celé foiz. En l'isle de Sardaigne arriva, de là s'esmut 
pour aler en Afrique par le conduict de cens qui bien y savoient la voie par 
mer. » 

2. Fournel, Étude sur la conquête de l'Afrique par les Arabes, t. I, p. 496. 

3. Amari, Storia di Musulmani in Sicilia, t. I, p. 277. 

4. Eginhard, année 828. 



INVASIONS DES SARRASINS. 165 

Francs, auxquels il tua beaucoup de monde et les obligea à 
reprendre la mer, en abandonnant tout leur butin i. 

Boniface, dit Pietro Cirneo, revient d'Afrique en Corse avec 
sa flotte victorieuse et un butin considérable ; son expédition 
avait eu pour résultat de retarder l'occupation de la Sicile et 
d'inspirer aux Sarrasins d'Espagne une crainte justifiée. 

De retour, en Corse, Boniface s'appliqua à mettre son gouver- 
nement en état de résister à de nouvelles attaques. Il fit élever, 
à l'extrémité sud de l'île, un château fort qui prit son nom, 
Castel Bonifazio, et devint plus tard la ville de Bonifacio. Cette 
forteresse était d'une importance capitale ; sous sa protection 
les navires, postés dans le port, pouvaient disputer aux Sarra- 
sins le passage du détroit qui sépare la Corse de la Sardaigne, 
ou se porter, si le besoin s'en faisait sentir, sur les points menacés 
de l'une ou Fautre île. La date de sa construction, fixée à l'an 833 
par Pietro Cirneo, nous parait erronée. En 833, Boniface se trouvait 
en France chargé de négocier la mise en liberté de l'impératrice 
Judith, retenue prisonnière, négociations qui se terminèrent par 
une brouille complète avec l'Empereur. L'année suivante, il fut 
privé de son commandement et réduit à chercher son salut dans 
l'exil. Le Castel Bonifazio a dû être fondé de 829 à 832. Il est 
resté l'unique témoin des efforts tentés par les Francs pour la 
défense de la Corse contre les Arabes. 

§ 4. Emigration des Corses en Italie. 

On manque de renseignements certains sur les incursions qui 
suivirent la disgrâce de Boniface. Les Sarrasins réussirent pro- 
bablement à s'installer à demeure dans quelques ports de la 
Corse; cette supposition vient naturellement à l'esprit quand on 
suit leur marche : en 836, ils prenaient pied en Italie, dix ans 

1. Fournel, p. 496. — « Si arriva (Boniface) au port de souz Carthage. 
« Encore li vint grant multitude d'Aufricant, qui par cinq assauz se combat- 
« tirent à li et à sa gent et. par cinq fois furent vaincus ; et moult en i or 
« d'occis, et si en ot aucun, tout fussent-ils desconfit, qui leurs ennemis 
« requeroient moult asprement et moult hardiement. Et li cuens Boniface 
(( rassembla ses compagnons et entra en sa nef ; si retorna en Tisle de Corse, 
« et li Africant qui onques mais ce leur sembloit n'avoient trouvé de si fièrc 
« gent, demorèrent en grant paor en leur pais. » Dom Bouquet, t. VI, p. 151. 



166 CHAPITRE X. § 4. 

après, ils ravageaient la rivière deGênes; en 846, ils envahissaient 
rÉtrurie, attaquaient et brûlaient la ville deLuna. Il est donc na- 
turel d'admettre avec Wenrich que non-seulement la Corse était 
réduite à Timpuissance, mais qu'elle servait de base d'opérations 
aux terribles écumeurs de la Méditerranée l. 

Quelques mois après la prise de Luna, une flotte considé- 
rable, commandée par un émir, quittait Torari, près de la 
Sardaigne, et déposait à CentumcelldB (Civita-Vecchia) un corps 
d'armée qui remonta le Tibre et vint piller l'église des Saints- 
Apôtres, aux portes de Rome. « Léon IV fut élu tumultueuse- 
« ment au siège vacant ; et le nouveau pontife s'étant mis à la 
« tête des troupes et des citoyens, ranimés par son noble cou- 
« rage, repoussa les Sarrasins jusqu'à la mer 2. x> H assista 
ensuite à la bataille d'Ostie, où fut détruite par les Campaniens 
une flotte ennemie. 

« Exaspérés par leur échec, les musulmans quittent la côte 
« d'Italie et, cinglant droit vers la Corse, vont décharger sur les 
« insulaires leur rage qu'avait réprimée le pontife romain. 
« N'écoutant que leur haine pour le nom chrétien, ils mas- 
« sacrent une foule d'habitants, sans épargner ni l'âge, ni le 
« sexe, et brûlent tous les édifices sacrés et profanes 3. » 

Vers le milieu du vin* siècle, la Corse est tombée au pouvoir 
' des Sarrasins qui l'occupent en maîtres. Des faits plus pro- 
bants que tous les textes confirment cette opinion. 

« Parmi les Corses qui, lors de l'expédition de 847, purent 
« échapper aux Sarrasins, les uns se retranchèrent sur des 
« rochers inaccessibles, les autres, quittant l'île, s'en allèrent à 
« Rome, comme dans le seul asile qui leur restât 4. » 

Le Pape Léon IV leur assigna pour résidence la Cité Léonine 
(Civitas Leoninà) qu'il venait de fortifier 5. Il fortifia aussi Orta 

1. Neque tamen constat, unde locorum, utrum ex Siciliâ, an ex Hispaniâ 
vel Corsicâ- recens hoc presdonum agmen profectum Lunamque delatum 
fuerit. Crediderim tamen, ubi oppidi illius situm respicio, ex Hispaniâ 
potius vel Corsicâ, quam ex Siciliâ, Arabes illuc trajecisse. Wenrich, p. 81. 

2. César Cantu, Hist, Un. t. IX, p. 47. Wenrich, p. 82. 

3. Pietro Cirneo, p. 94. 

4. Pietro Cirneo, p. 94. 

5. a Léon IV entoura d'une double muraille la basilique de Saint-Pierre et 
« le quartier du Vatican, appelé depuis Cité Léonine, a» César Cantu, t. IX, 
p. 47. — « In questo medesimo ^nno (852) essendo st^ta edific^ts^ una Città, 



INVASIONS DES SARRASINS. 167 

et Âmeria, réunit dans la nouvelle ville de Léopolis les habitants 
de Centumcellae, et établit à Porto une colonie de Corses qui 
« jurèrent de vivre et de mourir sous l'étendard de Saint- 
Pierre 1. » 

Près de quatre mille familles corses paraissent avoir émigré en 
Italie, abandonnant l'île sans espoir de retour. Pour adoucir 
leurs maux, le Pape leur fît généreusement distribuer des terres, 
des vignobles, des bœufs et des chevaux 2. 

Parmi ces réfugiés quelques historiens insulaires comptent 
révêque de Porto, Donato, qui devint dans la suite le pape 
Formose. J'ai vainement cherché un texte ancien qui put don- 
ner lieu à une pareille supposition. Les évêques, il est vrai, 
étaient, à cette époque, nommés à l'élection et, étant donné 
l'esprit de solidarité des insulaires, il est permis de conjecturer 
qu'un Corse fut mis à la tête du diocèse ; mais une conjecture 
n'est pas une preuve et la Corse n'a pas le droit de revendiquer 
le pape Formose pour un de ses enfants. Il convient d'ajouter 
que j'ai cherché vainement la nationalité de ce Pontife ; c'est 
un des rares papes dont le lieu de naissance ne peut être déter- 
miné. 

§ 5. La Corée au pouvoir des Sarrasins. 

Vers 860, l'état de la France, de l'Italie et de l'Espagne septen- 
trionale est arrivé au dernier degré de l'abaissement. Les Corses, 
abandonnés à leurs propres ressources, sont en pleine anarchie, 

« pcr difcsa délia Basilica di S. Pîetro, daH'incursioni dei Saraceni, fu data ad 
« abitare ad una Colonia di Corsi, i quali per essere le loro case restate preda 
« dei sopradetti barbari vcnnero nei stati Pontefîci, e a ciascheduno asse- 
« gnate furono tante possessioni in vicinanza di detta Città, perche comoda- 
« mente viver potessero. E talmente vi si stabilirono, e moltiplicarono che 
« Pietro Ricordati nelVIstoria Monastica afferisce che nel 1535, era ripiena di 
« Famiglie corse provenienti da queste medesime. » Cambiaggi, Istoria di 
Corsica, t. I, p. 64. — « Léon IV établit les Corses fugitifs dans la Cité 
« Léonine et leur assigna des terres pour qu'ils pussent se nourrir. » 
P. Cirneo, p. 94. 

1. César Cantu, HisL Vniv, t. IX, p. 47. 

2. Anastasi, Vita Leonis IV, dans Muratori, Script, rer. liai. T. III, Pars I, 
p. 242. — Platina, Vita Leonis IV : « Insuper et civitatem Portuensem 
« longis temporibus derelictam, solis Corsis, qui ad Urbem Romanam, Sara- 
« cenorum infestationes fugientes vénérant ad inhabitandum tribuit. » 



\ 



168 CHAPITRE X. § 5. 

aucune autorité constituée ne les dirige ; les Sarrasins, maitres 
des côtes, les isolent du reste des nations et ravagent les régions 
qui offrent la' moindre résistance i. 

Les textes se font rares. Pendant deux siècles, un voile épais 
cache à la postérité l'histoire de cette époque maudite. L'île est 
devenue un refuge pour tous les ennemis de l'Empereur et du 
Pape. En 873, Âdalgise, duc de Bénévent, allié des musulmans 
et tributaire de l'émir de Sicile, s'y retire, certain d'y trouver 
aide et protection 2. 

. Avec le x* siècle, nous touchons à une période encore plus 
obscure ; c'est à peine si, dans la Chronique de Giovanni délia 
Grossa,nous pouvons trouver quelques traces de la vérité histo- 
rique, noyées dans un fatras inextricable d'anachronismes et 
d'interpolations grossières. Sa relation de l'occupation sarra- 
sine n'est probablement qu'une compilation de traditions orales, 
de poèmes populaires, transmis de bouche en bouche et que, 
plus tard, des moines flatteurs ont embellis et augmentés, pour 
la plus grande gloire de quelques familles. Je crois néanmoins 
qu'un fond de vérité peut émerger de ce flot boueux de fictions 
poétiques. Il est vraisemblable d'admettre qu'après l'occupation 
des côtes, les Sarrasins ont pénétré au cœur du pays et se sont 
installés dans les environs de Corte^ A un kilomètre au Nord- 
Est de la route qui conduit de cette ville à Bastia est un champ 
aride, que l'on appelle le Champ du Sang, Campo Sangaenaio ; 
ce nom lui a été donné à la suite d'une bataille acharnée entre 
les Corses et les Sarrasins. Cette tradition, courante dans le 
pays et enregistrée par M.Lafaye, est confirmée par les noms de 
lieu 3. Sur le territoire de Corte, près de l'église ruinée de Saint- 
Jean, coule un ruisseau désigné sous le nom de giargolo dei 
Mori (torrent des Maures) et alimenté par une fontaine voisine, 
la fontaine des Maures. Il est vraisemblable que plus tard, au 
moment de la guerre de délivrance, de terribles combats se 

4. Reinaud, p. 149. — Wenrich, p. 149. 

2. Adalgisus, Dux Beneventanorum, a Grsecis seductus, contra' Ludovicum 
imperatorem rebellât et multas Italiœ urbes, ab^eo deficere facit. . . Ob hoc 
Adalgisus a senatu Romanorum reus majestatis et hostis publicus dijudica- 
tus, et bello contra se decreto, in Corsicam fugit. Ex Chronico Sigeberti 
Gemblacensis, dans dom Bouquet, t. VI, p. 252. 

3. Lafaye, Notes d'un voyage en Corse, p. 4. 



INVASIONS DES SARRASINS. 169 

soient livrés dans l'ancienne civitas de Venicium, où Giovanni 
délia Grossa place Poggio del Palazzo ; rien que sur le terri- 
toire du village de Poggio de Venaco, sur la rive droite du ruis- 
seau leMinuto, se trouvent deux fontaines, situées à environ deux 
kilomètres Tune de l'autre, toutes deux désignées sous le nom 
de Fontana dei Mord l. 

Pourquoi mettre en doute la conversion d'une partie des insu- 
laires à la religion de Mahomet ? En parlant des chrétiens du 
midi de la France un historien contemporain constate que plu- 
sieurs d'entre eux ne rougirent pas de se joindre aux barbares. 
« Ceux-là étaient les pires de tous; car ils connaissaient le pays, 
« et il n'était pas possible de se soustraire à leurs investiga- 
« tions 2 ». D'après Giovanni délia Grossa ce sont surtout les 
habitants de la partie méridionale de l'île qui auraient renoncé 
au Dieu de leurs pères, pour embrasser l'islamisme. Or, au 
xviii* siècle, un observateur génois pouvait constater combien 
avait été grande l'empreinte laissée par les Sarrasins sur les 
populations de l'eau de/à cfc5 /non/s de la Corse ; les hommes y 
portaient encore le turban et les femmes avaient conservé 
plusieurs coutumes des Sarrasins 3. 

1. Auachronismes à part, j'attache une ceilaine importance aux tradi- 
tions. Il y a vingt ans on rencontrait encore à Poggio-de-Venaco des 
vieillards qui longuement dissertaient sur les combats livrés par leurs aïeux 
contre les habitants de Corte, qu'ils traitaient de maures. Ces braves gens, 
illettrés bien entendu, citaient les endroits où s'étaient livrés les combats, 
où les vaincus avaient été pendus ou mis en croix. J'ai fait une excursion 
très instructive avec l'un d'eux. Son cours d'histoire était d'un intérêt 
palpitant. Les Maures, Sampiero, Paoli, le roi Murât passaient comme 
dans un kaléidoscope, dans l'ordre comique des parcelles de terrain que 
nous parcourions. Je me rappelle encore mon étonnement lorsque, 
dans un enclos, situé sur la rive gauche du Tavignano, il m'arrêta en 
me disant : « Nous sommes dans le Pian de Vincentello. Vincentello était 
« un roi de la Corse qui voulait s'emparer de Corte ; il livra ici une grande 
<x bataille contre les Génois ; en ce temps-là on se battait à coups de fronde, 
«c Vincentello fut vainqueur et s'empara de Corte. » Je notais ces paroles, que 
je transcrits littéralement, non sans une grande envie de rire. Plus tard, je 
reconnus que Vincentello d'Istria, marchant sur Corte, en 1419, avait dû, 
en effet, s'arrêter à l'endroit qui porte encore son nom. Grâce à la tradi- 
tion j'ai pu rétablir le voyage de Murât sur le territoire de Venaco (1815) ; 
avec les illettrés intelligents disparaîtra la tradition. 

2. Dom Vaissette, Histoire Générale du Languedoc, t. I, preuves, p. 108. 

3. Bensi glî abitanti del di là dsC Monti nel vestire al turbante, le loro 



170 CHAPITRE X. § 5. 

Dans Giovanni délia Grossa il y a de solides points de repère 
qu'il ne faut point perdre de vue, quand ils peuvent être fixés 
par des documents contemporains ou postérieurs. Il ne faut pas 
évidemment prendre son récit à la lettre, mais il ne faut pas trop 
mépriser les renseignements raisonnables qu'il donne. 

Vers 870, la Corse doit être considérée comme se trouvant au 
pouvoir des Sarrasins, il ne peut en être autrement. La chré- 
tienté tremble d'un bout à l'autre de l'Europe civilisée ; en 
France les infidèles installés au Fraissinet, près de Saint- 
Tropez, (889), envahissent le Dauphiné et la Savoie (907) et 
font des incursions dans le Montferrat (911). En Italie, ils 
occupent le couvent de Saint-Michel, sur le mont Gargano, et 
jettent la terreur dans les états pontificaux. La Sicile et la Ca- 
labre sont subjuguées. En 927, le Mahdi d'Afrique organise une 
expédition dans laquelle S'aïn-es-S'ak'Iabi devait aller ravager 
le pays des Roum, mission dont il s'acquitta conformément aux 
ordres qu'il avait reçus ; l'année suivante, une autre expédition 
s'empara d'une localité nommée Aourah, que M. Fournel n'a 
pu identifier. 

Enfin, nous trouvons un texte qui fait mention de la Corse. 
Si nous en croyons les historiens musulmans, deux expéditions 
ont été dirigées contre Gênes, en 934 et 935. La première, placée 
sous le commandement de la'k'oub-ibn-Ish'àk', se borna à por- 
ter la dévastation dans les environs de la cité. Mais, l'année 
suivante, « El-k'âïem l'A'lide, émir d'Afrique, fit partir une nou- 
« velle flotte pour attaquer le pays des Francs. Ses troupes s'em- 
« parèrent de la ville de Gênes et opérèrent ensuite une descente 
« en Sardaigne, où elles attaquèrent les habitants et brûlèrent 
« un grand nombre de vaisseaux ; de là l'escadre se rendit en 
« K'orse i, incendia aussi les vaisseaux qui s'y trouvaient et 
« rentra saine et sauve au port 2. » 

donne nelli funerali de' loro defunti, nel danzare, nel semblante oscuro, ed 
in simili altre cose hanno del moresco, costumanze appunto che bisogna 
siano state lasciate dalli Morri. Felice Pinello, Annotazioni particolari per il 
Governo di Corsica (1722), dans La Corse et les Corses, par Ch. de Susini. 

1. Fournel, t. II, p. 153, 161 et 186. Nous croyons inutile de reproduire les 
références de Fournel qui peut être considéré comme l'historien le plus sûr 
et le plus consciencieux des Arabes du Nord de l'Afrique. 

2. Quelques historiens au lieu de K'orse écrivent K'ark'îcïa, mais, comme 
Iç démontre Fournel, l'erreur çst manifeste ; un manuscrit de Dzahabi, cité 



INVASIONS DES SARRASINS. 171 

Les chroniqueurs chrétiens passent sous silence Texpédi- 
tion de 934 et atténuent considérablement les résultats de la 
prise de Gênes ; les Sarrasins auraient profité, disent-ils, de 
l'absence de la flotte génoise, pour opérer un débarquement et 
s'emparer de la ville qui fut livrée au pillage ; mais à peine 
étaient-ils partis, emmenant avec eux un nombre considérable 
de captifs, que les navires chrétiens se mirent à leur poursuite. 
Les musulmans avaient fait relâche dans une île près de la 
Sardaigne pour procéder au partage du butin ; surpris par les 
Génois, ils furent mis en déroute et s'enfuirent vers l'Afrique, 
abandonnant les prisonniers et toute leur cargaison i. 

Il parait résulter de ces versions contradictoires que la vic- 
toire des musulmans ne fut pas aussi complète que leurs histo- 
riens le prétendent. En reconnaissant que leur flotte a eu à 
combattre des navires chrétiens sur les côtes de la Corse et de 
la Sardaigne, livrées sans aucun doute à leurs propres res- 
sources, ils laissent supposer que ces vaisseaux appartenaient 
aux Génois, acharnés à leur poursuite. 

La vieille colonie d'Aleria était devenue un des principaux bou- 
levards des Sarrasins. « Les premiers corsaires qui la prirent, dit 
« Mérimée 2, la saccagèrent de fond en comble, mais lorsque le 
« nombre de leurs compatriotes s'accrut, ils durent chercher à 
« relever les ruines romaines et à s'y établir. Passionnés pour 
« les courses de taureaux et les luttes d'hommes, il ne serait 
« pas extraordinaire qu'ils eussent rebâti, ou même seulement 
« restauré l'amphithéâtre. De ses proportions toutes mesquines, 
« on peut conclure que la population d'Aleria était très faible, à 
« l'époque où il fut construit, car je ne suppose pas qu'il ait 
« jamais pu contenir plus de deux mille spectateurs 3 ». 

De quelque côté qu'on jette les yeux l'île présente le spectacle 
le plus lamentable ; sur les côtes les églises sont renversées, les 

par Amari, donne K'orse. Cette leçon a pour elle une vraisemblance com- 
plète. (Note de Fournel, tome II, p. li$6). 

1. Chron. Januense in Murât. Script, rer. Ital. t. IX, p. 10, 11. — Danduli 
Chron. Venet, I. VIII, c. II, in Murât, t. XII, p. 201. — Wenrich, p. 143. 

2. Mérimée, p. 81. 

3. « J*ai attribué ces constructions aux musulmans, mais elles peuvent 
« encore être l'ouvrage des chrétiens du viv au viii^ siècle, époque de bar- 
(< barie, s'il en fût. » Note de Mérimée, p. 81, 



172 CHAPITRE X. § 5. 

villes saccagées et abandonnées, les évêchés privés de leurs 
pontifes, les civitates conquises ou en proie à l'anarchie. Nous 
avons la preuve de cette profonde détresse dans les ruines 
amoncelées par le vainqueur : Mariana, Adiatium, Nebbio, 
Sagona, Saint-Jean près de Corte, proclament hautement la 
furie du musulman. L'absence de documents historiques 
prouve l'isolement absolu du pays ; brutalement la liste des 
évêques se trouve interrompue, plus de gouverneurs, plus de 
généraux, la Corse a cessé toute relation avec l'Italie, elle a des 
gouverneurs arabes. 

§ 6. Expulsion des Sarrasins. 

Si l'occupation de la Corse par les Sarrasins est mal connue, 
la date et les détails de leur expulsion prêtent à toutes les 
conjectures. 

Nous allons passer en revue les rares documents qui per- 
mettent de jeter un peu de lumière sur une question si obscure. 

Au x« siècle, Adalbert, roi d'Italie, fils de Bérenger II, exerçait 
sans doute son influence sur une région de la Corse, où, à deux 
reprises différentes (963), il vint chercher un refuge contre les 
entreprises de l'empereur Otton, son ennemi implacable l ; ce 
lieu d'asile était en même temps une terre d'exil pour ses 
adversaires ; sur son ordre. Dodo, capellanus palatii, y fut 
déporté en 964 2. 

1. Anno sequenU dum imperator (Otton) rursum pascha Domini Papise 
celebraret, ac inde progrediens Berengarium in monte Leonis clauderet, 
Albertus filius ejus primo Corsicam furorem principis declinans, intravit, 
post Johannem (xii) Romanonim Pontificem aviens, eum in sui partem 
inclinavit... Otto, missa legatione, papam revocat... Quod videns Albertus 
denuo Corsicam fugit. Otton de Freisingen, Chronicon, éd. Wilmans, Hano- 
vre, 1867, in-8. (Mon. Germ, in usum scholarum), Lib. 6, c. 23, p. 276. — 
Intérim Adalbertus hue illucque discursans, quoscumque poterat, sibi undique 
adtraxit, sed et Corsicam ibi se tueri nitens intravit. Romanum etiam ponti- 
ficem multipliciter in suum adjutorium sollicitavit. Intérim Johannes papa 
promissiones imperatori facta oblivioni tradens ab eo déficit et Berengarii 
seu Adalberti partibus'favens, Adalbeii:us Romam intromittit. Postea Johan- 
nes videns se esse depositum sera paenitentia ductus ab Adnlberto disiun- 
gitur ; Adalbertus vero in Corsicam revertitur (963). Réginon, Chronicon, 
éd. Karge, Hanovre, 1890, in-8, (Mon, Germ. in usnm schoL), p. 172, 173. 

2. Eodem anno (964) Duodo palatii capellanus ab Adalberto compreheu- 
ditur et flagellis cœsus in Corsicam deducitur, sed non longo post tempore 
dimittitur. Réginon, p. 175. 



iSîVAàioNS DES sarûàsiN^. ii& 

Au commencement du xi* siècle les Sarrasins, fortement 
éprouvés par les échecs qu'ils avaient subi en France et en 
Italie, avaient perdu du terrain en Corse et tout porte à croire 
que le Nord de l'île échappait à leur dure domination. L'histoire 
de leur expulsion n'en reste pas moins toujours obscure et, faute 
de documents contemporains, on est dans l'obligation de recou- 
rir à des annalistes postérieurs. ., 

Giovanni dellaGrossa (Î388-1464) a eu pour source à pe^ près 
unique la tradition orale et les renseignements intéressés des 
personnages dont il fut le serviteur fidèle. Les légendes populai- 
res, les généalogies falsifiées, et les romans de chevalerie se grou- 
pent sous sa plume, sans ordre et sans méthode, avec un mépris 
absolu de la chronologie. Son héros principal, le comte Hugues 
Colonna, vivait au temps de Charlemagne (814), c'est pourtant 
à ce singulier patriarche que nous devrions et la libération de 
la Corse et la fondation de la Canonica (vers 1116). Tout en 
croyant qu'un fond de vérité peut, je le répète, se dégager de ses 
narrations si mal coordonnées, il est impossible de le prendre 
pour guide. 

Pietro Cirneo (xv* siècle) a recueilli les légendes populaires, 
mais avec plus de circonspection et d'esprit critique. Sa version 
mérite d'être enregistrée : 

« Une foule innombrable de Maures étant revenus envahir la 
« Corse, les Pisans, dont la République était alors florissante, 
« envoyèrent en Corse une flotte commandée par Lucio Aliata ; 
« mais celui-ci fut battu et mis en fuite par les Maures et 
« retourna à Pise. Comme personne dans la noblesse n'osait 
« plus affronter les Maures, un plébéien Alessio, se chargea, 
« dit-on, de les combattre. Ayant débarqué à Saint-Florent, il 
« coula, sous les yeux de son armée, sa flotte tout entière, afin 
« de se rendre tout retour impossible et de donner à ses soldats 
« plus de courage en face du danger. Il fallait, disait-il, vaincre 
« ou mourir. Il attaqua les Maures, les vainquit dans une 
« grande bataille et les chassa de l'île. C'est ainsi que les Corses 
« furent soumis aux Pisans i. » 

Hugues, marquis de Toscane, considérait comme faisant 
partie de son domaine les terres de la Corse, dont il disposait 

1. Pietro Cirneo, p. 96. 



174 crtAPitRE X. § 6. 

en faveur de l'abbaye de Saint-Sauveur de Sesto ; sa donation, 
confirmée par l'empereur Otton III, en 996, n'a pas été retrouvée 
par Mollard dans les archives de Pise et de Florence ; elle n'est 
mentionnée que par Puccinelli et, san^ me prononcer sur sa 
valeur; je crois qu'il y a lieu de ne la mentionner que sous 
toutes réserves i. 

Je ne citerai que pour mémoire deux chartes provenant des 
archives de San Mamiliano de Monte-Christo, faisant men- 
tion des marquis Guillaume et Hugues qui, en 1019 et 1021, 
auraient veillé au salut de l'île. Ces chartes, dit Mollard, pour- 
raient être sincères. On n'y trouve aucun anachronisme et les 
personnages qui apparaissent sont des personnages historiques, 
cités dans d'autres monuments et jouant un rôle en accord avec 
celui qui leur est assigné par les chroniques contemporaines. 

Ces chartes peuvent être sincères mais elles font partie d'un 
fonds éyidemment falsifié ; elles restent suspectes et raison- 
nablement on ne peut en tirer aucune conclusion 2. 

Enfin si nous en croyons Delbêne, qui écrivait au xvi* siècle, 
les comtes de Provence auraient joué un rôle important dans 
l'expulsion des Sarrasins de la Corse 3. 

1. Roccha etiam quae dicitur Verrucha cum omnibus sibi pertinentibus 
rébus, quam Ugo marchio eidem monasterio concessit pro remedio animse 
suœ cum omnibus quœ prsedicto Monasterio pertinent in Comitatu Pisense, 
et Pistoriense, atque in comitatu Volaterranense, atque in Comitatu Populo- 
niense, et infra Insulam Corsicam concedimus. Cambiaggi, t. I, p. 176. 

2. VIIIo Donatio multorum bonorum facta monasterio Sancti Mamiliani, 
insuie Montis-Christi, a Guillemo marchione, domino in Corsica, Judice 
Calaritano, XXIV feb. 1019, indictione IX. (Ce Guillemo doit être un Malas- 
pina, car les Malaspina ont commencé à gouverner la Corse vers cette 
époque). (Note de Mollard, p. 259). 

IX^ Hugo marchio dominus Corsice et judex Calaritanus, multa donat eccle- 
sie Sancte Marie de Canovaria et Simoni abbati insuie Moutis-Christi, VI mart. 
1021, indictione III. Dans une autre charte citée par Muratori, au tome II de 
ses Antichità d'Italia, page 1074, le même seigneur s'intitule : « Dominus 
« Ugonis,Dei gratia marchio Massse, dominus de Corsica et judex Calaritanus.» 
Mollard, Rapport sur les Archives provinciales de Pise, publié dans le BuL 
des Arch, des missions scient, et littéraires, III» série, t. II, 1« livraison, 
p. 259. Ces chartes ont été publiées in extenso par Muratori, Antichità 
d'Italia, t. II, dissertation XXXII, par Cambiaggi, t. I, p. 78 et 79, et par la 
Société des Sciences historiques et naturelles de Bastia. 

3. Delbêne (Alph.) De regno Burgundiœ Transjuranœ et Arelatis, libri III. 
Lyon, 1602, in-4«, p. 148-158. 



INVASIONS DÈS SAURASINS. 175 

Cette version qui, à ma connaissance, n'a pas encore été 
utilisée par les historiens locaux, mérite d'être approfondie. Il 
y a beau jeu à reprocher à Delbêne ses erreurs de chronologie ; 
lui-même avoue qu'il s'en rapporte à des chroniqueurs savoyards 
et reconnaît que ni les historiens génois, ni les historiens pisans 
n'ont fait mention des événements qu'il rapporte. Nous allons 
résumer son récit, que nous reproduisons en appendice ^. 

Vers 890, les musulmans s'installent au Fraxinetum 2, qui 
devenait bientôt la base principale de leurs incursions dans le 
bassin du Rhône. La question de leur expulsion ne cesse de 
préoccuper les comtés de Provence, pendant tout le x® siècle. 
En 972, Guillaume se décide à frapper un grand coup et une 
expédition est décidée ; convaincu que le succès final de son 
entreprise dépend de la possession de la Corse et de la Sar- 
daigne, bases des opérations sarrasines, il envoie à Gênes et à 
Pise deux ambassadeurs, avec mission de décider ces républi- 
ques à une action commune contre les infidèles. Sans attendre 
leur retour il marche sur le Frainet et s'en rend maître ; en 
vain les vaincus demandent-ils à se retirer en Corse et en 
Sardaigne 3, tous ceux qui ne consentent pas à recevoir le 
baptême sont massacrés. 

Cependant les démarches tentées auprès de Pise et de Gênes 
étaient couronnées de succès ; au mois d'avril 999, les flottes 
combinées de la Provence et de rilalie livraient une san- 
glante bataille aux Sarrasins, commandés par Muget. Les chré- 
tiens remportaient une grande victoire ; presque tous les bâti- 
ments arabes étaient pris ou coulés, c'est à peine si, à la faveur 
de la nuit, quelques fuyards réussissaient à gagner la Corse, où 
peu de temps après ils étaient rejoints par la flotte alliée. 
Malheureusement la mauvaise saison venait interrompre les 
opérations et l'escadre provençale rentrait à Marseille. 

1. Appendice IV. 

2. La situation exacte de ce Fraxinetum est incertaine. C'est du côté de la 
Garde-Freinet (Var, arr. Draguignan, cant. Grimaud) qu'il faut chercher le 
centre des établissements sarrasins, mais il ne semble pas du tout prouvé 
que ce centre ait été à la Garde-Freinet même. Pour tout ce qui concerne 
Texpulsion des Sarrasins de la Provence, voir Poupardin (René), Le Royaume 
de Provence, p. 243-277 ; Le Royaume de Bourgogne, p. 100rll2. Je ne connais 
pas de travaux plus arides traités avec plus de claiié. 

3. ... ut cum navibus se in Gorsicam et Sardiniam recipere possint. Page 150. 



1% CHAPltRE X. § é. 

Ce récit prête à de nombreuses critiques. En 999, peut-on dire, 
le marquis Guillaume n'existait plus ^ et le corsaire arabe 
Modschaed 2 n'avait pas encore fait parler de lui. Évidemment 
l'erreur de chronologie est manifeste, tellement manifeste que 
Delbêne a soin de préciser qu'il parle d'après des chroniqueurs 
savoyards qui rapportent que le combat naval eut lieu avant la 
guerre que le comte Arduin livra aux Sarrasins dans le massif 
des Alpes Cottiennes. La difficulté de préciser ce dernier événe- 
ment lui fait adopter l'année 999 comme date de l'alliance de 
la Provence avec les républiques de Gênes et de Pise ; or il 
parait acquis que les exploits d'Arduin, marquis de Turin, ont 
eu lieu vers 983, à une époque où Guillaume lui-même battait 
un corps sarrasin, dans les Alpes 3. 

La chronologie de Delbêne semble donc retarder d'une dou- 
zaine d'années, ce qui, pour moi est négligeable. L'important 
est de savoir si réellement les comtes de Provence ont, vers la 
fin du X® ou au commencement du xi* siècle, contribué à l'ex- 
pulsion des Sarrasins de la Corse. Je crois qu'il y a lieu sur 
ce point d'admettre la version de Delbêne 4. 



1. Le marquis Guillaume termine ses jpurs, en 994, près d'Avignon, sous 
la robe de moine qu'il avait reçue des mains de Saint Mayeul. Poupardin, 
Le Royaume de Bourgogne, p. 286. 

2. Variantes : Mugeid, Mugeid-Edim, Modjaed, Abu-Geix, en latin Musectus, 
Mugeddus ; dans Giovanni délia Grossa, Musi. Modschaed occupa la Sardaigne 
au commencement du xv siècle : Id unum constat, ineunte seculo decimo 
primo Arabes in Sardinise historiâ denuo comparere, inque eorum ducibus 
Modschaedum prse ceteris eminere. Wenrich, p. 151. 

3. « Ce n'est qu'en 983 que la capture de Saint Mayeul par les Sarrasins 
fit devenait le signal d'un effoi*t général contre eux et, pendant que GuiUaume, 
fi( fils de Boson d'Arles, battait dans les Alpes un de leur corps, son frère 
« Roubaud, aidé d'Ardouin, marquis de Turin, les chassait définitivement 
« du Frainet ». Poupardin, Le Royaume de Provence, p. 273. 

4. Une expédition dirigée par des seigneurs provençaux pourrait peut-être 
se justifier : 1° par le texte de Delbêne ; 2<» par un passage du P. Anselme 
(Hist, Générale et chronolog, de la Maison de France, t. V. p. 224), au terme 
duquel Charles d'Anjou, comte de Provence et roi des Deux Siciles, donne» 
vers 1270, à Guillaume III, vicomte de Melun, le comté de Corse ; cette dona- 
tion évoque l'idée de droits acquis sur la Corse par les comtes de Provence ; 
3o par un nom de lieu significatif, la tour et le port Provençal (Provenzalis 
portus de Pietro Cirneo, p. 10) ; 4» par les noms provençaux que Giovanni 
délia Grossa attribue aux comtes de l'ile, Gui et Rodolphe. 



INVASIONS DES SARRASINS. 177 

* 

Tous ces récits sujets à caution pourraient contenir un fond 
de vérité. La version de Pietro Cirneo explique jusqu*à 
un certain point le silence des chroniqueurs italiens au sujet 
de l'expédition qui força les Sarrasins à évacuer la plus grande 
partie de l'île ; du moment que c'était un simple plébéien 
qui avait conçu et dirigé les opérations, on comprend facile- 
ment que les chroniqueurs et les généalogistes du moyen âge 
se soient gardés d'en faire mention. La date de cet événement 
doit être circonscrite entre 1005 et 1020. Nous savons qu'elle 
correspond à une époque florissante de la République ; or 
ce n'est que, dans les premières années du xi® siècle que Pise 
entreprit contre les Sarrasins une série d'expéditions qui 
eurent pour théâtre la Calabre (1005), la Sardaigne (1017 et 1021) 
et les côtes d'Afrique (1035). Pendant cette période, il n'est fait 
aucune mention de son intervention dans l'île de Corse. 
Pourquoi ? Deux suppositions viennent naturellement à 
l'esprit : ou les Sarrasins de la Corse étaient réduits à l'impuis- 
sance ou les Pisans avaient conclu une trêve avec eux ; il nous 
parait raisonnable d'admettre la première hypothèse, qui 
semble justifiée par quelques documents postérieurs. 

Cependant, dans les premières années du xi' siècle, la Corse 
courut un grand danger ; après s'être emparé de Dénia et des 
Baléares, le fameux Modschaed devint la terreur des îles de la 
Méditerranée, des côtes de Pise et de Gênes (1000 à 1005). 

Il est possible que pendant longtempsdes combats journaliers 
se soient livrés dans l'intérieur de l'île ; il est certain, dans 
tous les cas, que des aventuriers s'y taillèrent des fiefs indé- 
pendants. Un document de 1077 ne laisse aucun doute sur cette 
question i. 

1. Gregorius Episcopus servus servorum Dei, omnibus episcopis et viris 
nobilibus, cunctisque, tam majoribus quant minoribus, in insula Corsica 
consistentibus, salutem. Scitis Fratres,et charisslmi in Christo filii, non solum 
vobis, sed multis gentibus, manifestum esse, Insulam, quam inhabitatis, 
àulli mortalium, nuUique potestati, nisi S. Romanœ Ecclesice, ex debito, vel 
Juris proprietate pertinerc ; et quod illi, qui eam hactenus violenter nihil 
servitii, nihil fîdelitatis, nihil penitus subjectionis, aut obedientise Beato 
Petro exhibcntes, tenuerunt, semetipsos crimine sacrilegii, et animarum 
suarum gravi periculo obligarunt. Cognoscentes autem per quosdam fidèles 
nostros, et vestros amicos, vos ad honorem et justitiain Apostolici Principa- 
tus (sicut oportere cognoscitis) vcUc reverti et diu subtractam ab invasorî- 

12 



178 CHAPITRE X. § 6. 

Vers la fin de cette année le Pape Grégoire VII envoya en Corse 
Landolphe, évêque dePise,avec ordre de pressentir les évêques, 
les seigneurs et les citoyens de toutes les classes, pour faire pré- 
valoir les droits de suzeraineté du Saint-Siège. Aucune nation, 
aucune famille, écrivait le Pape aux Corses, ne possède un droit 
quelconque sur votre île qui est et demeure le domaine de Saint- 
Pierre. En vous soumettant par la force, vos maîtres actuels ont 
commis un sacrilège et gravement compromis le salut de leur 
àme ; vous ne leur devez ni fidélité, ni obéissance. Ce langage 
s'adressantàdes hommes qui ont lutté pour la délivrance du pays, 
peut paraître un peu dur dans la bouche d'un Pape. Mais c'est 
Grégoire VII qui parle et nous savons avec quelle indomptable 
énergie ce pontife tint tête aux Empereurs et aux rois, pour 
nous étonner de la liberté grande qu'il prend avec les seigneurs 
de la Corse. Du reste, et il ne manque pas de récrire, l'Eglise 
dispose, en Toscane, de comtes et de marquis capables de 
défendre les insulaires l. 

L'importance de ce document ne peut nous échapper. Il 
démontre le peu de cas que l'on doit faire de cette suite de 
marquis que quelques historiens considèrent comme les sei- 
gneurs de l'île à partir du ix** siècle. C'est là une erreur qu'il 
importe de détruire : Pépin et Charlemagne ont donné la Corse 
au Saint-Siège, qui en a conservé la suzeraineté jusqu'au jour où 
il lui a plu d'en disposer. 

Nous savons maintenant qu'en 1077 des seigneurs chrétiens 
s'étaient rendus maîtres d'une partie de l'île et y exerçaient leur 
puissance, sans l'autorisation papale. L'expulsion des Sarrasins 
remontait certainement à plusieurs années puisque, déjà, des 
évêques avaient eu le temps de s'installer dans leurs diocèses et 

bus jusUtiam B. Petro, vestris temporibus, vestrisque studiis redhiberi, 
valdè gavisi sumus, scientes vobis hoc non solum ad praesentera, sed etiam 
ad futurum provenire utilitatem et gloriam. Nec dissidere quidem, aut quid- 
quam in hac causa vos dubitare oportet : quoniam si modo vestra voluntas 
firma, et erga B. Petrum fides immota permanserit, habemus per misericor- 
diam Dei in Thuscia multas Comitum et Nobilium viroruiii copias ad vestrum 
adjutorium, si necesse fuerit, defensionemque paratas. Quapropter quod in 
hac re opportunissimum vobis visum est, inisimus ad vos fratrem nostrum 
Landulphum Pisanae Ëcclesise Episcopum. l*"^ Octobre 1077. Gregorii VH, 
Epistolœ, I. V. Epist. 4. 
1, Les libérateurs de la Corse n'étaient donc pas des seigneurs toscans ? 



INVASIONS DES SARRASINS. 179 

des seigneurs chrétiens, peu nous importe leur nationalité, 
faisaient lourdement peser sur les populations le joug de leur 
domination sans contrôle. 

En fixant à 1030 la date de la grande délivrance de la Corse 
nous devons nous rapprocher de la vérité. Il n'en doit pas mohis 
rester acquis que, jusque dans la seconde moitié du xii« siècle, 
des colonies de Sarrasins réussirent à se maintenir dans 
divers points de Hle, continuant à entretenir des relations avec 
les émirs d'Espagne. Un document trouvé par Mollard dans les 
archives des Atti Pablicl de Pise proclame hautement cette 
occupation « qui rend fort problématique la domination pisane l ». 

Où doit-on placer ces derniers repaires de la puissance musul- 
mane ? Sans hésitation nous répondons dans l'arrondissement 
de Sartène et dans la partie méridionale de l'arrondissement 
d'Ajaccio. Essayons de justifier cette affirmation. Au xii® siècle, 
nous le savons, la Corse, placée par le Saint-Siège sous la suze- 
raineté de l'Eglise pisane, renaît de ses cendres. Les débris des 
populations indigènes, converties par la force au mahométisme, 
reviennent à leur antique foi dont les souvenirs ne s'étaient 
jamais perdus ; les couvents déserts sont repeuplés et les autels 
abattus relevés 2. 

A cette date remonte la construction des églises de la Canonica, 
de San Perteo, de Saint-Jeau-Baptiste et de San Quilico de 
Carbini, de Saint-Jean de Paomia, de la cathédrale de Nebbio, 
de Saint-Nicolas et de Saint-Césaire de Murato, décrites par 
Mérimée 3 ; à cette liste nous pouvons ajouter les églises de 
Sainte-Marie de Corte 4 et de Rescamone. 

1. Promesse de paix (Atti Publici, tome XXIII, 2 rosso ; stanza 2* tavola 1») 
faite par le roi de Valence à la commune de Pise, pour la durée de dix ans, 
pendant lesquels il s'oblige à admettre librement et sans exiger aucun droit les 
bâtiments pisans dans tous les ports de ses Etats et particulièrement en Sar- 
daigne et en Corse. 27 janvier, sans date d'année, 1150 environ. Mollard, p. 186. 
« En 1150, Valence était encore au pouvoir des musulmans. Ce document 
« semblerait donc prouver que la Corse, ou tout au moins une partie de ce 
«c pays, était au pouvoir des Sarrasins. Tout cela rend problématique la 
« domination pisane ». (Note de Mollard, p. 186). 

2. Mollard, p. 260. 

3. Mérimée, Voyage en Corse, p. 96-157. 

4. « La plupart des églises de la Corse datent de la domination pisane ; 
<r il est probable que Santa Marione doit aussi leur être attribuée. » Lafaye, 
^otes d'un voyage en Corse, p. 5. 



180 CHAPITRE X. § 6. 

C'est donc, au Sud de la ligne brisée Carbini-Paomia et 
Carbini-Aleria, que Ton doit chercher les points occupés par les 
Sarrasins pressés de plus en plus par les populations chré- 
tiennes, que tenaient en haleine les évêques d'Ajaccio et d'Aleria, 
qui peu à peu étendaient leur juridiction sur les cantons méri- 
dionaux, définitivement conquis. 

Il me reste encore un argument que j'emprunte à César Cantu. 
Les Sarrasins de Sicile, pressés de toutes parts par les chrétiens, 
furent obligés d*élever, pour leur sûreté, de nombreuses forti- 
fications, désignées encore aujourd'hui par le nom de Cala ou 
de Calata l. Consultons la carte de TEtat-major, ou celle de 1824 ; 
après un examen rapide, nous pouvons constater que, sur les 
côtes situées au Nord d*Ajaccio et de Solenzara, le nom Cala 
ne figure que deux fois, comme synonyme de port ou baie. Il est 
au contraire mentionné quatre fois sur la feuille de Porto-Pollo 
et cinq fois sur celle de Sartène, trois fois dans File de Lavezzi 
et trois fois dans Tîle du Cavallo. C'est donc dans ces cale que 
nous devons chercher les derniers vestiges de la puissance 
arabe en Corse. Il est aussi probable que des colonies sarra- 
sines de Corte ou de la Balagne harcelées par les patriotes 
chrétiens, ont été refoulées dans le Niolo, où nous trouvons les 
noms significatifs de Calaguccia et de Calasima appliqués à 
deux villages. 

Il reste maintenant à examiner quels enseignements scienti- 
fiques nous pouvons tirer de ces documents épars et de valeur 
inégale. Sans prétendre jeter une lumière éclatante sur une 
époque aussi troublée que tnal connue, j'espère donner une idée 
assez exacte des événements qui ont accompagné l'expulsion 
des Sarrasins de la Corse. 

Au commencement du xi® siècle, probablement après la 
bataille de Luni (1016), des seigneurs toscans ou génois, 
sans mandat du Saint-Siège, passent en Corse et, aidés par 
les populations chrétiennes, chassent les musulmans du Ncbbio, 
de la Balagne, de Mariana et d'Aleria 2. 

1. César Cantu. Histoire Univ. t. IX, p. 56. — Cala, d'après W^enrich, 
p. 310, est un mot arabe signifiant baie, port abrité, station navale sûre, 
« sinus maritimus, locus a ventis tutus, tuta navium statio. » 

2. Pietro Cirneo, p. 96. — Par un traité conclu, au mois d'Avril 1020, entre 
l'Empereur Henri II et le Pape BenoH VIII, la Corse est reconnue au Saint 



INVASIONS DES SARRASINS. 181 

En 1077, le Saint-Siège revendique ses droits de suzeraineté et, 
quelque temps après, envoie des seigneurs pisans achever la 
conquête de Tîle i. Des combats acharnés sont livrés chaque jour; 
les Sarrasins évacuent les vallées du Golo et du Tavignano, cher- 
chant un refuge dans les montagnes les plus abruptes et les 
plus inaccessibles ; des colonies clairsemées se maintiennent 
au centre de l'île, d'autres plus nombreuses affluent vers le Sud, 
où elles se fortifient et se maintiennent, grâce aux points d'appui 
qu'elles trouvent dans les îles du détroit de Bonifacio 2. 

En 1091, sur les instances de la comtesse Mathilde, la Corse 
est donnée en fief par Urbain II à Daïberl, évêque de Pise, 
moyennant un cens annuel et sous la condition qu'il resterait 
fidèle à l'Église Romaine. L'année suivante, le même pontife 
élevait Pise au rang d'archevêché, en lui donnant comme sufTra- 
gants les évêchés de la Corse 3. 

En 1114, les chrétiens avaient réalisé de grands progrès et 
n'avaient plus à redouter les attaques d'un ennemi affaibli et 
réduit à la défensive ; ils étaient à même de fournir leur contingent 
au corps expéditionnaire, que les Génois et les Pisans, à la 
demande du pape Pascal II, envoyèrent contre les Baléares 4. 

Siège. (Mon. Germanise historica, Constitiitiones et acia publica Imperatorum 
et regum, t. I, p. 07). Soit par négligence, soit par impuissance, les Papes 
paraissent ne pas s'être occupés de la Corse avant 1077. 

1. Urbain II, en confiant la Corse à l'Église pisane, rappelle les succès des 
Pisans sur les Sarrasins (Bulle Cum universiSt 1092). 

2. Cette conjecture résulte des noms de lieu d'origine arabe et de la tradi> 
tion d'après laquelle des combats acharnés se seraient livrés dans les envi- 
rons de Corte. 

3. Trois bulles adressées par le Pape Urbain II à Daibert, évêque de Pise, 
par lesquelles, sur la demande de la comtesse Mathilde et pour remédier aux 
nombreux abus qui se sont introduits dans les églises de la Corse, il lui 
confère le titre d'archevêque et le droit de porter le pallium. La première 
de ces bulles, du 28 juin 1091, indiction XV (style romain) ; les deux autres, 
qui ne forment qu'un seul et même acte, du 21 avril 1092. (Moliard, p. 184). 

4. Tune demum Pisse tanto insonuere dolore. 
Ut nec magna quidem sentire tonitrua posses 
Quicquid tune habuit nemorosi Corsica ligni 
Âut picis, innumeros ratium defertur ad usus, 
Lunenscsque suo privantur robore silvœ. 

Laurentii Veronensis, De Bello Balearico, dans Italia Sacrai t. IIÏ, p. 898. 
Si nous en croyons un texte de Boson, Epistolarum fragmenta variarum, 
dans cette guerre les Corses se battirent comme des lions : Corsi tamquam 



182 CHAPITRE X. § 6. 

Pendant que Tarchcvêque de Pise faisait relever les églises 
démolies i, des seigneurs continuaient à lutter contre les popu- 
lations musulmanes du Midi. 

En 1146, les Arabes d'Espagne reparaissaient sur les côtes 
d'Italie ; huit ans, après ils jetaient la terreur dans la mer de 
Sardaigne et obligeaient les Génois et les Pisansàfaire des arme- 
ments considérables 2. La lutte restait indécise, car, en 1150, 
la commune de Pise faisait avec le roi de Valence une trêve de 
dix ans, pendant lesquels les musulmans s'engageaient à admettre 
librement les bâtiments pisans dans tous les ports de leurs États 
et particulièrement en Sardaigne et en Corse 3. 

Mais les Sarrasins perdaient chaque jour du terrain ; refoulés 
dans les environs de Porto Vecchio et de Bonifacio, ils réussis- 
saient difficilement à s'y maintenir. Enfin, en 1185, la Corse était 
définitivement débarrassée de leur odieuse présence ; à son tour 
le roi de Majorque signait avec la commune de Pise un traité de 
paix, par lequel il convenait de s'abstenir de toute hostilité contre 
les îles de la Sardaigne et de la Corse 4. 

§ 7. Influence des invasions sarrasines sur la Corse, 

Il ne faudrait pas croire à la prise de possession de la Corse 
entière par les Arabes : aucun texte ne nous y autorise. Installés 
à demeure sur les côtes, ces barbares devaient se borner à faire 
occuper par des postes militaires quelques points importants, 
d'où périodiquement ils tombaient sur les populations chré- 
tiennes. 

Il n'y a pas grand chose à dire de cette conquête militaire. 

leones contra Barbaros pugnavere. J'emprunte ce renseignement à VHistoire 
de la Corse du comte Colonna de Cesari Kocca, Paris, 1890, p. 27. 

1. La Canonica est consacrée par l'archevêque Pierre en 1119. 

2. Wenrich, p. 215, 216 et 217. 

3. Historiée Patries Monumenta, t. II, p. 269. CCXXVIII, 1150. Promessa 
di pacc del re di Valeuza Aboabdel-Melsemet-Ab-elsalt al communi di Pisa 
per anni dieci avanti quali s'obliga a far si che i bastimeuti di Pisani siano 
ricevuti Uberamente e senza pagare diritto o gabelle, in tutti i suoi stati e 
specialmente nelle isole di Corsica, di Sardegna, di Capraia, d'Elba, di Pia- 
nosa e di Montechristo. (D'alV Archivio I. R. délia Riformagioni di Firenze). 

4. Mollard, p. 187. L'original du traité est aux archives de Pise. Atti publici, 
tome XXIII, 7 rosso, Dipl. ar. pis. Version latine publiée par Amari. 



INVASIONS DES SARRASINS. 183 

La moindre résistance était suivie de véritables razzias, entraî- 
nant la vente des bestiaux et des habitants. Le sort de ces mal- 
heureux, réduits à l'esclavage, fait frémir nos cœurs dliommcs 
civilisés. 

Il est vrai que les musulmans qui tombaient entre les mains 
des chrétiens étaient traités avec autant de barbarie et de 
cruauté. Il est même permis de supposer qu'au xii* siècle c'est 
des sarrasins insulaires que provenaient ces serfs que les Pisans 
vendaient comme une vile marchandise i. Il serait extraordi- 
naire qu'à cette époque on ait encore pu jeter des chrétiens sur le 
marché aux esclaves. Giovanni délia Grossa nous a conservé 
le souvenir de ces trafics honteux dont il rend le Pape respon- 
sable 2. 

Sans doute il y eut en Corse beaucoup de chrétiens qui em- 
brassèrent l'islamisme. Les avantages que les apostats rencon- 
traient au point de vue des taxes fiscales, la facilité avec laquelle 
les Arabes accueillaient les convertis ne pouvaient manquer à 

1. 7 avril 1152, vente d'une esclave se nommant Nera, originaire de l'île de 
Corse. 12 septembre 1156, vente d'une esclave corse du nom de Bonissuola. 
l" mai 1158, vente d'une esclave du nom de Jaunello, originaire de l'île de 
Corse. 5 août 1156, vente d'une esclave de l'île de Corse du nom de Sizula. 
Le prix de chaque esclave varie entre vingt-deux et soixante-sept sous de 
Pise. MoUard, p. 174, 183, 239, 251. 

2. « Le Pape, pour punir les Mores de leur rébellion, du moins ceux qui 
« s'étaient soumis précédemment, ordonna que, outre le cinquième des 
« récoltes qu'ils payaient déjà au temporel, ils paieraient encore chaque 
« année la dîme au spirituel, tant des hommes que des fruits de la terre. Ces 
« hommes devenaient les esclaves de la Cour romaine. Le Pape voulut que 
« si l'un de ceux que se trouvaient esclaves, en vertu de cette dîme, venait 
« à mourir, le frère cadet le remplaçât ; et ainsi la dîme était presque tou- 
« jour exactement payée... De son temps (le comte Arrigo) on payait ordi- 
« nairement tous les cinq ans à la Cour romaine la dîme des hommes, établie 
«f autrefois ; mais comme cette exigence était contraire à tous les usages, 
« l'évêque d'Aleria, à la demande du comte Arrigo et des autres évêqucs de 
« l'île, passa à Rome et obtint du Pape qu'il supprimât ce cruel impôt. » 
Hist, de la Corse, trad. Letteron, p. 117, 118. 120. 

Il y a dans la chronique de Giovanni della Grossa des erreurs grossières, 
des fautes de chronologie évidentes, des interversions dans l'ordre des événe- 
ments, mais cela n'implique pas qu'il faille mépriser les renseignements 
d'ordre général qu'il nous fournit. Il serait à désirer que la Société des 
sciences historiques de Bastia, fit imprimer les œuvres de Giovanni ëans leur 
texte original, avec les variantes des divers manuscrits. 



184 CHAPITRE X. § 7. 

la longue d'impressionner une population privée de ses pas- 
teurs. Le départ des Sarrasins laissa TÉglise corse dans le plus 
grand désarroi ; dissolue et dissipée, sans hiérarchie et sans 
discipline, ses mœurs se ressentaient du passage de Tinfidèle et 
il était temps de remédier au mal qui la rongeait l ; c'est à quoi 
devait s'employer l'archevêque de Pise, institué primat de Tîle 
par le Pape Urbain II (1091). 



1. Vrbanus Episcopus Fratri Daiberto Pisanorum episcopo. 

.... Quia igitur in tanta tamqiie diuturna schismaticorum tempestate Pisa- 
norum gloriosa civitas multis jamdudum laboribus et obsequiis sanctam 
Romanam Ecclcsiam Apostolicam sibi fccit obnoxiam.... Divinee siquidem 
Majestatis dispositio, Pisanœ Urbis Gloriam nostris temporibus, ^t Saraceno- 
rum triumphis illustrare, et Ssecularium rerum provectibus promovere, et 
prce Comprovincialibus exaltare dignata est. Ea propter, et nos Divinse pieta- 
tis prosecutores, et cooperatores eam in spiritualibus quoquc glorificare 
decrevimus, sicut prsedecessores nostros multis civitatibus olim fecisse scrip- 
torum Ecclesiasticorum testimoniis comprobatur ; consilio itaque fratrum 
nostrorum episcoporum, Carissimae quoque Beati Pétri filiœ Matildis Comi- 
tissœ, quae se extremis quibusque pro causa Apostolicœ sedis exposait. 
Obnixis postulationibus inclinati ad honorem Sanctissimse Dominœ nostrae Dei 
Genitricis Marise Sanctorumque Apostolorum Principum Pétri et Pauli, 
Corsicœ Insulie Episcopatos regendos, ac disponendos Sanctse Pisanœ Eccle- 
siae, oui auctore Deo, carissime frater Daiberte, Praesides, prsesentis décret! 
auctoritate committimus, atque subicimus, teque frater venerabilis» in 
Archiepiscopum ejusdem Insulœ promovcmus, idem juris et idem honoris 
tuis quoque successoribus perpetuo indulgentes ; qui Cleri ac Populi electione 
légitima per Romani Pontificis manus intraverint, quemadmodum, Landul- 
phum, Gerardum et te ipsum ordinatos esse cognoscitur, Corsicana etenim 
insula tam prolixitate Spatiorum quam negligentia Pastorum, tam inso- 
lentia Dominorum quam nostrorum desuetudine Legatorum, multis interve- 
nientibus impedimentis ab Apostolicse sedis obcdientia ac dcvotione, defer- 
buit et dissolutioni ac dissipationi dedita Ecclesiastici ordinis pêne deseruit 
disciplinam, quam profecto tua, tuorumque successorum vigilantia, quia es 
illis vicinior, et sedi Apostolicse familiarior es in justitise regulam et chris- 
tianitatis vigorem, annucnte Domino, reformari optamus atque prsecipimus. 
Anno MXCII. 

Le Pape confère, en outre, à l'archevêque Daibert le droit de revêtir le 
pallium. Gregori (Statuti, p. CXXVI, note 2), tient pour suspect ce document, 
dont l'authenticité me paraît démontrée par les bulles postérieures des papes 
Honoré II (1126), Eugène III (1146), Adrien IV (1157) confirmant successive- 
ment les dignités accordées par leurs prédécesseurs aux archevêques de Pise, 
savoir : la légation de Sardaigne, la primatie de Corse et de l'Église Turritane 
et le droit de monter dans les processions un cheval carapaçonné, de faire 
porter la croix devant eux et de revêtir le pallium. (Mollard, p. 184-186). 



INVASIONS DES SARRASINS. 185 

Examinons maintenant quel fut le système d'administration 
adopté par les Sarrasins pour la Corse ; nous pourrons nous 
faire une opinion raisonnée à l'aide de déductions tirées des 
procédés qu'ils employèrent ailleurs. 

Les émirs d'Espagne et d'Afrique durent se faire représenter 
par des valis que Giovanni qualifie de rois. Ces officiers jouis- 
saient d'un pouvoir absolu. La justice était rendue, en leur 
nom, d'après les lois musulmanes ou d'après les lois romaines, 
selon que les justiciables étaient chrétiens ou musulmans i. 
Leur principale occupation était la rentrée des impôts. Les 
biens des musulmans étaient taxés au dixième du produit ; 
ceux des chrétiens payaient le cinquième, c'est-à-dire le double. 
« Dans les commencements, pour attirer les chrétiens, il fut 
« décidé que ceux qui se soumettaient volontairement seraient 
« traités comme les musulmans eux-mêmes ; mais cette faveur 
« ne fut pas maintenue 2. » 

La civilisation arabe si florissante en Sicile et en Espagne n'a 
laissé aucune trace ni en Corse, ni en Sardaigne. Il est possible 
que les vainqueurs aient acclimaté dans les îles quelques plantes 
africaines, telles que le palmier et le figuier de Barbarie, et 
qu'ils aient tenté la culture de la canne à sucre 3 ; c'est fort peu 
de chose en comparaison du mal qu'ils ont fait à l'a^griculture 
insulaire, en ravageant les plaines d'Aleria et de Mariana. 

Nous chercherions vainement en Corse, un témoin de leur 
architecture et, dans le domaine des arts, c'est à peine si nous 
pouvons faire remonter à leur domination l'habitude de ne 
point lire les vers, mais bien de les chanter sur un ton monotone, 
de sorte que chaque lecteur s'improvise musicien. C'est grâce à 
eux aussi que nos pères ont eu des tambours dont l'usage n'a 
jamais dû se généraliser 4. Us nous ont aussi transmis quelques 

1. « Cum probabile admodum sit, alios Mohammedis, alios Christi placitis 
« inhaesisse, sequitur, illos juris Mohammedano, hos vero patriis legibus 
« obnoxios fuisse », dit Wenrich, en parlant des habitants de la Corse et de la 
Sardaigne. P. 280. 

2. Reynaud, p. 279. 

3. Neque satis habebant (Arabes), cas tantum arbores plantasque, quas 
jam in Siciliâ, Sardiuiâ Corsicâque offenderunt, coluisse ; verum etiam nova 
arboium plantarumque gênera ex Africâ Asiâque insulis iliis inferebant. 
Wenrich, p. 290. 

4. Fort peu de textes font mention du tambour qui, pour un appel aux 



186 CHAPITRE X. § 7. 

mots de leur langue, mais, comme la plupart d*entre eux se 
retrouvent dans le dialecte génois ou toscan, il serait difficile 
aujourd'hui de déterminer ceux que nous tenons directement 
des Arabes i. Un seal me paraît avoir eu en Corse un succès 
particulier; c'est le verbe scialare synonyme de stare bene (ita- 
lien), se porter bien (français), difficile à écrire tellement sa con- 
jugaison est irrégulière. 

Ce mot que Ton trouve dans les idiomes génois et napolitains, 
avec la signification de se réjouir, pourrait dériver, d'après 
Randaccio 2, de Texpression arabe In scia llhâ, signifiant littéra- 
lement s'il plaît à Dieu ; d'Ambra 3, au contraire, opine pour 
un dérivé du verbe scialach ; quoiqu'il en soit, le mot corse 
dérive bien de l'arabe et, s'il est devenu si populaire, c'est sans 
doute qu'il représente une de ces phrases qu'il convient de 
savoir pour aborder convenablement une personne dont on 
ignore la langue. 

Quelques mots, voilà tout ce que les Sarrasins ont laissé en 
Corse I Plût à Dieu que leur souvenir n'eût survécu que par 
ce faible apport à une langue assez riche par elle-même ! 

Les invasions arabes ont eu malheureusement une influence 
considérable sur les destinées de l'île ; elles ont arrêté la civili- 
sation romaine dans son essor, elles ont paralysé les progrès 
du christianisme et créé un état d'anarchie et de confusion tel 
que la force brutale devint peu à peu l'unique instrument de 
gouvernement ; elles ont rompu brutalement tous les liens 
sociaux, par la séparation complète de la province avec l'Italie, 
des administrés avec leurs administrateurs. 



armes, n*était pas aussi praUque que la conque marine, le seul instrument 
national. On lit néanmoins dans Giustiniano : « En Corse un roulement de 
f tambour peut mettre sur pied quatre ou cinq mille fantassins. » Hist. de 
la Corse, trad. Letteron, p. 81. 

1. Voici une liste de mot arabes, qui paraissent plus près de l'idiome corse 
que de l'idiome génois : 

Arabe. 
Damdjana (bouteille en verre). 
Mindel (mouchoir). 
Mizac (voile, manteau). 
Giarrah (vase de terre). 

2. Randaccio, DelVidioma Genovese, p. 215. 

3. D'Ambra, Vocaboïario Napolitano-Toscano, Napoli, 1873. 



GÉNOIS. 


Corse. 


Damixan-a. 


Damijana. 


Mandillu. 


Mandile. 


Meizau. 


Mezzaru. 


Giara 


Giara. 



INVASIONS DES SARRASINS. 187 

Celle séparation néfaste est certainement le plus grand fléau, 
qui ait pesé sur ce malheureux pays qui s'en ressent encore ; 
comme un enfant sevré prématurément, il n'a pas pu se déve- 
lopper normalement et vit toujours en proie h l'anémie, exposé 
à de continuelles rechutes, attendant toujours le chirurgien qui 
le débarrassera du cancer sarrasin qui le ronge. Pénétrés de 
l'importance désastreuse de cet isolement, les habitants romo' 
nisés s'expatrièrent et cherchèrent un refuge en Italie, privant la 
patrie d'un élément essentiel à sa prospérité. 

Au point de vue économique, les résultats furent aussi déplo- 
rables. En chassant les habitants des villes côtières, en les 
refoulant de la vallée pour les isoler sur les hauts plateaux, le 
musulman supprima l'amour du travail, en rendant tout travail 
impossible. La Méditerranée, le plus beau champ de la Corse, 
fut interdit aux insulaires qui, de marins ou ouvriers agricoles, 
devinrent pâtres. Plus de commerce, par conséquent nécessité 
absolue de vivre des produits de la montagne. De là, l'habitude 
fatale de se contenter de peu. 

L'influence saritisine fut d'autant plus sensible qu'une partie 
de la population, celle qui avait résisté avec le plus d'énergie à 
la civilisation romaine, était d'origine libyenne, c'est-à-dire 
toute préparée à succomber aux vices et aux défauts particuliers 
à leur race. La femme ne joua plus qu'un rôle effacé dans la 
famille ; l'homme redevint cruel et, pendant tout le moyen âge, 
nous le trouverons continuellement occupé à épancher dans le 
sang sa soif d'éternelle vengeance. La hideuse vendetta est une 
tare libyenne et non génoise; le néfaste esprit de clan est un legs 

sarrasin. Où donc est le chrétien qui nous en débarrassera ^ ? 

» 

§ 8. — Conclusion. 

11 est facile de constater, par ce que nous venons de lire, com- 
bien sont rares les documents sur la Corse ; nous avons dû faire 
beaucoup d'hypothèses, avancer beaucoup de conjectures pour 

1. Deux corses seulement, Paoli et Napoléon, ont compris ce qu'il fallait 
à la Corse pour la rendre ce qu'elle devrait être, prospère et heureuse. La 
justizia paoUna est restée légendaire et le proconsulat du général Morand fut 
une nécessité. Malheureusement ni Paoli, ni Morand, n'exercèrent le pouvoir 
assez longtemps poux produire des résultats durables. 



188 CHAPITRE X. § 8. 

essayer de donner au récit une allure ininterrompue. Tel qu'il 
est, c'est-à-dire fatalement incomplet, ce court aperçu sur la 
Corse ancienne permettra, nous l'espérons, de se faire une idée 
exacte de nos origines, de nos premiers pas sur le chemin de la 
civilisation et du progrès. Il nous sera désormais facile de 
comprendre pourquoi, dans notre île, l'individu s'est développé 
plus que dans n'importe quelle région de la France ou de l'Italie, 
tandis que la collectivité continue à patauger sur place, dans la 
boue des vieux errements et des traditions surannées. Ce con- 
traste, qui a toutes les apparences d'un paradoxe, s'explique par 
notre histoire. Privé pendant de longs siècles de toute direction, 
l'individu a concentré et dirigé tous ses efforts, pour être à la 
fois juge et justicier, administrateur et maître incontesté de son 
entourage. Il a acquis ainsi une aptitude extraordinaire au 
commandement et un esprit d'intrigue incomparable. Mais ces 
qualités ne peuvent s'exercer dans un milieu composé d'indi- 
vidus moralement identiques, qu'à condition d'avoir la force, 
c'est-à-dire l'élément essentiel pour triompher brutalement de 
la résistance de son voisin. 

L'individu a donc cherché autour de lui, dans sa famille 
d'abord, dans le clan ensuite, le gendarme dont il avait besoin, 
pour imposer sa justice. Des siècles d'un pareil régime ont créé 
un type social particulier i. Le bien public est resté une expres- 
sion vide de sens ; ainsi s'explique pourquoi le Corse, si cha- 
touilleux lorsqu'il s'agit de son intérêt ou de son honneur, reste 
insensible devant les iniquités et les injustices qui affligent la 
commune ou le département. Bien plus, sur cette pente, l'indi- 
vidu devait glisser jusqu'au bout ; pour imposer sa volonté, 
nous dirions volontiers sa suzeraineté, il ne lui suffira pas 
d'être fort, il lui faudra étouffer dans son entourage tout germe 
de force. De là nécessité de frapper sur quiconque essaj'e de 
s'élever. 

Heureusement cet individu a, par la force des choses, un 
amour pour sa famille qui atteint le sublime ; il n'y a pas de 
sacrifice qu'il ne soit prêt à s'imposer pour le triomphe des 
siens. Il leur est dévoué de tout cœur, il est prêt à tout leur 
sacrifier, même son honneur. Du reste, l'honneur est pour ainsi 

1. Admirablement décrit par Demolins, Les Français d'aujourd'hui, 
Chap. IV; Le Type Corse, p. 163 à 199. 



INVASIONS DES SARRASINS. 189 

dire familial ; tout acte est bon et digne de louange du moment 
qu'il est agréable à la famille. 

Ce type est le résultat de son histoire. Du vu® au xii® siècle il 
n'a pas été gouverné. Le déclin de la puissance romaine Ta 
laissé en proie à ses mauvais instincts ; l'Eglise malheureuse- 
ment a vu ses généreux efforts arrêtés par les incursions des 
Arabes. Comme nous l'avons vu, cette dernière période a blessé 
mortellement la Corse. L'individu n'a eu qu'à compter sur ses 
propres forces pour résister à l'envahisseur ; il a d'abord fui et, 
de son nid d'aigle, il a continué à surveiller la vallée, ne se 
faisant aucun scrupule de descendre la piller, quand il pouvait 
le faire impunément. 

Dans la montagne, il s'est formé ainsi un tas de clans, indé- 
pendants les uns des autres, parfois même ennemis, par suite 
de la nécessité de vivre sur les mêmes pâturages. Avec le temps, 
cette vie de clan est devenue naturelle, nécessaire même. Pour 
ramener ces clans à la vie normale il n'y avait qu'un remède : la 
force. Ni Pise,ni Gênes ne l'ont jamais eue et la Corse a pu conti- 
nuer à mener celte vie de grande tente. Il est réservé, espérons 
le, à la France d'y mettre un terme, en mettant une force impla- 
cable au service des justes lois de nos codes. 



APPENDICES 



APPENDICE I. 

Liste des gouverneurs de la province Sardinia, d'après Klein 

1. M. Valerius 528 an de Rome i. 

2. C. Atilius M. F. M. N. Regulus 529 

3. A. Cornélius Mammula 537 

4. Q. Mucius P. F. Scaevola. 538 

5. L. Cornélius Lentulus. v 543 

6. P. Manlius Vulso. 544 

7. C. Aurunculeius. 545 

8. A. Hostilius Cato. 547 

9. Ti. Claudius Asellus. 548 

10. Cn. Octavius C. N. F. 549 

11. Ti. Claudius P. F. Ti. N. Ncro. 550 

12. P. Cornélius Lentulus. 551 

13. M. Fabius Buteo. 553 

14. M. Valerius Falto. 554 

15. L. Villius Tappulus. 555 

16. M. Porcins M. F. Cato. 556 

17. L. Atilius. 557 

18. Ti. Sempronius Ti. F. C. N. Longus. 558 

19. Cn. Cornélius Merenda. 560 

20. L. Porcins L. F. M. N. Licinus. 561 

21. Q. SaloniusSarra. 562 

22. L. Oppius Salinalor. 563 

23. Q. Fabius Q. F. Piclor. 565 

24. C. Stertinius. 566 

25. Q. Fui vins (Cn. F. M. N.) Flaccus. 567 

26. C. Aurelius Scaurus. 568 

27. Q. Naevius Matho. 569 

28. Cn. Sicinius. 570 

29. C. Terentius Istra. 572 

30. M. Pinarius Rusca. 573 

1. Ces dates sont celles de rélection ou de la prise de possession du com- 
mandement. 



APPENDICE ï/ 193 

31 . C. Maenius. 574 

32. C. Valerius M. F. P. N. Laevinus. 575 

33. T. Aebutius Carus. 576 

34. Ti. Sempronius P. F. Ti. N. Gracchus. 577 

35. Cornélius. 580 

36. M. Atilius. 581 

37. C. Cicereius. 582 

38. Sp. Cluvius. 582 

39. L. Furius Philus. 583 

40. P. Fonteius Capito. 585 

41 . C. Papirius Carbo. 586 

42. A. Manlius A. F. T. N. Torquatus. 587 

43. M'. luventius T. F. T. N. Thalna. 591 

44. Ti. Sempronius P. F. Ti. N. Gracchus. 591 

45. P. Cornélius P. F. Cn, N. Scipio Nasica 

Corculum, 592 

46. L. Aurelius L. F. L. N. Oresles. 628 

47. M. Caecilius Q. F. Q. N. Metellus. 641 

48. T. Albucîus. 649 

49. C. Megabocchus. 670 

50. Q. Antonius Balbus. 672 

51 . L. (Marcius) Philippus. » 

52. C. Valerius Triarius. 677 

53. L. Lucceius. 688 

54. M. Atius Balbus. 695 

55. Ap. Claudius Ap. F. Pulcher. 697 

56. M. Aemilius M. F. M. N. Scaurus. 700 

57. M. Aurelius Cotta. 701 

58. Q. Valerius Q. F. Orca. 705 

59. Sex. Peducaeus Sex. F. Sex. N. 706 

60. C. Caesar Octavianus. 711 

61 . M. Lurius. 714 

62. Pompeius Menodorus. 716 

63. Q. Caecilius M. F. Metellus Crelicus. 759 

64. C. Asinius Tucuilianus. 759 

65. Vipsanius Laenas. 809 

66. M. luventius Rixa. 820 

67. Cn. Caecilius Simplex. 820 

68. L. Helvius Agrippa. 821 

13 



194 APPENDICE 1. 

69. Secundus. » 

70. Sex. Subrius Dexter. 827 

71 . Otacilius Sagilta. » 

72. Publilius Memorialis. » 
73 Claudius Clemens. » 

74. Ti. Claudius Servilius Geminus. 849 

75. L. Baebius L. F. Aurelius luncinus. 895 

76. Claudius Paternus Clementianus. » 

77. L. Ragonius L. F. Urinatius Larcius 

Quintianus. 939 

78. N 942 

79. Raecius Constans. 955 

80. Marcius Metellus. 962 

81 . Q. Cosconius M. F. Fronto. » 

82. Q. Gabinius Barbarus. 964 

83. P. Vibius P. F. Marianus. » 

84. P. Sallustius Sempronius Victor. » 

85. N 988 

86. M. Ulpius Victor. 997 

87. M. Caipurnius Caelianus. 1006 

88. lanuarius. 1010 

89. M. Aelius Vitaiis. 1036 

Légats de la Sardinia : 

1 . M. lulius Romulus. 821 

2. G. Caesius T. F. Aper : » 

Questeurs de la Sardinia : 

1 . G. Sempronius Ti. F. P. N. Gracchus. » 

2. Ci. Pompeius Sex. F. Cn. N. Strabo. » 

3. T. Atilius Sabinus. » 

4. L. Septimius Severus. » 

Procurators de la Corse : 

1 . Pacarius Decumus. 69 ap. J.-C. 

2. L. Vibrius A, F. Punicus. » 

3. L. lulius Longinus. » 



APPENDICE II. 

1. Numismatique. — 2. Inscriptions. 
1. Numismatique. 

Je ne connais pas de médaille ancienne particulière à la Corse 
et le nombre de celles qui intéressent la province Sardinia est 
des plus restreints. Cambiaggi, sans indiquer ses sources, nous 
donne la description de la divisa (sceau ou médaille) du gouver- 
neur : d'abord, écrit-il, deux personnages aux bustes accolés, 
séparés tout le long du buste par une ligne noire et surmontés 
de la tète bifront de Janus. Ensuite, une table couverte d'un 
tapis de pourpre, supportant un livre ouvert et, dans le bas, 
une tour sur laquelle se détache le nom de la province i. 

Deux médailles des préteurs Q. Antonius Balbus et M. Atius 
Balbus sont ainsi décrites 2 : 

La première : Avers : Tête laurée de Jupiter avec les mots 
S. C. Revers : Victoire dans un quadrige, la main droite tenant 
un laurier et la main gauche les rênes et un rameau de palmier. 

La seconde : Avers : Tête nue de Balbus avec l'inscription 
M. ATIUS BALBUS P. R. Revers : la tête de Sardus avec une 
coiffure de plumes et l'inscription : SARDUS PATER. 

Une pierre assez curieuse a été signalée par Mérimée. Il s'agit 
d'une cornaline, sur laquelle est gravée en creux une tête de 
jeune homme, dont les cheveux paraissent enveloppés d'une 
résille, et « qui peut-être était une coiffure nationale 3 )).Rappro- 

1. Le Divise dei Presidi, clie governavano Corsica e Sardegna, erano 
primieramente l'effigie di due Principi compresi in due volti uno dietro 
all'altro corne appunto l'immagine di Giano Bifronte e seguitavano a tutto il 
petto, restando divisi da una continuata linea nera, non potendosi esprimere 
meglio rimperio di due principi ctie governavano insieme un medesimo Stato. 
Quindi una tavola coperta d'uno stratto di porpora avente sopra un libro 
air inpiedi, e a basso la figura d'un Castello, che ha al di sopra scritto il 
nome della sua Provincia. Cambiaggi, t. I, p. 29. 

2. Cohen, Méd. cons. pi. III, Antbnia, 1. — Mionnet, Description des 
médaiUes, t. I, p. 345, n. 49. 

3. Mérimée, p. 66» n. 2. 






196 APPENDICE II. 

chées de la médaille d*Atius Balbus, ces indications peuvent 
laisser croire que la coiffure des Corses de l'antiquité consistait 
en une résille ornée de plumes. 

2. Inscriptions. 

Au cours de cette étude j*ai reproduit toutes les inscriptions 
concernant la Corse. Je crois néanmoins utile d'attirer l'atten- 
tion sur une inscription citée par Mérimée. « Je n'ai trouvé nulle 
« part, écrit l'éminent archéologue, que les Corses aient fourni 
« un contingent militaire aux armées impériales. Une inscription 
« rapportée par Muratori, a pu établir l'opinion contraire, mais 
<x il est évident qu'elle s'applique aux Corsi de la Sardaigne : 

SEX IVLIVS SEX. F. POL. RVFVS 

EVOCATVS DIVI AVGVSTI PRAE 

FECTVS I. COHORTIS CORSORVM 

ET CIVITATVM BARBARIAE IN SARDINIA 

« Muratori propose, avec raison, de lire : 

« BALARIAE au lieu de BARBARIAE i. » 

Il est logique de conclure que cette inscription n'est pas suffi- 
sante pour démontrer que les Corses ont fait partie des cohortes 
romaines, mais depuis la découverte du congé de Nerva, que 
nous avons reproduit, cette question est résolue par l'affirmative. 

Il nous reste à parler de deux inscriptions que Thevet préten- 
dait avoir trouvé sur l'emplacement de la ville de Nebbio 2. 

Malheureusement ces inscriptions sont fausses. Elles figurent 
parmi les falsae au Corpus Inscriptionum Latinariim 3. Ce sont 

1. Mérimée, p. 64, note 3. 

2. Thevet, Cosmographie Universelle, Paris, 1575, p. 712. 

Première inscription : 

IMPERAT. CAESA. PIO. FELICI. INVICTO. AVC. 
RESP. CORS. DN. MER. 

Deuxième inscription : 

MAX. TRIB. P. VI. CON. P. P. M. AVREL. MENOPHILVS. 

ORNATVS. IVDICÏO. PIVS EQVO PVBL. SACERDOS 

TVSCVLANVS. AEDIL. CORS. CVM. MENOPHILO. PATRE. 

LIS. AVGV. N. N. EX. PROCVI\AT. INDVLGENTISS. 

L. D. D. 

3. C. I, L. tome X, p. 75, no» 1482 et 1483. 



APPENDICE II. 197 

deux inscriptions vraies de Pola i, où le mot CORS a été subs- 
titué à POLiE. Elles se trouvent, avec l'indication de Nebbio, 
dans un manuscrit de Scaliger, auquel Thevet les a emprun- 
tées 2. 



1. G. I. L. tome V, no» 27 et 31. 

2. Renseignements donnés par M. Etienne Michon, conservateur du musée 
du Louvre, à M. Souchon, archiviste honoraire de l'Aisne. 



APPENDICE m. 

Bas-Reliefs. 

(Extrait du Recueil général des bas-reliefs de la Gaule Romaine^ 
par Emile Espérandieu, Paris 1907, in-4°, p. 25 et 26). 

« La Corse ne pouvait être exclue de ce recueil, mais la 
« place qu'elle y occupe est insignifiante. Il faut en trouver 
« peut-être la raison dans l'indépendance relative que conser- 
« vèrent les habitants, et les difficultés de tout ordre qui empê- 
« chèrent les Romains de se fixer solidement dans cette île, en 
« dehors des petites villes d'Aleria et de Mariana et de quelques 
« autres points peu nombreux de la côte orientale. Il ne m'a 
« pas été possible de me procurer la photographie d'un fragment 
« de bas-relief qui figure deux Amours et accompagne la dédi- 
« cace, découverte dans le Cap-Corse, d'une statue à l'empereur 
« Claude. » (Cf. mes Inscriptions antiques de la Corse, Bastia, 
1893 ; in-12, p. 95) l. 

Bibliographie. 

1. Mérimée (Prosper). Notes d'un voyage en Corse, 1840, in-8°, 
236 pages, 11 planches. II. Campi (Louis). La Sciarabola 
dAjaccio, notice historique, archéologique et bibliographique. 
Paris, 1871 ; in-8°, 79 pages, une planche. 

2. Sarcophage d'enfant découvert, « il y a Quelques années, 
dans le voisinage d'Ajaccio, au lieu dit Punta di Tralaveto, près 
le Campo di Loro ». (Mol.). A Ajaccio, chez M. .Campi, qui le 
retira « de la cour d'un paysan, où il servait d'auge pour les 
porcs». (Laur). Marbre blanc. Longueur, 1"16 ; largeur, 0™41 
d'un côté, 0^38 de l'autre ; hauteur, 0™29 ; épaisseur de la cuve, 
0"07. 

1. Dans son ouvrage, la Corse et la Station d'Ajaccio (Paris, 1864 ; in-8«, 
p. 243), le docteur de Pietra Santa fait connaître, l'un à Canari, Tautre à 
Piana, deux bas-reliefs qu'il attribue à l'époque romaine. La première est de 
l'année 1590 et accompagne l'épitaphe d'un notable de l'île et de sa femme ; 
l'autre, qui effectivement était antique, ne se trouve plus à Piana. M. Ottavi, 
directeur d'école de cette localité, m'apprend qu'il s'agissait d'une pierre 
tombale avec le buste d'une femme ; un entrepreneur forestier, aujourd'hui 
décédé, l'acheta, il y a quelques années, et la fît transporter dans le dépar- 
tement des Landes. Je ne sais ce qu'elle est devenue. (Note de M. Espérandieu). 



APPENDICE III. 199 

Photographie de Jules de Laurière. — Fr. Molard, Revue ArchéoL XXII 
(1870-1871), p. 182 (gravure). — Campi, La Sciarabola, p. 54 et pi. en regard 

du titre. — De Laurière, BulL des Antiq. de France, 1887, p. 149. 

• 

Scènes de chasse dans une forêt. A gauche, Tun des chasseurs 
est renversé par un lion ; au second plan, de ce même côté, 
deux autres chasseurs poursuivent un cerf, sous le ventre duquel 
on aperçoit la hure d*un sanglier ; au centre, Tanimal dont la 
tête manque, et que le cavalier s*apprête à frapper de sa lance, 
est une lionne ; à droite, une panthère est attaquée par un 
chasseur qui se couvre de son bouclier ; deux autres chasseurs 
et un chien (sous le' ventre du cheval) complètent le tableau. 
Sauf celui de droite, au second plan, qui porte une tunique, tous 
les personnages n*ont pour vêtement qu'un manteau. Sujets du 
même genre sur les faces latérales. La quatrième face est fruste. 

23. Statue-menhir, brisée en deux fragments depuis quelques 
années, et « couché à fleur de terre, dans un terrain inculte, à 
environ une douzaine de kilomètres de Vico » (de Laur). En 
1840, lorsque Mérimée la vit, cette statue était au même lieu, 
appuyée sur un tronc d'arbre ; « on l'avait trouvé en terre, à 
plat, à une certaine profondeur )>. (Mér.). Granit. Hauteur, 
2" 10 ; largeur aux épaules, 0" 59 ; épaisseur moyenne, 0" 20. 

Photographies : de M. Etienne Michon ; de M. Jules Laurière. — Mérimée, 
Notes d'un Voyage en Corse, p. 53 (mauvaise lithographie). — Aucapitaine, 
Revue Africaine, 1862, p. 471. — Renan, Mission de Phénicie, p. 425. — Perrot 
ET Chipsien, Histoire de VArt, HI, p. 186. — Th. Reinach, Une nécropole 
royale à Sidon, p. 160. — De Laurière, BulL des Ant. de France, 1887, p. 150. 
— Michon, Mém. Le» Antiq. de la France, vol. du Centenaire, p. 304, gravures. 

Divinité indigène? Les protubérances que Ton aperçoit de 
chaque côté du visage seraient, d'après Mérimée, des touffes de 
cheveux. « Au côté opposé, on distingue un peu une intention 
de figure et de mamelles plates comme devant )>. (de Laur.). 
Mérimée y voyait « des cheveux taillés courts ne dépassant pas la 
nuque », et des omoplates « exprimées aussi grossièrement que 
la poitrine ». Cette statue est d'une époque antérieure à la 
conquête de la Corse par les Romains. 

M. Michon (loc. cit.) a publié deux autres menhirs qu'il a 
reconnus en Corse et dont la partie supérieure simule vague- 
ment une tète humaine. 



APPENDICE IV. 

Les Comtes de Provence et l'expulsion des Sarrasins de la Corse. 

Villermus autem suam sentenliam dixit, in hune modum : 
nibil negotii terreslribus praeliis, Sarracenos vincere, habere 
exploratam rationem, quâ ex monte Mauro eos deturbaret, et 
pacatam regionem, ab incursionibus terrestribus redderet : sed 
factu non esse perfacile oras maritinias ab infestationibus pro- 
hibere : quod Musactus Rex Sarracenorum navalibus praeliis 
exercitatissimus, qui Sardiniam et Corsicam obtinebat magnam 
navium copiam haberet ; quare censeret, ut Pisanos et Genuen- 
ses socios, ad id bellum suscipiendum adiiiberet, qui naves 
omni gênera armorum ornatissimas, et scientiam rei nauticae 
haberent ; quod si una coniuncti essent, procul dubio explo- 
ratam victoriam haberet, et Musactum ex Sardinia et Corsica 
expulsum iri. Haec sententia pronuntiata ab omnibus probatur : 
consilio dimisso, e vestigio Rex legatos nobilissimos civitatis 
Arelatis mittît Pisam et Genuam, cujus legationis Vernius et 
Escartius principem locum obtinuerunt. li terrestri itinere, in 
Italiam contenderunt i. 

Interea Legati, qui ad Pisanos et Genuenses missi fuerant, ad 
Regem referunt : utranque civilatem, haud aegrè societatem 
belli fecisse, conventumque esse ut bellum, communi consilio 
gereretur ; et cum primum per anni tempus liceret navigare, 
quisque suam classem ad mare educeret ; anno vero nonage- 
simo nono decimi seculi summus Ponlifex Sylvester, qui Gre- 
gorio successit aegrè ferens Sardiniam et Corsicam, in potes- 
tatem jam a tempore Caroli Magni Sarracenorum esse, proposito 
diplomate Christianos principes monuit, ut Saracenos in istis 
insulis vi appugnare contenderent, et qui primus eas occupasset, 
imperio suo ac ditioni adjiceret. Quo edictô promulgatô, Pisani 
et Genuenses ad Bosonem Regem legatos mittunt, qui dicerent 
Musactum, qui Sardiniam possidebat, magnam habere classem 
quam singulis annis ex Hispania renovaret, magnopere horta- 

1. Delbène raconte ensuite Texpédition du Frainet qui ne nous intéresse 
pas. 



APPENDICE XV. 201 

rentur, ut cum Musacti classe additis suis auxiliis confligant, 
diem dicat, quo. ad aliquem portum conveniant. Ad haec Rex 
respondit, se iiaves omni génère armorum ornatissimas habere, 
esse ad pugnam paratum, si dies communi consilio dicatur ; is 
ad nonum Calendas Maias dictus est, quo ad portum Yintimi- 
liae, oinnes classes, convenire deberent. 

Janipridem Rex omnes veteres naves regni refici curaverat, 
novas paraverat, summaque industria armaverat, et toto regno 
magnam copiam remigum, gubernatorumque comparaverat, 
milites undequaque quaesiverat. Tali modo instructa cjasse 
preces ab omni clero, atque ab omnibus senerioribus, matri- 
busque familias, virginibusque Deo, et Sanctis funduntur, humi- 
lissimeque deprecantur, ut extremo tempore subvenire veluit. 
Societas belli cum Pisanis et Genuensibus facta, magna spe ac 
voluntate totum regnum compleverat, quia praeliis navalibus 
erant exercitatissimi. Est enin commune vitium naturae, ut 
magis incognitis rébus confidamus, vehementiusque exterrea- 
mur, quam rébus cognitis. Nacti idoneum tempus, portuexeunt 
et Taurenta inde ad Vintimiliae portum, ad classem Pisanorum 
et Genuensium perveniunt, ibique consilia communicant et ad 
confligendum animo sese confirmant. Dextra pars Pisanis attri- 
buitur, sinistra vero Genuensibus, et média Régi Bosoni. Musac- 
tus autem Rex Sarracenorum, qui per exploratores de omnibus 
consiliis adversus se cognoverat, aucto ex Hispania navium 
numéro, navibusque veleribus refectis, omnibus rébus etiam 
instructis, classem firmissimam omni génère armorum instruc- 
tissimam paraverat, atque eodem contendere statuerat ; dicebat 
enim satins esse hostes adoriri, quam impetum domi sustinere. 
Itaque instructa classe, in formam lunae, pleni spei bonae, 
atque animi, adversus christianos profisciscuntur. Facile erat ex 
promontoriis, et superioribus locis, orae maritimae prospicere 
in mare, et cum classes inter se appropinquae vidèrent, omnes 
superioribus aetatis homines, mulieres, pueri, virgines, atque 
sacerdotes, ad coelum manus tendebant. Commisso praelio Sar- 
raceni magno animo, ac virtute decertabant. . . . Et Sarraceni 
conspicati triremem Bosonis (quae a signo facile cognosci po- 
terat) ex omnibus partibus, sese in eam incitaverunt, sed rector 
navis praevidit et celeritate enixus est. Duae quae alares erant, 
incitâtes conflixerunt et vehementissime : sed navis Yuillermi 



202 APPENDICE IV. 

cum duabus alii» praesidio fuit, regiaque triremis in eas impedi- 
tas impetum fecit et hac pugna duae deprimuntur ; sed Corsicae 
a Pisanis pressae celeriter pugna excesserunt.. . Ex Bosonis 
classes quatuor tantum modo depressae, paucae Pisanae ac 
Genuense^ ; viginti captae ex Sarracenis, caeterae Sàrdiniam 
atque Corsicam petiverunt, quas persequi Christiani propter 

interventum noctis, non potuerunt Hoc prselium factum 

fuisse anno supra notato tradidimus, autoritate Sabaudicarum 
historiarum, quod an te bellum, ad Alpes Cotias ab Ardoino 
factum, fuisse tradunt ; tamen annos harum rerum historise 
Genuenses non habere ad liquidum exploratos certum est. Um- 
bertus enim Folieta earum luculesitus scriptor, de his rébus 
gestis in hune modum scripsit. « Manca et detruncaia omnia a 
« rudibus illorum temporum scripioribus traduntur^ qui res verba 
« uix aitingenies, neque exila bellorum produnt, ut omnia dens- 
« sissima ignorantix caligine obruia vix cernaniur ». Porro nostrî 
Historici scripserunt hoc prelium Bosonem Regem cum Gen- 
nuensibus habuisse ; sed certum est Genuenses pro Sarracenis 
accepisse. Nam Genuensium Historiae de bello sarracenico 
mentionem quidem fecère ; sed Genuenses cura Bosone Rege 
Arelatis bellum gessisse nullum verbum. Praepostere igitur 
narraverunt, ut rudis aetas tune ferebat. 

Hoc parta Victoria tota classis confœderatorum ad portum 
Vinlimiliae se recepit, îbique summo mane consilio convocalo 
statuitur, ut naves, captse et captivi prœdae nomine Bosoni, 
Pisanis, Genuensibus distribuantur. Quâ re peracta, Pisani et 
Genuenses et pars classis Régis Bosonis ad Corsicam et Sàrdiniam 
occupandam profecti sunt, Boso autem suis navibus Carolum 
Sesellium praefecit, dein de, propter vulnus acceptum.Massiliam 
se recepit, ibique per aliquot dies est moratus, ut valetudini 
consuleret. Sed cum incaute et intempérante viveret, febris con- 
tinua eum arribuit, quo moro confectus interiit. 

.... Eodem fere tempore Garolùs Seisselius cum navibus 
Massiliam redit, quia Pisani et Genuenses, inceptam Corsicas 
oppugnationem relinquerent, quod tempestates ejuscemodi 
essent consequutae, ut se continere in mari non potuissent. 

Delbène (Alph.). De regno Bargundiae Transjuranae et Arelatis, 
libri III, in.4«, Lyon 1602, p. 148-158. 



APPENDICE IV 203 

Ce récit auquel j'ai d'ailleurs prêté une certaine importance t 
est à rejeter. « Sur le point particulier du rôle des marquis 
« provençaux dans l'expulsion des Sarrasins de Corse, m'a écrit 
« M. René Poupardin, je ne suis pas du tout convaincu qu'il 
« faille attacher la moindre importance au récit Delbène. Qu'il 
« ne faille pas faire un crime à celui-ci de sea erreurs de 
« chronologie, fort excusables en raison des instruments de 
« travail dont il disposait, je suis de votre avis. Mais je le crois 
« très capable d'avoir inventé de toutes pièces le récit de la 
« bataille navale livrée aux Sarrasins. Delbène appartenait à 
« l'école des écrivains pour lesquels l'histoire est surtout un 
« genre littéraire. Il me parait bien douteux qu'il ait eu d'autre 
« source, en bien des passages, que sa propre imagination. » 

M. Poupardin m'a convaincu que les arguments que j'ai 
invoqués, à l'appui de mon récit, dans la note 4, page 176, ne 
résistent pas à une critique serrée. 

1° Le texte du document émané de Charles d'Anjou, que j'ai 
cité d'après le P. Anselme, ne serait probant, s'il a existé, que 
pour la manière dont on se représentait les choses au xiii® siècle. 
La Corse carolingienne dépendait de la marche de Toscane. 

2° Les noms de Gui et de Rodolfe, si Giovanni délia Grossa 
ne les attribue pas tout à fait arbitrairement aux comtes dont 
il parle, ne sont pas provençaux (comme Guillaume, Boson, 
Roubaud) mais bourguignons du Nord, de la Toscane ou de la 
marche d'Ivrée. 

3° Le nom de port provençal s'explique naturellement, à ce 
qu'il semble, comme désignant le port où on fait le commerce 
avec la Provence. 

En un mot, il ne me reste qu'à remercier, une fois encore, 
M. René Poupardin de m'avoir éclairé sur le rôle des marquis 
de Provence dans l'expulsion des Sarrasins de Corse. Ce rôle se 
réduit à une fable imaginée par Delbène dont le récit, sur ce 
point particulier, est à rejeter. 



1. Pages 175-176. 



TABLE DES MATIÈRES 



Pages. 

Introduction IX 

Additions et Corrections XV 

Chapitre 1er. Période préhistorique. 

§ 1. L'Homme néolithique 1 

§ 2. Monuments mégalithiques 3 

Chapitre II. Période Proto- historique. 

§ 1. Les Libyens en Corse sous le nom de Corsi ; les Shardana 

et les Corsi appartiennent à la même race 12 

§ 2. Les Ibères en Corse 18 

§ 3. Les noms de lieu semblent prouver la parenté des Corses 

et des Basques 21 

§ 4. Date approximative de l'arrivée des Ibères en Corse . . 27 

§ 5. Les Ligures en Corse. — Le nom Corsica n'est pas ligure . 28 
§ 6. Parenté des Corses et des Ligures prouvée par les noms 

de lieu 30 

§ 7. Les Celtes n'ont pas occupé la Corse 35 

§ 8. Des Celto-Ligures et des Cel libères ont dû passer en Corse. 40 

§ 9. Importance des migrations ligures en Corse 41 

§ 10. Les Ligures et les Corses actuels devant l'anthropologie . 41 

§ 11. Les Phéniciens 44 

§ 12. Les Étrusques ou Pélasges-Tursânes 46 

Chapitre III. Période historique. 

§ 1. Les Phocéens fondent la Colonie d'Aleria 50 

§ 2. Les noms de lieu attestent la possession d'une partie de la 

Corse par les Hellènes 53 

§ 3. Domination des Étrusques. Les Syracusains maîtres des 

côtes de la Corse. Les Carthaginois 54 

Chapitre IV. État de la Corse romaine. 

§ 1. Description géographique 59 

§ 2. Divisions politiques 60 

§ 3. Mœurs 63 

§ 4. Langue 67 

Chapitre V. La conquête. 

§ 1. Expéditions en Corse 69 

§ 2. Organisation de la conquête 84 



206 TABLE DES MATIÈRES. 

Pages. 

Chapitre VI. La Corse sous les Empereurs Romains. 

§ 1. Événements survenus en Corse sous le gouvernement 

impérial 89 

§ 2. Changements successifs dans le gouvernement de la 

Sardinia 93 

§ 3. Administration et organisation de la Corse avant Dioclétien. 97 

§ 4. Le Christianisme en Corse 101 

§ 5. Administration de la Corse après Dioclétien 105 

§ 6. Situation de la Corse au iv^ siècle 105 

Chapitre VIL La Corse d'après Ptolémée. 

§ 1. L'Ile de Corse: Europe, table VI 108 

§ 2. Méthode d'identification 111 

§ 3. Noms de lieu mentionnés par Ptolémée dont l'emplace- 
ment est indiqué par les cartes topographiques . . 115 
§ 4. Noms de Ptolémée dont l'identification est possible par 

les Indications données par le texte du géographe. . 119 

§ 5. Noms de lieu dont l'identification n'est pas discutée. . 120 
§ 6. Localités indiquées par Ptolémée dont l'identification est 
possible par comparaison avec les textes d'autres 

géographes 121 

§ 7. Noms défigurés qu'il est possible de retrouver sur les 

cartes 123 

§ 8. Noms de lieu identifiés par recoupement .^ 125 

§ 9. Identifications discutables 126 

§ 10. Division de la Corse en Civitates 131 

§ 11. Constitution de l'état territorial de la Corse ancienne. . 132 
Chapitre VIIL Les Barbares. 

§ 1. Les Vandales 134 

§ 2. Les Grecs et les Goths 137 

§ 3. Les Lombards 140 

§ 4. Influence des Barbares sur la Corse 141 

Chapitre IX. La Corse et le Saint-Siège. 

§ 1. Organisation de l'Église Corse au vie siècle 142 

§ 2. Monuments consacrés au culte 147 

§ 3. Influence temporelle du Pape 151 

§ 4. Donation de la Corse au Saint-Siège 154 

Chapitre X. Invasion des Sarrasins. 

§ 1. Premières incursions des Sarrasins en Corse ..... 156 

§ 2. Expéditions des Généraux dé Charlemagne 158 

§ 3. Expédition du Comte Boniface 162 

§ 4. Émigration des Corses en Italie 165 



TABLE DES MATIÈRES. 207 

Pages. 

§ 5. La Corse au pouvoir des Sarrasins 167 

§ 6. Expulsion des Sarrasins 172 

§ 7. Influence des invasions sarrasines sur la Corse .... 182 

§ 8. Conclusion 187 



Appendices : 



\. 



I. Liste des gouverneurs de la province Sardinia d'après 

Klein. . 192 

II. Numismatique. — Inscriptions 195 

III. Bas-reliefs 198 

IV. Les Comtes de Provence et l'expulsion des Sarrasins de 

Corse 200 



La6n. — împ. du Journal de VAisne, 22, rue Sérurier. 



^^^^^^ A FONTICWOINCï. *. iii.j I.« (ZoM. Paris - V-^ 


■ 




H V^ H ï' si-iki. Ctiumii- »JHe. 


■diii ^^^1 


■ ABKUKII (Arf..l,.llrV rhi-- hs U',1^ 


t.-» ^^^H 


■ \U^^LMiXM.,U, -. hu Kunn ,(.■ '„ i.lnr.l,-., ,/,■ („ H,„( ...11,. 






^^^^H 


H \Ui\UW Kl.' ' 


5U ^^^H 


■ llkliniKIMn 


^^^H 






r fyi'iVaii.r'wni '.'wi<'ï'iJ.ijy('i' "." ;■_"■'■'■;'■ _"""; '_";"''"' 


1 •> ^^^H 


H»iu.e*i'ï(Heitrlt. - /.(. fW/i- .Uo.frHHifxrKc i-iiiiiim 


Ut ^^^H 


/j- l.,i4- ut'll. roniiin , 


^^^H 


/.Mnmnrrii /iiilt'd'nv hi.iniite fi-nimc : le f uun hhiKC)^ . 


.iû» ^^^1 


I.a /Vitr lie hik/t. iiimiin (uDuruniié pRr rAratlémU- rmnç.) 


UA» ^^H 


/.Il Viilr Min* irfMfi'. fioiau 




Jj* /\jwx jtii/"i j'iiihAn . . , . , . , , _ 


/^A KcriMiut el U'i .Wirtirx (1« cl fr sérinj. C.)\M\m kùiIvI 


;.m''-;.'''.'"'7'-"ï. /■--■ ^r. ÀVrWiH* ", '.'.'.'. l '. ". '. 




S.V* ^^H 


li.i*m:.Mllil.M' MiiK.jk- i-n Ir.il* ul;U*(ljiij. iki'îliilléu). 


» ^^^1 


t:ti-i«t«t II.oi ' .' .I:- H,„;ai>eniiiia. rnmandrnd.tJi-niitt,) 


a M ^^^1 


Ciiiy.iKTIArili'ii, '■ '"i-i-.iii,n, lUmfeinrliMalrr. t^ric^tk 


a ^^^H 


(;»c.«K-r (Maii.iif). !.■■ ■■■■■■■■■!:■ /.u,!,-» ,', Athrnet 


s^ ^^^1 




^^^^H 


tm-n (iiitNOKX ((:uul't(-^-'>] ' '!■' r'I Irt Mu'iim mm» tu Itrs- 




(.iiir»")-.. .le Juillet ilHli-lt*''}- t'i-^ri'f 




.li'Jiih- : ... :. <r.. i v,jifl.ji,iie rraiiniii^-i .... 


^^^H 


UoLKL iMai'l.:i], (.■■ '■ ■.,. .(.- /'i>/™(./i.r. roman 


'^ ^^^H 


l--|ji'i-(l'uiili : (.■■.■ ■ ■■ ■ ■i.ii.,;,l„lr. i-iiami . . 




/. /: ■-:■■. ■ ' ■■infdifiinv. romun. . . 




Km.liï((;h.irl ■-. ' ■■■■'■ ■ '■■::'l.,rr. rnillill. . . 


Ml ^^^H 


!'■■■■ ■ ■■■ 


^^^H 


'. ... . . .1'. .!•.■. ri</riiv (?I r/rSri<p(iire. 


4 "l ^^^1 


ri...^.i(Ki ■.■ ';. ■■,■..1/ i-..ni».i .... 


■A M ^^^M 


l--|.«:«-llHiiM > . .(,^- '.:.m.',Ue.» O.r For- 






À AU ^^^H 


Il ;-. LKaiiuii il'r SeW lir 




.11... . ll>'C<l1llflll|. 


TSD ^^^1 


(i«<:Hii.'u (■fiK-ciiivn i|i- < l'iimrn èlmoir, raiitati (coh- 






UM ^^^1 




»»l ^^^H 




a a» ^^^H 


1 I..I. . ' "'""Ml ou rorulwin tmaruMv vAHi'<iO. 


Ï5U ^^^1 


L 1. ■' .< I„ vie..., nman . ...... 


33U ^^^1 


m 1.1- 1'"'' ' '■ ''l-lii-'s lUItoi-nqilet 

B Miiimi', (Chiu-k-M, /..'" .iui'iiiln ilr Vwi/ïp [avtc IWit. Je GHirue 


^ut ^^^H 




■ .Siiiiil 11 ik- .Mi4<iMl |Hir IJ.ivl.1 il-AtiHcr») .-,-..- 


3SU ^^^1 


■ l/Aiwitr 'If riulrlU!i»,u-e 


X5lt ^^^1 


■ M.U.iM4(hVniniiin- - '." .W^.w .'«■ O/tri- Anirc» ci .Icni/f, roiiwti .. - . 


:ini ^^^M 




a»t ^^^1 


H Miiiiui 1 1 <'i'/f<ji(firi»if(U-llrcji[lti xvnvNièdi'). 




■ l-LfsMsiii. . ■"■"'■'«Mi'm'ltHiiiV.pdrVAniit.lVunç.î 




6 » ^^^1 




t » ^^^H 


H l'i.. ' l'irllPill lettM'.ptt 






06. ^^^H 


^1 Hi 1 II rAi-:i(i. froiic.) 


lli ^^^1 


■ lu.. 


:i jii ^^^1 


■ »." i>. M,-,.,-, .u- k. Vie Myrkiiiw 






SM ^^^^1 


H IIt«KT(J.-li >! ■ 


Jl AU ^^^1 


^r TmmM. (.!."' " .'■. IN 'iii (iiui 11.11 ni^ poi- rAcailcmlû rhiiipiia-i 




Mt ^^^H 


^^^^K ^'iM.K UK MiiiMtfxt'ill.tlt'I-i. - KtnHtti fitr ruimmi'c iwhif latine. 
^^^^^1 /.M Ji-tiirffwc il'Oiilrie 


a • ^^^^H 


3. Ml ^^^H 





A. FOXTi^:\IOI\0, 4. rue Ko Gotf. Paris — V^ 

ÂCKKR (Paul). — Petites Confessions (cour, par rAcadémie française. 

1" et 2'' séries. Cliaque série 3 50 

Adrrrr (Adolnlie). — Chez tes Uois 3 50 

Bakkks (Maurice). — Du Santj, de ta Votnpté et de ta Mort (nouvelle 

édition revue et augmentée) 3 50 

Un Iiommc tibre^ nouvel le, édition 3 50 

Hkrton (Claude). — La Marciie à VÉioite^ roman 3 50 

Hkhthkroy (Jean). — Les Dieux familiers, roman J^ 50 

liuNNAL (Général). — De la ntétlwde dans les liuules études militaires 

en France et en Allemagne 1 » 

HoRDKAiJX (Henri). — La Petite Mademoiselle, roman 3 50 

Le Lac noir, roman 3 50 

L'Amour en fuite (Une honnête femme ; le Paon blanc). . 3 50 

La Peur de vivre, roman (couronne par l'Académie franc.) 3 50 

La Voie sans retour, roman ....*. 3 50 

Le Pays itatal, roman 3 50 

Les Ecrivains et les Mœurs (!••-• et 2«-' séries). Chaque série. 3 50 

Vies intimes , 3 50 

La Savoie peinte par ses Ecrivains 1 » 

Pélcrinatjes littéraires 3 50 

HuACCO (Roberto). — Infidèle, comédie en trois actes (trad. de 1 italien). 2 » 

Capuana (Luigi). — Le Marquis de Roccavcrdina, vom^aiivad, de V\isi\,) 3 50 

Chuqukt (Arthur). mcnil>ie de l'Institut. — Eltudes d'histoire, *i séries à 3 50 

CnoiSET (Àlaurice). — Aristophane et les partis à Athènes 3 50 

Davu.non (Henri). — Molière à la Vie 3 50 

DES Granges (Charles-Marc). — La Comédie et les Mœurs sous la Res- 
tauration et la Monarchie de Juillet (lHlô-18^S). Prétace 

de Jules Lemaître (de l'Académie française) .... 3 50 

DouEL (Martial). — Au Temps de Pétrarque, roman .* 3 50 

Flat (Paul). — L'Illusion sentimentale, roman 3 50 

Le Ronutn de la Comédienne, roman. . 3 50 

FoLEV (Charles). — Guilleri Guilloré, roman 3 50 

Fleur d'Ombre, roman 3 50 

Fontaine (André). — Matines, poésies 3 50 

Confér. inédites de l'Acad. royale de Peinture et deScupiure. 4 » 

Frank (HIdmond). — Le Crime de Clodomir Busiquet, roman .... 3 50 
Finck-Hhkntano (l'rantz). — La Bastille des Comédiens (Le For- 

t'Evcque), 11 gravures hors texte 3 50 

et Sthyienski (Casimir). — L'Emigré de Séuac de 

.Ue///ja/i, roman (nouvelle édition). 7 50 

Gâchons (Jacques des). — La Maison des Dames Renoir, roman (cou- 
ronné par l'Académie française) 3 50 

HcE (Gustave) — Avocate, roman . . ! 3 50 

L'i'tile Amie, roman 3 50 

Lafenestue (Georges). — Bartolomca ou l'oratorio (nouvelle édition). 3 50 

l.ECHAUTiKR ((ieorgcs). — Oii v(t la vie..., roman 3 50 

IwE GoKKic ((Miark's). — Les Métiers jnltoresques 3 50 

M viîURAS ((Charles). — Les Amants de Venise (avec port, de George 

Sand et de Musset par David d'Angers) 3 50 

L'Avenir de Vliitclliijence 3 50 

Médine (Fcrnand). — La Messe de Onze heures et demie, roman ... 3 50 

L'éternelle attente, roman 3 50 

MicHAiJT (Gustave).— /.a Condcssc de /io/i/ïn^aZ (Lettres du xviii»-* siècle). 2 » 

Etudes sur Sainte-Beuve • 3 50 

Plessis (Frédéric). — Le Chemin moidant, rom. (cour, par l'Acad. franc.) 3 50 

Poésies complètes * . (> » 

Epitaphcs lutines en vers 4 » 

PoMMEROL (Jean). — Islam saharien. Chez ceux qui guettent (cour, par 

l'Académie française) 3 50 

Hecolin (Charles).— Le Chen\in du Roi, rom. (cour, par l'Acad. franc.) 3 50 

iiiAT (Cicorges). — Le Village endormi, roman * . 3 50 

HosEdc.ER (IMerre). — Gabriel Ih'idcj}etcr, scènes de la vie stvriennc 

(traduit de ralleniand) ' . . . 3 50 

]\()SNY (J.-H.) La Fugitive, roman 3 5() 

Le Testament volé, roman . . 3 50 

Thouel (Jean). — Gillette, roman (couronné par l'Académie française) 3 50 

Tessieu (Hcné). — Le Mariage d'un réactionnaire ... .... 3 50 

N'iLLE DE MiHMONT (H. (le la). — Etudes sur l'aïuienne poésie latine. 5 » 

La .Icunesse d'Ovide . . , 3 50 

1..1UU, — Inipriniciiv" du Journal diî l'Aisne. 



3 2044 021 031 877